Avertir le modérateur

lundi, 18 juin 2007

Le Meilleur d'Entre Nous. Par Mathieu Garçon.

medium_DSCF0046.JPG
Photo parue dans le supplément JDD Paris d'hier.
Pauvre Juppé. Lui qui commençait à avoir le sens de l'humour doit avoir une sacré gueule de bois.

jeudi, 14 juin 2007

Vous reprendrez bien un sondage?

medium_auvinsurvin.JPG

Bon, d'accord, c'est le hors-série de l'Express qui m'a mis la puce à l'oreille... je vous invite juste, après ou avant lecture de quelques notes, à répondre à cette question. D'avance, merci!

A venir sur vinsurvin:

- Pourquoi autant de blaireaux qui laissent des attaques en guise de commentaires à défaut d'avoir des choses intéressantes à dire? (Merci de ne pas répondre...)

- Le culte du Bordeaux: mal du vignoble Outre-Gironde?

- Le vin chez les "jeunes": conseils pour les 20-25 ans (et ceux qui en ont plus mais qui se trouvent encore jeunes!)

- Les vins de cet été: il y a des rosés qu'il ne faut manquer pour rien au monde! 

- Spécial "Laflute": une sélection d'espagnols chez Lavinia. J'espère l'enchanter.

 

***************************

mardi, 12 juin 2007

Sujet de Philo

medium_philo.jpg

Vous n'êtes pas sans savor le grand philosophe (de comptoir) que je suis. Imbibé ou non, les aléats de la vie, les traquats du quotidien, le contexte politico-économique mondial, les fluctuations de la bourse, me poussent parfois, chantre que je suis, à la chansonnette, au poème ou tout simplement... à la réflexion! Diable! Véritable musique de l'âme, la philosophie ne permet-elle pas de s'acquitter de quelques fardeaux et de laisser vaquer l'esprit à quelques escapades impromptues? Oui, cela ne veut rien dire, je sais, mais, n'est-ce pas le lot que réservent à cet art ancestral ces faquins d'élèves pour qui la philosophie se résume à  des "Ca craint, mon portable a plus de batterie!" ou des "C'est chaud, y'a Kevin qu'a perdu son casque"? Je me suis donc laissé aller à quelques pensées autour des sujets "tombés" lundi. Attention, âmes sensibles, s'abstenir.

SULET L (Littéraire) : Toute prise de conscience est-elle libératrice?

Il s'agit ici de définir la "prise de conscience" avant de considérer que dans certains cas elle est, en effet, libératrice et que dans d'autres elle ne l'est pas. Bien au contraire. La difficulté à "prendre" conscience peut sous-entendre que le sujet soit dans un état éthylique avancé mais surtout, comme nous le verrons, inconscient. De fait, son état, pour une raison ou pour une autre (mais qu'est-ce que la raison?), nécessite une prise de recul lui permettant d'évaluer la situation dans les meilleures conditions. Vous me suivez? Car, la conscience morale implique la présence, en chacun, de valeurs qui l'aident à définir ce qui lui paraît bien ou mal. Un sujet consommant deux à trois unités de vin par jour peut être soumis à une prise... de poids. Mais peut voir ses risques de problèmes cardio-vasculaires nettement amoindris par rapport au buveur d'eau. Dans ce cas, ce dernier, jusque là inconscient, peut prendre conscience que cesser de boire de l'eau et se mettre à boire du vin ne peut lui être que libérateur.

SUJET L - Les oeuvres d'art sont-elles des réalités comme les autres?

Réalité et fiction, art et matérialisme, épicurisme et stoïcisme sont autant de thèmes qui s'opposent et continuent de faire débat. Qu'est-ce que la réalité? La réalité existe-t-elle? A quoi doit-on et peut-on la soumettre? Chacun est en droit de se forger sa propre réalité, dans les limites de la liberté d'autrui. Si l'on considère qu'un vin est une oeuvre d'art, car d'une qualité remarquable, car pur produit d'un artiste doté d'une magie, d'un savoir-faire hors du commun et conférant au sublime, ce n'est pas forcément une réalité, pire, ce n'est pas nécessairement la réalité! Car ce qui est réel pour moi ne l'est pas forcément pour le commun des mortels. De même que si je dis "ce vigneron a réellement l'art de faire de la merde", ce point de vue purement subjectif que j'estime réel ne peut s'inscrire que dans la réalité d'amateurs qui, comme moi, ont bon goût et récusent l'obstination qu'ont pléthore de vignerons à produire du vin fade, dépressif et sans relief; mais correspondant à ce que recherche la majorité des français! On peut alors se demander si la majorité est la réalité.

L'on pourrait également disserter sur les sujets des autres séries. C'est d'ailleurs ce que je vous invite à faire en laissant vos commentaires. "Le désir peut-il se satisfaire de la réalité?", "Que vaut l'opposition du travail manuel et du travail intellectuel?" (série S), "Peut-on en finir avec les préjugés?",  "Que gagnons-nous à travailler? (série ES)".

Reste une question entendue récemment et à élucider: "J'étais ivre mort et j'ai pas pris ma bagnole... c'est bien, non ?"

samedi, 09 juin 2007

Ze niouz of la semaine.

medium_liberty.2.jpg
 

Ouf, c'est vendredi! Ce n'est pas pour me déplaire tant cette semaine oenophile fut riche en événements. Et en infos relatives au vin. Dieu merci, en rentrant à la maison ce soir, je fus, dès ma sortie de l'ascenseur, saisi par une délicieuse odeur de senteurs du sud: ma tendre épouse avait cuisiné un somptueux cake aux tomates confites et pesto, accompagné d'une roquette sauce balsamique. Quelle image d'épinale. Cette famille de trois, middle-class, judéo-chrétienne, autour de la table, partageant le diner que la femme, enceinte jusqu'au cou, a préparé pour le chef de famille qui revient d'une dure journée de travail dans les vignes à écouter des monologues interminables de lycéens passant leur oral d'anglais devant un professeur n'ayant qu'une question à l'esprit: qu'est-ce que je vais bien ouvrir comme bouteille ce soir?  "Ze text we ave to dil wiz iz a text. It was binn teiking of ze niuoz pépeure ze gwardieune. Dou iou want aï ridd?" "Hein? What? Quoi? Oui, heu, yes, heu, rid ze ol bouque." "Ze ole bouque? Is you choure?" "Yes, gé di, ze ole bouque. You want a ziro or ouat?"

Comme si cela ne suffisait pas, un gros colis m'étant adressé prône fièrement dans le séjour. Quinze jours pour arriver du boulevard Haussman à l'avenue de Saint-Ouen, c'est beau le progrès avec la Banque Postale. Mikasa n'a qu'une parole: ce colis contient un lot de quatre superbes verres Open Up (Universal Tasting, 8€ pièce pour être précis). Ni une, ni deux. Direction la cave (ze kèïv), à la recherche d'un languedocien. Après un passage en revue de mes petites bouteilles adorées (je ne suis pas encore au point de leur donner un nom tel un Fernandel ou un bon vieux paysan breton amoureux de ces bêtes, mais je n'en suis pas loin). Alors... Montpeyroux, Saint-Chinian, Faugères, Puéchabon, Corbières, Minervois, Côteaux du Languedoc ("Tiens c'est quoi ça? Assemblage Merlot, Carignan... Pour plus tard, quand l'altruiste qui me l'a offert repassera), vin de pays, vin de table (Guilhem Coste, pièce de musée, pas touche...). Oh, c'est pas vrai, je ne trouve pas mon bonheur. J'opte pour un Sangre del Toro de chez Torres ramené d'Espagne. En espérant qu'il soit meilleur que ce Ribeira del Duero ouvert il y a quelques temps, imbuvable car sucré et boisé à l'excès. Ce Sangre 2005 est excellent. Un nez généreux, et même exubérant, de fruits rouges. Effectivement les arômes se concentrent et se densifient magnifiquement au coeur du verre. La bouche est riche mais pas opulente. Gouleyante, pétulente, impétueuse. Les petits fruits rouges sont superbement mis en valeur. Beaucoup d'élégance à relever également. Il s'associa fort bien avec le cake (la crainte avec le cake, c'est qu'il soit sec, et il était tout le contraire: moëlleux et tellement parfumé). Trouvable chez Sol et Mio, rue Legendre Paris 17 ou chez Lavinia, Bd de la Madeleine. (Heu, le vin, pas le cake.)    

Le journal de la semaine.

L'absurdité de la semaine. Souvenir de cette émission consacrée au vin, sur Arte, la semaine dernière: Ce vigneron qui vit dans une caravane, qui a perdu 12.000€ sur l'année, à qui l'on a donné des primes en 84 pour faire de la qualité et qui aujourd'hui se voit remettre des primes pour arracher, alors qu'il vient d'atteindre la qualité. No comment.

Le mauvais goût de la semaine. La dernière idée à la mode des producteurs de vin qui ne savent plus quoi inventer pour enterrer la viticulture française: questionner les gens pour leur demander ce qu'ils préfèrent dans le vin. "Bon alors, les enfants, qu'est-ce que vous aimeriez manger aujourd'hui?", "Des friiiiiiiiiiiiiites!!!", "Et demain? Des friiiiiiiiiiiiiiiiiites!!!" "D'accord, c'est vous qui savez ce qui est bon pour votre santé." 

Le surplus de la semaine. Selon les estimations de Bruxelles, la surproduction structurelle de l'Union européenne atteint 15 millions d'hectolitres par an, soit 8,4% de la production. Pour diminuer la production, la Commission propose l'arrachage de 400.000 hectares de vignes -- soit près de 12% des 3,4 millions d'hectares dans l'UE -- dans les 5 ans à venir, assorti d'aides d'un montant maximal de 2,4 milliards d'euros.

Le mail n'importe-quoi de la semaine. Vous restez collé à nous les oenofilles, permettez que cela ne nous plaise pas...!!!
Ok c'est de la provocation car vinsurvin n'a pas besoin de faire de la récup. à moins que !!!...
Soyez assez correct pour arrêter de jouer au chat et à la souris, internet n'est pas ce monde du tout permis dont vous semblez user en dépis des bons usages...

Le commentaire le plus sympa de la semaine. J'ai bien l'impression que c'est à la mode de critiquer le métro, et de mépriser les Agents RATP; certes tous n'ont pas inventés l'eau chaude. De là à faire une généralité, il ne faut pas avoir soi-même inventé le fil à couper le beurre.

Les bonnes nouvelles de la semaine.

1. Jeudi 14 juin. jflurton.com organisent une dégustation à l'Ambassade des USA (15h-19h) à la Résidence de l'Ambassadeur des USA, 41, rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e. Les vins dégustés seront : Private Reserve Chardonnay 2004, Private Reserve Cabernet 2002, Bancroft Ranch Merlot 2002, Napa Valley Fume Blanc 2005, Napa Valley Chardonnay 2005.

2. Du dimanche 17 au jeudi 21 Juin. Le Riedel Tasting Bar: Un tasting 100% personnalisé à Vinexpo 2007, sur le stand Riedel.

3. Mercredi 20 juin 2007, Vinexpo 2007,  Consorzio del Vino Nobile di Montepulciano, “Vino Nobile di Montepulciano: l’excellence toscane” Une prestigieuse dégustation pour promouvoir la connaissance d’une des plus anciennes et réputées appellations de Toscane organisée par Consorzio del Vino Nobile di Montepulciano et Regione Toscana, Provincia di Siena, Comune di Montepulciano.

4. Lundi 18, mardi 19 et mercredi 20 juin de 11h à 14h, dégustation de 9 crus classés de Provence à Vinexpo. Mercredi 20 juin, présence d'Andreas Larrson, élu meilleur sommelier du monde 2007.

Mauvaise nouvelle de la semaine: Pas facile de faire le tri dans cette avalanche de dégustations. Et pas d'invitation "Vittel"...

dimanche, 03 juin 2007

PARLEZ DU VIN DANS VOS CRITIQUES RESTO !!!!

medium_paris.jpg

Commençons par le commencement. Ci-joint un super site, peut-être le meilleur à mon goût, pour nous aider à choisir un resto ou autre type de sorties dans les tréfonds de la nébulleuse gastronomique parisienne. On y trouve encore plein de gens sympas, branchés-sans-plus, cool, ayant bon goût et bla bla bla bla qui vous parlent des meilleurs et des pires moments qui leur été offert de passer dans un resto (j'aime bien celui sur Nos Ancêtres les Gaulois, sur l'Ile Saint-Louis). On se délecte de la prose de certain(e)s et en aurait parfois presque l'eau à la bouche. Mais que l'eau alors. Parce que le vin: rien. Que Dalle. Macache. Zéro.

En moyenne, seul un critique ou deux en herbe sur dix abordent la question du vin, et souvent par un "le vin était... bon". Ouais, bon, ben on va pas boire du coca avec le filet mignon aux épices, kwa. Je ne demande pas une critique exhaustive de la robe, des arômes et de la longueur en bouche du flacon que vous buvâtes! Ne serait-ce qu'un petit mot saurait satisfaire. La carte des vins était-elle soignée ou ne présentait-elle que trois Côtes de Truc qui se battaient en duel? Quelles sensations éprouvâtes-vous en présentant le verre à votre nez puis votre bouche? Vous sentîtes-vous soudainement envahi par des émotions que vous n'aviez nullement ressenties jusqu'à présent ou eûtes-vous l'impression de boire un vulgaire jus de raisin? Enfin, quoi, il était bon ce vin oui ou m...?!

Il en va de même dans ces magazines, et pas que de cuisine, qui nous soulent avec des recettes sans jamais proposer un ou plusieurs vin qui accompagneraient fort joliment le met suggéré. Comment se fait-il donc que cela ne vienne à l'esprit de personne? Les gens boivent-ils de la San Pellegrino, du coca ou du café avec leurs plats, de nos jours?

Permettez-moi, de fait, de vous rediriger sur une ancienne note de vinsurvin qui mettait l'accent sur cette propension qu'ont la plupart des bars/restaurants français à servir de la piquette, ce, tout en brandissant haut et fort la qualité du vin français! Sans compter que, pour eux, les vins du nouveau monde sont "dégueulasses" et ne valent pas nos bons vieux bordeaux. Alors, s'il vous plaît, ne reléguez pas le vin à la place du pauvre! Ne négligez pas celui qui peut faire toute la réussite d'un repas. Et dans vos critiques, faites lui la part belle car, bien souvent, et c'est mon cas, nombreux sommes-nous à passer un très bon moment dans un restaurant quand, avant tout, le vin fut excellent.

mardi, 29 mai 2007

L'habit ne fait pas le moine.

medium_terrasses_du_larzac.jpg

Les Artic Monkeys peuvent chanter Au Clair de la Lune en duo avec Céline Dion, j'achèterai quand même le CD. Il n'en est malheureusement pas de même avec les vins français étiquetés AOC, Cru Bourgeois ou tout-attrappe-couillons du genre. Une fois de plus, la motivation sied dans le refus du mauvais-goût (se prétendant tout à fait satisfaisant) et la mise en valeur de vins exceptionnels élaborés par de "petits" vignerons.  

Vins de qualité inférieure. A mon avis, certains vignerons ne doivent pas être bien vus par la profession! Pourquoi? Parce que leurs vins de table ou de pays sont dix fois meilleurs que certains AOC et parfois même que certains flacons censés être d'une "qualité supérieure", car chers ou classés comme tel par les instances viticoles. Et c'est là que le bas blesse. Car, objectivement, les jus de copeaux boisés et vanillés élaborés en laboratoire, les "vins" épais et sucrés, les liquides tristes et insipides, atteignant parfois les 1O€, n'ont aucun intérêt gustatif "supérieur" à ces modestes assemblages syrah, grenache, carignan comme on les fait sur les Terrasses du Larzac, par exemple. Pire, ils s'apparentent à une forme de vol auprès des consommateurs non avertis. La mention AOC sur une bouteille de vin n'est donc absolument pas un gage de qualité aujourd'hui en France. C'est presque devenu le contraire. La réflexion me vient, une fois de plus, après ouverture d'un vin de pays ramené tout droit de chez un producteur de Montpeyroux (34).   

Pour asseoir mon argumentation, permettez-moi une introduction typique de journaliste sans inspiration. Prétextant rendre hommage à l'intéressé (ou visant à lui cirer les pompes), ces phrases ont le don de sonner creux et, accessoirement, de vous faire passer pour un inculte, puisque vous ne voyez jamais de qui il s'agit. Vengeance.   

On ne présente plus Marc Cros sur vinsurvin! L'Horgrand est incontestablement la réussite de ce bonhomme de vigneron de Montpeyroux. Mais on ne saurait ignorer son VDP du Mont Baudile, notamment le 2004, que les officionados s'arrachent et qui offre en bouche des plaisirs incomparables.

Un VDP? Quelle chance! Ce vin de pays (VDP) est de suite très convaincant par le nez qu'il dégage : fruité, élégant et réhaussé par des notes de cacao, voilà un vin qui n'offre rien de stétéréotypé. Marqué en effet par une personnalité propre au terroir et au travail du vigneron, le Mont Baudile est une invitation aux ballades dans la garrigue héraultaise. Il est, en outre, ample, friand et remarquablement équilibré. La réflexion qui s'en suit est "quelle chance que de pouvoir boire de telle chose"! Puis l'on vient à se demander comment il se fait qu'il puisse y avoir un tel déséquilibre dans la classification des vins français, comment il se fait que certains vins pouvant coûter jusqu'à 1O€ dans ce pays peuvent être aussi fades quand des vins de table (Guilhem Coste, Saint-Félix de Lodez - 34 ; Géraldine Combes, Puéchabon - 34) ou de pays (Marc Cros, donc) élaborent des vins absolument incomparables? Comment certains vins peuvent-ils arriver au prix de 1€ dans les supermarchés? 

AOC: sytème poussiéreux. Du bas de ma modeste connaissance et de mes bien maîgres références, je ne puis que m'interroger sur les jurys des AOC qui décernent des palmes et déroulent le tapis rouge à des produits qui me feraient honte si je devais les faire boire à mes convives, et qui ignorent (ou méprisent, permettez-moi de me poser des questions) des trésors inestimables, parfois voués à disparaître du fait de l'obscurentisme dont ils sont victimes. Guilhem Coste, vigneron dans l'Hérault, me disait encore il y a quelques temps qu'il avait abandonné l'idée de se "AOCier" tant l'absurdité administrative laissait à penser que certains viticulteurs n'ont pas le droit de cité dans ce système poussiéreux et d'un autre temps.

Hédonisme. Réformer cet AOC, envoyer des dégustateurs amoureux sur les routes de France et de Navarre dénicher les meilleurs élixirs à la place des blasés (car pour AOCier ces nombreuses piquettes, il faut être dénué de papilles gustatives), ignorer les tendances visant à "répondre" à des soit-disant besoins de consommateurs qui n'y connaissent rien, remettre l'hédonisme rabelaisien au coeur de notre culture, vanter les bienfaits que procure le vin sur la santé et trouver d'autres moyens de distribution que celui de la grande, sont autant de mesures que m'inspirent le vin de Marc Cros.

Du vin par le câble. Au final, quand je repense aux Artic Monkeys, imaginez l'avenir proche où l'on pourra télécharger du vin! Il suffira de se connecter sur e-wine ou KaZier.com! Piquette ou pas, on s'en moquera, le vin sera gratuit! Personnellement, vous vous en doutez, bien que passionné de nouvelles technologies, je continue à acheter mes cd's chez mon disquaire. Alors, vous pensez bien que le vin coulant dans mon verre directement via les câbles et mon ordinateur n'aura, lui non plus, pas le droit de cité sur vinsurvin.

samedi, 26 mai 2007

Au revoir Paris, bonjour Clermont l'Hérault!

medium_jpg.2.jpg

Le monde du vin, aussi figé soit-il, n'a cessé de virevoleter autour de moi ces derniers temps. A tel point que je suis aujourd'hui entrain de me poser une question extrêmement grave: dois-je oui où non prendre mes clics et mes clacs ainsi que la direction de mon sud, natal, certes  pas, mais vital, oui?

Quitter Paris, m'installer dans l'Hérault, acheter des vignes, faire du vin: autant de réalités aujourd'hui à portée de main depuis que Dorothée m'a pris par le bras jeudi soir au sortir de ce restaurant de quartier, le ventre empli de mézzés libanais, pour me montrer une annonce perdue dans la vitrine d'une agence immobilière de la rue Guy Môquet, qui disait.

Clermont l'Hérault (30 km de Montpellier), petite maison - 50 m2  + terrasse / extension possible - terrrain 6310 m2 (vignes) - 155 OOO€

Clermont l'Hérault, les Terrasses du Larzac à l'est, Faugères à l'ouest. Aniane, Gignac, Saint-Guilhem du Désert, le Pont du Diable, les têtes dans l'Hérault, Montpeyroux, Puéchabon, la syrah, le grenache, le carignan, le mourvèdre, les pêches de vignes, les marchés, les olives, la tapenade, le p'tit blanc à Saint-Félix de Lodez...

Paris...

Etonnante la tournure de l'annonce qui par l'utilisation des parenthèses semble presque s'excuser que les 63 ares (Iris, qui a dit hectares?!) soient plantés de vigne. Incomplète l'annonce qui ne précise pas le type de vignes en question. Intrigante l'annonce qui nous interroge sur les raisons de cette vente. Un vigneron aurait-il fait faillite? Quand on sait la grave crise qui touche cette région, on ne doit pas être bien loin de la vérité. Ceci dit, qui sait, la thèse du vieux vigneron célibataire ou dont les enfants ne tiennent pas à reprendre le flambeau est tout à fait plausible.

Entre le projet abordé avec David Drussé d'investir dans ses vignes et de me transformer en agent pour aller vendre "notre" vin à Paris et cette annonce qui me tend les bras, les velléités de départ se voient de plus en plus attisées et de plus en plus concrètes. Qu'attends-tu l'ami? Entends-je déjà me demander mes proches! Peut-être qu'Hippolyte et Hortense (qui verra le jour d'ici fin juin, Inch'Allah) ne viennent me dire dans le creux de l'oreille : "Papa, on y va?".

mardi, 08 mai 2007

VINSURVIN : LE LIVRE! (Enfin, presque...)

medium_vin_sur_vin_le_livre.gif 
VIN SUR VIN, Michel Droulhiole, Edition Leduc.s

Et voilà. Cela devait arriver. VIN SUR VIN publie son premier ouvrage. Dionysos sait combien il était important pour votre humble sommelier (vous remarquerez le glissement sémantique qui s'est opéré ces derniers temps de "serviteur" à "sommelier", non mais pour qui il se prend?) de rester dans l'anonymat. Tel un grand majestueux flacon de Puligny-Montrachet 1959 (je ne vais tout de même pas me comparer à un bordo cru bourgeois "rien" 2002), je souffrirais de la lumière. Pas décidé à m'enferrer dans l'obscurantisme (que je combats - souvenez-vous de cette rixe qui m'opposa jadis au comte de Villiers, enterré 6 feet under depuis) et encore moins dans l'obscurité (j'ai peur du noir), l'idée de me retrouver dans la lumière m'effrayait quelque peu. Jusqu'à ce jour de mai 2007 (hier en fait).

Quelle est la première chose que vous faites le matin en vous levant? Allez, allez, pas de ça avec moi! Vous allumez votre ordinateur et consultez vos mails. Ayant éteint votre laptop la veille à minuit et des copeaux, il y a forcément de grandes chances qu'une avalanche de mails se soient abattue sur votre mail box entre 1h et 7h du matin. Normal. Ce fût pourtant le cas ce matin. En même temps, je n'ouvris ma boîte qu'à 7h15. Et là, à ma stupéfactude, que lis-je?

Bonjour,

Je viens de tomber par hasard sur votre blog "vin sur vin". Il a attiré mon attention car je suis attachée de presse d'une maison d'édition, Les éditions Leduc.s, 

Oh là, me dis-je, ça sent le droit d'auteur à plein nez. Je vais enfin connaître la gloire, les articles dans les quotidiens et les magazines nationaux, les interviews, Canal +, Cannes, Hollywood... Je me voyais déjà en haut de l'affiche:

"Fabrice Le Glatin, bonjour."

"Bonjour Michel Denisot (j'vous adorais quand vous commentiez les matches avec Cangioni, pu****, chu trop content d'être là!!! Par contre, chu pas tiercé, moi.)

"Hum, oui... vous venez de publier votre premier ouvrage, VIN SUR VIN, Comment s'y retrouver?"

"C'est exact, Michel Denisot, c'est exact." Etc, etc...

Enfin, je toucherais au quart d'heure de gloire promis par Andy Warhol. Quand tout à coup, que lis-je?

qui a publié en septembre un livre intitulé "Vin sur Vin", dont vous trouverez ci-joint le communiqué de presse.

Vous imaginez ma déception? Venir me narguer comme ça, moi. Je ressentai comme un arrière-goût de cru bourgeois "rien" dans le fond de ma gorge, et fermai ma boîte. Mais à dire vrai, je finis par me dire que c'était bien mieux ainsi. Je me souviens de Book Tours, cette nouvelle de Bill Bryson, dans laquelle l'écrivain britannique nous explique quel monde il découvrit lorsqu'il fit sa première tournée promotionnelle: sournois, superficiel et inintéressé.

Je tiens cependant à saluer le travail de ce Michel Droulhiole. Qu'il sache que malgré le plagiat qui semble patent, je ne lui intenterai pas de procès. Après tout, si vinsurvin opère une influence majeure sur le monde du vin et, accessoirement, de l'édition, ce n'est que la rançon du succès. Néanmoins, il fallait oser pour afficher des titres de vinsurvin en première page: Pouilly Fumé ou Pouilly Fuissé?, qui correspond mot pour mot à une note récente de la rubrique Le Saviez-Vous? En substance, si vinsurvin, le vrai, peut contribuer à la gloire de certains tout en restant un modeste petit blog, soit.

jeudi, 03 mai 2007

Allez, santé!

 
medium_Vignes.jpg
medium_winestore.gif

Lorsque je déguste certains vins, il m'arrive souvent de dire que je mangerais bien ce vin avec tel ou tel met. Il offre tellement de matière, de gras et d'onctuosité en bouche qu'il se mâche littéralement, plus qu'il ne se boit ou ne se sirote. Même si certains vins de Bourgogne, de Faugères, ou encore de Cahors et de bien d'autres régions me viennent à l'esprit, je ne fais pas nécessairement référence ici à des vins "épais", ronds et charpentés. Et encore moins à ces lamentables liquides vanillés et boisés à l'excès. Bien au contraire, certains vins dits "légers" peuvent présenter une remarquable consistance et offrir la sensation qu'on les mange plus qu'on ne les boit. Prenez Chinon ou Saint-Nicolas de Bourgeuil pour leur gras et leur élégance. Fruit de l'hédonisme ici abordé, le nectar vient in fine se terrer dans les moindres interstices de votre bouche, et il n'est pas rare que la balayant d'un coup de langue friand, cette dernière s'imbibe de perles égarées. Le vin présente alors, physiquement, les caractéristiques d'un met, liquide certes, mais solide également grâce à la richesse, au corps et la complexité de sa matière. Objet de plaisir, à l'occasion et avec modération, voilà qu'on entend dire de plus en plus qu'il est bénéfique pour la santé, ce dont je ne doute pas. Bref rappel de certains bénéfices du vin pour la santé.

Moins de d'accident cardio-vasculaires. Lors d’un colloque organisé par le Comité des vignerons de Vinsobrese, le professeur De Leiris (faculté de médecine de Grenoble) est venu présenter son étude sur les bienfaits du vin à la suite d’accidents cardio-vasculaires. Les résultats sont clairs : le non-buveur de vin a un risque de récidive d’accident cardiaque évalué à 1. Le buveur occasionnel 0,74, le buveur régulier et modéré 0,41 et le grand buveur 0,48.

Moins de diabète et d'hypertension artérielle. Une autre étude, présentée par le professeur Teissedre (faculté de pharmacie de Montpellier) était basée sur les recherches de scientifiques canadiens et danois. Elle consistait à examiner l’effet des composés phénoliques et des polyphénols sur des animaux (souris, rongeurs) présentant certaines pathologies. Les résultats indiquent une diminution importante du diabète, de l’artériosclérose, de l’hypertension artérielle ainsi que le blocage partiel des cellules cancéreuses (pour certains cancers) et une action du resvératrol sur la longévité des cellules.

Résultats. Malgré des "facteurs de risques" importants (sédentarité, nourriture abondante et riche...) la mortalité en France par maladies cardio-vasculaires est l'une des plus faible du monde...c'est le fameux "Paradoxe Français". D'une façon générale, une consommation raisonnable et quotidienne de vin, associée à une alimentation équilibrée (à base de graisses végétales, fibres, céréales, fruits et légumes frais) a des effets très bénéfiques sur la santé et l'espérance de vie.
La protection observée est liée non seulement à l'alcool du vin, mais surtout à ses composés phénoliques, contenus dans tous les vins, et d'autres aliments.

Et comme disait si bien M. Pasteur: "Le vin est la plus saine et la plus hygiénique des boissons". CQFD.

Merci au concours de vignerons.com.

dimanche, 29 avril 2007

L'objet kitch de la semaine.

medium_cork-candles.jpg

 

Salut les ringards! A qui offrir ces superbes bougie-bouchons?

- A votre pire ennemi.

- Un collègue qui part en retraite.

- Votre belle-soeur.

- Une association caritative.

- La kermesse de l'école du p'tit.

- Le loto du papi.

- Un passionné de bordeaux.

- Un électeur de Gérard Schivardi.

VOUS AVEZ D'AUTRES IDEES? N'HESITEZ PAS A NOUS EN FAIRE PART. NOUS TRASMETTRONS.

mercredi, 25 avril 2007

Un candidat, un vin: Sarko.

medium_sarko-clown.2.jpg
"Sans alcool, la fête est plus folle. Si je gagne: Champomy."

V/V - Monsieur Sarkozy, bonjour. Bienvenue au vinsurvin.  

NS - Bonjour. Merci. (J'ai changé M. Vinsurvin, j'ai changé...)

V/V - Pardon?

NS - Heu, bon, alors, ça marrrche les safféres?

V/V - On ne se plaint pas, on ne se plaint pas... Et vous les affaires, ça a l'air de marcher! Enfin, les "affaires", j'parle pas de Chirac, de Tibéri ou de Pasqua! Vous voyez de quoi je parle... m'enfin, c'est pas gagné.

NS - Vous l'avez compris, ce premier tour n'est qu'un tour de chauffe.*

V/V - Bon, qu'est-ce que je vous sers? J'ai un très joli Marsannay du Domaine René Bouvier: le Clos-Monopole. Un chardonnay vif, gourmand avec une bouche sur l'amande, le pain grillé: le petit Jésus en culotte de cheval!

NS - Je vais vous dire un truc qui va vous décevoir, je ne bois pas de vin. 

V/V - Arggghh...&?!§%%#*¤.../... Même après vos sorties à Sancerres et Châteauneuf du Pape?

NS - On ne sort pas indemne d'une telle campagne.

V/V - C'est-à-dire?

NS - Une campagne est une affaire de sentiments, de sensibilité, d'amour.

V/V - Arrêtez vous allez me faire pleurer. Bon, un p'tit verre?

NS - Je n'aime pas le vin. Incompatible avec ma fonction.

V/V - Chirac buvait de la bière! Bush du Coca. Regardez Eltsine, à Moscou, il a quand même pas mal assuré, surtout à l'eau de vidange non distillée. Vous prenez le vin pour une drogue ou quoi?

NS - Le vin n'est pas une drogue. Assimiler le vin au tabac ou à la drogue, c'est une erreur.

V/V - Ecoutez, moi je pardonne tout à un homme, mais son aversion pour le vin: jamais! Haïr le vin, c'est haïr les siens.

NS - Haïr son pays c'est se haïr soi-même.

V/V - Voyez, vous le dites vous même.

NS - Je préfère risquer en osant, que regretter de ne pas avoir su saisir l'occasion qui se présentait.

V/V - Je n'ai rien compris. Style lourd et ampoulé. Vous avez l'art de nous embrouiller, vous. Manipulateur en plus?

NS - J'ai changé, M. Vinsurvin, j'ai changé. Je souhaite qu'on puisse discuter tranquillement de cette question. Il m'apparaît facile de trouver une solution.

V/V - Ah, bon? D'accord, alors, une question. Comment entretient-on les barriques dans lesquelles le vin repose, ou les cuves dans lesquelles il fermente?

NS - Il faut nettoyer. Au karcher. Et quand je dis qu'il faut les nettoyer au karcher, cela veut dire qu'il faut les nettoyer en profondeur.

V/V - ...

NS - ...

V/V - Bon, heu, un point de vue sur la viticulture française, des propositions?

NS - La viticulture n'est pas simplement une activité économique, c'est une tradition française, c'est une identité française, c'est un savoir-faire français...

V/V - Et bien voilà! Voyez que vous ne racontez pas que des conneries! ...

NS - D'où...

V/V - Enfin, en même temps, pour ratisser des voix...

NS - D'OÙ...

V/V - Laisser moi terminer. Vous n'avez pas le monopole du clavier. En criant sur tous les toits que vous n'aimez pas le vin, ne trouvez-vous pas que vous n'êtes pas crédible et faites surtout de la très mauvaise publicité au vin français?  

NS - ...d'où ma proposition d'ouvrir la publicité s'agissant de la consommation de vin lorsque c'est raisonnable. On ne peut pas vous demander de faire la compétition alors que les autres ont le droit de faire de la publicité et que vous, vous n'avez pas le droit.

V/V - Nous inciter à consommer pour que les gendarmes nous attendent derrière les buissons? C'est tout vous ça!

NS - Pour retrouver le chemin du succès, il nous faudra essayer de sortir des sentiers battus.

V/V - Bon, on ferme! Je vous souhaite quand même bon courage pour le O2. Allez, bonne nuit.

NS - N'ayez pas peur de faire de grands rêves.

V/V - A défaut, ce sera un véritable cauchemard. Au revoir.

NS - Si je n'existais pas, sans doute faudrait-il m'inventer.

V/V - Royal. Vous êtes royal.

NS - Ah, non, tout sauf ça. Et ne réduisez pas Ségolène Royal à son statut de femme, elle mérite mieux que ça.

V/V - Divin, alors.

NS - Va pour divin, alors. Mais sans alcool!

medium_sarkozy-sancerre.jpg 
Hey, Nico, non seulement tu n'aimes pas le vin, mais en plus tu ne sais pas le boire. On tient son verre par le pied. C'est pas une matraque, c'est un verre. Avec tes mains, tu le chauffes. Et puis, ce n'est pas très classe.   
********************
UMP: Uluberlu Méprisant notre bon Pinard.

* En dehors de l'introduction et de la conclusion, toutes les répliques sans exception sont des citations de Nicolas Sarkozy.

 

samedi, 21 avril 2007

SUR LE VIN, ILS ONT DIT.

 medium_sarko_O_verre.jpg
"J'ai dit: vin, tolérance ZERO, c'est bien compris?"
medium_2villiers.jpg
Même après une cuite au Médoc, je sais encore où j'habite: "Heu beu, c'eeu tu droit."
medium_c_est_à_boire_à_boire_à_boire_heuuuuu.jpg
"Ah......................................................(le petit vin blanc...)"
medium_buffet3.jpg
"Allez, tous ensemble camarades! 3,4, Chevaliers de la Table Rondeeeeeeee..."
medium_schivardi1.jpg
"Moi, le ving, je l'aimeHeu, eum peu rong, commheu ça là, tu vois?"
medium_ségo3.jpg
"Puis il prit le vin et dit..."
medium_1327408486.jpg
"Ho, les gars, on'r'met ça?" 
medium_Nihou2.jpg
"Bon, Jean-Claude, tu paies un coup ou quoi?"
medium_ségo_1_coup_de_trop.jpg
"Âh, non, j'vous zÂssuuuure, j'n'ai pris qu'un verre de Chinon. (Et un dijo)"
Toutes ces photos ont été glanées sur Yahoo.fr et sont Copyright © AP

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu