Avertir le modérateur

samedi, 29 mai 2010

Cave à Vin (sur Vin)

caves2.jpgVous possédez de belles bouteilles de vin, mais les conditions dans lesquelles vous les gardez sont-elles optimales ? C’est toute la difficulté à laquelle est confrontée l’œnophile, surtout lorsqu’il est citadin : conserver ses précieux flacons afin de ne pas les dégrader. Comme moi, vous avez certainement commencé à regarder les caves sur Internet ou errer dans les rayons des spécialistes en la matière. VinSurVin en a rencontré un pour vous. Lire la suite...

mercredi, 22 avril 2009

Je suis vigneron !

jesuisvigneron.jpgAdieu bruit, stress, polution : VinSurVin devient vigneron ! Cépage choisi pour la QV VinSurVin : un merlot. Mon plan est arrivé ce matin par la poste, accompagné d’une bouteille de Bordeaux, Chevalier de Laborie 2006, qui doit être le guide de fabrication ou un sample de ce à quoi mon vin devrait ressembler. Lire la suite sur VinSurVin 2.0...

mercredi, 01 avril 2009

Enfin un dentifrice au vin !

winepaste-1.jpgUne information youwineblog. Quelle idée… Après la vinothérapie de Caudalie et les soins très haut de gamme Christian Dior issus des raisins de Château Yquem, deux vignerons américains ont lancé aux Etats-Unis Winepaste® : le dentifrice au Merlot pour un sourie millésimé ! Lire la suite sur VinSurVin 2.0...

dimanche, 21 décembre 2008

Il a inventé le Vignopoly !

vignenjeu.jpg

L'hiver s'éternise, les programmes télé font toujours autant pitié, et vous avez fait le tour des jeux de société empilés dans le placard du couloir. Que faire ? Vos achats de Noël sont loins d'être terminés et il reste, surtout, un cadeau à faire à votre papa. L'écharpe : offerte l'année dernière. Le rasoir électrique, il y a deux ans. Le magnum de Saint-Julien, trop cher. Quoi offrir ? Pour égayer la vie après le 20h ou faire plaisir à papounet, que diriez-vous d'une boite de jeu sur un thème qui lui est cher, le vin ? (Super, VINSURVIN, toujours des idées plus originales les unes que les autres.)

DSCF0167.JPGDans la série "le vin en inspire plus d'un", VINSURVIN vous présente VIGN'EN JEU. "Vigne en jeu?!" entends-je déjà les no life de service (fu**in morons pour les anglophiles) s'esclaffer, "ça consiste en quoi ? Déguster le plus de vin possible en un temps record? Créer son vin avec les produits ménagers de la maison ? Reconnaître un grand cru d'un vinaigre ?!" Que nenni, geek, ce jeu s'adresse à votre côté joueur mais aussi gestionnaire, d'hommes et de terres. Le but ? A la tête d'un vignoble, vous effectuez toutes les opérations d'une année de travail à la vigne, en utilisant judicieusement le personnel et le matériel de votre propriété selon un parcours dit "traditionnel" ou "conventionnel". Vendanger la plus grande quantité de raisin de qualité possible sera donc votre objectif, sauf que les problèmes inhérents au métier de vigneron (météo, matériel, personnel et autres imprévus) ne vous rendront pas la tâche facile ! DSCF0516.JPG

Du suspens, de l'excitation et surtout beaucoup de plaisir parsèmeront les parties d'un jeu que l'on pourrait aisément rebaptiser VIGNOPOLY. Original et très éducatif, VIGN'EN JEU possède un atout majeur : permettre la découverte du monde de la vituculture et se rendre compte, toutes proportions gardées bien sûr, combien élaborer un vin n'est pas chose facile. Personnellement, sans une attaque de mildiou quinze jours avant les vendanges, cumulée aux gelées de mars, ajoutée à une grève de personnel mécontent que je licencie alors que les bénéfices 2008 avait quadruplé, je gagnais la partie et sortais le millésime du siècle. Pas grave, ce sera pour l'année prochaine. Ou plutôt, pour la prochaine partie !

Photos VINSURVIN : un producteur (de chroniques oenophiles) dans le vignoble du Luberon, juillet 2008. Vignoble alsacien, août 2008. 

Liste des points de vente diponible sur http://www.vignenjeu.com/.

mercredi, 17 décembre 2008

A vous la DiscoBitch !

discotarlant.jpg

Vous êtes nombreux à m'envoyer des mail pour me demander où se procurer la fameuse cuvée DiscoBitch. Comme vient de nous le préciser DJ-Mix, rien de plus simple : y'a qu'à cliquer !

Ca va mousser sur les danse floors lors de ces réveillons de fin d'année. Le champagne sera de rigueur, mais pour apporter une touche plus disco, plus groovy, plus sexy à la fête, la désormais célèbre QV DiscoBitch sera la must. Jolie bouteille certes, mais champagne de qualité assuré, puisqu'il s'agit de la délicieuse Cuvée Louis de Benoît Tarlant , qu'on ne présente plus sur VINSURVIN, l'histoire invraisemblable de cette histoire vous étant contée ici par votre humble serviteur. Pour vous procurer cette cuvée hyper tendance et déjà collector, ou simplement boire un verre de boisson de champagne, rien de plus simple, cliquez ci-dessous ! Allez, come on, baby, move your body.

disco2.jpg

 

lundi, 15 décembre 2008

Tu bois un Verre ?

pochedevin.jpg

De l'arôme de vin en fioles, du vin en canettes, du vin en étuis, et aujourd'hui, du vin en verre ! Rien de plus normal. Sauf que ce verre de vin là est conditonné, permettant un transport pratique et facile de votre boisson préférée. Une autre façon pour les vignerons associés de commercialiser leur vin. Les idées les plus originales - les plus loufoques aussi - continuent donc de foisonner autour du vin, comme quoi, l'interdit n'a pas que du mal.

verredàboire4.jpgVous êtes au volant de votre voiture, sur votre lieu de travail ou simplement seul chez vous, et, oh, il vous prend une petite soif. Vous n'allez pas ouvrir une (bonne) bouteille de vin ! Cela ferait trop. Et puis, la dernière fois que vous avez sorti votre screwpull au volant de votre cherokee, vous avez failli écraser un yorkshire et la pet-sitter qui se trouvait au bout de sa leash. De même qu'au travail il y a quinze jours, l'ouverture de ce petit côte de duras (pourtant un peu "duraille") avait failli créer une émeute, les collègues s'étant jetés sur la bouteille comme des morts de soif. A la maison, vous n'allez tout de même pas vous mettre à cacher la bouteille ouverte afin que votre femme vous fiche la paix, ou plutôt, ne s'invite à votre table, un moment d'intimité seul-avec-vous-même ne nécessitant pas, par définition, la présence d'un tiers - surtout pour boire votre quart. Dieu merci, dans ce pays, on ne dirait pas, mais des gens pensent.

Après le prêt-à-porter, le prêt-à-boire : un contenant individuel à partir duquel le verreopercule.jpgconsommateur peut directement boire "sa boisson favorite". La société à la tête de ce concept déjà vieux de près de dix ans, 1/4Vin (à la tête de laquelle on trouve Pascal... Carvin !), a choisi un verre operculé par un procédé de thermoscellage. Si le procédé n'a "que" 10 ans, c'est parce qu'il fut très complexe à mettre en oeuvre. La technique respecte un cahier des charges très précis. Les contraintes d'hygiène alimentaire sont respectées et contribuent à préserver toutes les qualités organoleptiques du contenu. L'opercule est collé hermétiquement et protège totalement le contenu de l'environnement extérieur. Résultat : un verre de vin pratique, et qui se conserve douze mois.

C'est sur les coteaux de Gascogne que l'idée à mûri : un produit destiné à séduire une nouvelle clientèle. Finie la bouteille qui va traîner dans un placard (aux cotés des javel, et sur laquelle les enfants pourraient tomber), "un produit simple, facile et à la portée de tout le monde", comme le martèle cette productrice de vin (?), développeuse du produit (?), oenophile avertie (?) au JT de TF1 du 7 juin 2006. Prix de vente des cinq verres, autour de 7,00€, soit de lors de 11€ les 75cl, que l'on trouvera, notamment, chez Monop' ou dans le TGV.

La limitation de consommation d'alcool étant, dans ce pays, devenue draconienne, pour ne pas dire stalinienne, l'idée de contenants de petites tailles, à l'image de ces 1/4 de vin, ou encore des pipette VINOTINTO, est donc loin d'être obsolète. Une association avec Spiegel ou Riedel ne serait pas obsolète non plus, l'esthétique de ces verres (malgré l'effort de contenants en forme d'INAO) laissant quand même un peu à désirer. Quand bien même, afin que mes prochains invités ne repartent pas avec la peur au ventre de devoir souffler dans le ballon, et celle de ne pas maîtriser tous leurs réflexes, j'ai trouvé la solution : un 1/4 vin de grenache blanc (VDP du Var) à l'apéritif. Un 1/4 vin de syrah (VDP de l'Aude) à table. Et entre... de l'eau !

 

verrevinpub.jpg

mercredi, 03 décembre 2008

Le Nez du Vin

NDVGCoffret.jpg

Noël arrive. Et son lot de nuits blanches à réfléchir sur ce que l'on va bien pouvoir offrir à un tel ou une telle. VINSURVIN ne voudrait pas jouer les catalogues VPC, mais il faut bien l'avouer, il est des objets qui feront bien plaisir aux amateurs de vin. A commencer par un coffret Le Nez du Vin, une méthode ludique et pédagogique pour parfaire son odorat d'oenophile, seul, en famille ou entre amis. Celui qui décèlera les 54 arômes n'est pas encore nez.

"Ca ? Attends, je sais ! Facile ! Heu, le cassis ?", "Non, c'était le chocolat.", "Ah quand même...". Vous pensez que reconnaître, à l'aveugle, desNDVCoffret.jpg odeurs, des senteurs, des arômes de la vie quotidienne est chose facile ? Détrompez-vous ! Nombreuses sont les odeurs qui nous sont familières lorsqu'elles sont placées dans leur contexte : le café devant son bol le matin, la fraise sur une tartine croustillante, l'herbe coupée à la campagne. En revanche, lorsque ces arômes s'échappent d'une simple petite fiole, la vue ne jouant plus son rôle, il faut désormais se référer à son "simple" nez. Chose compliquée ! 

Alors, pour parfaire votre capacité à détecter tel ou tel arôme, et surtout à identifier ceux qui composent le bouquet de votre vin, la solution d'ouvrir 10 pots de confitures ou de sentir 20 fruits n'est pas forcément la plus simple. Pour ce faire, Le Nez du Vin, un coffret réunissant 54 arômes typiques du vin, s'avère le parfait allier. Voilà 30 ans, le NDVOdorat.jpgbourguignon Jean Lenoir entreprend avec audace de faire entrer le vin dans la culture comme une œuvre d’art, au même titre que la musique ou la peinture. En 1981, à la recherche d’un vocabulaire pour le vin, il invente Le Nez du Vin, ouvrage unique fait d’écrits et d’odeurs qui d’emblée suscite la surprise et l’admiration de tous, spécialistes et amateurs. Chaque arôme est le fruit d’une longue analyse, d’une sélection de composés, d’un dosage subtil, d’une discrimination très pointue pour aboutir à un arôme juste, non falsifiable et très stable. Vous pouvez vous exercer en toute confiance. Leur réalisme est saisissant, leur longévité garantie plus de 5 ans !

Composé d'un livret explicatif très bien fait (appprendre à déguster, l'odorat, les différents arômes NDVLivret.jpgexpliqués...), d'un jeu de 54 cartes résumant les caractéristiques des arômes contenus dans chaque fiole et de 54 miniatures contenant les précieuses senteurs (à la manière de petits flacons de parfum), le coffret apparaît indéniablement comme un très bel objet. 

L'intérêt majeur d'un tel produit réside évidemment dans la possibilité qu'il offre à l'amateur de vin de s'aguérir dans sa connaissance du vin, principalement de son "nez". Si la vue et le goût sont des sens essentiels dans la dégustation d'un vin, l'odorat est sans doute le sens le plus subtil, le plus complexe, celui qui nous pose le plus de problèmes. Car repérér les arômes primaires (du citron à la mûre, en passant par le thym, le tilleul ou la violette), secondaires (qui proviennent essentiellement de la transformation des alcools et des acides aminés : litchi, lie de vin, clou de giroffle...) et tertiaires (beurre, cuir...) dans un vin est une phase essentielle de la dégustation ; elle annonce certains arômes que l'on retrouvera en bouche ; elle est aussi et surtout vectrice d'immenses questions et d'infinis plaisirs.

Pour les "simples" amateurs de vin, Le Nez du Vin est également une façon ludique, en famille ou entre amis, de tester la qualité de son odorat et, immanquablement, de bien rire ! Dans une société où l'aseptisation ambiante, la pollution (soit-elle sonore, olfactive ou visuelle) ou le simple désintérêt pour certaines de nos facultés ne permettent plus à nos sens de jouer le rôle qui leur est naturellement attribué, Le Nez du Vin s'avère l'outil idéal pour recouvrer ces sensations et ces émotions perdues, comme celles de notre enfance, lorsque nous nous baladions dans la campagne, respirions l'air frais et la nature généreuse, ou encore lorsque des odeurs émanaient de la cuisine de notre grand-mère, qui nous cuisinait les meilleures tartes du monde.

NDVAromes.jpg
Le NDV se trouve également au BHV La Cave, chez Lavinia et dans les magasins Nicolas.
Un grand merci à Sybille de Sevin pour le coffret le NDV 54, les différentes documentations et sa disponiblité.

mercredi, 19 novembre 2008

Le Vin se Fait Coffret

VinoTinto_CoffretPepitesDuMonde1.jpg

Le monde du vin a beau être attaqué par des re-born évangélistes (également appelés no life), cela ne l'empêche pas de faire face, et d'évoluer en toutes sérénité et intelligence. Aujourd'hui, des idées plus ingénieuses les unes que les autres pullulent. Entre les tire-bouchons design, le WineInCan et mesvignes, designers et entrepreneurs se lâchent pour offrir aux amateurs toute une palette de produits originaux, à des années lumières du 13° imbuvable et du vin en copeaux. Dernier en date, le coffret dégustation de VinoTinto, sur lequel VINSURVIN a littéralement craqué. Vivement Noël.

Comment se procurer des échantillons de vins de très grande qualité, issus des quatre coins du monde, en toute simplicité ? VinoTinto_CoffretPepitesDuMonde2.jpgComment déguster des vins blancs ou rouges élaborés au Portugal, en Hongrie, en Autriche, en Nouvelle Zélande, en France... ? Grâce aux coffrets découvertes VinoTinto. A l'image d'une boite de cigares, de chocolats Larher, ou d'un coffret de parfums, VinoTinto joue d'abord sur l'esthétique. Et l'effet de surprise. Car à l'ouverture du coffret, on découvre une dizaine d'étuis en verre (qui ne sont pas sans nous rappeller ceux à cigares ou même des éprouvettes !), tous sérigraphiés de l'identité du vin contenu dans la pipette. Ici, Groot Eiland Chenin blanc 2008, Worcester, South Africa ; là, un Mendel Malbec 2006, Mendoza, Argentina... L'italie, l'Australie, le Chili, pour ne citer qu'eux, sont également de la partie.

VINOTINTO.jpgLa crainte, me direz-vous, avec ce genre de produit, est que tout se trouve dans l'esthétique. C'est justement tout le contraire ici. Car la qualité des vins présentés est assez impressionnante. Le Reiner Wess Riesling 2007, de Wachau en Autriche m'a, à l'aveugle, conduit vers un chardonnay bourguignon. Son nez d'une superbe intensité aromatique avec ses notes iodées et florales, sa bouche vive, tendue, complexe... Fantastique à l'apéritif. Le chenin, celui qui pousse en Loire, est un de mes cépages de prédilection. Quid de celui qui grandit sur les sols d'Afrique du Sud, comme ce Groot Eiland 2008, de Worcester ? Délicatement parfumé, tonique, plein de fraicheur, les Bourguignon (ce fameux couple d'ingénieurs agronomes microbiologistes des sols) ne s'y trompent pas, les cépages français se plaisent autour du Cap. Côté rouges, le seul échantillon dégusté jusqu'à présent (d'une contenance de 100ml, soit l'équivalent d'un verre ou de deux doses à dégustation) fut Espelt Vidivi 2006 (Emporda, Espagne). Gourmand, juteux, avec ses douces épices et l'élégance qui caractérise les vins espagnols, le choix de VinoTinto fait mouche.  

Outre le "coffret découverte 10 vins", VinoTinto propose même un abonnement ! Pour 99€, vous recevrez tous les 2 mois pendant un an 3 échantillons de France et d'ailleurs. Et comme une bonne idée ne vient jamais seule, il est possible de choisir les vins que contiendront vos "coffrets découvertes" (69€), en allant sur le site, où les caractéristiques des vins sont parfaitement et clairement expliquées. Conclusion : on se prive parfois de boire du vin car il faut ouvrir une bouteille que l'on ne finira pas. L'occasion nous est enfin donnée de "déboucher" (malgré les capsules à vis), et surtout de découvrir, d'excellents vin du monde entier, dans des quantités adaptées à la dégustation. Enfin, une soirée dégustation sympa et ludique, autour de ce coffret, est tout à fait envisageable.

vino.jpgVINOTINTO, Chercheurs de Vins.

SOWINE, Agence Conseils en Marketing et Communication.

 

dimanche, 14 septembre 2008

Le bouchon à vis devrait avoir des Screwpull...

tire-bouchon.jpg

En dépit de l'irrémédiable ascension de la capsule à vis, aux dépens du mythique bouchon en liège, il est encore loin le temps où il faudra reléguer nos tire-bouchons et autres limonadiers au rang des reliques et des vieux souvenirs. Ouvrir une bouteille de vin (une vraie) reste un moment magique. Et les jolis accessoires pour accompagner ce moment ne manquent pas, notamment du côté de chez ScrewPull.

Pas qu'il me faille honorer mon juteux contrat avec ScrewPull, mais un peu quand même. Trois sublimes tire-bouchons contre un petit mot sur VINSURVIN, le deal était parfait. Ne me reste plus qu'à attendre les nouveaux produits de la gamme, comme ces rafraichisseurs qui me serviront bien pour mes TupperWine ; un peu kitsch, j'en conviens, mais efficaces. En même temps, l'amoureux du vin aime s'encoquiner de quelques gadgets lui permettant de chouchouter son vin, à la cave comme lors de réceptions. Ces derniers s'avérant également d'excellentes idées cadeaux.

lm300.jpgLa recherche du meilleur spot pour la marque qui nous intéresse (je ne la nommerai que trois fois, c'est dans le contrat) m'a demandé beaucoup de réflexion. Option ringard : "Moi, VINSURVIN, j'ouvre mon vin avec un tire-bouchon ScrewPull. En t-shirt, comme sous-pull". Option rebel (genre 2B3) : "Y'en a marre des bouchons qui finissent dans le cul (de la bouteille) : grâce à ScrewPull, je n'ai plus de complexes ! (Ca veut dire la même chose, non, scrupules et complexes ?)" Seulement, quelquechose me dit que ces slogans ne marcheraient pas. Alors, je me suis dit que de simples photos de ces objets (esthétiquement réussis, il faut bien le dire) suffiraient.

Screwpull LM300 : Le futuriste de chez Screwpull. D'une redoutable efficacité, il vous séduira par son style résolument coffret-lm400.jpgmoderne. Proposé avec son coupe-capsule exclusif et son écrin bois. VINSURVIN : Permet une ouverture très simple et une récupération du bouchon qui ne l'est pas moins. A sortir, le dimanche, avec la belle-famille.
Screwpull LM400 : En polycarbonate dans un coffret boîte cuir noire et coloris nickel noir. Vendu avec son coupe capsule noir en polycarbonate dans un coffret boîte cuir noire.
VINSURVIN : Le tire-bouchon "spécial grandes occasions". Un objet design qui rend l'ouverture des bouteilles très faciles, malgré son poids. Jugé très beau par les invités.
double-levier-wt110.jpgPour terminer : le limonadier (double-levire, VT110). Léger, d'une très bonne ergonomie et d'un design très sympa, rien ne remplacera le roi des tire-bouchons.
Photo illustration : merci à c-p-t-b.
Voir également la leçon d'ouverture de tire-bouchon à double cran par le sommelier Emmanuel Delmas.

jeudi, 04 septembre 2008

A lire d'Urgence

 

579010292.jpg2020199618.jpg

Dans la rubrique "Ouvrages sur le vin à lire de toute urgence", VINSURVIN vous recommande deux livres : La Vigne Assassinée, L'avenir du vin, de Christian R. Saint-Roche (paru aux éditions CIDE), et In Vino Satanas, de Denis Saverot (rédacteur en chef de la RVF) et Benoist Simmat (le JDD), aux éditions Albin Michel, à paraître en septembre 2008. Deux véritables plaidoyers pour que le vin, attaqué de tous bords par nombre d'organismes, d'associations et de politiques, garde la place civilisationnelle, culturelle et hédoniste qui a toujours été la sienne dans notre pays. A l'heure ou notre société se détourne de ce qu'elle a certainement de plus beau, ces deux ouvrages appellent l'auteur de ce blog à la réflexion et au recadrage. 

Ce blog ensense-t-il la consommation d'alcool ? Invite-t-il à la débauche ? Prône-t-il les plaisirs de l'ivresse ? Non, bien au contraire. Ce blog célèbre bien plus que le vin, matière culturelle et antique, symbole de l'identité française. Intimement lié à la découverte de la France, de son terroir et de ses particularismes, l'oenophilie nécessite ouverture, curiosité et soif d'apprendre. Ce blog raconte des rencontres avec les gens qui font et vivent du vin. Ce blog n'envisage pas le vin comme un vulgaire produit alcoolisé, mais comme un art de vivre, modèle de simplicité et de complexité à la fois, de curiosité et de réflexion, de travail et de passion.

Que la bataille fasse rage en France contre l'alcool, qui détruit des individus, des familles, des enfants, est une chose contre laquelle nul ne peut aller. Malheureusement, les acteurs de ce combat manque souvent de discernement. Les exemples qui prouvent que le vin n'est pas responsable des syroses, des cancers et des drames dont on l'affuble à tort et à travers sont pléthores : les vignerons, les cavistes, les sommeliers, les dégustateurs, les oenologues, les journalistes, les blogueurs, les amateurs, les touristes étrangers, seraient donc tous des alcooliques en puissance?! Ils se portent certainement mieux que toute cette franche de la population qui carbure aux psychotropes, faisant sordidement le bonheur des laboratoires pharmaceutiques.

Les jeunes sont la cible numéro une des campagnes anti-alcool, et je m'inscris dans cette bataille. Ironie du sort, ils sont aussi la cible favorite des marques d'alcool, qui se chargent de les détruire avec des boissons aux designs étudiés, au goût sucré et hautement dosées en alcool. Or, le vin est loin de jouer un rôle prépondérant dans les fêtes entre adolescents. Le vin est bien la dernière boisson consommée par les 16-25 ans ! Car la représentation que se font les jeunes du vin est bien autre que celle d'un produit visant à souler. Le vin est associé à des termes comme maturité, âge adulte, culture, art de vivre, convivialité... Il est loin le jour où les jeunes se souleront au chablis ou au cahors ! 

Associer la consommation de vin à ni plus ni moins que de l'alccolisme est malheureusement le message qui ressort de la bouche de nos dirigeants et des intégristes anti-vin. En privant les gens des plaisirs du vin, on peut voir une volonté de les priver aussi des plaisirs de la table et de la réunion : à quoi bon se réunir autour d'un bon repas si c'est pour ne boire que de l'eau et craindre de se faire arrêter au premier rond-point ? A travers des taux d'alcoolémie frisant les "zéros", les contrôles de gendarmerie incessants, le logo dissuadant les femmes enceintes, des statistiques tronquées (les chiffres de la consommation de vin en France incluent la consommation des touristes étrangers et des européens qui traversent nos frontières pour faire leurs amplettes en France !), notre société fait bien plus que s'inscrire dans la prévention. Elle dicte. Ces lois liberticides dans un pays civilisé et instruit comme la France induisent une forme de totalitarisme. Le peuple n'est pas capable de s'auto-réguler, le peuple n'est pas responsable, le peuple est potentiellement criminel : cadrons-le, surveillons-le, effrayons-le. Par ailleurs, ces préventions excessives adressées à un public adulte ont des vertues extrêmement perverses : ces messages répétitifs (logo de la femme enceinte ; "fumer tue" ; "pratiquez une activité sportive", bip ceintures de sécurité, etc...), infantilisent, déresponsabilisent, lobotomisent, nous otant inconsciemment tout sens de vigilence et de réflexion.

A une époque le vin français n'a semble-t-il jamais été aussi puissant, In Vino Satanas s'interroge sur le pourquoi de ce "masochisme national", cherchant à savoir si le vin ne serait pas devenu "politiquement incorrect". Sans complaisance, et parfois de manière assez virulente, In Vino Satanas nous éclaire sur les coulisses du vin, là où les puissants jouissent en toute impunité pendant que la chasse aux sorcières oenophiles bat son plein. La Vigne Assassinée dresse d'abord un portrait assez sombre de la situation du vin en France. L'avenir est ensuite envisagé de façon prudente et avec un optimisme relatif. Le vin : "un moyen de se reconnecter avec soi et les autres" mais aussi et surtout un plaisir et un aliment. Car, alors que certains soutiennent que le vin est dangereux pour la santé, cet ouvrage insiste sur le fait que la consommation modérée de vin demeure bonne pour la santé. Deux ouvrages militants qui nous rassurent et nous assurent que si certains illuminés voient le mal partout, les hédonistes optimistes sont toujours là, pas prêts à céder aux intimidations. Le conseil de VINSURVIN : lisez ces livres ! En buvant du vin.

mercredi, 27 août 2008

Un trésor, ce Quintet girondin !

1107502734.jpg

Après Château la Freynelle 2007, suite des dégustations ApéroBordeaux avec Quintet, Bordeaux Blanc 2007 et Dourthe N°1, Bordeaux blanc 2007. Vous rappeler le concept d'ApéroBordeaux : chaque mois, 15 internautes sont sélectionnés parmi les inscrits sur ce site Internet. Est alors envoyé à leur domicile un kit de dégustation composé de 3 bouteilles de vin de Bordeaux. Vous dégustez puis envoyez vos commentaires sur ApéroBordeaux, photos à l'appui si le coeur vous en dit. Une très belle initiative pour découvrir des vins simples-et-bons-et-pas-cher.

Rappelons que l'auteur de ce blog n'est pas un adepte du bordeaux, à première vue. Rappelons également que Château La Freynelle, Bordeaux blanc 2007 s'était vu attribuer la note très satisfaisante de 14,5/20. Pas une habitude les notes sur VINSURVIN, mais puisqu'il s'agit d'un jury, et que c'est bientôt la rentrée... Pour commencer cette deuxième session : Quintet, Bordeaux blanc 2007, 100% sauvignon. Je vous épargne la symphonie un peu ringarde autour du champ lexical de la musique, lisible sur la contre-étiquette, qui donne envie d'ouvrir... un chardonnay. En fait, loin d'être jazzy, ce vin produit rapidement l'effet d'une chansonnette au creux de l'oreille.

Passons sur la robe, relativemement pâle, mais l'habit ne fait pas toujours le moine. Concentrons-nous plutôt sur le nez de ce vin, qui reçoit, à 1027927091.jpgl'unanimité, les félicitations du jury. Quel bouquet ! Quels parfums ! Pour un peu, on se satisferait de ces superbes arômes de fleurs fraîchement coupées, de citron, de menthe sans même porter le verre à nos lèvres, par peur de ne pas retrouver le même plaisir en bouche. Le déséquilibre né/bouche est parfois frustrant. En effet, un vin présentant un nez extrêmement flatteur peut s'avérer décevant en bouche : un beau-parleur, en somme. Ce ne sera pas le cas, ici. La bouche de ce Quintet est fraîche, tonique, puis s'arrondit doucettement. Citron, agrumes pressés, finale épicée, tendue et d'une belle longueur : c'est tout mais c'est tellement bon ! Une personnalité nette et sans détour, de la gouleyance, de la jeunesse, de la joie ! Je m'incline, un vin très très réussi. 17/20. Cerise sur le gâteau : ce vin ne coûte que 3,30€ !

Restait le vin le plus cher sur le papier (6,70€) mais pas à mes yeux : Dourthe N°1, un bordeaux blanc 2007, également 100% sauvignon. Un vin qui m'a laissé perplexe. Il ne recueillerait pas la moyenne. Référons-nous plutôt à certains commentaires apparaissant sur APERO-BORDEAUX : "simple, très bon équilibre qui se termine par une fraîcheur agréable." ; "trés bon bordeaux blanc" ; "la bouche n'est pas en reste avec une belle attaque vive et franche puis enrobée avec élégance par cette minéralité caillouteuse qui donne du relief et de la puissance." CQFD.

Conclusion : on ne peut passer sur le fait que le vin qui recueille, à mes yeux, les meilleures impressions est le vin le moins cher et que celui qui se voit recallé par le jury est le plus cher ("recallé" mais non condamné, il faudra le regoûter ou goûter d'autres cuvées de ce domaine, qui doivent être très bonnes, au demeurant). Je suis ravi de voir que l'on peut boire des vins délicieux (à Bordeaux) pour des sommes modiques. C'est une bonne nouvelle. Au final, deux vins très bons sur les trois présentés : c'est une belle réussite. Enfin, le sauvignon étant le cépage roi dans ces trois vins, je ne puis que vous conseiller de goûter le sauvignon lorsqu'il est vinifié en Centre-Loire : pouilly fumé, ménetou-salon, quincy... et sancerre, bien entendu !  

1025812698.jpg

vendredi, 31 août 2007

Wine pour Snacks.

medium_barokes_mix_pack_rs.jpg
Le vin en canette, ça fout les boules.

Dans la catégorie "progrès" ou "rédibitoire", je voudrais... l'impensable! Après le bouchon à vis, le vin en sachet et le winehot languedocien (deux tiers de vin, un d'eau gazeuse et du sirop), voici le vin... en canette! C'est Cédric Ségal de chez barokes.fr qui me l'a gentiment appris par mail cette semaine. Vous n'oserez jamais nous défie le site internet en question. Et bien, je vais me gêner! Dès que j'aurai reçu les quelques échantillons promis par Cédric. Et je prendrai des témoins! Dieu merci, il s'agit de vin "premium" (comme le gasoil)... australien. De sorte que, si ce n'est pas bon (et je vous le dirai dans une prochaine chronique), on pourra toujours dire que c'est normal, ce n'est pas du vin. Français. 

Les plus et les moins, avant "dégustation". La gamme se décline sur trois variétés dotées de cépages très nobles: chardonnay semillon pour les blancs secs et pétillants (appelés bubbly wines) ; cabernet, shiraz et merlot pour les rouges ; idem pour les rosés. Franchement, entre nous, même si l'amateur de vin reste sévèrement attaché à sa bouteille de verre et au bouchon en liège, avouons que ces canettes sont plutôt jolies et on-ne-peut-plus tendance avec cet "assemblage" de vert, de rouge et de gris, couleurs qu'affichent d'ailleurs de nombreux nouveaux magasins dans Paris aujourd'hui, notamment les restaurants japonnais. L'aspect esthétique de ce concept pourrait donc attirer des gens vers le vin. Des jeunes? Une étude récente auprès d'enfants à montré que ces derniers appréciaient dans 70% des cas de la nourriture qu'ils refusaient dans leurs assiettes (comme des carottes rapées) lorsque celle-ci était enveloppée dans des sachets de fast food. Pas question de faire boire du vin chez des moins de 18 ans, mais au-delà, cela pourrait les interpeler. Il est vrai que boire du vin à la bouteille...

Wine pour Snacks. A priori éthiquement  rédibitoire, ce nouveau packaging, qui n'est pas sans nous rappeller cette boisson gazeuse américaine, n'a peut-être pas, donc, que des inconvénients. Finis le goût de bouchon! Et bonjour le goût de métal? Même pas. Ni d'alluminium. D'après barokes.fr, le brevet Vinsafe couvre la structure du vin (étrange formule...)  sans additifs ni conservateurs. Les conditions de remplissage (stabilisation du vin et extraction de l'oxygène) et surtout le revêtement unique empêchent le vin de rentrer en contact avec la canette. Finies également les tendinites au coude  grâce au format léger et pratique. Et adieu les tessons de bouteilles: ce matériau est incassable. Un autre avantage non négligeable est que l'on n'aura plus à se passer de vin ou à pousser le bouchon dans la bouteille lorsqu'on sera dépourvu d'un tire-bouchon. Socialement, on peut éventuellement s'imaginer boire du mousseux à la canette les jours de grande soif, mais un rouge ou un rosé.... Côté distribution, on trouvera ce tout nouveau produit dans les sandwicheries et les snacks.

De très jolies étiquettes. Economiquement, ce nouveau produit nous démontre que le vin français, dans sa forme et dans sa présentation, se voit chahuté tous les jours, l'obligeant de fait à se remettre sans cesse en question et à évoluer. Le vin français souffre de la mondialisation? Et alors! Qu'il attaque cette mondialisation, qu'il se montre plus fort, qu'il se rende meilleur, qu'il fasse preuve d'ingéniosité à son tour! La meilleure défense, c'est l'attaque! Certains ont déjà trouvé la parade en ornant leurs bouteilles de très jolies étiquettes. Quant à ce nouveau produit dont l'identité même reste encore floue (Vin en cannette? Pas beau! Premium Wine? Imprononçable! Vin Barokes? Aucun sens!), on peut lui souhaiter bon vin bon vent. Et de ne pas faire un pschitt.

medium_barokes2.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu