Avertir le modérateur

samedi, 13 décembre 2008

DiscoBitch 13.0 : chez la petite bourgeoisie du VIIème (mais sans elle...)

disco.jpg

VINSURVIN organisait son 13ème TupperWine, mardi 2 décembre, chez une nouvelle, jeune et dynamique caviste du VIIème arrondissement. Invité (guest star, devrais-je dire) de cette dégustation de vin conviviale, gratuite et chaleureuse : Benoît Tarlant, un vigneron amoureux de son travail et de sa région. Le champagne, de ses premiers pas à l'âge adulte, était la thématique retenue par le professeur Tarlant, l'auteur de la QV Discobitch, très attendu sur le Dance Floor rue Vaneau.

Photo525.jpgIl a beau être à la tête d'une des plus "vieilles" maisons de Champagne françaises, il a beau faire la boisson la plus prisée au monde, il a beau avoir donné une touche "people" à une de ses cuvées, Benoît Tarlant n'en reste pas moins le vigneron le plus cool de la profession. Il arrive tout droit de son petit village en jean, pull et chaussures, comme s'il sortait de ses chais. Pas de chichi, pas de superflu chez Benoît Tarlant. Du naturel et de l'authentique, avec une grosse touche d'humour et un oeil averti pour l'air du temps. Voilà qui donne une idée de la philosophie Tarlant et des vins qui nous attendent. Mais ce soir, au lieu de présenter la gamme de ses champagnes en mode "classique", Prof Benoît a opté pour une présentation pédagogique de la Cuvée Louis, cuvée phare de la Maison, c'est à dire de nous "initier aux étapes de la fabrication et de la vie du champagne". VINSURVIN pour cette idée pertinente Monsieur Tarlant !

Comme Olivier, présent lors de ce TupperWine 13.0, l'explique fort bien sur OCHATO.COM, ce très bon site de vente en ligne de très bons vins (j'en ai goûtés !), la présentation du terroir sensibilise le dégustateur au rôle de l'environnement sur le développement du raisin. Une approche descriptive minutieuse transporte le dégustateur en Champagne : à 10km  d'Epernay, un bas de coteau en bord de Marne, un mois de septembre radieux, les oiseaux qui gazouillent. L'impact du fleuve sur le raisin : les courants frais de la Marne permettent une évolution douce des températures et donc des fruits. A cet endroit, la parcelle est crayeuse, 50 ares de pinot noir font face à 50 ares de chardonnay. Règle de l'are : Benoît Tarlant produit cette cuvée Louis uniquement quand l'assemblage à parité des deux cépages donne un vin subtil.

La dégustation commence avec les jus de pinot noir puis de chardonnay, les deux cépages qui tralant2.jpgcomposent la Cuvée Louis. Une première fermentation en fûts donnent 10,8 d° d'alcool à ce qui s'apparente à du pur jus de raisin, issu des vendanges 2008 et obtenu après un sous-tirage très précoce. Les jus sont la matière première, celle qui, quelques années plus tard, composera ces grands champagnes. C'est l'occasion pour Benoît d'expliquer les différentes étapes de la fabrication d'un vin à la petite trentaine de TupperWiners présents. On ne peut encore véritablement parler de robe, ici ! Le pinot noir (dont le jus sort jaune, la peau noire ne l'ayant pas encore marqué son empreinte) est donc un peu trouble. Il affiche déjà clairement des notes agrumées de citron jaune quand le chardonnay rappelle la pomme. L'acidité est franchement présente dans les deux cas. 

Nous passons à un vin, que l'on peut désormais appeler un champagne, issu des vendanges 2005, mis en bouteille en avril 2006. La Cuvée Louis 2005 n'a donc qu'un an et demi ! Benoît nous explique que c'est avant la "mise" (en bouteille) que le vigneron fait les assemblages, la chaptalisation (ajout de sucre, subtil chez les Tarlant, parfois décrié car effectué exagérément chez certains, mais nécessaire pour déclencher la prise mousse) et ajoute des levures indigènes, naturellent présentes dans les vignes.

Dégorgemement. Afin d'évacuer le dépôt naturel qui se trouve dans le vin (opération appelée "dégorgement"), les bouteilles sont positionnées tête vers le bas, les lies s'accumulant "dans" le gouleau. Le dégorgement moderne se fait à, l'aide de saumure, un liquide d'une température d'environ -25° qui gèle la tête de la bouteilles et permet une expulsion propre du dépôt emprisonné dans le glaçon. Les "anciens" faisaient le "dégorgement à volée", à l'aide du sorte de décapsuleur et d'une grande dextérité ! Pro jusqu'au bout des ongles, Benoît nous fait une belle démonstration de dégorgement que je vous laisse apprécier sur la vidéo. Votre humble serviteur s'y est essayé : heureusement que le ridicule ne tue pas !

tarlant4.jpgQV Discobitch. Assemblage égal de pinot noir et de chardonnay, issue de la vendange année 1998 à 80% et des vins de réserve de 1997 et 1996. Prêt à être consommé, Louis a maintenant 10 ans et on est loin de ce jeunot que l'on a connu à l'âge d'un an et demi. Il a mûri et acquis un sacré caractère. Des bulles fines, nerveuses, coquines, font l'ascencion verres le disque brillant du vin. Non dosé, son acidité est nette. La cuvée Discobitch, née d'une histoire invraisemblable contée ici,  a un nez tellement aromatique, gras, beurré, toasté. La bouche, suave, fraîche et tonique, n'est pas sur-effervescente, défaut numéro un des mauvais champagnes. La finale persistante est marquée par le pain qui s'efface au profit de la fraicheur des fruits blancs et des fleurs dans un royal équilibre.

Nous finissons par un Louis majeur, âgé de vingt ans : la Cuvée Louis 1988. Le Louis s'est aguéri, posé, presque embourgeoisé, mais il n'a pas pris un gramme de ventre, ni un seul cheveu blanc. Louis est fort, vaillant, conquérant. C'est pourquoi, malgré son viel âge, il a la bulle toujours bien présente, fine et filiforme. Sa palette d'arômes s'est élargie, complexifiée. Le gras s'est un peu estompé au profit d'arômes plus longs en bouche comme la vanille ou la noisette. Il est ample et tendu, suave et frais, charnu et confortable. On mettrait plus d'un écu pour acquérir ce Louis, qui vaut de l'or.  

Un vigneron, du vin et des oenophiles, la 13ème édition fut conforme à l'habitude : pédagogique et conviviale. Et une promenade à travers le temps, comme Daniel-Etienne Defaix nous l'avait soumis il y a un an (lire par ailleurs) et Bertrand Lhopital plus récemment. Je tiens à réitérer mes plus chaleureux remerciements à Alex de nous avoir acceuilli dans sa ravissante échoppe de la rue Vaneau dans le 7ème arrondissement de Paris(Alex Caviste) ainsi qu'aux fidèles TupperWiners et Wineuses qui sont de plus en plus nombreux. Un énorme merci à l'ami Benoït Tarlant, sans qui ce délicieux TupperWine n'aurait jamais eu lieu. Merci également à tous les vignerons qui continuent de me faire parvenir des échantillons, que je conserve avec le plus grand soin, et dont on entendra forcément parlé sur VINSURVIN.

Au programme des prochains TupperWine : mardi 6 janvier, dégustation à l'aveugle de vins de vignerons de la Rhône Valley, sélectionnés par VINSURVIN, avec une surprise ! Mardi 3 février, c'est Alain Chabanon qui nous fera déguster ces vins de Montpeyroux, en Languedoc, une grande soirée en perspective. La Côte de Beaune, la Côte Chalonnaise et le Tricastin seront également à l'honneur en 2009. Vivement la rentrée !

jeudi, 13 novembre 2008

TupperWine 12.0 : jouir du meilleur.

T04.jpg

Les TupperWine fêtaient hier leur premier anniversaire autour d'un public en extase, acquis à la cause de l'accord vin et chocolat qui leur était proposé. Deux talentueux vignerons, et un artiste-chocolatier qui ne l'est pas moins, avaient fait, pour l'événement, le déplacement du Roussillon, de la Loire et de Montmartre. Une soirée délicieuse, bien au delà des rêves et des fantasmes de votre humble serviteur. Paroxisme et symbole de la soirée : une belle-maman dit s'être retrouvée au bord de l'extase suprême.

Une cave voûtée du 17ème Siècle, des invités triés sur le volet, du vin, du chocolat... Non, il ne s'agissait pas d'une soirée S.M. (Sauterne, Minervois) hier soir aux T3.jpgCaves Elzevir, qu'Alexis, tenancier des lieux, pourtant habitué des folles soirées parisiennes, aurait organisé, mais simplement du TupperWine 12.0 de VINSURVIN. Contrairement aux onze précédents, le vin n'était pas le seul roi de la soirée puisque le maître-chocolatier Arnaud Larher, Meilleur Ouvrier de France 2007, était venu avec trois pièces de chocolat. Accorder deux rivesaltes (de Pierre Schneider, Château Saint-Nicolas, Roussillon) et un coteau de l'aubance (de Didier Richou, Anjou, Loire) et des ganaches de très grande qualité, tel était le pari de cet artiste modeste et surdoué et de votre humble serviteur.

Nous ouvrons le bal avec un Rivesaltes 100% muscat, du Domaine Saint-Nicolas, à la robe très claire et très brillante. Ce muscat est rond, suave mais présente également une certaine fraicheur. Avec ses notes florales, puis chaudes de fruits blancs confits (abricot, mirabelle), sa complexité laisse entrevoir des notes de miel et de feuille de menthe. Robusta, un Grand Cru de chocolat noir du Venezuella apporte au vin une noble amertume qui lui sied à merveille. L'accord a cela d'intéressant que vin et chocolat se dissocient très bien en bouche, presque de façon paralèle. 

T1.jpgNous quittons, temporairement, le Roussillon pour la Loire, chez Didier Richou. Les Violettes 2005, un coteau de l'aubance 100% chenin avait été le coup de coeur d'Arnaud Larher, lors de la préparation de la soirée, dans son laboratoire. Ce vin blanc à peine moëlleux est une pure merveille de fruits compotés, de fraicheur et de complexité. Notre choix s'était porté sur une ganache au zest de citron vert. Contrairement au premier accord de la soirée, la ganache et le vin entre fusion pour ne plus faire qu'un. Le vin fait ressortir le citron vert de la ganache ou serait-ce cette dernière qui fait jaillir les notes d'agrume de ce chenin ? En tous cas, la fraicheur et la tonicité de l'accord sont remarquables.

Nous retournons dans le Roussillon pour déguster Elixir du Roy, un Rivesaltes 2003 du Domaine Saint-Nicolas. Le vin doux, naturel (passé 18 mois en barriques de deux-trois vins) de Pierre Schneider est élaboré à partir d'un grenache blanc pur : une couleur tuilée, ambrée, il nous emmène vers des notes subtilement madérisées, de pruneau, d'orange amère, de fruits confiturés tout en gardant une superbe frâicheur et une acidité bien calibrée ; un vin à cigare, un digestif, un vin qui se satisfait à lui-même, un vin de dimanche après-midi automnal,  que l'on sirotte assis au bord d'un feu cheminée, ou debout devant la fenêtre, celle qui donne sur la forêt, balayée par la pluie. Arnaud nous soumet Epicière, un chocolat confit aux agrumes, citron, orange et pain d'épice (grillé au four et broyé). A ce moment là, c'est un peu l'apothéose aux Caves Elzevir. Un groupe d'amis rit aux éclats. Le regard d'une femme très blonde croise celui d'une autre, aux superbes yeux émeraudes. Deux hommes, plongés dans une conversation importante, se reservent un verre. De la musique techno parvient difficilement aux oreilles de celui qui vaque de groupes en groupes. Soudain, on entend des femmes employer des champs lexicaux à caractère sexuels pour exprimer ce qu'elles ressentent devant le spectacle qui s'offre à leurs sens exacerbés. Un couple sextagénère dégénère. La charmante dame n'en peut plus. Trois chocolats, trois verres de vin modérés, elle arbore un sourire émerveillé, confondu ; elle ne trouve plus les mots pour exprimer ce qui l'envahit. Certainement un mélange de plaisir, de sensualité et de jouissance... 

*************************

Cave Elzevir, 16 rue Elzevir, 75003 Paris - info@cave-elzevir.fr; Tél : +33 (0)1 42 78 25 04.

Domaine Didier Richou, route de Dénée, 49610 Mozé sur Louet, domaine.richou@wanadoo.fr, 02 41 78 72 13.

Chateau Saint-Nicolas, Route de Canohès, 66300 Ponteilla. Tél/Fax: +33-4-68-53-47-61 Mobile: +33-6-34-47-06-97

Arnaud Larher, 53 rue Caulaincourt 75018 Paris, 01 42 57 68 08.  contact@arnaud-larher.com

Photos (d'Anne de DINDONSWINE), 1 : de gauche à droite : Didier Richou, Arnaud Larher, Pierre Schneider. De dos : M. VINSURVIN. 

Prochain TupperWine : le 2 décembre. Benoit Tarlant vient à Paris nous faire découvrir ses champagnes...

vendredi, 07 novembre 2008

TupperWine 12.0 : comme eux, gagnez votre invitation !

monica2.jpg 

Il y a un an déjà, dans l'échoppe de Fabrice, Cave Lya, à Montmartre, naissait le premier TupperWine. Ces dégustations mensuelles et gratuites réunissent des lecteurs et des lectrices de VINSURVIN afin de découvrir des vins d'authentiques vignerons sélectionnés et recommandés par votre humble serviteur. Mercredi 12 décembre prochain, 19h45, les TupperWine fêtent leur premier anniversaire autour d'un maître chocolatier et de deux vignerons, dans le Marais. Comme Monica et Sean, gagnez votre invitation en répondant à ce quiz !

Un soir de novembre 2007 pluvieux. Aux Abbesses. TupperWine 1.0, c'est ça : deux types. Le caviste et moi (1). On a dégusté des fonds deseanpenn.jpg cuve qu'un négociant luxembourgeois a bien voulu me refiler. C'était du rouge ou du blanc ? Depuis, les vignerons du monde entier m'ont fait parvenir leur CV pour animer un TupperWine (oui, enfin, la France, en vin, c'est le monde entier, pas la peine d'aller courir en Australie où au Chili). Des milliers de dégustateurs (oh, ça va, j'exagère pas tant que ça, si on compte les provinciaux qui n'ont pas pu venir), ont un jour (ou faillit, donc) dégusté un pouilly-fuissé, un chablis, un champagne, un Yquem 1937, un Clos Vougeot 1962 (je sais, ça paraît incroyable). Alors, pour gagner une des quinze invitations pour une personne, (et devenir un TupperWiner), c'est simple, il vous suffit de lire VINSURVIN, Producteur de Chroniques Oenophiles et de répondre à ces quelques questions. Veuillez m'envoyer vos réponses par mail à vinsurvin2020@gmail.com. Bonne chance !

1. Le coteau de l'aubance est un vin de :

a) Loire b) Rhône c) Corse d) Québec

2. Le coteau de l'aubance est élaboré à partir du cépage :rogeries.jpg

a) chardonnay b) muscat c) bourboulenc d) chenin

3. L'appellation la plus proche, en kilomètre, de chez Didier Richou est :

a) Muscadet sur Lie b) Savennières c) Saumur-Champigny d) Bourgeuil

4. Sur cette photo, Didier Richou fait goûter à l'homme sur sa droite :

a) Les Rogeries 1959 b) Les Rogeries 1970 c) Les Rogeries 2006 d) Un cidre bouché millésimé.

5. Pierre Schneider (Château Saint-Nicolas) est d'origine :

a) Tunisienne b) Autrichienne c) Suisse d) Américaine

6. Les Rivesaltes de Pierre Schneider sont faits à partir de :

a) grenache blanc et muscat b) alexandrie et alexandra c) gros manseng et colombart d) trousseau et savagnin  

7. L'appellation qui se situe le plus près de Rivesaltes, en kilomètre, est

a) Cornas b) Rasteau c) Pacherenc du Vic-Bihl d) Maury 

8. Le bruit que vous entendez est celui d'un liquide servi dans un verre, lequel ?

a) un vin blanc b) un champagne c) un vin rouge d) de l'eau

Fin du quiz lundi 10 novembre à 21h00. Jeu valable pour une invitation pour une personne. 15 invitations disponibles. Good luck !

Photos : Monica Belluci viendra au TupperWine 12.0, s'il elle réussit le quiz. Sean Penn se tâte.

(1) Désolé les mecs, et Floriane, c'est juste pour l'histoire...

dimanche, 12 octobre 2008

TupperBlind, part two.

Doisneau14.jpg

Après une sélection de blancs hétérogènes mais ayant réservé de belles surprises, comme le VDP du Lot d'Emmanuel Rybinski, le TupperWine à l'aveugle se poursuivait avec la dégustation de quatre vins rouges. Beaucoup d'hétérogénéité également, mais une balade au gré des cépages et des régions de France fort intéressante.

DSCF0093.JPGJ'arrive frais sur la table. Je suis d'un rouge trouble mais/et très clair, presque grenadine. Et légèrement perlant. Je sens "un peu" la réduction. Mais je regorge de fruits rouges et de fraicheur et de jeunesse et d'enthousiasme. En somme, je suis juteux, frais et léger. Qui suis-je ? Réponse : un assemblage gamay/grolleau (80/20) des Dupond et Dupont d'Anjou (Houtin et Bresteau), alias Vin de Jardin de la Grange Aux Belles à 12°. La réduction déplaît à certains, peu habitués aux vins naturels, et c'est bien normal ; mais le côté gouleyant, juteux et léger de notre premier vin en inspirent plus d'un. Assurément mon préféré ce soir là, notamment pour son côté "vin de copains" qui symbolise tout à fait ce TupperWine 11.0.

Nous enchaînons avec ce qui pourrait être considéré comme l'antithèse de ce que nous venons de déguster : laDSCF0024.JPG Melchiorte 2003, un côtes du luberon de chez Louis-Michel Brémont à Cucuron, un puissant assemblage de syrah, grenache qui, malheureusement, incommode certains d'entre nous avec ses arômes alcooleux un peu trop prononcé. Ceci dit, il y a alcools et alcools : ceux-ci, bien qu'effectivement un peu excessifs, présentent des notes de fruits à l'eau de vie que je ne trouve pas si désagréables. Par ailleurs, la Melchiorte offre un beau volume et de jolies notes de fruits noirs, de réglisse et de poivre blanc. Nous goûterons les Vadons, la prochaine fois, un exemple de subtilité et d'espièglerie.

caudios_rouge.jpgNotre vin N° 3 présente un vif nez de fruits rouges, frais et... mentholé ! Caudios 2004 du Château d'Agel se situe en Languedoc, dans le Minervois. Voici un moment qu'Estelle Deheyer et moi avons fait connaissance et l'heure est venue de présenter ses vins aux TupperWine à l'aveugle. Les blancs Agellum et Les Bonnes seront d'ailleurs bientôt présentés. La bouche d'une bonne puissance, modérément torréfiée, présente beaucoup de finesse et de rondeur. Un peu trop diront certains ! Ses tanins délicatemement fondus plairont à ces dames, sans aucun doute. Un vin sage, propre, bien fait, à qui je reproche effectivemement une certaine indolence.

Nous finissons cette dégustation par le vin qui remportera 6 votes sur 10, le Chateauneuf du Pape, Vieilles Vignes, 2005 delamillière.jpg Michel Arnaud (Domaine de la Millière). Souvenez-vous, on parlait récemment des côtes-du-rhône-villages de Michel sur VINSURVIN, que j'avais trouvé tout simplement "re-mar-qua-ble". Je ne suis pas peu fier d'avoir mis la main sur un tel vigneron. Composé à 60% de grenaches plantés entre 1891 et 1920, de 10% de mourvèdre, de 10% de syrah, de 10% de cinsault, de 10% de counoise, avec une mise en bouteille à partir de la 2ème, 3ème année, ce chateauneuf du pape 2005 (33hl/ha) présente toutes les caractéristiques des meilleurs de sa région : finesse, puissance, complexité... Le nez est fumé, aérien, profond. La bouche est d'une puissance maîtrisée, d'un fruit juteux, gras et délicieux. Des fruits déjà légèrement compotés assortis de notes amandées et garriguées, de tabac brun frais et de cuir. Les tanins sont élégants, racés et frais. ON sent qu'on a affaire à un vigneron qui sait ce qu'il veut et qui sait où il veut nous emmener. C'est vrai que c'est magnifique. Merci le vin, merci Michel, et bravo.  

 Prochain TupperWine : le mercredi 12 novembre, avec un accord chocolat et vin...

Les sites Internet des domaines en question :

DOMAINE LES VADONS, Luberon.

DOMAINE LA MILLIERE, Côtes du Rhône.

CHATEAU D'AGEL, Minervois.

CLOS TROTELIGOTTE, VDP du Lot,

DOMAINE RICHOU, Anjou. 

samedi, 11 octobre 2008

TupperBlind : on en a pris plein les yeux !

 

tup12.jpg

Quatre vins blancs, quatre vins rouges, à démasquer. Des flacons venus de toute la France. Une variation de cépages. Dix amateurs attablés dans un chaleureux appartement parisien. La recette pour passer un moment formidable était simple, mais inédite sur VINSURVIN.

Photo017.jpgIls ont saisi leur fiche de dégustation, l'ont examinée, et une certaine excitation s'est lue dans leurs yeux. Découvrir de nouveaux vins, tenter de les identifier sans même voir l'étiquette, comparer leurs impressions avec celles de leurs voisins et voisines et classer ces vins par ordre de préférence : le challenge était de taille mardi soir dernier, chez Canelle et Mathieu, dans un esprit ludique et très décontracté.

En blanc, la palme d'or revient aux Rogeries, l'AOC Anjou 2005 (Loire) 100% chenin de Didier Richou, un modèle complexité et de subtilité. Avec ses arômes iodés, ses arômes précieux et minéraux, sa tonicité plein de vibrance, les Rogeries intriguent et fascinent. Une pointure au-dessus...

Médaille d'argent, et coup de coeur pour un certain nombre de dégustateurs : CSbV, un VDP du Photo014.jpgLot 2007 conçu par Emmanuel Rybinski (le "y" au début !). Le premier vin blanc du vigneron du Clos Troteligotte à Cahors (Sud-Ouest), et très belle réussite avec cet assemblage de chardonnay, sauvignon et viognier. Un nez flatteur dominé par le viognier et ses notes exotiques mais bien rafraîchi par les notes d'agrumes. La bouche est souple, tendre , confortable mais également tendue pour laisser place à très jolie longueur. Bravo !

Nous nous dirigeons à présent vers la Bourgogne, le Mâconnais pour être précis. C'est le Saint-Véran du Domaine Sangouard 2005 (100% chardonnay, évidemment) qui prend la troisième place dans le coeur des dix TupperWiners autour de la table. Sa robe est plus soutenue que les précédents, son nez est beurré, amandé et minéral. C'est plaisant. La bouche tarde un peu à s'exprimer et à s'extirper d'une certaine indolence qui la rendrait presque lymphatique. Un vin bon, bien fait, mais qui pâtit d'un léger manque de vigueur et de complexité.

Chose étonnante, nous finissons "mon" classement avec un vin qui m'avait beaucoup plu lorsque je l'avais découvert : L'Archet 2005 un 100% maccabeo du Domaine Gayda (Roussillon, 11). Le nez est de suite charmeur mais dominé par le bois et des notes de vanille un peu outrancières, comme la bouche qui ne parvient pas à exprimer le fruit et la gouleyance que peut apporter un tel cépage. Ce sera le préféré d'Anne, elle qui n'avait pas été convaincu lorsqu'elle l'avait découvert à Festi' Bacchus. Comme quoi !

L'Anjou, le Mâconnais, le Roussillon, le Sud-Ouest, expérimentés à travers le chenin, le chardonnay, le maccabeo, le sauvignon et le viognier et le savoir-faire des Richou, Sangouard, Gayda et Rybinski, tel était le programme de ce TupperWine 11.0. La version à l'aveugle a plu et sera reconduite, probablement en janvier 2009. Ces impressions et commentaires sont évidemment très subjectifs et il ne faudrait pas les prendre "comptant" ! Seul votre avis, votre impression, votre sentiment comptent lorsqu'il s'agit d'exprimer vos sentiments sur un vin. 

Suite de ce compte-rendu avec les vins rouges dégustés lors de ce TupperWine 11.0, très prochainement, sur VINSURVIN. Prochain TupperWine ? Le mercredi 12 Novembre avec un subtil et délicieux accord vin et chocolat... Dix invitations à gagner, début novembre, sur VINSURVIN, Producteur de Chroniques Oenophiles.

lundi, 06 octobre 2008

Ce soir, c'est à l'aveugle !

blind.jpg

Le TupperWine 11.0 a lieu ce soir et bien malin celui qui saura démasquer les vins au programme. Car pour la première fois en onze éditions, c'est blind test : une dégustation de vins de toutes les couleurs et des quatre coins de la France, à l'aveugle !

Vous aimez le vin. Le blanc, le rouge, le rosé. Mais, êtes-vous joueur ? Etes-vous capable de détecter un cépage chardonnay, un rolle ou un maccabeu à la simple vue de sa robe, à l'odeur de ces arômes, à son contact et sa longueur en bouche ? Si vous pensez que oui, vous risquez de vous mettre le doigt dans l'oeil. Car l'identité d'un vin ne saute pas aux yeux, à l'aveugle.

Entourés de quelques oenophiles, les yeux souvent écarquillés, aussi amateurs que vous, vous ferez le tour de la France et découvrirez, ou redécouvrirez, des régions viticoles, des cépages, des vignerons de très grande qualité. Dégustation gratuite, aucune vente à la clé, seul le plaisir de se rincer le gosier, à défaut de l'oeil, motive ces TupperWine.

Des TupperWine auxquels vous viendrez les yeux fermés, il y en a encore à venir en 2008. Et pas n'importe lesquels ! En Novembre : un accord met et vin avec le meilleur ouvrier chocolatier de France, Arnaud Larher. En décembre : Benoit Tarlant viendra nous faire goûter son champagne. Le pire, c'est qu'on peut participer à tous les TupperWine... Dingue.

Mais une question vous taraude l'esprit. Combien diable participer à ce TupperWine de mardi 7 octobre 2008, 20h00, à Paris 17 ? C'est simple. Pas nécessaire de me faire de l'oeil. Jetez un oeil au quiz suivant et répondez-y par commentaire. Laissez-moi une adresse e-mail valide afin que je puisse vous envoyer l'adresse de ce TupperWine 11.0 en retour. Et pour vous donner une idée de ce à quoi ressemblent ces dégustations étranges, détendues et gratuites, entre gens bourrés de qualités, qui boivent du bon vin de 20h00 à 22h00 une fois par mois, il vous suffit de cliquer ICI pour lire les compte-rendus des précédents TupperWine.

A ce soir, bon pied, bon oeil !

1. Quel est le cépage roi en Aubance ?

2. Qu'est-ce qu'un maccabeu ?

3. Dans quelle région viticole se trouve le domaine de la Millière ?

4. Quelle est la dernière région viticole en date visitée par VINSURVIN ?

5. Qui vient de sortir la QV Discobictch ?

mercredi, 03 septembre 2008

Meeting au TupperWine 10.0

1142126617.jpg 

Le TupperWine 10.0 qui se déroulait hier soir Cave Lya, à Montmartre, a réuni une bonne vingtaine de personnes, autour de flacons ayant tous leur origine en commun : le Luberon. Si ces dégustations entre novices et passionnés permettent de goûter, parfois pour la première fois, à des vins trop rares dans notre quotidien et dans le paysage viticole français, elles mettent également en contact des amateurs et des professionnels du vin. Hier soir, c'est la bande d'Ochato.com qui étrénait son premier TupperWine, ainsi que Pierre Guigui, qui n'est autre que l'auteur, sélectionneur et dégustateur du Guide des Vins 2009 GaultMillau. L'occasion de rendre hommage à ces passionnés du vin.

1353946695.JPG"Un vin ne saurait être de qualité sans le travail de l'homme et de la nature qui l'accompagnent". Christophe Guitard, d'Ochato.com, est non seulement un homme de goût mais aussi un homme de lettre. Spécialiste ès vin du fameux site internet qui permet aux @mateurs d'acheter des vins de domaines triés sur le volet, Christophe, en homme discret, aura été peu prolixe, en public, sur les vins dégustés hier soir. Mais, dans son coin, à côté de Pierre Guigui, ses commentaires sont pléthores, comme ceux de ses collègues passionnés. Avec lui, Sylvain Mauger (à gauche sur la photo) et Olivier Leroy, tous deux membres actifs de l'équipe d'Ochato.com, venus (enfin !) avec l'idée en tête de goûter aux TupperWine mais aussi de découvrir ce que le Lubéron avait de bon à offrir. Nous attendons avec impatience ce qu'ils auront retenu de cette soirée...

Les sites de vin sur Internet sont nombreux et peut-être hésite-t-on encore, en France, à faire des achats sur Internet, du vin à plus forte raison. Cependant, on peut être rassuré lorsqu'on lit la "charte" Ochato sur le site : un engagement aux côtés de vignerons de talents, tous soucieux de leur terroir, des découverte de vins rares et confidentiels, un partenariat avec les vignerons basé sur la durée pour les suivre personnellement au gré des millésimes. Par ailleurs, l'importance donnée par Ochato à une sélection exigeante est à prendre en considération : tous les vins sont goûtés et sélectionnés par Christophe Guitard, le spécialiste Ochato. Variés et originaux, les vins Ochato sont tous l'expression la plus fidèle du couple vigneron / terroir. A en lire la présence du Montlouis de Frantz Saumon, le Patrimonio du Domaine Gentile ou encore du Chateauneuf du Pape du Domaine Villeneuve, difficile de ne pas croire la bande d'Ochato ! Alors, voilà, après le site du dénicheur de pépites Laurent Baraou, on serait bien inspiré d'aller faire un tour, et même ses courses, sur Ochato.com.

Autre "personnalité" du vin présente à ce TupperWine 10., Pierre Guigui, auteur du fameux Guide des Vins GaultMillau. Discret, humble et 820810814.jpgcurieux, un peu comme Christophe Guitard, je n'aurai eu que trop peu de temps pour m'entretenir avec ce grand connaisseur. J'ai le temps de lui mentionner que je viens de rendre visite à Martine Becker, à Zellenberg, saluée dans son guide, mais que non, je n'ai pas vu Sylvie Spielmann (pourtant basée à Thannenkirch) qu'il encense en page 16. Par ailleurs, Pierre me fait part de cette idée très originale : un club d'amateurs de vin auto-géré dans lequel une fois par mois, un membre fait un cours sur le vin au groupe.

La rencontre avec ce passionné du vin ne saurait être complète sans la mention de cette vente aux enchères GaultMillau au profit des enfants handicapés de la fondation hardy, le mercredi 24 septembre 2008 à 18h00, à l'Hôtel Dassault, 7 Rond-Point des Champs Elysées, Paris VIII. Cinq miles bouteilles sélectionnées par le guide GaultMillau 2009 seront vendues aux enchères.

*****************************************************************************

Les commentaires sur la dégustation de la soirée sont, entre autres, sur DINDONSWINE, le blog d'Anne, une assidue des TupperWine.

ICI, les impressions de Christophe Guitard, le palais de OCHATO.COM

Photo Illustration : vue depuis les toits de Montmartre sur la Tour Eiffel. Photo 2 : Fabrice Monod, du Domaine Fontvert, faisait déguster ses vins hier soir Cave Lya.

*****************************************************************************

mercredi, 27 août 2008

TupperWine 10.0 : Le Luberon à l'honneur !

1676567462.JPG

La Loire, le Mâconnais, le Sud-Ouest, Chablis, la Champagne, l'Ardèche, l'Alsace, et maintenant, le Luberon ! Chose promise, chose due, de retour d'une région prodigieuse de beauté et de sérénité, VINSURVIN vous invite à son TupperWine 10.0, mardi 2 septembre, 19h45, chez un caviste de Montmartre, pour une balade oenophile à travers le fameux vignoble du Vaucluse. Cerise sur le gâteau, Fabrice Monod, du Domaine Fontvert, sera des nôtres, pour nous parler de son vin et de sa région. Pour y participer, c'est simple, il suffit de lire VINSURVIN et de répondre à quelques questions.

1. La superficie du vignoble du Luberon (déclarée en 2006) est de :

a) 50 ha b) 200 c) 3000 ha d) 10000 ha

2. Les deux cépages principaux (rouges) cultivés dans le Lubéron sont :

a) petit verdot, gros manseng b) syrah, grenache c) riesling, petit grain d) malbec, bourboulenc 

3. Yoann Malandain vinifie à :

a) Yquem b) la Dorgonne c) Lourmarin d) sa façon

4. Aux Vadons, à Cucuron, dans le Luberon, VINSURVIN a rencontré :

a) Louis-Michel Brémont b) Louis-Michel Brémond c) Louis-Michel Brêmont d) Johnny Cleg

5. Son père est un célèbre vigneron à Chassagne-Montrachet. Lui officie dans le Lubéron, à :

a) Château Grand Callamand b) Saint-Estève de Néri c) Saint-Pourçain sur Sioule d) la Bastide du Claux 

Pour participer, répondez à ce quiz par commentaire sur VINSURVIN. N'oubliez pas de laisser une adresse e-mail valide (non communiquée) en remplissant le "formulaire commentaire" afin que je puisse vous faire parvenir votre invitation. Jeu valable pour une personne. Date de clôture : mardi 2 septembre, midi (invitations envoyées jusqu'à 18h00, le soir même) environ. Faites jouer vos amis ! Bonne chance !

Pour patienter et vous mettre "l'eau" à la bouche CLIC ICI pour un petit diaporama sur le Luberon.

mardi, 15 juillet 2008

Septime se sublime.

1813174842.jpg 

Le TupperWine 9.0 a célébré un domaine, celui de Jean Becker, dévoilé deux cavistes, Jérôme et Olivier, révélé un photographe, Arnaud Septime. Amateur de vin, concepteur de sites internet et passionné de photos, l'homme-qui-photographiait-des-plafonds, comme j'aime lui dire sur le ton de la plaisanterie, nous a gratifié d'une série de portraits d'oenophiles en pleine dégustation, plus remarquables les uns que les autres. Quand deux formes d'art se rencontrent.

Je vais finir par me prendre pour une star. Pas une seule dégustation sans que je tombe sur Arnaud, alias Monsieur Septime. C'est devenu une habitude, Arnaud ne me dit jamais bonjour quand nous nous rencontrons. Il me prend en photo. Ou, plus modestement, il prend une photo, avec votre humble serviteur au milieu. C'est sa façon de me saluer. De saluer les gens. Cadrer. Appuyer sur la gâchette. Mitrailler. Bû, avril 2008, à peine descendu de la voiture de Laurent Baraou, mon Septime est sur le parking, caché derrière son appareil. Et ce n'est pas pour Emmanuel Delmas, trop peu photogénique. Dernier salon des vignerons indépendants en date, porte de champerret, il me refait le coup ! Mardi dernier, rue Lamarck, Arnaud, comme d'habitude, est le premier sur les lieux. Il veut capter les tout premiers arrivants et leur refaire le portrait.

Jeudi dernier, Arnaud est encore en position de primo-arrivant, pas couché sur un capot de voiture pour avoir le meilleur angle, mais presque. Et là, il se fait plaisir, il nous fait plaisir en nous offrant cette série de photos et de portraits. Vous lirez toute l'attention des dégustateurs qui boivent les paroles de Martine Becker. Vous remarquerez la concentration avec laquelle les TupperWiners hument les parfums qui s'échappent de leur verre. Vous saisirez tout le plaisir qui se dégage de cette expérience qu'est la découverte d'un vin.  Vous ne manquerez pas la convivialité qui se dégage de ces dégustations. Quand on pense que certains allumés essaient pathétiquement de mettre à sac la viniculture française. A défaut de les mépriser, difficile en tous cas de ne pas ressentir pitié et agacement. Assez parlé. A toi l'artiste, et mille fois merci !

2133713948.jpg

223157445.jpg

Jérôme (à gauche) et Olivier, qui viennent de reprendre la boutique de Christophe, l'Hardi Vin, il y a à peine une semaine, s'affairent pour acceuillir les TupperWine dans les meilleures conditions.

481153126.jpg
Justine (venue exprès du Canada) et Julien de findawine ne boudent pas leur plaisir.
567146966.jpg
Fabrice Bonardi serait-il entrain de chercher de la matière pour son prochain roman ?
432649466.jpg
Raphaël (alias Laflutte, dit la Sténo) n'a pas écrit grand chose, trop occupé à écouter Martine et déguster ses vins !
1718452998.jpg
Votre humble serviteur, Céline (toute nouvelle TupperWineuse) et Christophe (alias Sancho Panza).
1874396168.jpg
1335650978.jpg
465759017.jpg
1389964728.jpg
1366487946.jpg
360273768.jpg
De nombreuses (jeunes) femmes avaient fait le déplacement. En dehors d'Anne (et d'Ariane - absente sur ces photos),
c'était une première pour elles. En illustration (photo N° 1), peut-être la plus belle photo : séquence plaisir avec Christophe, en pleine réflexion, la bouche pleine, faisant tournoyer son vin dans la bouche, à la recherche des notes que lui évoquent ce nectar, la tête dans les étoiles...
*
****
*
Pour terminer, un homme comblé, votre humble serviteur, qui part dès mardi sur les routes de France et de Navarre (Provence, Lubéron, pour commencer) pour vous dénicher de bons petits vins de chez nous, à découvrir lors des prochains TupperWine et  sur VINSURVIN !
Bonnes vacances à toutes et à tous, et merci pour votre fidélité à VINSURVIN, Producteur de Chroniques Oenophiles.

 

samedi, 12 juillet 2008

Martine monte à Paris.

50910044.jpg

Strasbourg-Paris en TGV : 2h20 ; Dégustation Martine Becker : 2 heures de TGV (très grands vins). Il ne fallait pas arriver en retard jeudi dernier au TupperWine 9.0 Off menée par un train d'enfer et de main de maître par l'excellente Martine Becker du quadri-centenaire Domaine Jean Becker (Zellenberg). Des Grands Crus Sonnenglanz, Froehn, Schlossberg, du riesling, du tokay -pardon, du pinot gris-, du gewurztraminer, présentés à un parterre d'amateurs médusés : c'est quand le prochain TupperWine qu'on se régale encore ?  

626760289.jpgL'occasion fait parfois le larron. Il aura suffit d'un e-mail de Martine Becker (photo de dte) le 4 juillet dernier, dans lequel elle m'informait de sa venue à Paris, pour ameuter la troupe et organiser un TupperWine 9.0 Off une semaine plus tard. Bien en prit à votre humble serviteur puisque ce ne sont pas moins de vingt cinq personnes qui se retrouvèrent chez Jérôme et Olivier, les très sympathiques nouveaux locataires de l'HardiVin, fraîchement arrivés dans la très féminine rue des Dames. Monsieur Christophe, anciens maître des lieux, si tu m'entends, mes amitiés. A noter également, et vous le constaterez par vous-même, les magnifiques clichés du désormais photographe officiel des TupperWine, Arnaud Septime de mistelle.fr.

La dégustation démarre avec un rince-gueule nommé Gentil, et c'est vrai qu'il ne fait pas de mal. Un schlück (en alsacien dans le texte) de cet assemblage de riesling, de gewurtz et de muscat annonce la couleur : reflets dorés, brillance, limpidité, minéralité, notes de fruits à chair blanche (pêche, poire...), on ne va pas s'ennuyer.

2056137193.jpgAllez, spretzig ! Après cette gorgée pour se mettre en jambes (fines sur la paroie du verre), premier arrêt en gare de Schönenbourg, un riesling Grand Cru 2004, beau comme un joli château. Un superbe nez de fruits mûrs (mirabelles, prunes jaunes), une bouche fraîche, dotée d'une jolie acidité. Pas encore gradé "général", mais fera assurément un "très bon caporal". Dixit Martine ! La version 2001 présente une couleur plus marquée. Le nez est plus ouvert mais plus complexe également. Des notes de foins coupés, de fleurs blanches. La bouche est bien plus grasse. Grand Cru Froehn Reisling 2001 fait l'unanimité dans l'assemblée, notamment auprès de ces dames, très nombreuses une fois de plus, jeudi soir. Des notes de torréfaction, une bouche agrume-citron jaune, de la fraîcheur associée à une belle matière. C'est vrai que ce vin a beaucoup de charme.   

Grand Cru Schlossberg Riesling 2004 nous confirme la typicité du cépage (riesling, donc), comme ressenti à travers les trois premiers Grands Crus. Cépage rhénan par excellence, on le dit "fidèle" au terroir. Evidemment, selon la nature des sous-sols, il s'exprimera différemment, mais une belle et longue structure acide qui lui donne beaucoup de race, de la puissance, des arômes très nobles de canelles, d'écorces d'orange mais aussi d'acacia et d'exotisme tapissent le palais du dégustateur.

Nous ponctuons cette farandole de rieslings avec une vendange tardive qui nous conduit vers une1207764070.jpg palette aromatique de fruits à chair blanche cuits, de confitures de coing, soutenus par une belle acidité. Si Martine nous prend par les sentiments, evidemment...

Spretzig ! Place au pinot gris ! Grand Cru Froehn 2002 et Sonnenglanz 2002, Ce "sultan" de froehn 2002 me séduit par son nez fin, élégant, tendu. La bouche est ronde mais finit par une entourloupe de retour sur la fraîcheur (j'me comprends...) qui donne un plaisir fou. Le nez de sonnenglanz est très expressif de fruits confits et de coing. La bouche est ample et empreinte d'une longue finale très épicée. Il est étonnant de constater que ce cépage pinot gris fait le pont entre le riesling et le gewurtz. Possédant des caractéristiques de l'un (finesse, fraîcheur) et de l'autre (rondeur, ampleur).

Correspondance pour le cépage gewurtztraminer, moment où votre humble serviteur a posé son carnet et son stylo pour... laver des verres ? servir les petit-fours ? prendre l'air ? Ou tout simplement profiter pleinement des vins et des convives. Gewurztraminer Grand Cru Sonnenglanz 2004, son nez fleuri de fleurs blanches, ses notes manifestes de litchi, sa finale épicée. Gewurztraminer Grand Cru Schoenenbourg 2003, la rue des Dames, ses restaurants, j'ai faim, ses passantes, j'ai soif, son air frais, j'ai chaud. Gewurztraminer Grand Cru Froehn 2004, Gewurztraminer Rimelsberg... Was ist loss ? Spretzig ? Kein problem ! Ich bin alein oder ein Berliner ? Neun und neunzich luftballons... 

Domaine Jean Becker, 4 route d'Ostheim, 68340 Zellenberg ; vinsbecker@aol.com

L'HardiVin, 109 rue des Dames, 75017 Paris.

648200857.jpg

vendredi, 11 juillet 2008

TupperWine 8.0 : les photos !

1417632138.jpg 

Rassembler autour d'un vigneron des gens de tous horizons, dans des lieus divers et variés de la capitale ; l'écouter nous conter son travail, sa passion, sa vie ; lui poser des questions, goûter son vin : voici l'objectif simple de VINSURVIN. Les photos d'un événement, aussi jolies soient-elles, ne remplaceront jamais les bons moments vécus, je vous l'accorde. Mais pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus par les TupperWine de VINSURVIN, ou qui joueraient les timides, petite revue de clichés made in mistelle.fr. 

1563385255.jpg
Benoit Chazallon, votre humble serviteur, et Florence Chazallon, qui m'avait fait parvenir cinq échantillons (un par cuvée) en décembre 2007, gardés précieusement en cave parisienne. Complétés par deux Serre de Berty (2002, 2003) reçus avant ce TupperWine 8.0 : sept flacons seront donc au programme.
32130056.jpg
Benoit assure le service et se montre très disponible pour répondre aux questions, nombreuses, des TupperWiners.
L'occasion est donnée aux dégustateurs de rencontrer un vigneron, parfois pour la première fois,
et de trouver réponses à leurs interrogations.
A gauche, C-Drick (médaillé de l'assiduité) et Daniel, à droite,
un petit nouveau que l'on reverra sans doute !
1861535830.jpg
Aujourd'hui, si tu veux réussir, il faut assurer la com.
Votre humble serviteur vous présente Suzie,
une toute nouvelle Tupperwineuse.
1999969681.2.jpg
"Pour apprendre le vin ? Il faut dé-gus-ter, Jean. DE-GUS-TER ! Tu comprends ? Répète..."
815097665.jpg
"Ben voilà... t'as tout compris !" 
1396286942.jpg429947494.jpg948094229.jpg
Un TupperWine 8.0 éminemment jeune et féminin :
les clichés sur la relation
des femmes et des jeunes avec le vin volent en éclat.
*
*******
*
Prochain Tupperwine (10.0) le 09 Septembre 2008.

Benoit Chazallon : l'Ardéchois qui attend le vent.

1318179166.jpg 

Pendant que certains ne jurent que par le bordeaux (supérieur) ou par le côtes-du-rhône-et-rien-d'autre (pour changer de disque), d'autres se promènent et se régalent dans le vignoble français à la découverte de cépages et de régions qu'on aurait peine à situer sur la map-France. Et quand ça fait un peu de route pour y aller, et bien, on invite les vignerons à Paris ! A l'Eternel Retour, sorte de caviste du livre, retour des non moins éternels TupperWine, et arrivée Benoît Chazallon,  accompagné de sa ravissante épouse, Florence.

 

1564498425.jpgLes Bahamas, ses plages de sable fin, ses eaux transparentes, sa sérénité. Métro Lamarck-Caulaincourt : ses usagers usagés, son crachin estival, son air de s'en foutre. Il en fallait une dose de courage pour débarquer de Roissy, après un voyage de noces dans un  endroit paradisiaque, dans un Paris triste et maussade, et avant de retrouver une Ardèche chaude et Joyeuse. C'est pourtant l'exploit qu'on réalisé les Chazallon du Domaine de la Selve mardi dernier. Et tout ça pour un modeste TupperWine 8.0, chapeau et merci ! 

Comme un caviste chez lequel on trouverait des vins des plus rares aux1240033524.jpg flacons les plus attendus, l'Eternel Retour, échoppe estampillée philosophie, donne l'impression que l'on trouvera forcément son bonheur : l'Illiade et l'Odyssée, d'Homer ;  l'Histoire des Beach Boys ; les Sept Péchés du Chocolat et même des Monsieur et Madame !! Du bonheur, c'est effectivement c'est qu'est venue chercher une bonne vingtaine de personnes, avides de savoir quels vins se cachent derrière cette Ardèche, trop souvent et banalement réduite à ses gorges, sa rivière enjambée par son (Vallon Pont d') Arc et ses campings ambiance ricard-pétanque-merguez.  

Le rosé Maguelonne, le blanc Saint-Régis, les rouges Palissaire, Beaulieu et Serre de Berty : la litanie des vins du Château de la Selve est illustrée et commentée par un Benoit Chazallon prolixe, pédagogue et convaincant. Le jeune vigneron (à peine 30 ans), élevé à l'école bourguignonne, insiste sur le labeur effectué, dans le respect du terroir et de l'environnement. Le travail en culture organique est pratiqué en n'utilisant ni insecticides, ni engrais chimique afin de favoriser l'activité et l'équilibre du sol par la biodiversité. Les vignes subissent une taille et un ébourgeonnage sévère. Les rendements naturels à 40 hectos/hectare en moyenne permettent la meilleure expression des terroirs. A toute les étapes (vendange, vinification, et élevage), on travaille sur le "ressenti", à tel point que les cycles lunaires jouent un rôle prépodérant dasn les différentes étapes du travail dans les vignes. Résultat : des vins vivants alliant complexité, finesse et élégance.

C'était le retour des TupperWine à l'Eternel Retour, mardi 8 juillet ! Retour pour l'éternité, pas sûr, mais les locataires du 77 rue Lamarck entendent bien recevoir les TupperWine une troisième fois ! Prochain TupperWine, mardi 9 septembre.

DOMAINE DU CHÂTEAU DE LA SELVE, 07120 Grospierres ; m.chazallon@chateau-de-la-selve.fr ; Tél : 04.75.93.02.55 ; Fax : 04.75.93.09.37

Des détails de la dégustation sur DINDONSWINE.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu