Avertir le modérateur

samedi, 13 décembre 2008

DiscoBitch 13.0 : chez la petite bourgeoisie du VIIème (mais sans elle...)

disco.jpg

VINSURVIN organisait son 13ème TupperWine, mardi 2 décembre, chez une nouvelle, jeune et dynamique caviste du VIIème arrondissement. Invité (guest star, devrais-je dire) de cette dégustation de vin conviviale, gratuite et chaleureuse : Benoît Tarlant, un vigneron amoureux de son travail et de sa région. Le champagne, de ses premiers pas à l'âge adulte, était la thématique retenue par le professeur Tarlant, l'auteur de la QV Discobitch, très attendu sur le Dance Floor rue Vaneau.

Photo525.jpgIl a beau être à la tête d'une des plus "vieilles" maisons de Champagne françaises, il a beau faire la boisson la plus prisée au monde, il a beau avoir donné une touche "people" à une de ses cuvées, Benoît Tarlant n'en reste pas moins le vigneron le plus cool de la profession. Il arrive tout droit de son petit village en jean, pull et chaussures, comme s'il sortait de ses chais. Pas de chichi, pas de superflu chez Benoît Tarlant. Du naturel et de l'authentique, avec une grosse touche d'humour et un oeil averti pour l'air du temps. Voilà qui donne une idée de la philosophie Tarlant et des vins qui nous attendent. Mais ce soir, au lieu de présenter la gamme de ses champagnes en mode "classique", Prof Benoît a opté pour une présentation pédagogique de la Cuvée Louis, cuvée phare de la Maison, c'est à dire de nous "initier aux étapes de la fabrication et de la vie du champagne". VINSURVIN pour cette idée pertinente Monsieur Tarlant !

Comme Olivier, présent lors de ce TupperWine 13.0, l'explique fort bien sur OCHATO.COM, ce très bon site de vente en ligne de très bons vins (j'en ai goûtés !), la présentation du terroir sensibilise le dégustateur au rôle de l'environnement sur le développement du raisin. Une approche descriptive minutieuse transporte le dégustateur en Champagne : à 10km  d'Epernay, un bas de coteau en bord de Marne, un mois de septembre radieux, les oiseaux qui gazouillent. L'impact du fleuve sur le raisin : les courants frais de la Marne permettent une évolution douce des températures et donc des fruits. A cet endroit, la parcelle est crayeuse, 50 ares de pinot noir font face à 50 ares de chardonnay. Règle de l'are : Benoît Tarlant produit cette cuvée Louis uniquement quand l'assemblage à parité des deux cépages donne un vin subtil.

La dégustation commence avec les jus de pinot noir puis de chardonnay, les deux cépages qui tralant2.jpgcomposent la Cuvée Louis. Une première fermentation en fûts donnent 10,8 d° d'alcool à ce qui s'apparente à du pur jus de raisin, issu des vendanges 2008 et obtenu après un sous-tirage très précoce. Les jus sont la matière première, celle qui, quelques années plus tard, composera ces grands champagnes. C'est l'occasion pour Benoît d'expliquer les différentes étapes de la fabrication d'un vin à la petite trentaine de TupperWiners présents. On ne peut encore véritablement parler de robe, ici ! Le pinot noir (dont le jus sort jaune, la peau noire ne l'ayant pas encore marqué son empreinte) est donc un peu trouble. Il affiche déjà clairement des notes agrumées de citron jaune quand le chardonnay rappelle la pomme. L'acidité est franchement présente dans les deux cas. 

Nous passons à un vin, que l'on peut désormais appeler un champagne, issu des vendanges 2005, mis en bouteille en avril 2006. La Cuvée Louis 2005 n'a donc qu'un an et demi ! Benoît nous explique que c'est avant la "mise" (en bouteille) que le vigneron fait les assemblages, la chaptalisation (ajout de sucre, subtil chez les Tarlant, parfois décrié car effectué exagérément chez certains, mais nécessaire pour déclencher la prise mousse) et ajoute des levures indigènes, naturellent présentes dans les vignes.

Dégorgemement. Afin d'évacuer le dépôt naturel qui se trouve dans le vin (opération appelée "dégorgement"), les bouteilles sont positionnées tête vers le bas, les lies s'accumulant "dans" le gouleau. Le dégorgement moderne se fait à, l'aide de saumure, un liquide d'une température d'environ -25° qui gèle la tête de la bouteilles et permet une expulsion propre du dépôt emprisonné dans le glaçon. Les "anciens" faisaient le "dégorgement à volée", à l'aide du sorte de décapsuleur et d'une grande dextérité ! Pro jusqu'au bout des ongles, Benoît nous fait une belle démonstration de dégorgement que je vous laisse apprécier sur la vidéo. Votre humble serviteur s'y est essayé : heureusement que le ridicule ne tue pas !

tarlant4.jpgQV Discobitch. Assemblage égal de pinot noir et de chardonnay, issue de la vendange année 1998 à 80% et des vins de réserve de 1997 et 1996. Prêt à être consommé, Louis a maintenant 10 ans et on est loin de ce jeunot que l'on a connu à l'âge d'un an et demi. Il a mûri et acquis un sacré caractère. Des bulles fines, nerveuses, coquines, font l'ascencion verres le disque brillant du vin. Non dosé, son acidité est nette. La cuvée Discobitch, née d'une histoire invraisemblable contée ici,  a un nez tellement aromatique, gras, beurré, toasté. La bouche, suave, fraîche et tonique, n'est pas sur-effervescente, défaut numéro un des mauvais champagnes. La finale persistante est marquée par le pain qui s'efface au profit de la fraicheur des fruits blancs et des fleurs dans un royal équilibre.

Nous finissons par un Louis majeur, âgé de vingt ans : la Cuvée Louis 1988. Le Louis s'est aguéri, posé, presque embourgeoisé, mais il n'a pas pris un gramme de ventre, ni un seul cheveu blanc. Louis est fort, vaillant, conquérant. C'est pourquoi, malgré son viel âge, il a la bulle toujours bien présente, fine et filiforme. Sa palette d'arômes s'est élargie, complexifiée. Le gras s'est un peu estompé au profit d'arômes plus longs en bouche comme la vanille ou la noisette. Il est ample et tendu, suave et frais, charnu et confortable. On mettrait plus d'un écu pour acquérir ce Louis, qui vaut de l'or.  

Un vigneron, du vin et des oenophiles, la 13ème édition fut conforme à l'habitude : pédagogique et conviviale. Et une promenade à travers le temps, comme Daniel-Etienne Defaix nous l'avait soumis il y a un an (lire par ailleurs) et Bertrand Lhopital plus récemment. Je tiens à réitérer mes plus chaleureux remerciements à Alex de nous avoir acceuilli dans sa ravissante échoppe de la rue Vaneau dans le 7ème arrondissement de Paris(Alex Caviste) ainsi qu'aux fidèles TupperWiners et Wineuses qui sont de plus en plus nombreux. Un énorme merci à l'ami Benoït Tarlant, sans qui ce délicieux TupperWine n'aurait jamais eu lieu. Merci également à tous les vignerons qui continuent de me faire parvenir des échantillons, que je conserve avec le plus grand soin, et dont on entendra forcément parlé sur VINSURVIN.

Au programme des prochains TupperWine : mardi 6 janvier, dégustation à l'aveugle de vins de vignerons de la Rhône Valley, sélectionnés par VINSURVIN, avec une surprise ! Mardi 3 février, c'est Alain Chabanon qui nous fera déguster ces vins de Montpeyroux, en Languedoc, une grande soirée en perspective. La Côte de Beaune, la Côte Chalonnaise et le Tricastin seront également à l'honneur en 2009. Vivement la rentrée !

Commentaires

J'ai adoré cette dégustation ludique à souhait ! Très bon commentaire et
merci Fabrice pour cette rencontre exceptionnelle avec Benoit Tarlant, un homme passioné et passionant dont les cuvées m'ont fait vibrer.

Écrit par : Laflute | lundi, 15 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu