Avertir le modérateur

mardi, 30 septembre 2008

L'Hardi Vin fait peau neuve !

1744366157.jpg

Que de beaux souvenirs à l'HardiVin, rue des Dames, dans le 17ème arrondissement de Paris : le mémorable TupperWine 2.0 animé par le géant Daniel-Etienne Defaix ; le TupperWine 10.0 animé par l'excellente Martine Becker... Mais non, l'Hardi Vin n'est pas mort ! Au contraire, il fait peau neuve. Et revient plus vivant que jamais.

Descendez à la station Place de Clichy, dirigez-vous vers la Fourche, prenez à gauche direction mairie du 17ème, ça y est, vous êtes dans la fameuse rue des Dames. La première boulangerie à droite fait du très bon pain. Les Caves Populaires sont le repère des amateurs de vin : un bar à vin très sympa. Le bistrot des Dames, et sa fameuse courette si agréable aux beaux jours, est the restaurant dans lequel déjeuner ou dîner dans le quartier. Il y a Aubergine aussi : beaucoup de potentiel. Vous traversez la rue des Batignolles. Et oui, c'est ici les Batignolles !

Poursuivez la descente vers le 17ème (encore plus) chic. Enjambez les rails de Pont Cardinet, traversez la rue de Rome. Les restaurants nePhoto038.jpg manquent pas : le Nove Sette, un des rares restaurants italiens dans le quartier ; attention, carte des vins soignée. 3 Pièces Cuisines, plus typé "djeuns" mais excellent pour boire un verre ou se donner rendez-vous. Il suffira de se rendre dans la rubrique "bons plans restos à Paris" pour en savoir plus sur ces différents lieux... Numéro 97, numéro 100, voici le 109 rue des Dames : vous êtes devant l'Hardi Vin, seul caviste dans la rue.

Photo010.jpgL'Hardi Vin ne paie pas de mine, comme ça. Mais ne vous fiez pas aux apparences. A l'intérieur, et avant rafraichissement de la devanture, Olivier et Jérôme s'affairent à trouver la bouteille qu'il vous faut. Qualité numéro une de ces deux cavistes, proposer des vins de viticulteurs que les deux acolytes connaissent. En effet, ces derniers se rendent souvent dans le vignoble afin de dénicher des vins de qualités, vendus ensuite à des prix raisonnables. Et à regarder les étagères, on parierait volontier qu'ils ont des régions préférées : le Languedoc tient en effet une place privilégiée. A ce sujet, on s'intéressera à Puechcamp, ce remarquable vin de pays des Cévennes (8,30€). Le Rhône peut se targuer d'être représenté par des vins aussi rares que bons : goûtez ce Visan du Domaine Florane (10,90€), et donnez m'en des nouvelles... La Bourgogne n'est pas en reste avec un pouilly fuissé trié sur le volet (20€), comme un mâconnais autour des 8€. Les "digestifs" occupent une place non négligeable également, comme cet Armagnac de chez Marcel Trépout. Enfin, pas de risque de se tromper avec ce vin corse du Domaine Leccia !

Côté dégustations, pour 35€, Olivier et Jérôme proposent des soirées thématiques qui ont beaucoup de succès. L'occasion de goûter de très jolis vins de France et de Navarre et d'en apprendre plus sur les régions où on les élaborent et les vignerons qui les produisent. Griotte sur le gâteau, l'Hardi Vin acceuillera un TupperWine assez exceptionnel, en février, avec la présence d'Alain Chabanon, ce talentueux vigneron de Montpeyroux dans le Languedoc.

hardivin.jpg
109 rue des dames, Paris 17.

samedi, 27 septembre 2008

Un dégustateur... qui soule !

gary-masthead.jpg

Les amateurs de blogs étrangers et de sensations fortes on tous attéri, un jour, sur Wine Library TV, le blog du businessman et wine blogueur américain Gary Vaynerchuck. Fils d'émigrés russes propriétaires d'un "Liquor Store" dans le New Jersey, Vay-Ner-chuck, comme il aime se surnommer, fascine par son débit (supérieur à celui d'un PMU de Saint-Ouen) et attire les lecteurs comme des mouches, mais sans vinaigre, espère-t-on : son blog peut compter jusqu'à 80 000 visiteurs par jour !

Un américain qui aime le vin, ce n'est pas nouveau. Un américain wine blogueur non plus : comparativement, ils sont bien plus nombreux à parler vin sur la toile qu'en France. Avec sa tête de responsable mobilier de jardin chez casto, Gary Vaynerchuck part d'un postulat très simple : "essayer de faire tomber les barrières, les stéréotypes et les préjugés qui empêchent les gens d'explorer et d'apprécier le monde excitant et gratifiant du vin." Ses commentaires sur le vin sont dits non-conventionnels et même irrévérencieux. Malgré cela, il attire jusqu'à 80 000 ordi-spectateurs par jour ! Loin d'être l'expert en vin ennuyeux, pompeux (et blasés) comme on les rencontre souvent sur le net avec leur commentaires techniques et ... imbuvables, Vaynercheck n'est pas le conseiller en vin typique, pour preuve, les nombreuses interruptions de ses sessions dégustation avec des histoires sur les Jets de New York, qu'il vénère.

Celui qui s'ennuyait derrière la caisse enregistreuse de ses parents se mit à lire les Wine Advocate et Wine Spectator. Il se découvrit alors un intérêt pour le vin. Pas en âge de le boire, il fit sa culture "backwards", c'est-à-dire de façon détournée, en dégustant des fruits et des légumes dont les goûts pouvaient être assocés avec le vin, ce qui lui permit de développer son palais. Une technique loufoque mais finalement pas si absurde.

C'est avec la Wine Library TV que sa "carrière" prit un tournant. Leitmotiv : inciter les gens à s'essayer à différents types de vins. "Comment pouvez-vous avoir un vin préféré si vous n'en connaissez que quelques-uns ?", nous demande Gary. "Je dis aux gens de faire confiance à leur palais. Si un vin plaît à votre palais, alors c'est un bon choix. Ne vous sentez pas obligé de boire des vins de marques ou ce que les experts recommandent !"

Alors, cette verve qui le caractérise : elle plaît, ou elle soule. C'est vrai que l'on aurait parfois envie de lui demander une chose, une seule : se taire. Comme lors de cette dégustation dite "à l'aveugle" (alors qu'il sait qu'il va goûter trois Brunello italiens...). Je vous mets au défi d'aller jusqu'au bout de cette démonstration, surtout si vous ne parlez pas anglais ! Allez, the show must go on !  

Maintenant, si vous n'avez rien compris à la dégustation de notre ami américain, voici une petite sélection des meilleures vidéos de dégustations sur le net. Ennuyeuse à souhait, sensuelle, comiques, attendrissante : il y en a pour tous les goûts ! Le meilleur pour la fin, ça va de soi !


vendredi, 26 septembre 2008

ALERTE TGV NICE !

vignerons sainte-victoire.jpg

ALERTE TGV A SAINTE-VICTOIRE

Communes de Trets, Peynier, Rousset, Puyloubier,

Châteauneuf-le-Rouge, Fuveau, Pourrières, Pourcieux,

Saint Maximin la Sainte-Baume, etc…

LES VENDANGES

DE LA COLERE !

 

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE

 

Rendez-vous à 9h00 pour la formation du cortège

au carrefour de la Barque (commune de Fuveau) à côté de la station service.

Défilé jusqu’au rond-point du Canet et conférence de presse

à 10h30. Dissolution de la manifestation à 12h.

Association du Vignoble Sainte-Victoire
Vinothèque Sainte-Victoire 1, Boulevard Etienne Boyer BP n°25 13530 TRETS
Tél : + 33 442 613 760 / Fax: + 33 442 546 885 / Portable de l'association : + 33 628 322 105
contact par mail

mercredi, 24 septembre 2008

A la Une sur VINSURVIN

liberty.jpg

 NE MANQUEZ RIEN DE L'ACTUALITE DU VIN ET DE VINSURVIN.

invinosatanas.jpgLecture : In Vino Satanas ou l'art très français de détruire ce que le monde nous envie. Ce blog ensense-t-il la consommation d'alcool ? Invite-t-il à la débauche ? Prône-t-il les plaisirs de l'ivresse ? Non, bien au contraire. Lire la suite...

Photo : le vignoble alsacien en images. De retour d'Alsace, VINSURVIN vous propose un diaporama sur le vignoble et lesDSCF0560.JPG villages du Bas-Rhin (Hunawihr, Riquewihr, Zellenberg, Ammerschwihr, Niedermorschwihr, Turkheim...). Lire la suite...

Dégustation VINSURVIN : Un côte-du-rhône re-mar-quable ! Le vin révèle tout son potentiel, toute sa classe, le lendemain. Il s'est magnifié, a gagné en puissance, en complexité et en concentration. Le nez présente des notes bien plus animales, à présent. Ces arômes chocolatés et de boite à cigare lui donne une fière allure. Lire la suite...

disco2.jpgBenoit Tarlant (Champagne) sort la DicsoBitch ! Une chanson sur la FM, un coup de fil à son auteur, et c'est champagne sur le dance floor ! Lire la suite (de cette incroyable histoire)...

Le Punch of Heart of ze Week : Ce vin fut acheté chez un tout petit caviste de la rue Pouchet, dans le 17ème arrondissement de Paris. Dénommé Domaine le Roc des Anges, Vieilles Vignes 2006, ce VDP des Pyrénées Orientales est élaboré par Marjorie Gallet à Montmer (66). Qui connaissait ?!! Lire la suite...

 

LES ANCIENNES UNES...

 1382521909.jpg

Réforme de l'AOC, vin et grandes surfaces, vin et jeunes : l'interview d'Olivier Nasles, membre du Comité National de l'INAO. Lire la suite... 

Le TGV PACA tracera dans les vignes. Paris-Nice d'une traite en TGV : une nouvelle pas si bonne que ça. 281315270.jpgGénial ! Une nouvelle ligne TGV va voir le jour (et la nuit) entre Paris et Nice ! Ca, c'est une bonne nouvelle, surtout pour nous, les parisiens (et les banlieusards), dont le quotidien est fait d'heures coincés dans les bouchons autour de, dans et sous Paris... Lire la suite... (ici, un nouveau communiqué de presse).

Accord met et vin : le rosé réserve de jolies surprises des plats les plus élaborés aux plats les plus simples. Pendant que la moitié sud de la France se régale de salades fraîches et de vin rosé, la moitié nord en est presque à resortir les gros pulls, cuisiner des boeufs bourguignons et sortir les cahors. Cependant, certains resistants ont décidé qu'ils continueraient d'accompagner leurs plats de vin "rosé", comme votre humble serviteur. Lire la suite...

1676567462.JPGReportage au Domaine Fontvert. Comme si vous y étiez, pénétrez dans ce joli domaine du Lubéron. Interview et film avec Yoann Malandain et Fabrice Monod. Leur grand-père était chirurgien à Paris. Un jour, dans les années 50, il prit ses clics et ses clacs, et la route du sud. Sa soif de grand air et de ciel bleu le conduit à Lourmarin, dans le sud-Lubéron. En 1999, Jérôme Monod et ses trois fils, Fabrice, Guillaume et Donatien, guidés par la même passion, décident de vinifier eux-même, insufflant par là-même une énergie nouvelle à Château Fontvert. Lire la suite...

Conversation à l'ombre du soleil du Vaucluse. Il est vigneron dans le petit et ô combien charmant village de Cucuron, dans le Lubéron. Dans une interview275469629.JPG (exceptionnelle), Louis-Michel Brémont nous raconte son histoire, son vin, et le Lubéron. Lire la suite... 

Le Lubéron : laboratoire de la viticulture sudiste made in France ? Longtemps reléguée au rang des régions mineures du paysage viticole français, l'heure est venue de revoir notre copie et de nous pencher, que dis-je, de nous précipiter, sur les vins modernes, nouveaux et de grande qualité d'une région qui fait sa révolution depuis une petite vingtaine d'années. Lire la suite...

Appellation Bellet : petite par la taille, grande par le talent. Ce minuscule vignoble de 48 ha, en terrasses, sur les hauteurs de Nice, ne fait pas beaucoup parler de lui. Il est vrai qu'en dehors de Nice, difficile d'en trouver quelconque production. Des blancs que rolle et chardonnay rendent délicieux ; des rosés frais et croquants ; des rouges fins, profonds, exquis. Lire la suite...

lundi, 22 septembre 2008

Arrachage des vignes : crève-coeur des viticulteurs

 

DSCF0102.JPG

L’arrachage des vignes, « crève-cœur » des viticulteurs, un article de Gwenaëlle Moulins, du Journal La Croix (13.09.2008).


Plus de 70 % des demandes françaises d’arrachage en 2008 ont été déposées en Languedoc-Roussillon, une région qui a déjà perdu la moitié de son vignoble en vingt ans.

 

Il en gardera « quand même » un hectare, « histoire de s’occuper un peu et de ne pas rester devant la télévision ». À 63 ans, dont près de cinquante à travailler la vigne, Christian n’a pas pu se résoudre à arracher tout son domaine, hérité de son grand-père.

« Si j’avais pu, j’aurais même tout conservé. Mais c’est impossible de continuer. Chaque année, je perds 10 000 €, raconte ce viticulteur de Baillargues, aux portes de Montpellier. Le prix du vin est quasiment le même qu’en 1957, comment voulez-vous qu’on s’en sorte ? »

Comme lui, plus de 3 600 viticulteurs du Languedoc-Roussillon ont demandé à bénéficier du plan européen d’arrachage, c’est-à-dire à toucher des primes en contrepartie d’une destruction définitive de leurs parcelles. La date limite du dépôt des candidatures, c’est lundi 15 septembre, en pleine période de vendanges.

Combien de viticulteurs se seront décidés dans les derniers jours ? « On craint le pire », ne cache pas un responsable de Viniflhor, l’établissement public chargé de collecter les dossiers. D’autant que cette année, en plus de la hausse du prix des carburants et de la concurrence internationale, la récolte s’annonce historiquement faible.

 

Objectif : arracher 175 000 hectares en trois ans

 

Sur l’ensemble de l’Union européenne, l’objectif est d’arracher 175 000 hectares sur trois ans. Cette année, rien qu’en Languedoc-Roussillon, plus de 13 000 hectares devraient ainsi disparaître ; cette région représente à elle seule 70 % des demandes de la France.

Le sujet, synonyme d’échec personnel, reste encore largement tabou. Seuls les vignerons qui n’arrachent qu’une partie de leur domaine pour se refaire de la trésorerie acceptent de témoigner.

« C’est un crève-cœur, confie d’emblée Anne, viticultrice depuis vingt-huit ans dans le Minervois. Cela me fait bizarre de recevoir de l’argent pour casser mon outil de travail. Dans les années 1990, on a reçu des primes pour tout replanter. On a arrêté la production de carignan, le fameux “gros rouge”, pour un vin de qualité et des cépages nobles… qu’on doit aujourd’hui arracher ! »

Après avoir déjà détruit deux hectares, Anne n’a pas pu se résoudre cette année à arracher ses parcelles « qui datent de 1905 ». Elle se laisse le temps d’une « réflexion sentimentale ».

« Ce système est absurde. On ferait mieux de financier les vignerons pour les maintenir sur leurs terres », n’hésite pas à dénoncer Robert Curbières, viticulteur et porte-parole dans l’Aude de la Confédération paysanne, l’un des rares syndicats à contester le système des primes à l’arrachage.

« Dans la région, la viticulture a un rôle économique, touristique, paysager et écologique. On est en train de faire disparaître un patrimoine, poursuit-il. Bientôt, il n’y aura plus que de la garrigue et les incendies pourront courir de Carcassonne à la mer ! »

 

Arracher les vignes et planter des oliviers

 

En vingt ans, le Languedoc-Roussillon a déjà perdu près de la moitié de ses vignes, dont certaines ancrées dans ce terroir depuis le Moyen Âge. Autre indicateur inquiétant : en 2007, pour la première fois, le chiffre d’affaires

de la viticulture, pilier du « Midi rouge », est même passé sous celui de l’arboriculture.

Que sont devenus ces anciens vignobles ? Pour la plupart, de la garrigue ou des terrains à villas. La reconversion des viticulteurs est un pari très loin d’être gagné. « On nous dit : “Arrachez et plantez des oliviers”, mais ce n’est pas si simple, explique Anne, la viticultrice du Minervois. Notre sol est trop pauvre. Moi, j’ai planté 250 oliviers en 2001 et je n’ai toujours pas eu de récolte… »

Au château de Coujan, au nord de Béziers, Florence, elle, expérimente un « nouveau débouché » sur les 20 ha arrachés il y a deux ans. Il a d’abord fallu se résoudre à détruire de vieilles vignes, plantées au milieu du XXe siècle et sans cesse améliorées par son père, François, l’une des figures marquantes de l’histoire du vin en Languedoc.

Puis, en contact avec une association locale de valorisation des paysages, « Mosaïque », Florence a semé sur des coteaux très secs des fleurs variées – phacelie, sainfoin, radis fourrager… – pour un apiculteur dont les abeilles manquaient cruellement de diversité. Mais après deux ans d’essais, les aides financières se sont arrêtées… Florence ne veut pas « désespérer », mais elle ne cache pas un fort sentiment d’« abandon » par les pouvoirs publics.

 

Photo VINSURVIN, mai 2008, dans le vignoble de Marc Houtin et d'Olivier Bresteau, de la Grange aux belles, Anjou. 

dimanche, 21 septembre 2008

Les Vins de VINSURVIN à découvrir prochainement...

 

Le vin etc....jpg

Avant de parler d'eux plus en détail prochainement, VINSURVIN voulait mettre ces très beaux domaines en lumière. Car le vin, c'est cool. Car le vin, ça attire les filles. Car le vin, c'est bon pour la santé.

Chateau d'Agel, Les Bonnes : ce Minervois blanc élaboré à partir de maccabeu (95%) et de muscat petit-grain (5%) est une petite merveille d'humilité et de simplicité. De la pêche jaune plein le nez, des arômes délicieux de fruits de saison. Fraîcheur puis douceur des fruits blancs mûrs en bouche. Un bonheur à l'apéritif. 6 €.

Domaine des Jougla : Fantaisie des Jougla, un rosé-muscat de Saint-Chinian atypique et rigolo. La Cuvée Initiale 2005 (rouge) est légère, fraîche et aromatique. Vielhs Arracics à goûter prochainement.

Domaine la Millière. Châteauneuf du Pape : le côte-du-rhône villages présente des notes animales, après ouverture très anticipée. Ces arômes chocolatés et de boite à cigare lui donne une fière allure. Grasse et suave, la bouche est ample et riche.  2005 est un millésime fin, complexe et délicat.

Domaine Valambelle : un Faugères très classique du Languedoc, mais redoutable d'efficacité. Charnu, sur le fruit noir et la garrigue. Ca taquine le confituré et le cigare. Ce que c'est bon ! 

Hydromels, Kirikino Ilargian, Sud-Ouest : un "vin" atypique à découvrir très bientôt à Paris avec VINSURVIN.

Marc Houtin- Julien Bresteau, La Grande Aux Belles, Anjou : du jus, du fruit, du style. Il faut impérativement goûter Fragile, un jour, au sud d'Angers. On en ouvre début octobre lors d'un Blind TupperWine... 

Les pistes Domaine de Font-Sane (Gigondas) et Chemin de Bassac (VDP Cotes de Thongue) semblent s'éloigner et je le regrète... C'est dommage car, comme Benoit Tarlant sur la DiscoBitch, j'avais kiffé ces vins grave. M'enfin, j'ai pas dit mon dernier mot...

Vous faire découvrir des petits vins de France et de Navarre, l'objectif simple de VINSURVIN. Des vins à découvrir aux TupperWine.

 

A243.jpg
VINSURVIN, PARCE QUE LE VIN VOUS VA SI BIEN.

Un bar à vins italiens à Nantes !

oenoteca.jpg

Il s'appelle Armel, il vit à Nantes, et depuis plusieurs mois maintenant, il nous conte son histoire sur son blog, l'Enoteca, le blog de Casavino. L'Enoteca, c'est aussi et surtout l'histoire touchante d'un amateur de vins italiens qui a entrepris d'ouvrir un bar à vins italiens dans sa ville. Parcours pour qui ce n'est pas toujours la dolce vita.

"Je me rends bien compte que je parle beaucoup de mes travaux, ces derniers temps, sur ce blog", s'excuse Armel sur l'Enoteca, son blog trèstoscane.jpg documenté sur les vins de nos cousins latins, là-bas, de l'autre côté des Alpes. Pas qu'Armel soit esclave de ces travaux, à Nantes "la Négrière", mais disons que c'est la priorité du moment car l'ouverture est prévue dans huit jours précisément ! En attendant, on pourra lire ce post très intéressant sur les cépages du Piémont.

Armel a découvert l'Italie en 2004 lorsque sa boîte l'y a "exporté", à Milan, plus précisément. De retour d'Italie, Armel gamberge : "En Italie, j'ai découvert toute la culture italienne, et notamment la gastronomie et les vins. Je suis revenu en France, et lentement, l'idée a mûri, parallèlement à une certaine lassitude de travailler dans une grosse boîte. Et puis, en avril 2007, suite à certains événements personnels et l'apparition d'un déclic, j'ai décidé de me lancer dans le grand bain, de quitter ma boîte, et d'attaquer mon projet : importer et vendre les vins italiens sous toutes les formes de vente possibles : en premier lieu bar à vins, mais également, cave à vins, dégustations et site web marchand." Il choisit Nantes, pour installer son projet. Nantes aux portes de la Bretagne, Nantes et son FCNA, Nantes et les Tri Yann.

casa.jpgFinancement du projet, découverte du monde de la création d'entreprise et des lourdeurs administratives a la francesi, recherche d'un local : la création "from scratsh" d'une entreprise est un véritable parcours du combattant jusqu'à ce que le 16 mai dernier, dans un post intitulé "Victoire !!! J'ai enfin bouclé mon financement !!!", Armel nous annonce "Ah, putain, c'est bon ! Non, excusez mon langage, mais décidément, ça fait du bien ! Ca y est, après 3 mois de négociations avec les banques, d'allers et retours d'un contact à un autre, le financement est trouvé..."

Le 19 septembre dernier, on apprenait une autre bonne nouvelle avec l'ouverture du site internet de vente de vins italiens en ligne d'Armel :  CASAVINO. Inauguration prévue fin octobre. On attend désormais la carte des vins de casavino avec impatience.

Très bientôt, les nantais et les nantaises auront la chance de déguster autre chose que du muscadet, du bourgueil ou du coteaux-du-layon. Seront-ils sensibles à l'élégance et à la finesse des vins italiens? Chacun jugera en son âme et conscience, liberté accordée en 1598, grâce à l'Edit... de Nantes.

 

vendredi, 19 septembre 2008

Bon plan: où manger ce soir à Paris? (Attention, parisianisme de base).

  1. fast food.jpg

La France : capitale de la gastronomie mondiale. Paris, son plus bel ambassadeur. Certes, mais trouver le bon restaurant avec une jolie carte des vins en prime, c'est pas gagné. Pour vous aider, voici une petite sélection de très bons sites qui vous aideront à faire votre choix et éviter les déconvenues. Il y a aussi les coups sûrs de VINSURVIN, testés et approuvés. Et puis, il y a les vôtres : parlez-nous de vos derniers coups de coeur dans la capitale, on est preneur ! Bonne soirée, bon resto !

lemon.gifparisbouge.png
  • Pour trouver un restaurant en fonction d'un arrondissement et grâce aux critiques d'internautes ayant dîné dans ces restaurants, c'est mmmm. Très facile d'usage.
  • Toujours sur mmmm.free.fr, vous tomberez directement ici sur une sélection des restaurants préférés (testés et approuvés ou non) de votre humble serviteur. Cartes des vins passées au peigne fin of course!
  • WEBCITY.FR : super site sur quoi faire, quoi voir, ou boire, ou manger, etc... à Paris. Avec impressions des internautes. Vraiment bien fait.
  • LEMONSOUND.COM : un site spécialisé dans les sorties à Paris, notamment Clubbing. Très bien fait. Super tendance.
  • Comme son nom l'indique, PARISBOUGE propose l'agenda des sorties intéressantes du moment. 
parsigo.jpg
  • LES COUPS SÛRS de VINSURVIN.

 - Le Chamane, 129 rue Saint-Maur, Paris 11 ; 01 48 05 43 99. Lire le post.

 - Les terrasses parisiennes. Allez savoir, si le beau temps se mantenait... Lire le post.

 - Les restaurants Art Nouveau. Lire le post.

 - L'Assiette Aveyronnaise. Lire le post.

 - Le Nove Sette. Lire le post.

 - La Fresque. Lire le post.

mercredi, 17 septembre 2008

Benoit Tarlant sort la QV Discobitch !

disco2.jpg

Benoit Tarlant, le vigneron champenois aussi drôle que talentueux qui avait remis le Wine Blog Trophy à votre humble serviteur début 2008, sort la QV Discobitch, un champagne "décalé, qui brille et qui claque". Une histoire incroyable née alors qu'il "kiffa" le morceau passant en boucle à la radio, il n'y a que quelques mois de ça.

bouchon.jpgC'est pour la petite bourgeoisie qui boit du champagne. C'est pour tous les quotas Francais que j'parle plus anglais. I'm not crazy, I'm just fond of you, and all the piles of money that grow next to you. I'm a bitch... Une blonde décolorée au QI surdimensionné, des paroles franco-anglaises qui ne connaissent pas la langue de bois, une musique disco, balancée et efficace : la chanson de Mash Kylian fait instantanément mouche, qu'on soit fan de musique de chambre, de jazz ou de Brel. Il n'est pas interdit de ne pas se prendre au sérieux de temps en temps...

Un beau jour de juillet, alors qu'il écoute la FM dans sa voiture, Benoit Tarlant (2ème en partant de la droite sur la photo), de la trèsphoto discobitch.jpg respectable et très respectée Maison Champagne Tarlant (Oeuilly), tombe sur cette chanson qui, comme me l'écrit Benoit, "n'arrête pas avec son champagne". Aussitôt rentré à la maison, Benoit se précipite sur le MySpace des deux artistes à l'origine de cette chanson complètement déjantée. Quatre jours plus tard, Benoit est invité à aller voir l'équipe sur le tournage du clip. Il se présente avec un prototype pour l'occasion,  "mais sans que le mot champagne ou quelconque marque n'apparaissent", précise Benoit, loi liberticide anti-vin Evin oblige. Mais vu que cela ne suffisait pas, les hygiénistes du CSA ont quand même trouvé le moyen de "couper la QV quand on la voyait trop" : on croit rêver. Après avoir sympathisé avec les artistes autour de plusieurs "verres / de boisson / de champagne" (dixit la chanson) "me voilà parti pour un été Discobitch", me raconte Benoit, "à trouver le design etc... Et depuis ce week-end, les premières QV ont été bues... lettres en or, strass-diamant à gogo, ça brille, ça claque, c'est decalé, c'est festif..." C'est champagne, quoi ! L'occasion vous sera certainement donnée de découvrir la QV Discobitch, et surtout, les champagnes Tarlant, lors du TupperWine du mois de décembre prochain, puisque Benoit m'a confirmé sa venue. Perruques oranges distribuées à l'entrée.

Ce qui pourrait s'apparenter à un joli coup de pub ou de communication témoigne surtout de l'esprit de Benoit : surfer sur l'air du temps, ne pas se prendre au sérieux et essayer de faire face contre la tyranie ambiante dénigrant, prohibant, détruisant le patrimoine viticole français. Ne reste plus qu'à demander à Benoit et à Mash Kylian s'ils ont prévu un remix de Discobitch. Parce que pour les lyrics, je verrais bien un truc du style : c'est beau le CSA qui boit du champagne, à cause des lois absurdes je peux plus boire de champagne, un peu pourris, un peu démagos, aujourd'hui parler'd'vin c'est interdit... moi ch'uis chiche...". 

mardi, 16 septembre 2008

Les coups de coeur du Gault et Millau

diapo_palmeDor.jpg

A l'occasion du lancement du Guide des Vins 2009 Gault et Millau, Pierre Guigui et toute son équipe avaient convié le tout-Paris, des personnalités du monde du vin, des gens à découvrir les palmes de ce cru 2009, chez un spécialiste parisien du vin. En toute simplicité, derrière leurs petites tables rondes, des vignerons de France et de Navarre, souvent inconnus au bataillon, parfois intimidés, se faisaient un plaisir de parler de leur vin et de leur travail.

Le fidèle Raphaël Tuil était affairé hier soir !  Plus connu sous le surnom de la sténo, pour ses prises de notes sporadico-intempestives aux TupperWine, Raphaël n'avait pas oublié VINSURVIN pour le lancement d'un guide faisant tout simplement parti du patrimoine oeno-gastronomique français. Et ça fait plaisir. Seul problème, cette soirée avait lieu chez Lavinia... Alors, hier soir, avant de me rendre dans ce qui apparaissait pour le blogueur que je suis comme un rendez-vous à ne pas manquer, j'eus quand même une vague hésitation avant de pénétrer dans "ze" magasin de vin de la Place de la Madeleine. Il est vrai que je n'ai pas été tendre à l'égard de ce magasin ces derniers temps. Soit.

mail.jpgA l'étage, là où l'on trouve les spiriteux et la salle de restaurant, sont installés, de part et d'autre, les vignerons "coup de coeur" du Gault et Millau. On rencontre l'alsacienne Sylvie Spielmann en premier lieu. La vigneronne de Bergheim, sur la route du délicieux village de Thannenkirch, présente son riesling Engelgarten d'un velour et d'une féminité rares, puis un gewurztraminer surprenant de fraicheur et de minéralité. Le chardonnay du bourguignon Sylvain Pataille (Marsannay, Côte-de-Nuits, Bourgogne) est iodé, puissant, singulier. Son rouge exprimera vraisemblablement tout son potentiel dans le temps. Le champagne de Benoit Lahaye est juvénile, fleuri et mentholé : un délice. Le chardonnay de Jean-François Ganevat (Jura) est déroutant. A regoûter impérativement. Le Domaine des 2 Ânes de Magali et Dominique Terrier (Corbières maritimes) présente un rouge plein de personnalité et de puissance. Bémol : c'est la finesse qui fait encore défaut. Le meilleur pour la fin : situé au sud de Carpentras, dans le Vaucluse, le Domaine Terre des Solence d'Anne-Marie et Jean-Luc Isnard présente un côte de ventoux rouge profond, riche, complexe. Tout simplement exquis.

La présentation du dernier né de Gault et Millau est également l'occasion de croiser des personnalitésphilippe-faure-brac-portrait.jpg du vin. Mais pas que. Marc Jolivet fait rire l'assemblée en lui donnant son âge : "j'ai 75 ans !" VINSURVIN n'a pas résisté à l'envie de lui poser quelques questions (voir le podcast). On croise également Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde en 1992. L'échange avec un grand du vin est bref mais VINSURVIN ne désespère pas de l'interviewer un jour où de l'inviter à un TupperWine, concept qu'il a trouvé "très original".

Les coups de coeur de Pierre Guigui sont des vins simples à priori mais dotés d'une forte personnalité. Des vins rouges souvent riches, fins, et très soignés. Les blancs, eux, sont déroutants, frais, ciselés. Chose assez étonnante, et due au hasard, la majeure partie des vins présentés sont cultivés en bio. 

Après une heure et demie de dégustation, de rencontres et de discussions, je redescendai l'escalier et m'apprêtai à franchir la double porte en verre quand je crus entendre "hè, c'est le gars de VINSURVIN ! Il pourrait dire bonjour...". Un pur produit de mon imagination...

Pierre Guigui parle de sa ligne de conduite.
podcast
Marc Jolivet : "C'est bon pour la santé, le vin bio."
podcast

 

dimanche, 14 septembre 2008

Le bouchon à vis devrait avoir des Screwpull...

tire-bouchon.jpg

En dépit de l'irrémédiable ascension de la capsule à vis, aux dépens du mythique bouchon en liège, il est encore loin le temps où il faudra reléguer nos tire-bouchons et autres limonadiers au rang des reliques et des vieux souvenirs. Ouvrir une bouteille de vin (une vraie) reste un moment magique. Et les jolis accessoires pour accompagner ce moment ne manquent pas, notamment du côté de chez ScrewPull.

Pas qu'il me faille honorer mon juteux contrat avec ScrewPull, mais un peu quand même. Trois sublimes tire-bouchons contre un petit mot sur VINSURVIN, le deal était parfait. Ne me reste plus qu'à attendre les nouveaux produits de la gamme, comme ces rafraichisseurs qui me serviront bien pour mes TupperWine ; un peu kitsch, j'en conviens, mais efficaces. En même temps, l'amoureux du vin aime s'encoquiner de quelques gadgets lui permettant de chouchouter son vin, à la cave comme lors de réceptions. Ces derniers s'avérant également d'excellentes idées cadeaux.

lm300.jpgLa recherche du meilleur spot pour la marque qui nous intéresse (je ne la nommerai que trois fois, c'est dans le contrat) m'a demandé beaucoup de réflexion. Option ringard : "Moi, VINSURVIN, j'ouvre mon vin avec un tire-bouchon ScrewPull. En t-shirt, comme sous-pull". Option rebel (genre 2B3) : "Y'en a marre des bouchons qui finissent dans le cul (de la bouteille) : grâce à ScrewPull, je n'ai plus de complexes ! (Ca veut dire la même chose, non, scrupules et complexes ?)" Seulement, quelquechose me dit que ces slogans ne marcheraient pas. Alors, je me suis dit que de simples photos de ces objets (esthétiquement réussis, il faut bien le dire) suffiraient.

Screwpull LM300 : Le futuriste de chez Screwpull. D'une redoutable efficacité, il vous séduira par son style résolument coffret-lm400.jpgmoderne. Proposé avec son coupe-capsule exclusif et son écrin bois. VINSURVIN : Permet une ouverture très simple et une récupération du bouchon qui ne l'est pas moins. A sortir, le dimanche, avec la belle-famille.
Screwpull LM400 : En polycarbonate dans un coffret boîte cuir noire et coloris nickel noir. Vendu avec son coupe capsule noir en polycarbonate dans un coffret boîte cuir noire.
VINSURVIN : Le tire-bouchon "spécial grandes occasions". Un objet design qui rend l'ouverture des bouteilles très faciles, malgré son poids. Jugé très beau par les invités.
double-levier-wt110.jpgPour terminer : le limonadier (double-levire, VT110). Léger, d'une très bonne ergonomie et d'un design très sympa, rien ne remplacera le roi des tire-bouchons.
Photo illustration : merci à c-p-t-b.
Voir également la leçon d'ouverture de tire-bouchon à double cran par le sommelier Emmanuel Delmas.

samedi, 13 septembre 2008

Domaine La Millière Villages : re-mar-quable !

lamillière2.jpg

Rencontré lors d'un salon des vignerons indépendants, Michel Arnaud m'avait confié la "lourde tâche" de faire déguster ses vins à Paris. En attendant un très prochain TupperWine réservé à la Vallée du Rhône et aux vins de ce natif de Châteauneuf du Pape, VINSURVIN n'a pas résisté à l'envie de déguster le côte-du-rhône villages du Domaine La Millière. Afin de se (re)donner une idée précise et dans l'espoir de passer un bon moment.

michelarnaud.jpgMichel Arnaud l'évoque haut et fort sur son site : "mes vins sont le reflet de la plus pure expression de cette terre où je suis né. Ils révèlent la puissance de ses terroirs, l'élégance de ses vieilles vignes et le caractère de son environnement unique". Je n'aurais peut-être pas dû commencer par citer Michel. Car en deux phrases, tout est dit ! Puissance, élégance et caractère sont effectivement des termes qui viennent facilement à l'esprit pour qualifier les vins du Rhône en général, et ceux de cet autochtone consciencieux, en particulier.

Installées en terrasses, les vignes se situent à quelques pas du terroir de Châteauneuf-du-Pape. Sur un peu plus d’un hectare, les vieux ceps du vignoble (âgés de plus de 100 ans!) s’enracinent dans un sol caractéristique d’argiles brunes et de sable, à forte dominante caillouteuse. Totalement éraflée, la vendange est vinifiée dans des cuves béton. La période de fermentation, comprise entre 15 et 20 jours, est suivie d’une cuvaison longue permettant d’extraire au mieux la typicité de son terroir.

Issu de l'association de trois cépages (90 % de grenache, 5 de mourvèdre, 5Bouteille Millière.gif de cinsault), ce côte-du-rhône villages 2006 du Domaine la Millière s'ouvre sur une corbeille de fruits des bois frais et croquants, de baies rouges, de cerise même. Des notes plus "terroir" tels que le thym et les épices ponctuent l'ensemble. En bouche, c'est luxe, calme et volupté. La bouche est ronde et souple. Les tanins ne sont pas en reste mais il sont déjà bien fondus. La minéralité apporte finesse et structure. La finale rappelle le nez avec ses notes de réglisse, de thym, de poivre blanc. Un travail rigoureux et soigné.

Mais là où le vin révèle tout son potentiel, et toute sa classe, c'est le lendemain. La dégustation du lendemain peut s'avérer fatale pour un vin, ouvert depuis 24 heures : certains se sont effondrés ou n'ont plus rien à ajouter. Celui qui nous intéresse s'est magnifié : il a gagné en puissance, en complexité et en concentration. Le nez présente des notes bien plus animales, à présent. Ces arômes chocolatés et de boite à cigare lui donne une fière allure. Grasse et suave, la bouche est "pleine", ample et riche. Ces vieilles vignes ont encore plein de secrets à livrer ! Chose remarquable, la minéralité s'est comme ciselée pour faire face à autant de matière : la nature est incroyable.

Ce vin est re-mar-quable! J'ai désormais une idée plus précise des vins que je présenterai bientôt à mes TupperWiners. Et j'ai passé un moment formidable ! Quand je pense que je n'ai pas encore goûté les chateauneuf du pape de Michel Arnaud... Ce sera chose faite lors d'un prochain TupperWine. Et les veinards présents pourront se faire une idée. Et passé un moment formidable eux aussi, je l'espère.

Michel Arnaud, propriétaire-récoltant. Quartier Cabrières - Le Grès 84100 ORANGE -

Tél.+33 (0)4 90 34 53 06 - Fax +33 (0)4 90 34 85 57

la-milliere.arnaud@wanadoo.fr

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu