Avertir le modérateur

lundi, 24 mars 2008

Le tuyau de la semaine

3686479978099f167deae778e0a1ce62.jpg

Alors que madame toulemonde, qui erre dans les rayons vin des supermarchés comme un homme  dans une boutique de sous-vêtements (pour femmes), se dirige vers un gewürtz pour accompagner la lotte de dimanche midi, puis un bordeaux supérieur (attention, c'est du bon, le supérieur) pour aller avec le fromage (le bordeaux avec le fromage, il n'y a rien de mieux pour faire remonter la lotte), VINSURVIN ambitionne aujourd'hui de faire faire à Odette quelques pas de plus dans le rayon vin et de pousser le chariot jusqu'aux appellations Sud-Ouest et Rhône (je sais, je suis utopiste, voire naïf). Pendant que Monsieur s'évertue à chercher une chemise de nuit pour madame, rose.

Convie ta colloc. Du blanc. Du rouge. Côtes du Rhône. Sud-Ouest. Mes quatre bonheurs de ce week-end. Souvenez-vous, madame Armand, qui m'avait acceuilli l'été dernier chez elle à Cairanne des cigales plein la bouche : la douce vient de me mailer pour savoir ce que je pensais du blanc qu'elle m'avait gentiment envoyé en échantillon il y a déjà quelques temps. Un seul flacon ne permettant malheureusement pas d'organiser un TUPPERWINE, je me suis organisé un Home Tupperwine ce week-end. Alors, le Home Tupperwine : what is it? C'est simple. Vous organisez une dégustation, dans votre salon, avec votre femme, votre colloc, votre concubine, votre voisine. Enfin, quelqu'un quoi, vous n'allez pas déguster tout seul. Parce que là, ça serait triste quand même. Et surtout très selfish. (Oh, le con, il nous soule à parler anglais). Du vin, à deux, dans un salon, ça s'appelle prendre l'apéro? Bon, alors, si vous le prenez comme ça...

Comme un voile de mariée. Ce cairanne blanc 2006 du Domaine Armand, classé "village" quand il mériterait largement l'"appellation Cairanne", est issu d'un assemblage de clairette et de marsanne (pas de viognier?). Nous l'ouvrons sur un dos de cabillaud en papillotte (pointe de crème fraîche, herbes de Provence), fondu de poireaux - carottes et riz. Première sensation : sa couleur est d'un doré éclatant. C'est époustouflant. Le premier nez oscille entre minéralité et garrigue avant que des fleurs et des fruits blancs (aubépine, violette, pêche, poire...) ne viennent adoucir le bouquet. Promenade en Vaucluse assurée. En bouche, le vin présente un très beau volume. La bouche est ample, large. Le fruit blanc est marqué en effet et on lui trouve des notes d'ananas. Un vin blanc net, bien équilibré, sans fioritures : comme un voile de mariée. Sa minéralité lui permet de bien se démarquer du poisson et le fruit se marie formidablement bien avec le fondu de légumes. L'accord marche également très bien avec l'ananas servi en dessert. Moralité : pensez aux blancs du Rhône! Crozes-Hermitage, Saint-Joseph et Côtes du Rhône Village sont l'assurance de grands moments oenophiles.

La grenouille qui se prenait pour un boeuf. Nous allons accompagner des lasagnes maison avec un vin de Cahors : Les Perdrix 2003 du Clos Troteligotte (100% malbec). Le vin diesel par excellence! Voilà un vin qui me plaît par le temps qu'il prend avant de livrer le meilleur de lui-même. Pas intellectuel, pas complexe pour autant, juste un peu dilettante, il faudra le caraffer une petite demie-heure avant ouverture. Blancs et rouges ont souvent besoin de passer par cette phase, de s'aérer afin de s'ouvrir et de révéler tous leurs charmes. Ce cahors est mou et anarchique à l'ouverture. Comme en plein rêve, en pleine réflexion, il est un peu brouillon au réveil. Dans une impression de truisme et d'ennui, les cerises et les fraises des bois font ce qu'elles peuvent pour se montrer mais c'est insuffisant. Les tanins sont viriles et le tout fait flop derrière! Le vin semble pourtant charpenté! Comme la grenouille qui se prenait pour un boeuf. Mais après avoir pris l'air et s'être remis les idées en place, le vin s'est transformé : il a gagné en concentration, comme s'il s'était habillé. Les fruits sont gouleyants et les tanins se sont fondus dans une harmonie soyeuse. Des fruits noirs et des épices entrent dans la danse. Belle matière, belle richesse, belle concentration (caractériqtique constante dans les 2003, le millésime de la caniciule) mais rien de présomptueux ou de fat. Pire, d'indigeste. Voilà un cahors comme on les recherche, tout simplement. Sans vouloir stéréotyper ce vin, La Perdrix 2003 répond à l'idée que je me fais d'un cahors. Il n'est pas sans me rappeler un Château Quattre, référence en la matière. Enfin, je dois bien avouer que je serai fier de présenter ce vin et ses acolytes, lors d'un prochain TUPPERWINE.

Le vin vous contera une histoire. Le lendemain, le cairanne a épaissi et nous livre une palette de fruits blancs très mûrs et sucrés. Un délice! Le cahors offre lui après plus de 24 heures en bouteille un  bouquet fantastique de griotte, de tabac et de torréfaction. Il est superbement concentré et a tourné au velour en bouche. Bon sang! Fantastique expérience. N'ayez pas crainte d'ouvrir une deuxième bouteille à table. Elle ne sera pas perdue s'il en reste. Au contraire, c'est un superbe investissement olfactif et gustatif. Car le vin continue de s'éveiller, d'évoluer, de vivre. Et après plus de vingt heures d'ouverture, les meilleurs n'hésitent pas à vous dire des histoires, à vous, qu'entouré de tout ce monde votre vin n'aura osé conter la veille.

Photo : Pierre Amadieu.

Commentaires

meme apres avoir bu on ne dit pas acceuilli mais accueillir

Écrit par : moi meme | jeudi, 17 décembre 2009

Il te reste 449 posts à relire et corriger, merci.

Écrit par : Fabrice (VinSurVin) | dimanche, 20 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu