Avertir le modérateur

jeudi, 24 avril 2008

Château Noguès : un bordeaux supérieur (à la moyenne).

f2a2f0328bc315172b6f7330fa041fb0.jpg

 

La dégustation chez l'artisan-caviste (débroussailleur, trouveur de pépites) Laurent Baraou aura été l'occasion de découvrir des vins de très grande qualité, ce qui tomba bien puisqu'on ne s'était pas déplacé de Paris pour boire des fonds de cuves dits "supérieurs" ou "bourgeois". Mais au-delà des sublimes Pouilly Fuissé de Phillippe Greffet, Vouvray sec du Domaine Huet, Saumur Champigny de Thierry Germain et Languedoc d'Alain Chabanon se hissa un vigneron sorti de son Lille : Dominique Bertram. Si le vin n'est que question de sens (et non de "goût", approche trop galvaudée), rarement ce jour ceux de votre dégustateur indépendant n'auront été aussi en communion que face au vin du Château Noguès.

Puisqu'il ne faut en retenir qu'un, alors ce sera lui : Dominique Bertram. Advitam Eternam. On l'avait croisé en train de se délecter des chablis de Daniel-Etienne Defaix. Il avait l'air sidéré. Pas étonnant quand on connaît les vins de cette résurrection cistercienne. Je n'eus pas de visions lorsque vint le moment de porter à mes lèvres le Château Flaujac 2003, mais j'eus un peu l'impression d'entrer dans la lumière. Ou de sortir de l'obscurité (si ce n'est l'obscurantisme) dans lequel nous noient trop de vins bordelais. Un nez complexe et subtil de fruits flétris, de pruneaux puis une bouche ample, large et profonde au contour de fruits noirs et de garrigue. De la mâche, de la matière, de la longueur. Quel régal !

Le Château Noguès 2002 est plus léger, généreusement fruité avec des notes réglissées. Il permet surtout de se rendre compte de la diversité des vins  du domaine. "Mes vignes sont plantées sur des terres pauvres, nous précise Dominique Bertram, ce qui donne chez moi des vins juteux". Hétéroclites et délicieux, a-t-on de suite envie d'ajouter. 

Le coup de grâce arrive avec la cuvée Château Noguès "Or", 2003. Le nez est fantastique : fumé, torréfié et quel volume ! En bouche, puissance, volume, complexité sont les maîtres mots. Il nous conduit vers des notes de truffes, d'olives noires, de tapenade. Je lui trouve des touches animales (cuir) et cacao amer. Pour le coup, on se croirait en Languedoc ! La finale, avec ses notes salines, trouve le moyen d'évoquer de nouvelles notes, subreptices, qui avec le temps s'affirmeront.

Peut-on attendre quelque chose du vin ? Doit-on attendre quelque chose du vin ? Ce serait s'exposer à trop de désillusions. En revanche, au moment le plus inattendu, le vin peut, lui, nous offrir des instants qui dépassent toute explication rationnelle. Le vin demeure plus une question de sens, qu'une vulgaire question de goût car, finalement, réduire une impression à un simple "j'aime" ou "j'aime pas", c'est ignorer et anéantir outrageusement toute l'activité sensorielle développée lors d'une dégustation. De toute façon, ce Noguès là, je ne l'aime pas. Je l'adore.

Veronique et Dominique Bertram
Château Noguès
33690 Auzac - Grignols.
Tél.: +33 (0)5.56.25.56.17
Fax.: +33 (0)5.56.25.61.32
Chateaunogues@aol.com

Photo (www.mistelle.fr) : Dominique Bertram, à gauche, en pleine conversation.

Commentaires

Rien à ajouter, si ce n'est que ce vigneron était un ami avant de devenir un fournisseur. Je peux ainsi témoigner (sans objectivité) de la qualité du vieillisement des vins du Château Noguès (situé en plus dans la commune de mon village natal).
Merci pour cet éclairage et très heureux d'avoir favorisé cette rencontre qui démontre qu'en dehors des appellations il y a des terroirs et des vignerons.

Écrit par : Baraou | dimanche, 27 avril 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu