Avertir le modérateur

jeudi, 14 mai 2009

Le Salon de la RVF

bourse - Copie.jpgPour la troisième année consécutive, la Revue du Vin de France organise son salon, en plein cœur de Paris. En un week-end, c’est la Bourse… et la vie ! Lire la suite sur vinsurvin 2.0.

samedi, 09 mai 2009

Plus on est de Few... (part two)

stateof oregon.pngAprès la dégustation des célèbres Opus One et Almaviva et avant un passage éclair chez certaines grandes marques qui me laissèrent indifférent (accueil aussi indigeste que les vins), je me rendais (non sans une certaine émotion, comme quoi je ne suis pas encore blasé) “chez”  Véronique Drouhin, fille du célèbre Joseph, établi en Bourgogne. Fin de Few fabuleuse chez Vina Aquitania (Chili) et South Wilka (Afrique du Sud). Lire la suite sur vinsurvin 2.0.

vendredi, 08 mai 2009

Plus on est de Few...

viniaaquitania.jpgLe Salon des Vignobles Français de l’Etranger (Paris I), était l’occasion de gouter des vins élaborés par de grandes maisons françaises basées à l’étranger.
Le savoir-faire français sur les terroirs du Nouveau Monde suffit-il pour séduire le quidam français ? Lire la suite sur vinsurvin 2.0.

mardi, 21 avril 2009

Bûverie de Mai !

affichette-buverie.jpgComme chaque année, le caviste Laurent Baraou organise une rencontre entre les vignerons dont il vend les vins sur son site et les amoureux de bon vin. Sorte de Domenech de la vinosphère française, coach Baraou a encore composé une équipe de tueurs. Lire la suite...

dimanche, 29 mars 2009

Salon de V.I. : ma sélection

logoVigneronIndépendant.jpgVinSurVin rentre à l'instant du Salon des Vignerons Indépendants, Porte de Champerret. Un petit saut rapide pour saluer les vignerons estampillés VinSurVin et, bien sûr, dénicher quelques flacons. Gros coup de coeur à Faugères ! Lire la suite sur VinSurVin 2.0...

dimanche, 30 novembre 2008

Dernière Minute !

 

MChatouille.jpg
Encore deux jours pour découvrir de belles choses au 30ème Salon des Vignerons Indépendants, Porte de Versailles. De retour dans son salon, VINSURVIN vous livre ses secrets et trouvailles de dernière minute. A présent, à vous de déguster, et de recracher !
*
*
*
D 39 : Domaine de la Fontaine, Côte Chalonnaise. Des blancs minéraux et cinglants. Des rouges puissants et raffinés.
  • Blancs : Rully 1er Cru Gresigny (12 €) ; Mercurey 1er Cru Les Crêts (14 €).
  • Rouges : Rully 1er Cru Les Cloux (12 €), Mercurey (10,50 €), Mercurey 1er Cru Les Crêts (13,50 €) 
D 49 : Domaine Saint-Luc, Côteaux du Tricastin. Des côtes-du-rhônes fins et élégants.
  • Cuvée Emiliane 2005, un 100% syrah : fruit, souplesse, finale légèrement épicée.
  • l'Escale Sérine 2004, 100% syrah : finesse (au détriment de la matière, peut-être).
  • L'Excellence de St-Luc 2005. Un assemblage original de syrah et de viognier (3%) : arômes séduisants. Fruit noir, cassis, réglisse.

G 18 : Château la Décelle, Côtes du Rhône, Coteau du Tricastin, Valréas : une autre approche du Rhône. 

  • Cuvée S : fruit noir, truffe, violette, ça change !
  • Cuvée Isabelle : fruité, mentholé, réglissé : un vin gourmand et aérien.
  • C du R Villages Valréas : petits fruits rouges, cerise et mûre, fleurs... beaucoup de poésie. 

Au programme cet après-midi :

  • C 44 : Bachelet et Monot. Bourgogne.
  • K46 : Plou et Fils. Touraine.
  • J 4 : domaine Wilfried, déjà dégustés et au programme d'un TupperWine. C du R Cairanne, Rasteau : énormes.

mercredi, 26 novembre 2008

Cracheur d'Or ! Et cracheuse...

 

paris_hilton_tout_en_or_dans_le_desert_du_mojave_reference.jpg

Ce week-end, au Salon des Vignerons Indépendants (Porte de Versailles, Paris), on va déguster du vin ! Mais on va aussi en recracher ! Pour la deuxième année consécutive, les Vignerons Indépendants organisent l'épreuve du Cracheur d'Or. Inscrivez-vous et gagnez jusqu'à 60 bouteilles de vin ! Que vous ne serez pas obligé de recracher : juré, craché !

Question : de combien de phases est composée la dégustation d'un vin ? Réfléchissons. Dans un premier temps, la vue : on observe sa couleur, sa robe, son disque. Puis, l'olfactif : on hume les arômes du vin, son bouquet, après l'avoir fait tournoyer dans son verre. Enfin, c'est la phase (tant attendue !), le goût, moment où nos papilles gustatives mais aussi notre esprit, notre corps entier vont se mettre à vibrer, ou rester complètement inhertes. Vue, odorat, goût. C'est tout ? Et non ! Une quatrième phase "s'impose" lorsque l'on déguste du vin, comme ce fut le cas par exemple le week-end dernier au Grand Tasting, et comme ce sera le cas ce week-end, porte de Versailles, au Salon des Vignerons Indépendants : le recrachage. Le terme n'est pas très joli, mais le geste peut être classe, et surtout, éviter l'ennivrement.

Vendredi 28 novembre 2008, 16h30, Hall 7/1, Porte de Versailles (Paris 15ème), deux épreuves vous attendent : 1) reconnaissez des arômes dissociés et des vins cachés ; 2) en figure libre, effectuez le plus beau geste du « recrachage » devant un jury de 6 personnes (dont votre humble serviteur !), présidé par une personnalité. Le 1er Prix recevra : 1 trophée, 60 bouteilles de vins, le coffret des 52 arômes de Jean Lenoir, le Nez du Vin. Le 2ème prix recevra : 1 trophée, 48 bouteilles, le coffret de 24 arômes de Jean Lenoir, le Nez du Vin. Le 3ème prix : 1 trophée, 24 bouteilles, le coffret de 12 arômes de Jean Lenoir, le Nez du Vin. Et pour tous les participants un cadeau de remerciements.

L'an dernier, le cracheur d'or fut une cracheuse. Elle s'appelle Charlotte Cendra, elle a 25 ans, elle est diplômée de Sciences Politiques, passionnée de vin et elle travaille avec Olivier Thienot, à l'Ecole du Vin. Le recrachage n'est donc pas qu'un sport masculin. Allez, jeunes, moins jeunes, mesdames, messieurs, ne vous reste plus que quelques heures pour vous entraîner...

Remettez ce bulletin de participation, à partir du jeudi 27 novembre et au plus tard le jour de l’épreuve avant 15h au comptoir de l’Ecole du Vin, espace dégustation, Hall 7/1, Porte de Versailles. Vous serez contacté sur votre portable par l’organisation.

 

Vendredi 28 novembre, 16h30, Salon des Vins des Vignerons Indépendants. Hall 7/1 Porte de Versailles Paris 15ème.

 

Melle/Mme/M :

Mail :

Numéro de portable :

Adresse postale :

 

cracheur2008.jpg

 DEGUSTER C’EST RECRACHER

samedi, 22 novembre 2008

Dans la mêlée du Grand Tasting

springboks.jpg

Le Grand Tasting, manifestation née en 2006 sous l’égide de Michel Bettane et Thierry Desseauve, battait son plein hier au Carrousel du Louvre. VINSURVIN a fait son petit tour des vins blancs hier soir. Placages à retardement par les vins de l'Hémisphère Sud. Coup de coeur pour le chateauneuf du pape blanc du jeune Christophe Jeune.

grand_tasting_08.jpgAh, le Grand Tasting ! La grand messe du vin célébrée dans une des plus belles cathédrales souterraine de Paris : le Carrousel du Louvre. A peine y a-t-on mis les pieds que l'on reconnaît des têtes. Le vigneron bordelais Olivier Dauga semble très affairé ; le caviste terroir de Lafayette-Gourmet, Bruno Quénioux, est en pleine dégustation ; Arnaud Vivancos du Domaine Gayda se fait servir. Je croise également un confrère blogueur, de la région Loire. Notre échange est bref mais d'une grande richesse : "Salut, ça va ?", "Ca va et toi ?", "Y'a de bonnes choses ?", "Hein?", "T'as bu de bonnes choses ?", "Ben, ouais", "Allez, salut, bon salon", "A toi aussi".

Première halte chez South World Wines, une société parisienne spécialisée dans les vins du Nouveau Monde. Dans notre verre Riedel (dont j'attends avec impatience les échantillons pour mes TupperWine, sinon, ils sont prévenus, je travaille avec les gobelets en plastique recyclable de Leader Price), l'on nous sert un sauvignon, Cloudy Bay, de Nouvelle Zélande. Evidemment très aromatique, ce vin très clair, mais très brillant, est marqué par la pomme un peu acide que l'on croque à pleines dents. Des notes plus chaudes de fruits à chair blanche interviennent ensuite. Pas à dire, c'est un très bon vin. 26€, pas à dire, c'est un vin très cher. On enchaîne avec l'Argentin Terrazas de los Andes (2007 Reserva Torrontés) : aérien, mentholé, tendu. Original, dans le sens noble du terme, ce vin mériteboxe.jpg tout notre respect. 16€... Le chardonnay australien Green Point à 17€ est un classique australien. Du bois, du bois, et encore du bois. Aucun intérêt. Millésime ? 2005. Mais la mention de ce dernier importe peu, puisque si tant est qu'il devait y avoir un "effet millésime", il serait complètement anihilé par le bois. Le quatrième test est effectué contre le Springbok Bouchard Finlayson 'Crocodile's Lair'. Je me sens dans la peau d'un demi de mêlé qui se fait plaquer par une barrique. L'impression aussi de me prendre un upper-cut en pleine poire. Fruit, cépage, terroir sont totalement occultés dans ces deux derniers produits au profit d'un goût boisé et standardisé. Des produits destinés à la masse anglo-saxonne.

Que c'est intéressant de basculer en France maintenant. Penchons-nous sur les Mâconnais de Georges Duboeuf. Comparé à de bons vins blancs français, les vins du sud passent pour des éjaculateurs précoces : tout dans le charme, explosion à la première gorgée, puis s'endort. Dommage que la Maison Duboeuf ne soit pas venue avec ses meilleurs représentants. Le Saint Véran est un peu mou, mais tout à fait honorable. Surtout à 6,40€ ! Le Pouilly Fuissé Domaine de la Chapelle est "celui le moins passé en fût". N'empêche qu'il reste du bois. Dommage.   

LES COUPS DE COEUR

pixarchest.jpgJe ne m'étais pas arrêté au Château Turcan, dans le Luberon, l'été dernier. Je me devais donc de faire une halte sur leur stand, hier soir. Et bien m'en prit. Château Turcan et Louis Turcan, assemblages (non garanti) de grenache, viognier, roussane, vermentino vibrent dans la bouche. Amples, puissants, d'une longueur interminable en bouche, je m'arrêterai du côté d'Ansouis la prochaine fois !

Mention Speciale aux vins blancs du Château de Pennautier, des VDP d'Oc dont on entendra parler de nouveau bientôt sur VINSURVIN. Coup de coeur pour un chateauneuf du pape blanc dégusté sur le stand des Jeunes Vignerons de Chateauneuf du Pape. Les Fines Roches, Grand Veneur, Maucoil... : une brochette de domaines aux vins d'une qualité incroyable. Coup de coeur pour le Domaine de Grand Tinel. Voilà donc un pion d'avancé, en attendant le prochain coup, car il est fort à parier que l'on entende parler de ces domaines plus en détail prochainement sur VINSURVIN.

 

jeudi, 02 octobre 2008

Ochato chouchoute le chaland.

 

ochato2.jpg

Ochato, le site de vente de vin en ligne fiable et varié, avait convié dans ses murs, hier soir, une quinzaine de personnes, autour de flacons soigneusement sélectionnés par le maître de chai maison, Christophe Guitard. Au programme, une partie de l'est de la France, avec des vins de Haute-Savoie, du Beaujolais et de la Vallée du Rhône. Un moment très convivial, avant une prochaine dégustation dédiée à la Rhône Valley.

alpes.jpg"Je ne savais même pas qu'on faisait du vin en Haute-Savoie" me glisse, un peu honteuse, une jeune amatrice de vin alors que Christophe Guitard, le "palais d'ochato", nous sert une méthode champenoise savoyarde du Domaine Belluard. Je lui réponds qu'elle ne s'en fasse pas, je viens de découvrir qu'ils en font à Bordeaux également. C’est à 450 mètres d’altitude que des coteaux, situés non loin de Chamonix et exposés plein sud, abritent une quarantaine d’hectares d’un vignoble très particulier et très ancien. Composé intégralement de gringet, un très vieux cépage dont les plus anciennes traces écrites remontent au Moyen Age, ce mousseux élaboré en brut est original, d'une certaine complexité, équilibré mais austère à mon goût. Sa version vin blanc sec, les Alpes 2007, est bien faite, aromatique, fleurie. Servi à l'apéritif, autour un plateau de fromage ou pour raconter son séjour au ski, ce vin risque de vite devenir un sujet de conversation.

Nous partons ensuite pour le Beaujolais. Dans une ambiance décontractée où se mêlent amateurs éclairés et curieuxbojo.jpg décomplexés, Olivier nous sert un beaujolais villages vieilles vignes 2007 du Domaine JC Lapalu. Un nez assez puissant, voire racé ; une bouche elle aussi puissante, sur des notes de cuir ; puis cette explosion de poivre en bouche. Le fruit n'est pas dominant à première vue (bien que les raisins soient vendangés très tardivement), les notes de sous-bois, de champignon, de tabac, elles, le sont. Quelques temps après (à mon regret), les notes tertiaires s'effacent un peu au profit du fruit rouge très mûr. Ce qui, visiblement, plaît dans l'assemblée. Le brouilly la Croix de Rameau 2007 qui suit est peut-être classique mais confortable, souple et concentré de fruits mûrs : tout  ce que l'on attend d'un vrai brouilly. Ce 100% gamay est à ouvrir avec les copains sur un apéro, un casse croûte, un plat simple. Il plaît à tout le monde. Garanti !

Direction le Rhône à présent ! Direction le Mas du Libian où deux femmes élaborent, entre autres, ce côte du rhône Bout d'Zan 2007. Brut de décoffrage à première vue, les notes de fruits noirs et de tapenade associées à une belle trame fraîche et ciselée adoucissent cette première impression. Si chatoneufdupape.jpgéquilibre et homégénité s'établiront avec le temps, de même que les tanins devront s'affiner, la puissance et le caractère de ce vin en font une belle réussite. La Calade 2006, un vin non filtré, se présente dans une robe sombre et profonde. Le nez complexe évolue vers le fruit noir (cerise, cassis, poivre). La bouche est sacrément ample, riche, grasse. Elle a gagné en élégance par rapport à Bout d'Zan. Les tannins sont polis, les notes de réglisse et de cacao dominent et ne sont pas dénuées de longueur. Du beau travail.

Nous finissons cette jolie dégustation avec le vin de Stanislas Wallut du Domaine de Villeneuve (que l'on avait rencontré à Bû chez Laurent Baraou) : chateauneuf du pape 2006. C'est l'élégance et le velouté de ce 2006 qui impressionnent avant tout. Le nez est tout en subtilité, apprêté mais pas impétueux, dans un ballet de notes de garrigue, de fenouil, de cannelle. Un fruité complexe, croquant et admirable. La bouche  est volumineuse, soutenue par des tanins fermes. L'hallucination est collective !

La bande d'Ochato a tout compris : faire déguster les vins proposés sur le site est une chance inouie pour les internautes, qui permet en outre de se donner une vraie idée des vins sélectionnés. La recherche de vin qualité et à des prix très attactifs chez ces jeunes entrepreneurs est manifeste, faisant de leur site une valeur sûre pour l'achat de vin online.

mardi, 16 septembre 2008

Les coups de coeur du Gault et Millau

diapo_palmeDor.jpg

A l'occasion du lancement du Guide des Vins 2009 Gault et Millau, Pierre Guigui et toute son équipe avaient convié le tout-Paris, des personnalités du monde du vin, des gens à découvrir les palmes de ce cru 2009, chez un spécialiste parisien du vin. En toute simplicité, derrière leurs petites tables rondes, des vignerons de France et de Navarre, souvent inconnus au bataillon, parfois intimidés, se faisaient un plaisir de parler de leur vin et de leur travail.

Le fidèle Raphaël Tuil était affairé hier soir !  Plus connu sous le surnom de la sténo, pour ses prises de notes sporadico-intempestives aux TupperWine, Raphaël n'avait pas oublié VINSURVIN pour le lancement d'un guide faisant tout simplement parti du patrimoine oeno-gastronomique français. Et ça fait plaisir. Seul problème, cette soirée avait lieu chez Lavinia... Alors, hier soir, avant de me rendre dans ce qui apparaissait pour le blogueur que je suis comme un rendez-vous à ne pas manquer, j'eus quand même une vague hésitation avant de pénétrer dans "ze" magasin de vin de la Place de la Madeleine. Il est vrai que je n'ai pas été tendre à l'égard de ce magasin ces derniers temps. Soit.

mail.jpgA l'étage, là où l'on trouve les spiriteux et la salle de restaurant, sont installés, de part et d'autre, les vignerons "coup de coeur" du Gault et Millau. On rencontre l'alsacienne Sylvie Spielmann en premier lieu. La vigneronne de Bergheim, sur la route du délicieux village de Thannenkirch, présente son riesling Engelgarten d'un velour et d'une féminité rares, puis un gewurztraminer surprenant de fraicheur et de minéralité. Le chardonnay du bourguignon Sylvain Pataille (Marsannay, Côte-de-Nuits, Bourgogne) est iodé, puissant, singulier. Son rouge exprimera vraisemblablement tout son potentiel dans le temps. Le champagne de Benoit Lahaye est juvénile, fleuri et mentholé : un délice. Le chardonnay de Jean-François Ganevat (Jura) est déroutant. A regoûter impérativement. Le Domaine des 2 Ânes de Magali et Dominique Terrier (Corbières maritimes) présente un rouge plein de personnalité et de puissance. Bémol : c'est la finesse qui fait encore défaut. Le meilleur pour la fin : situé au sud de Carpentras, dans le Vaucluse, le Domaine Terre des Solence d'Anne-Marie et Jean-Luc Isnard présente un côte de ventoux rouge profond, riche, complexe. Tout simplement exquis.

La présentation du dernier né de Gault et Millau est également l'occasion de croiser des personnalitésphilippe-faure-brac-portrait.jpg du vin. Mais pas que. Marc Jolivet fait rire l'assemblée en lui donnant son âge : "j'ai 75 ans !" VINSURVIN n'a pas résisté à l'envie de lui poser quelques questions (voir le podcast). On croise également Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde en 1992. L'échange avec un grand du vin est bref mais VINSURVIN ne désespère pas de l'interviewer un jour où de l'inviter à un TupperWine, concept qu'il a trouvé "très original".

Les coups de coeur de Pierre Guigui sont des vins simples à priori mais dotés d'une forte personnalité. Des vins rouges souvent riches, fins, et très soignés. Les blancs, eux, sont déroutants, frais, ciselés. Chose assez étonnante, et due au hasard, la majeure partie des vins présentés sont cultivés en bio. 

Après une heure et demie de dégustation, de rencontres et de discussions, je redescendai l'escalier et m'apprêtai à franchir la double porte en verre quand je crus entendre "hè, c'est le gars de VINSURVIN ! Il pourrait dire bonjour...". Un pur produit de mon imagination...

Pierre Guigui parle de sa ligne de conduite.
podcast
Marc Jolivet : "C'est bon pour la santé, le vin bio."
podcast

 

mercredi, 10 septembre 2008

Mes conseils pour faire la foire.

20minutes.jpg
Les conseils de VINSURVIN dans 20minutes
du vendredi 5 septembre dernier.

Séquence auto-flagellation. Si VINSURVIN tient aujourd'hui le discours selon lequel il faut éviter les foires aux vins dans les grandes surfaces, cela n'a pas toujours été le cas. Comme tout à chacun, j'ai moi aussi traîné mes guêtres dans les grandes surfaces dans le but de remplir un peu ma cave -voire mes placards, à une certaine époque. Tout le monde n'a pas un bon caviste en bas de chez soi. Tout le monde n'entre pas "comme ça" chez les vignerons. Tout le monde n'a pas besoin d'être hyper conseillé pour faire ses achats vinicoles. On peut en convenir. Sauf que votre beau-père vient déjeuner dimanche.  

J. Françaois.jpgFaire ses courses dans les grandes surfaces, c'est tout un art. Y acheter son vin, c'est une philosophie. Car si nul d'entre nous n'a besoin de conseil pour acheter lessive, épluche-légume ou terreau, il en va tout autrement lorsqu'il s'agit de se saisir de la bouteille que vous servirez ce week-end à vos beaux-parents. D'autant plus que votre beau-père s'y connait vachement bien en bordeaux et qu'il ne faudrait pas le décevoir. Le crâne dégarni, lunettes chiraquiennes, un brin austère (voire sectaire), et de droite, l'homme vous a vite cerné, vous et votre côté bobo (bien que vous vous en défendiez). Il vous faut marquer des points mais surtout votre territoire, car, mine de rien, même si ce cadre sup' de 57 ans vous a "prêté" 7500€ pour l'achat de votre 36m2 dans le 19ème (7500€, c'est énorme), il faudrait quand même que celui que vous avez surnommé "l'énarque" sente que vous ne céderez pas de terrain. Et que, accessoirement, vous n'êtes pas aussi con qu'il veut bien le penser.    

Cette profusion de références (c'est le nom d'une bouteille de vin dans une grande surface, un peu comme dans l'Education Nationale où on appelle un ballon de basket un "référent bondissant") a de quoi effrayer le consommateur lambda. Bonjour la bouffée de chaleur devant un rayonnage aussi impressionnant. Mer.., qu'est-ce que je vais lui servir, à l'énarque ? Ceci dit, elle (la profusion) incite l'amateur à "fouiner", à voir s'ils n'auraient pas un domaine Bidule ou un domaine Machin, un petit vin du Centre-Loire, une perle du Mâconnais... Mais toujours la tête de joint de culasse qui vous revient à l'esprit. Si je lui sers un sancerre rouge, pas sûr qu'il appréciera. Dans sa tête, il place les vins servis sur un curseur correspondant au respect porté à sa personne. Un gamay de Touraine, aussi bon que cela puisse être, et il vous ignore royalement dans les repas de famille. Un côte-du-rhône village et le week-end en Bourgogne de courant avril n'est plus qu'un vieux projet : son samedi "bridge" l'empêchant de prendre les enfants.

Alors, pour réussir le repas de dimanche prochain (les plats de votre femme seront forcément divins, dommage que l'accord met-vin est unerasteau.gif fois de plus "singulier", "péremptoire" ou "germano-soviétique"), vous avez deux choix : la jouer cynique (au risque de passer pour un loser fini), aller à Carrefour et vous munir du premier bordeaux supérieur venu. Au diable les réflexions du beau-père, je me garde le chateauneuf du pape : quel intérêt y a-t-il à boire du (bon) vin avec un McCainiste aimable comme une porte de prison ? En même temps, boire du vin médiocre par simple dénigrement a t-il un sens ? Vous punir par simple désaccord moral, politique et culturel ne fait franchement pas honneur à votre grandeur spirituel. Et apporterait de l'eau au moulin du masochisme dont vous affuble votre beau-père ("non, mais, vous êtes complètement maso, mon vieux").

Samedi, vous irez donc chez un caviste, un vrai, lui présenterez le menu de dimanche midi et vous laisserez guider par ses conseils. Qui sait, après quelques gorgées de ce rasteau, peut-être trouverez-vous alors quelques sujets de convergence. Notamment sur ce 52m2, porte de Champerret.

dimanche, 07 septembre 2008

A Festi'Bacchus, c'est pas la foire !

45159240.jpg

Pour la deuxième année consécutive, les Festi'Bacchus mettaient de la couleur à Bercy Village. Des vins de qualité de France et de Navarre, des produits du terroir français et des animations : cette foire aux vins a (presque) tout pour plaire.

147737208.jpgLorsque mon ami Fredo  pénètre sur le site des Festi'Bacchus, facilement accessible par la ligne 14 (celle conduite par les enfants), il s'exclame : "ah, d'accord ! C'est tout petit ! Je m'attendais à plus grand !" Qualité numéro une de cette foire : son côté intimiste, familial, provincial. Autour d'un grand rectangle d'herbe sur lequel les enfants peuvent se défouler, des tentes blanches. Sous ces tentes : des vignerons ! Ils sont venus de Gaillac, de Maury, de Chablis, d'Alsace... et réservent un acceuil courtois et souriant aux badots parisiens, comme ces TupperWiners (1) venus en nombre déguster de bonnes choses.

On se balade, au gré des régions ; on s'arrête, au gré de l'affluence ; on goûte, au gré de ses envies. Problème : c'est dans de ridicules verres en plastic que se font les dégustations !!! J'ai de la chance, il traîne un carton d'INAO. Ouf, sauvé ! Sinon, je faisais demi-tour. Première halte au Domaine Blachon où l'on nous présente ce saint-joseph blanc 2004, fait de roussanne et de marsanne. En ce moment, je cherche un saint-joseph blanc qui me parle. Mais, là, j'ai un peu l'impression d'être sourd. Chez les Blachon, gentils comme tout, je goûte également deux saint-joseph rouges.

Les bourguignons font des vins hors normes ! Quiconque à eu la chance (si ce174402532.jpg n'est l'honneur) de goûter, un jour, un aloxe-corton, un nuits-saint-georges, un vosnes-romanée s'en souvient toute sa vie. Cette couleur, cette finesse, cette complexité, cette matière... Le problème avec les grandes maisons françaises sur les foires aux vins, c'est la condescendance dont leurs représentants font preuve, auprès du chaland. Cela devient récurrent. L'acceuil est trop souvent froid pour ne pas dire réticent. On vous toise, on vous ignore, on vous snobe. C'est détestable. On est très loin de ce que le vin représente : convivialité, partage, découverte... Je retournerai chez Comte Sénard ou Dupont-Tisserandot, où l'acceuil est iréprochable.

Heureusement, Emmanuel Rybinski et ses délicieux cahors sont là. Ouvert sur un magret de canard, sauce au poivre (pour faire original !), Perdrix du Clos Troteligotte amène beaucoup de finesse et de fraîcheur avec ces griottes qui exultent ! Fourmi, espiègle et juteuse, est également à goûter ! CQFD, dans un autre style, passé en fût, subtilement aromatisé, crée une sensation de confort et de sérénité en bouche. K-Or évoque le mâle adulte, genre lion-dominant. De la puissance, de la noblesse, des notes animales réservés aux plats automnals.

Egalement présents, les sympathiques Arnaud Vivancos et David Chardron du Domaine Gayda (photo ci-dessous). Il faut impérativement goûter l'Archet 05 ce vin blanc 100% issu du990010732.jpg cépage maccabeo : quelle tonicité, quelle fraîcheur et quelle originalité ! Ca, c'est génial. Archet, Cuvée Occitanne 05 (blanc : roussanne, marsanne, grenache) au nez flatteur et aux notes exotiques prend des airs distingués. Son homologue rouge Occitane 05 déploie la gamme des cépages rois du languedoc : syrah, grenache, carignan, mourvèdre, cinsault. D'opulents arômes de fruits rouges mûrs qui évoluent vers des notes animales (de cuir), du volume, de la densité : on arrête là ?! T'Air d'Oc 06, vin de copains, de soif, 100% syrah, frais, cache, efficace. Et enfin Chemin de Moscou 05 : rien de totalitaire si ce n'est qu'il vous conquit un amateur de beau vin en un moins de deux. Equilibré entre le syrah et le grenache, ces 5% de cinsault apportent fruit et souplesse à un vin charnu, profond, charismatique. ON serait bien inspiré d'en prendre une caisse et de laisser s'exprimer dans le temps.

1185756483.jpgFesti'Bacchus, c'est aussi l'occasion de suivre son premier cours d'oenologie, grâce à l'élégant Olivier Thienot (photo ci contre), de l'Ecole du Vin, située à deux pas de là. Faire ses premiers pas dans le monde de la dégustation, découvrir des cépages, des arômes, des sensations, gagner de la confiance en soi, mettre un terme à cette impression qu'on n'y connaît rien en vin et que la honte s'abattra sur soi si l'on ose émettre quelque impression sur un vin : tels sont les premiers objectifs des cours de l'Ecole du Vin, que VINSURVIN a suivis. Et très appréciés.

Hier, samedi, ils étaient nombreux à faire leur foire aux vins dans les grandes surfaces de France et de Navarre. A se faire marcher dessus. A se demander quoi acheter. A chercher conseil. Nous, on était dans le cadre intimiste et chaleureux de Festi'Bacchus, derrière le Cours Saint-Emilion, Saint-Emilion, moine vannetais, qui veilla sur nous, puisque le temps fut excellent. Festi'Bacchus : on peut même y retourner aujourd'hui !

Festi'bacchus
La fête des vins de France
Les 5, 6 et 7 septembre 2008
PARIS – BERCY VILLAGE
Prix d'entrée : 5€ donnant droit à un verre (en plastic) de dégustation. Gratuit sans le verre...
(1) un(e) TupperWiner est un(e) lecteur (trice) de VINSURVIN qui se rend régulièrement aux TupperWine, les dégustations made in VINSURVIN.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu