Avertir le modérateur

samedi, 21 avril 2007

TROUVEZ L'INTRUS!

medium_affiches_présidentielles.2.jpg

Parmi tous ces candidats, un seul n'aime pas le vin. Qui est donc cet énergumène?

Petit coup de pouce: il est petit, nerveux et a parfois des discours qui me font voir rouge.

Pas trouvé? Le con, il s'est déplacé à Sancerres et à Chateauneuf du Pape pour boire de l'eau! (Il a dû confondre avec Vittel).

Allez, un dernier indice, mais dernier alors! Il se trouve en haut à gauche de l'affiche... toujours pas trouvé?!

mardi, 17 avril 2007

Un candidat, un vin. Episode 4.

medium_de_villiers.jpg
De Villiers, ça va (pas) ; plein de Villiers, bonjour les dégâts.

2V - Bonjour tavernier! Abreuve mon cheval je te prie! Et désèche-moi le gosier!

V/V - Plaît-il, sir? Voilà une façon bien cavalière de vous adresser à moi. Sur un autre ton, manant, je vous en convie!

2V - Je suis envoyé par le roi, palefrenier.

V/V - Balladur?

2V - Quel arrogance! En garde! (Le vicomte sort son épée tant bien que mal).

V/V - En garde! (Je déploie mon sabre avec style et vigueur).

A ce moment là, de Villiers écarte une table d'un geste brusque et pointe son épée vers mon torse. Ni une ni deux, d'un revers tel le docteur Philippe Boisse en 84 à Los Angeles, je balaie la lame de son sabre d'un revers précis et rageur.

2V - Mais sais-tu qui je suis au moins, espèce de bouseux francilien? Arghhh!!!

V/V - Comte Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon, plus connu sous le nom de Phillippe de Villiers, supposé-vicomte vendéen... tiens prends ça!

2V - Vous êtes vraiment la Fronde incarnée! Aïe....

V/V - Vous buvez quelquechose? (Chting!) Touché.

2V - Certes, mais guère coulé! A boire? Et bien pourquoi pas? Cessons ces simagrées!

V/V - Cessons! N'empêche, vous êtes mort.

2V - Mais non, regardez-moi, je suis toujours debout, prêt à relever tous les défis! Prêt à sortir la France de cette Europe technocatique et la mener vers des sommets inconquis!

V/V - Enfin, je voulais dire "politiquement"...

2V - Oh, par Jean Chouan! Reprends ton sabre que je te coupe la langue, vile prétentieux...

V/V - Gaborit, il est tricard!

2V - Gaborit? Le "Duran" vendéen? Félon! Prends ça!

V/V - Raté! Allez, suffit, ne soyez point perfide! Buvez en donc!

2V - Qu'est-ce? 

V/V - Sidi Brahim, 4,55€ chez mon épicier arabe du coin...

2V - Vu savez, m'sieur veusurveu...  je ne suis pas très vin du sud, moi. Coincé entre la Loire et la Gironde: ça me va très bien. Du vin français en somme, et pas autre chose, au risque de voir notre identité s'évaporer. Et qui'm'dit que votre sidi machin il est pas empoisonné ou qu'il va pas nous péter à la gueule? Vu savez, m'sieur veusurveu, ces gen-là sont capables de tout. Non, je vais m'abstenir. Vu devriez en faire eutant. Vu savez m'sieur veusurveu, la viticulture n'est plus entre les mains des vignes de souches. C'est bien plus compliqué que ça. Et puis, il faut qu'j'y aille! Lad! Mon ch'val!

V/V - Fuyez, fuyez mon pauvre vicomte! Tant qu'il est encore temps! 

M.P.F. : Un Mauvais Pinard Français.

lundi, 16 avril 2007

And the winner was been...

Quelle est votre région viticole préférée parmi les dix proposées? Premier ex-aequo: La Bourgogne et les Côtes du Rhône

6.73%

Alsace
1.92% Champagne
18.26% Côtes du Rhône
0.96% Corse
14.42% Bordeaux
18.26%

Bourgogne

4.8% Jura-Savoie
14.42% Languedoc-Roussillon
12.5% Loire
7.69% Sud-Ouest

104 personnes ont voté.

Quelques trois semaines après le lancement de ce sondage, l'heure est aux bilans. On notera tout d'abord que ce sondage a été fait auprès d'un pannel très représentatif de la société française, puisqu'il s'agissait de débarquer par hasard sur ce blog, de savoir lire et d'avoir un léger intérêt pour le vin. Les résultats sont très serrés!

PREMIERS EX-AEQUO: LA BOURGOGNE & LES CÔTES DU RHÔNE

DEUXIEMES EX-AEQUO: BORDEAUX ET LANGUEDOC-ROUSSILLON

TROISIEME: VALLEE DE LA LOIRE

Quels enseignements tirer de ces résultats?

N'en déplaise aux amateurs de Bordeaux, la première chose qui saute aux yeux est effectivement que Bordeaux n'est plus la grande région viticole française dans l'esprit des consommateurs-amateurs-un tantinnet passionnés-lambda comme vous et moi. Pire, Bordeaux n'arrive finalement qu'en quatrième position. 

The East is not the least. On a donc déserté l'ouest de la France (le Sud-Ouest décroche la 6ème place) pour sa moitié est, sud-est, c'est-à-dire pour la Bourgogne et les Côtes du Rhône. Sans compter qu'une autre région du sud-est, le Languedoc en l'occurence, arrive juste derrière à quelques encablures. Côtes du Rhône Septentrionales (de Condrieu à Cornas, en passant par Crozes-Hermitage et Saint-Joseph) et Méridionales (de Gigondas à Chateauneuf du Pape) suscitent la convoitise au même titre que Côte de Beaune, Côte de Nuits, Chablis, Côtes Châlonnaise, Mâconnais et Beaujolais. Les scores de cette région qui part (grossièrement) de Montpellier pour finir à Perpignan devraient mettre du beaume au coeur aux producteurs de cette (bien trop) vaste appellation, qui a tant souffert ces dernières années.

La crise à Bordeaux. Pour plaggier les médias français, l'on peut affirmer ce soir qu'il faut bien se rendre à l'évidence que le constat est irrémédiable et qu'il n'est pas usurpé de dire pas grand chose sur la quatrième place de Bordeaux. Crise de confiance pour la région mère de la viticulture française? Exaspération pour l'uniformisation parkérienne du goût bordelais? Meilleure connaissance et intérêt grandissant pour d'autres régions et cépages français? Simple hasard des votes? Si je ne retiendrai pas cette dernière interrogation, il est possible que la réponse se trouve dans l'une des autres posées. Enfin, et pour boucler la boucle du club des cinq, on constate que la Loire obtient une superbe cinquième place, à quelques petites longueurs derrière les quatre autres grandes régions françaises. On pourra donc considérer que l'on a ici le cinq majeur. L'Alsace et la région Jura-Savoie ont également leurs fans!

Vinsurvin n'est pas mondain. Avec 1.92% de votes pour la région Champagne (et donc pour le plus noble des vins), il semble que vinsurvin ne soit pas fréquenter par des mondains, des aristocrates ou même des rémois. C'est regrettable et je m'en insurge: j'étais persuadé que ce blog n'était lu que par des nantis, au regard de l'indifférence affichée pour mes notes sur les vins de table (en effet, les statistiques s'effondrent dès lors que j'essaie de traiter de vins dits "pop-pulaires").

Notons par ailleurs que l'Ile de Beauté affiche un très joli score de O,96%. Pardon? Ah. D'accord. Et bien, on me dit à l'instant qu'il y aurait une erreur et que les votes seraient entrain d'être recomptés. Combien? 2OOO€ le point supplémentaire? Oh, non, je ne peux pas faire çà... pardon? ma femme? mon fils? mon appartement? B- quoi? B-OOM?... GRAND CHANGEMENT DE DERNIERE MINUTE, la Corse aurait en fait obtenu 18,27% des suffrages... la Corse, vainqueur donc!Voilà, qui n'est pas (d)étonnant... on se disait bien aussi: O,96%, il doit y avoir une (petite) erreur.

medium_Armoireries_Bourgogne_Moderne.2.png

Armoireries Bourgogne Moderne.

medium_Blason_Lyonnais.png

Blason Lyonnais.

 

dimanche, 15 avril 2007

Un candidat, un vin. Episode 3.

medium_bové_2.jpg
"Ah ouais, pas mal son p'tit vin blanc..."

- Bonjour Monsieur Bové!

- Bonjour! Appelez-moi José!

- Bon, ben va pour José! Moi c'est Fabrice. Comment ça va... José?! Alors, Nicolas Hulot premier ministre si vous êtes élu président?

- Ca va très bien, merci! Pourquoi pas Nicolas Hulot s'il accepte. Ce devra être quelqu'un qui a compris qu'on ne construit pas l'avenir du pays contre la planète.

- CQFD! Et côté vin, une position sur la politique à mener pour sortir la viticulture française de la morosité ambiante? Comme un "Grenelle de la viticulture"?

- Marie-Georges Buffet propose un "Grenelle de la viticulture", effectivement. Moi, je ne propose rien. Tapez "Bové et viticulture" sur google, vous verrez, ça ne donne rien.

- En effet, je l'ai fait. Alors comment je fais moi pour mon papier?

- (...)

- Les OGM?

- Un moratoire.

- Un p'tit mot sur vos vins préférés?

- Rien sur Google.

- Effectivement. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir?

- J'vous dis, il paraît que je n'y connais rien en vin!

- D'après l'étude de la Revue des Vins de France, c'est exact.

- Nous à la Confédération Paysanne, on ne regarde pas franchement ce qu'on boit. L'important, c'est que le verre ne soit pas vide et que toute la communauté puisse profiter. Partager ensemble le repas dans un souci du bonheur de l'autre est notre devise. Nager nus dans le cours d'eau du bas de la prairie, hum, pardon, je m'égare...

- OK, j'vois le genre. Bon, un vin bio me semblerait à propos mais, personnellement, je ne cours pas après. Surfaits à mon goût. Et puis j'ai toujours été contre le principe bio. Un Côte de Millau? Vous connaissez sûrement. Un Terrasse du Larzac? Il risquerait de créer une confusion géographique dans l'esprit des gens. Ah, v'z'êtes pas facile monsieur Bové! Mais, j'ai peut-être ce qu'il vous faut. Goûtez moi ça...

- (...)

- Alors?

- Rien sur Google, mais ce vin est blanc. Sauvignon?

- Chardonnay.

- Bien, bon, très bon même... ah, non, c'est excellent! C'est sorti de derrière les fagots ça! Un bon p'tit vin bien d'chez nous! Qu'est-ce que c'est?

- C'est un vin américain! Californien! C'est un Sierra Valley de chez la famille Gallo, millésime 2OO4.

- Comme quoi, les américains ne font pas que de la m...!

- C'est vous qui le dites!

José Bové: Oenophile Généralement Matraqué.

jeudi, 12 avril 2007

Un candidat, un vin. Episode 2

medium_besancenot.jpg
La cave, c'est par là?

- Olivier Besancenot! A l'heure et fidèle aux postes! Bonjour! Comment ça va?

- Bonjour. Ben, tout va bien! Noël Forgeard, le coprésident d'EADS, a reçu un chèque de 8,4 millions d'euros l'an dernier pour accepter de prendre la porte, pendant que de simples employés touchent à peine des indemnités de licenciement et que des gens vivent avec 250€ par mois! Ca calme...

- Ca énerve vous voulez dire! Ah il est vif notre facteur ce matin? Autre chose?

- Autre chose? Sarkozy qui s'entend avec Chirac afin de lui permettre d'éviter toute poursuite judiciaire à la fin de son mandat, ça donne quand même un peu envie de vomir, non? 

- Ouais enfin Chirac il a déjà placé tous ses amis à la tête de la justice... Y devrait pas lui arriver grand chose! Heu, autre chose?

- Sarkozy qui défend des thèses eugénistes et préconiserait presque la puce électronique sur chaque nouveau-né...

- Il dérape là?

- En créant la traçabilité humaine, il s'inscrit dans des thèses qui rappellent singulièrement les bruits de bottes...

- M'en direz tant... Qu'est-ce que je vous sers?

- Qu'est-ce que vous me proposez?

- Ch'uis complètement d'accord avec vous mais je vous trouve un brin remonté ce matin... J'ai peut-être ce qui vous faut. Bah! De toute façon, ce sera du vigneron indépendant. Un gars qui fait pas comme les autres. Rebel, quoi! Ah quoi, que, non, un rebel, j'en ai déjà servi un l'autre jour!

- Ah bon, qui ça?

- Bayrou, pardi! Bon, je devrais vous servir un rouge, ça va de soi! Mais je vais plutôt vous servir un sauvignon de chez Didier Dagueneau de Saint Andelain, un petit village de l'appellation Pouilly Fumé. Peut-être pas un révolutionnaire mais un homme indépendant qui s'est nettement démarqué de ses acolytes de producteurs (attention, pas déméritants pour autant!), en faisant des choses moins classiques, plus osées, plus atypiques. "Il a jamais fait comme les autres" m'a dit un jour, texto, madame Bailly, productrice à Tracy sur Loire! Allez, je vous laisse le choix entre:

1 - Pouilly Fumé, Astéroïde 2000 : cette cuvée non greffée (donc "en franc de pied") n’est élaborée que dans les « belles années » et sublime la pureté et l’expression aromatique du Sauvignon.

2 – Pouilly Fumé, Silex 1996 : la cuvée « Silex », du nom du type de sol siliceux de la butte de Saint-Andelain, atteint ici une maturité optimale ; cette cuvée se caracterise par sa grande minéralité, d'où une parfaite harmonie entre fraîcheur et complexité.

3 – Pouilly Fumé, Vieilles Vignes 1987 : avec cette bouteille, Didier Dagueneau nous démontre l’exceptionnel potentiel de garde de ses vins, tout en fraîcheur et sans aucune déviation aromatique. Une cuvée unique dans un millésime réputé pourtant difficile. La quintessence du Sauvignon!

- Le choix est difficile mais je pense que je vais aller vers quelquechose que je pourrais à peu près m'offrir, déjà! La cuvée "non greffée", en "franc de pied", ça me convient ça!

- Ah, c'est tout vous facteur, c'est tout vous! De toute façon, c'est ma tournée! Voilà... En espérant que l'astéroïde nous pète pas à la gueule! Allez, à la bonne vôtre! Et bon courage pour dimanche en huit!

- Merci, à la vôtre!

- Allez, ensemble, C'est la luuuuuuuuuuutteuuu finaAAAAAAle eeeeee, la la la, la la laaaaaaaaa............

LCR: Le Cépage Révolutionnaire.

Merci à www.taillevent.com.

 

 

Sondage vinsurvin/moi/mes lecteurs

medium_crash2.pngmedium_crash_1929.png
QUELLE EST VOTRE REGION VITICOLE PREFEREE, PARMI LES 10 PROPOSEES?

83 personnes ont déjà répondu au grand sondage lancé il y a quelques jours. L'on attendra que 1OO personnes aient répondu pour dresser un bilan. Cependant, ce jeudi 12 avril à 9hOO, les premières tendances valent la peine d'être examinées! Il semblerait en effet que Frédéric Nihous l'emporte au deuxième tour face  Gérard Schivardi devant les Côtes du Rhône (qui viennent de passer premières dauphines), la Bourgogne se détache nettement. Au coude à coude pour la troisième place sur le podium:  Bordeaux, Languedoc-Roussillon et Loire. Bordeaux qui  ne pointait qu'en cinquième position fait une superbe remontée! Attendons encore quelques temps pour tirer les enseignements de ce sondage qui, comme chacun sait, n'est qu'un "instantané" "i" sur un "pannel" "p" à un moment "m". Vous me suivez? M'enfin, moi je retiens que mes lecteurs préfèrent le Bourgogne, que mes trois autres régions préférées arrivent derrière et que Bordeaux est à la charette!!! C'est tout ce que je voulais lui faire dire à mon sondage, moi, rien d'autre, non parce que ......##@€+°è7^$" :#%$¤¤+°ç?@x"&.............;-)

Les statistiques à 9h00, jeudi 12 avril 2006.

7.22% Alsace
2.4% Champagne
15.66% Côtes du Rhône
1.2% Corse
13.25% Bordeaux
20.48% Bourgogne
6.02% Jura-Savoie
13.25% Languedoc-Roussillon
13.25% Loire
7.22% Sud-Ouest

83 personnes ont répondu.

mercredi, 11 avril 2007

Un candidat, un vin. Episode 1.

medium_les_12.jpg
(photo Yahoo!)

Après une candidate, un vin, il semblait tout à fait démocratique que vinsurvin mette nos chers candidats en bouteille, bien que certains semblent être déjà restés en caraffe. Je les ai donc invités au vinsurvin, mon p'tit bar @ vin à moi, et je leur ai proposé le p'tit canon qui sied le mieux à leur personnalité. Pas de prise de position de ma part, ça va sans dire. Je n'ai donc retenu que des critères neutres, objectifs et impartiaux. Au hasard, comme ça, ont été retenus: ma sympathie pour le parti politique que le candidat représente et les idées qu'il défend ; sa coupe de cheveux ; sa région, sa ville de résidence ; ses positions sur la défense de la viticulture française ; son chauvinisme exacerbé pour les vins français --sans caricature nationaliste pour autant, et enfin différents éléments échappant complètement au contrôle de l'auteur. D'ici au 22 avril, je vous exposerai donc, au gré du vent, et quotidiennement, le fruits de mes "entretiens" au vinsurvin avec les huit hommes qui briguent le poste à l'investiture suprême. Hier midi, le premier à se lancer était monsieur Bayrou. Si certains sont près à mettre de l'eau dans leur vin, M. Bayrou serait plutôt du genre à mettre du lait dans son café...

- Bonjour, m'sieur BAYROU! Comment'qu'c'est? P'tite forme en ce moment, hein? Pas beaux les sondages! Le soufflet est en train de retomber, on dirait bien! Bon, qu'est ce que'j'vous sers pour vous remonter'l'sondage? Heu, le moral, j'veux dire. Un blanc, un rouge? Un p'tit Bergerac? Un p'tit Cahors?

- Heu, ni l'un ni l'autre.

- Ben oui suis-je bête! Un rosé! Entre les deux mon coeur balance! Allez je vais vous trouver ça! Riquita, joli fleur de java, viens danser, viens la la, la la laaaaa... J'ai un p'tit Tavel, ça mange pas d'pain mais bon, c'est près des gens, c'est humble et tellement classique. C'est terroir aussi! J'vous'l'sers bien frais?

- Non p...pas de ro, pas de ro, de rosé... s'il vu plééééééé...

- Pas d'rosé? Vous allez quand même pas m'prendre un peu de blanc, un peu de rouge et m'les mélanger?

- Et bien si! Etant le seul..... à..... incarner la rupture, il me faut......faux..... me démarquer de mes concurrents: en n'innovant pas, en ne prenant aucun risque, pis, quitte à déranger! Qu'est-ce que vu me proposez?

- 'préférez pas un café?

- Un crême. Avec une poire.

- Ouais, ce sera mieux. 

- Merci.

- De rien.

- Ca va'l'boulot?

- Fait aller.

- Pas facile...

- Fait aller.

- Au revoir?

- Au revoir.

medium_bayrou2.jpg
"Je n'hésiterai pas une seconde à mettre du lait (de vache) dans mon café
plutôt que de l'eau dans mon vin. Quitte à passer pour un rebel."
(photo Yahoo!)
UDF: Uniquement Destiné à la Fermentation.

 

vendredi, 30 mars 2007

"Nîmes s'anime": précisions

medium_crise.jpg
"La crise? Quelle crise?"

A lire certains vignerons (dixit Iris), j'ai eu semble-t-il une interprétation un peu trop pittoresque, onirique, ou littéraire de l'affiche de la Remise 2OO7, le jeudi 29 mars dernier; la situation des viticulteurs étant bien différente. Enfin, en même temps, qui va faire rêver les internautes si les vignerons ne peuvent plus le faire?! Donc, là où je devinais un homme "suspendu à un fil et muni d'une perche, [semblant] évoquer le subtil équilibre qui compose les vins du sud", les gens du métier verraient, eux, "un viticulteur suspendu sur une corde raide" et financièrement au bord du précipice. Là où j'évoque un vigneron "perché au-dessus de son pays, de ses vignes et de son histoire", d'autres voient un homme qui "comtemple une dernière fois son paysage aimé" avant "de se précipiter en bas". La situation est-elle si désespérée? Les amateurs de vin se mettent-il le doigt dans l'oeil en élevant la viticulture au rang des métiers mytiques?

Entre vision idéaliste et discours réaliste, entre passion et raison, enthousiasme et pessimisme, il semble que l'image que se font certains amateurs de vin soient loin du quotidien vécu par certains producteurs. Cependant, à bien y regarder, on a tout de même du mal à comprendre comment le pays roi de la viticulture par excellence depuis toujours soit atteint par une crise de la sorte. Si l'émergeance des vins du nouveau monde, de modifications dans les comportements sociaux ou encore de la peur du gendarme jouent des rôles prépondérants, difficile somme toute de justifier cette crise uniquement par ces seuls événements. On est efffectivement en droit se demander si la France, qui a les moyens de ne produire que du bon vin, n'aurait pas intérêt à vanter davantage les bienfaits du vin (français) et à élever considérablement le niveau de l'AOC afin de redonner à ce seigneur ses lettres de noblesse. En attendant, je vous propose un petit passage en revue "évolutif" de la situation sur l'état de la crise viticole en France.

  1. Ca va mal. 

La confédération des coopératives vinicoles de France (CCVF), réunie en congrès national à Labège, dans la banlieue toulousaine, entend lutter contre la grave crise frappant la viticulture, par une refonte complète de sa stratégie. wineatlas.net, 12/07/06.

« La situation est catastrophique : à l'exception de quelques niches comme le Chablis, ce sont aujourd'hui 80 % des viticulteurs qui sont en difficulté, y compris dans des régions prestigieuses telles le Beaujolais ou le Bordeaux », explique Denis Verdier, président de la confédération des coopératives vinicoles de France (CCVF). wineatlas.net, 12/07/06.

     2. Enfin, ça dépend pour qui...

Dominique Bussereau, le ministre de l'Agriculture, confiait encore récemment qu'« en réalité, nous parlons de crise viticole mais il y a aussi, à l'intérieur du vignoble français, des viticulteurs en bonne santé », wineatlas.net, 07/2005

De Châteauneuf-du-Pape à Rasteau, en passant par Tavel et Gigondas où les vendanges se poursuivent, les vins de la vallée du Rhône (sud-est), dopés par des marchés étrangers en forte progression et portés par les crus célèbres entrevoient la sortie de crise mais restent fragiles. wineatlas.net, 21/09/06.

     3. C'est la faute du consommateur: il est trop con pour savoir lire une étiquette. Il faut tout lui expliquer.

Pour Denis Verdier, président de la CCVF, « il faut simplifier l'offre, faire émerger des marques sur des produits de cépage, car le consommateur non initié est aujourd'hui perdu devant la complexité de ce qui lui est proposé dans les magasins ». wineatlas.net, 12/07/07.

Languedoc-Roussillon, Sud de France. Telle est désormais la dénomination du premier vignoble mondial qui s’unit pour partir à la conquête de nouveaux marchés, seule alternative à la sévère crise viticole actuelle. wineatlas.net, 27/02/07.

vinsurvin: Il n'y a qu'à carrément enlever "Languedoc-Roussillon", ni les français, ni les étrangers ne savent où sait. Même de Montpellier à Perpignan, on se demande. On pourrait écrire "Mauvais / passable / convenable / satisfaisant / bon / très bon / excellent / exceptionnel / inclassable vin rouge du sud de la France", en entourant la mention utile. Mais pas sûr que les gens comprennent.

     4. Il faut demander au client ce qu'il aime, et le lui faire. Comme à l'école, c'est l'élève qui décide quoi apprendre.

La solution prônée par la CCVF marque un tournant : il faut abandonner la culture de producteurs, encore trop tournée vers la défense syndicale, au profit de la culture d'entreprise tournée vers la satisfaction des besoins clients. wineatlas.net, 12/07/07

Il me faudrait des grands crus de Bourgogne aux alentours de 2€ pièce. Là, je serais satisfait. C'est possible?

     5. La solution: remplacer le vin par une boisson pour jeunes! Le jeune, il y verra que du feu, le jeune!

Cette recherche des goûts du client est illustrée par une communication faite lors du congrès sur le concept « WineHot », lancé par les Jeunes vignerons coopérateurs de l'Hérault qui vont prochainement déposer la marque : il s'agit d'un cocktail à base de deux tiers de vin, d'eau gazeuse et de sirop destiné au marché des jeunes adultes. wineatlas.net, 12/07/07.

C'est décidé, pour éviter que mes élèves ne boivent de cette infâme potion qui n'aura que pour effet de les habituer au sucre (comme si ce n'était déjà fait), de nuire à leur santé et de les éloigner encore plus du goût du vin, j'envoie une classe visiter un vignoble l'année prochaine. J'estime qu'il est aussi du devoir de l'Education Nationale d'initier ses jeunes citoyens à la connaissance d'un symbole aussi ancré, profond et fondamental de la culture française. L'occasion également de créer du lien et de la cohésion sociale autour d'un seul et même symbole. Qui pour acceuillir des lycéens de banlieues au printemps 2008?!

PS: A noter que le sujet avait déjà été abordé, ici, sur vinsurvin, le 1O décembre 2OO6.

jeudi, 29 mars 2007

Mine de rien, Nîmes s'anime.

medium_Remise_visuel_2007.jpg

Avez-vous vu "la" ou "une" affiche du salon des vignerons indépendants? Si oui, vous en avez de la chance! Parce que, moi, je n'ai rien vu. Cédric, fidèle lecteur de vinsurvin, vient de m'envoyer un lien vers la Remise, un salon des vins se tenant à Nîmes lundi 2 avril prochain. Un clic et je tombe sur cette affiche que je trouve particulièrement jolie et surtout pleine de tendresse, d'humilité et de simplicité. 

Cet homme (ce vigneron), comme en pleine pause après l'effort, va s'abreuver d'un vin du sud: un Corbières, un Fitou, un Côtes du Rhône? Perché au-dessus de son pays, de ses vignes et de son histoire, le vigneron se penche sur les générations qui se sont succédées et qui ont su transmettre toutes les valeurs et le savoir-faire qui cristalisent aujourd'hui la générosité, le caractère et l'élégance de sa région. Regardez-le comme il domine et se délecte du paysage qui s'offre à ses yeux: serait-ce les Corbières? Comme suspendu à un fil et muni d'une perche, il semble évoquer le subtil équilibre qui compose les vins du sud: structure et finesse. Le regard vers la terre, il s'interroge sur la récolte à venir, sur la qualité du raisin et sur l'élixir qui en naîtra. Le vert est la couleur dominante, symbole de la vie par excellence. Car le vin, c'est la vie. Réputé paisible, le vert est idéal pour la concentration et l'équilibre, termes vinicoles s'il en est. La terre est grasse, le sol est riche, les vignes sont abondantes, il n'y a pas de doutes, la récolte se présente sous les meilleurs auspices: le vin sera excellent! Par ailleurs, l'aquarelle véhicule beaucoup de chaleur, et pas seulement celle qui s'abat sur le Gard ou l'Hérault. On pense à la chaleur humaine, celle qui se dégage en dégustant un vin de pays tel qu'un Côteau de l'Ardèche ou un Côtes du Roussillon. Avec les amis. Avec la famille. Avec les vignerons présents ce week-end à Nîmes à la Remise 2007.

mercredi, 28 mars 2007

Sans sens, pas de sens.

medium_beaujolais.jpg

Pas que votre humble serviteur soit expert en vin et ait la prétention de vous apprendre à déguster un vin: il est des gens très compétents en la matière qui sauront le faire bien mieux que moi. Cependant, en amateur de vin, je me rends compte au bout de ces presque vingt ans de passion pour le roi des élixirs que ma façon d'appréhender un vin a considérablement évolué. Entre les sens, l'attention, la mémoire et les souvenirs, le vin fait appel à moult aspects de notre vie.

Si une dégustation est une rencontre avec l'embassadeur d'une région, d'une terre et d'un vigneron c'est aussi et avant tout une rencontre avec ses propres sens. Car quoi que de plus sollicités que nos sens lorsqu'il s'agit d'approcher un verre de vin à nos yeux, en humer le contenu puis le laisser pénétrer les tissus de notre bouche? Malheureusement, nous ne sommes pas tout égaux devant nos sens. Nous avons même tendance à les négliger voire à les malmener, notamment lorsqu'on habite en ville. La ville est un enfer pour les sens: entre l'asphalte qui recouvre le moindre coin de verdure, la vie en transports souterrains et l'automobile qui rejette ses déchets, sens et urbanisme sont incompatibles, pour ne pas dire antagonistes. Il convient donc de les entrenir en gardant un contact régulier avec mère nature mais aussi de faire preuve de curiosité, d'attention et de concentration, surtout en pleine dégustation. Comme en dehors.

Déguster un vin, c'est revenir dans le passé, jusque son enfance, et même sa petite enfance. Né en campagne à deux pas d'une forêt et à trois de la mer, cette proximité avec Dame Nature de me composer une banque de sens. Parfois même sans le savoir. Le bois, la mousse, le pin, la fougère, le chêne, le terreau, la rosée; le matin, l'après-midi, le soir; à toutes les saisons de l'année, ne m'ont jamais laissé insensibles. De sorte que lorsque j'y retourne, je ne puis m'empêcher de me dire "Ah oui, quand on allait faire des cabanes l'été ici, c'est cette odeur que l'on respirait". Nous allions à la montagne l'été où les randonnées étaient aussi des invitations avec nos sens. Sans compter une maman passionnée de fleurs qui ne manquait pas d'attirer notre attention sur les odeurs qu'elles dégageaient. Je n'ai par la suite cessé d'aiguiser mes sens, notamment mon odorat, en humant bien sûr mais aussi en m'arrêtant, en prenant mon temps, en regardant, en comparant lors de mes promendes en campagne, à la mer où la montagne. C'est donc toute cette culture qui m'est revenue et me revient lorsque je goûte un vin. Cela ne me qualifie pas oenologe! Cela ne me garantit pas la vérité mais m'en approche, me permettant de repérer de façon assez précise les différents aspects que je privilégie lors de mes dégustations et de retirer un maximum de plaisir.

Par ailleurs, la dégustation se distingue de nos habitudes alimentaires de tous les jours parce qu’elle demande de l’attention et de la concentration afin de pouvoir analyser nos différentes sensations. Il va de soi que l'on devient un "bon" dégustateur le plus souvent en s’entraînant, en dégustant. Mais ce n’est pas suffisant. Pour devenir un bon dégustateur, il paraît indispensable d’avoir une bonne perception et une bonne connaissance des odeurs et du goût. Il est également important d'être curieux et vigilent sur l'environnement qui nous entoure, surtout lorsqu'en dehors de la ville. Car "déguster", c'est goûter, essayer, tester, vérifier, analyser ou encore apprécier, savourer, se délecter, se régaler. Mais on aura beau dire, ce qui fait un bon dégustateur, c’est avant tout sa passion et son intérêt pour le vin.

28.03.2007

vendredi, 23 mars 2007

Joyeux anniversaire VINSURVIN!

medium_hapibirthday.jpg

Et voilà, ça devait arriver! VINSURVIN, producteur de chroniques oenophiles, fête son premier anniversaire.  Tout commença en effet un jour de mars 2OO6 lorsque la France était en pleine folie blog et que Loïc Le Meur déchaînait les passions (avant de tomber amoureux de Sarkozi).

Je me souviens, après la dégustation d'un superbe Malesan boisé, vanillé et épais sur un cheddar anglais, me lever en transe totale en pleine nuit et me dire Moi aussi, je peut dire qu'est-ce que je panse du bon pinart que je boie avec mes collégue au burrau et avec mes copins et avec mes beaus frères et mes beaux-parent à noèl. N'impotte qui peux le fère. Je me levai donc d'un seul homme, enfilai mon superbe peignoir or-ocre avec la mention "LUI" dans le dos, me grattai considérablement le bas-ventre, sortai le reste de Malesan du frigidaire, m'en servai un verre et commençai ma grande carrière d'écrivain-journaliste-chroniqueur, de comptoir. Un an plus tard, que d'articles écrits, composés parfois dans la douleur: "chéri, il est 3 heures du matin, tu viens te coucher" "j'arrive, je cherche un synonyme de "bien" dans "il passe bien, ce vin, tu peux m'aider?" "Rrrrroooonn..." "Ok, laisse tomber..."

Que de bouteilles dégustées, de viticulteurs rencontrés, de restaurants testés. Du bon, du moins bon. Surtout chez les bistrotiers parisiens. Et un compteur qui affiche plus de 2 milliards de visites. Sans compter quelques lecteurs et lectrices que je soupçonnerais volontier d'être, pas accro (quoi que Christophia de Garges Lès Gonesse, qui signe sous différents pseudos, a l'air d'être une sacré fidèle lectrice) mais en tous cas très fidèles. Bon, c'est pas le tout, mais j'ai un film où deux jeunes dépressifs trinquent avec beaucoup de style. Merci à toutes, merci à tous!

 Il faut s'efforcer d'être jeune comme un beaujolais et de vieillr comme un bourgogne. Robert Sabatier.

VINSURVIN, Producteur de chroniques oenophiles. 

mercredi, 21 mars 2007

Quelle est votre région viticole préférée?

 

medium_sondage.gif 
Grand sondage vinsurvin/moi/mes lecteurs


Période électorale oblige, vinsurvin ne pouvait pas échapper au phénomène hyper tendance du moment: le sondage! Mais, je ne vais pas prendre la température sur vos intentions de vote au premier tour de la présidentielle, ça risquerait de chambrer! Non, notre premier sondage s'intéresse à votre région viticole préférée. Dites-le moi, cela m'intéresse beaucoup. Déroulez cette page un petit peu: ce sondage se trouve dans la colonne de droite. alors, a vous de jouer! Et merci.

PS: Vous aurez remarqué que l'Auvergne, le Maconnais, le Beaujolais, l'Irouleguy et Montmartre ne sont proposées.  La raison est purement technique: je ne puis afficher plus de 10 propositions. Toutes mes excuses auprès des amateurs de ces région. Que je suis le premier! 

*******************************

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu