Avertir le modérateur

mardi, 13 novembre 2007

Gevrey vous raconter Chambertin

medium_Gevrey_Eglise.jpg

La patience a du bon. Glaner des bouteilles prestigieuses mais encore abordables, les laisser se reposer quelques ans dans des conditions idéales, puis les ouvrir lorsque l'on sent que le moment est venu garantissent un plaisir incomparable ; plaisir mêlé de fierté (d'avoir tenu le coup) et d'excitation d'ouvrir de grands vins français.

Appellations mythiques. Découvert dans le guide Fleurus, le Domaine Dupont-Tisserandot nous ouvre ses portes en 2003, lors d'un (trop rare) périple oenophile en Bourgogne, celle où le cépage pinot noir est roi. Au sud, la Côte de Beaune, où raisonnent les mythiques Montrachet, Pommard, Savigny les Beaune et autres Pernand Vergelesse. Nous nous arrêterons au Domaine Comte Sénard, dégusterons les Aloxe-Corton maison et rentrerons, presque émus, à Paris, avec quelques 1er Crus, les Valozières 1999, jalousement gardés depuis à 14 degrés.  Nous poursuivrons nos errances vers le nord, en quête d'appellations tout aussi mythiques : la Côte de Nuits. Elle abrite Nuits-Saint-Georges, Vosnes Romanée, Vougeot, Fixin, Marsannay et notre Gevrey-Chambertin. Nous traverserons ces lieus avec ce que les anglais appellent "awe", un mélange de crainte et de respect. Le santenay et le côte de nuits firent long feu : ils déclenchèrent enthousiasme et même extase. A l'image de ce Gevrey-Chambertin, donc, Petite Chapelle 2000, carafé ce week-end.

Coppa et bourgogne. Ce week-end, mon petit épicier espagnol (Sol et Mio, rue Legendre, Paris 17) n'hésita pas une seconde et me conseilla un bourgogne avec la coppa dont je venais m'enquérir et que son corse de cousin fait fumer dans la cheminée au nord de l'ile de Jean-Guy Talamoni (dernier nom corse en date arrivé à mes oreilles sur France Inter. C'eût pu être Claude Papi.). Cela tombe bien, rétorquai-je au moustachu à la bonhommie méridionale, l'accent en moins, j'envisage de sortir un bourgogne avec le roti de veau. Roti de veau devant lequel le quatuor allait se liquéfier, tant il fut une réussite. Ce dont je ne fus pour rien. Nous boirons donc ce Gevrey à l'apéritif, puis avec le plat de résistance. Cela tombe bien, nous en avons deux unités.

Quelle élégance! Carafé depuis une trentaine de minutes, le vin arrive à la température de 16 degrés. Il fait 19 dans l'appartement, il gardera une jolie fraîcheur tout au long de la soirée. C'est très important. La robe de notre vin est rubis-noir, dense et d'une remarquable brillance. Au fur et à mesure que le temps va passer, la chose la plus intéressante sera incontestablement l'évolution du vin, de sa matière, de sa structure. Au point que les tanins vont s'exprimer ouvertement à un certain moment pour se faire ensuite bien plus fondus. Il n'aurait pas fallu rater ce moment. Vin : élément liquide vivant subissant des transformations, pire, opérant sur lui-même des modifications de structure tout au long de sa vie. Le nez va également se complexifier avec le temps. Réservé, presque fermé pendant la première demie-heure, de jolis arômes de fruits rouges (et non noirs comme lu de part et d'autres) vont enfin sortir de leur coquilles. Le deuxième nez est donc plus sybillin et il faut toute l'attention des amateurs pour mettre des mots sur les notes que dévoilent notre élixir, le vin semblant jouer à cache-cache. Des notes boisées, de réglisse et de tabac se dégagent de façon subreptice. La bouche est riche et, surtout, grasse. Elle dévoile une chair suave. La finale est épicée. Quelle finesse et, tout le monde est d'accord sur ce point, quelle élégance! 

Bientôt il va falloir se délecter de la dernière gorgée. Lorsque ce sera chose faite, le plaisir d'avoir bu un vin hors norme, dont la dimension et la notoriété se traduisent et s'expriment par delà les frontières, continuera de faire son chemin. Car, grâce à ce Gevrey-Chambertin, les acteurs de ce dîner se regarderont longtemps en pensant à lui et en disant "tu te souviens?". Certains, comme votre humble serviteur, en parleront peut-être autour d'eux. Il commenceront peut-être alors leur récit par "Gevrey te raconter l'histoire de ce Chambertin...".

En photo, l'église de Gevrey-Chambertin, à deux pas de laquelle se trouve le Domaine Dupont-Tisserandot.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu