Avertir le modérateur

vendredi, 15 février 2008

Ma Laviniattitude tombe en désuétude.

1ee36e1e5b4df6b881072fe34b0efd5e.jpg

Après plusieurs années de bons et loyaux achats chez le géant du vin parisien, j'ai été soudainement pris d'une grosse crise de panique, hier soir. Tout à coup, perdu au milieu des côtes du rhône, des vins australiens et des vins chers, je me suis soudain senti anachronique, hors sujet. Je me suis demandé ce que je faisais (pour rester poli) dans ces Galeries Lafayette du vin. Moi le défenseur des petits viticulteurs et des petits cavistes, j'étais là, entrain de me fourvoyer. Lavinia, c'est fini? Pas nécessairement. Car le magasin de la Madeleine trouve essentiellement sa place sur le marché des (vins) étrangers et des vins spécifiques. 

J'étais entre Saint-Lazare et Opéra. Dans l'impasse. Car j'atteignais le dernier jour pour mener à bien la mission qui m'avait été confiée : acheter du vin pour l'anniversaire de mon ami X. X n'a rien d'érotique et encore moins de pornographique (malgré un physique avantageux), c'est juste qu'amateur de bons petits vins lui-même et défenseur du commerce de proximité, il lui est interdit de livrer ses confessions et d'exprimer ses convictions et opinions en public : il travaille pour un gros groupe de distribution dont le sens de la démocratie nous rappellent quelque peu le droit d'expression à la russe et à la chinoise. 

Pour un long apéritif dînatoire entre copains, Y (dont je dois taire l'identité et masquer le visage car la grande société pour laquelle elle travaille ne tolérerait pas que son nom soit associé à celui d'une femme qui consomme du vin, chose qui demeure encore très impolitiquement correct dans les hautes sphères de l'entreprise ; d'ailleurs, à ce sujet, un jour &#?%U$+°)M^#f***U --- COMMISSION DE CENSURE ETAT FRANCAIS / VOTRE QUOTA DE MEDISANCE EST ATTEINT) m'avait donc confié un budget de 90€ pour environ six bouteilles, soit 15€ par unité. For some reason, j'avais envie de mettre une touche exotique à cet anniversaire. Je téléphonai donc à Yasmina, Nu Ahn Wu et Katarina  me dirigeai donc vers le département des vins étrangers mais trouvai malheureusement porte close pour "réembellissement". Première déception. Certes, je trouverais bien quelques Ribeira del Duero, Pouilles et autres Mendoza au sous-sol, mais le choix serait plus restreint. L'amertume me gagna.

Lorsque j'accédai au rez-de-chaussé, le lieu me sembla froid. Les tons sont foncés, les lumières faibles (ce qui pour le vin n'est pas une mauvaise chose en soi mais cela crée une impression chlostrophobique) et le personnel absent.  Je commençai par la Bourgogne. En dehors d'un pinot noir (un peu maigre pour l'occasion), rien n'entrait dans mon budget. Un Auxey-Duresses aurait peut-être fait l'affaire, mais son prix était trop élevé. A ma grande surprise, j'étais très restreint pécuniairement : Languedoc, Rhône et Loire étaient à peine à ma portée. J'eus soudain souvenir d'avoir acheté de bons vins espagnols dans cette maison à partir de 7€! La France deviendrait-elle inabordable?! Pas en-dessous de 11,00€ pour un Chinon ou un Bourgeuil. Idem pour un Pic-Saint-Loup. A ce prix, pas mieux qu'un Côtes-du -Rhône, les Cairanne et Saint-Joseph ne m'inspirant pas confiance. Surtout en millésime 2006.

Si les prix sont donc rédhibitoires, on ne peut pas dire que l'amabilité et la prise d'initiative soient le fort de la maison. A la recherche d'un Anjou Village de Brissac, le monsieur-plongé-dans-ses-chiffres ne lève même pas la tête pour me répondre. Il me marmonne presque une réponse et ne cherche pas à me diriger vers un autre vin. Je demande à jeter un oeil sur les vins tenus au frais, comme le caviste, chaleureux et aimable comme une porte de prison. En caisse, le garçon prend le chaland de haut et daigne faire son paquet cadeau. Ce qui n'est pas le cas de ces étrangers à qui l'on déroule le tapis rouge.

En substance, l'autre soir, j'ai eu comme l'impression de faire mes courses chez Carrefour. Acceuil, conseil et considération, éléments essentiels pour moi, furent tout simplement négligés : je fus considérablement choqué par la médiocrité du service. La maison se positionne donc davantage sur les marchés de l'étranger-plein-de-dollars, du nouveau monde et des vins prestigieux. Ce qui laisse finalement beaucoup de place pour les autres : les petits cavistes qui vendent du bon vin sans estorquer le client. Avec le sourire en prime.

Commentaires

Jonathan Nossiter, dans son bouquin, "le goût et le pouvoir", consacre tout un chapitre à Lavinia. Si tu ne l'as pas lu, je te le recommande.

Écrit par : armel | vendredi, 15 février 2008

Bonjour,

Je ne m'exprimerai pas sur le lieu dont vous parlez, nous sommes dans le même secteur d'activité avec VintéGraal (qui par ailleurs vous ferait découvrir avec plaisir son Mendoza exclusif "le Pasodoble" - stop la pub).

Quelques considérations sur vos remarques :

Il est normal que l'offre de Bourgogne en dessous de 15€ soit retreinte.
Les vins en Bourgogne sont onéreux. Les mauvais un tout petit peu moins. Vous avez certainement, comme beaucoup de français, dégusté avec plaisir une fois un Gevrey Chambertin à 11€ prix domaine, au domaine peut-être même. Ce n'était probablement pas le meilleur représentant de ce terroir. Ces vignerons (Domaine Rousseau, Seraphin, ...) n'ont pas de vin à vendre, donc les bouteilles sont beaucoup plus cheres.

Toutes régions confondues, n'acheter que des vins dont le prix est en ligne avec le prix moyen de l'AOC est la meilleure façon de passer à côté des plus grands vignerons.
Vous ne dépenseriez ainsi jamais 12€ pour un Cahors de Cosse ou Duras des Le Bihan, ni 12€ dans le blanc de Maxime Magnon (Corbières), ni 18€ pour un Samur blanc du Collier, ni 50€ pour un Chassagne Vergers de Ramonet (puisque vous trouveriez toujours un Puligny à 15€ quelque part...).

S'agissant de 2006 en vallée du Rhône, spécialement au "nord", sachez que nombre de Crozes ou de Saint Joseph sont plus tendres, plaisants dans leur jeunesse qu'en 2005. Vous pourriez tenter le "Mise en Bouche" de Darnaud, les petites Syrah VDP de Gaillard ou Gerin, certaines cuvées Saint Joseph de Cuilleron...

Et quand il faudra cuisiner pour accompagner tout ça, retrouvez-nous sur www.yoocuisine.tv

Bravo pour votre blog

à bientôt

Guillaume

Écrit par : Guillaume B | vendredi, 15 février 2008

Fabrice,

Lavinia ? J'y ai officié....quelques semaines...j'ai vu, vécu, compris, et suis parti.

Au départ, l'ambition était de taille, et aurait pu être relevée.
Malheureusement, cette cave semble s'écrouler. L'élitisme, oui, mais pas à n'importe quel prix.

Je me suis moi-même écroulé professionnellement suite à la mésaventure que j'ai vécu chez Lavinia. Je m'en suis relevé, près de 5 années après.

Seulement, l'arrogance dont cette cave se fait le relais, risque de leur couter cher. Le plus malheureux aujourd'hui est de constater qu'elle a entrainer avec elle quelques vrais bons amoureux du vin, originellement. Devenus des anonymes, car pris dans le sillage d'une politique commerciale et une approche du client totalement destructice.

En 6 semaines, j'avais dégusté...1 vin !! Tout est dit...

Dommage, car Lavinia pouvait jouer un véritable rôle, l'occasion fut belle, mais elle fut gâchée.

Sincèrement désolé, mais pas totalement étonné...


Emmanuel D

Écrit par : Emmanuel D | samedi, 16 février 2008

cher monsieur, je ne connais pas le caviste que vous mentionnez, mais je ne suis pas etonne, je suis viticulteur, producteur de vins, et a part un vrai amoureux du vin , mais malheureusement, sa cave est en haute savoie, je n'ai jamais trouve de caviste suffisament "ouvert " pour travailler avec eux.
grace au ciel, internet est la, et aujourd'hui, je peux vendre ma production sur mon site. Si vous cherchez des vins insolites, a prix abordables, venez visitez , et comparez. nous vous offrons meme des dégustations gratuites ( vous ne payez que le transport, que nous vous rembourserons si vous concretisez un achat).
a bientot
Francois de Conti
proprietaire du Chateau BELLES FILLES en PERIGORD

Écrit par : de conti | samedi, 16 février 2008

Tout à fait d'accord sur le choix proposé par Lavinia, mais aussi le commentaire de Guillaume est juste, il faut vouloir s'échapper des sentiers battus pour découvrir les grands producteurs des petites appelations qui ont le don de nous surprendre;
Apparté: la carte des vins de Pierre Gagnaire Balzac a beaucoup de ressemblances avec l'étagère Lavinia, cela en dit long sur l'élitisme de Lavinia qui emploie un ancien de la prestigieuse maison sus-mentionnée depuis des années.

Écrit par : Arnaud | mardi, 19 février 2008

Le Bihan, Cosse, Da Ros... Pas question de parler prix / appellation, mais question prix / plaisir / typicité, quel pied !

Écrit par : Baraou | vendredi, 22 février 2008

Lavinia client habitue de ce magasin, j aime y venir, mais helas l accueil est minable, j ai souvenir de mon passage il ya 15 j , je rentre le personnel caisse bras croisés, aucun sourire aucun bonjour, l ' equipe commerciale n' est pas des plus acceuillante, personnel pas rase, tablier sale,et on me dit ce magasin veut etre luxe.????? sur 6 references demandees, aucune presente toujours rupture de stock halluccinant!!!!!! la regularite des produits n 'est pas presente, le manque d ' information et de communication est deplorable personne ne sait, de plus le sourire il faut le payer.....Je le crie haut et fort minable!!!!!!!!!

Écrit par : Chris | samedi, 23 février 2008

bon, en même pas temps, on peut être pas rasé et bon vendeur...

Écrit par : armel | mardi, 26 février 2008

Ben ouais, regarde le vendeur italien : il garde la barbe de trois jours, ce qui n'altère en rien ses compétences! En tous cas, sa tchatche!

Écrit par : VINSURVIN (la rédaction) | mardi, 26 février 2008

Je vois qu'on s'est compris... En tout cas, merci pour tes encouragements !

Écrit par : armel | mardi, 26 février 2008

En ce qui me concerne j'ai tj été bien recu chez Lavinia ("Bonjour, comment ca vas", serrage de poigne, ...)
C'est peut etre paske je suis allé a pratiquement à toutes leur degustations gratuites ;-)
Ou alors ils ont du me remarquer quand j'ai pris 3 bouteilles a boire au resto du haut avec 2 potes (1 bouteilles par personnes, bonne moyenne) avec une grosse assiette de charcut-fromage; avec une moyenne de 2-3 fois par mois.

Et puis l'ami Pierrot en sous sol tj de bon conseil sur les vins insolites.

Quoiqu'on en dise le lieu reste incontournable (sans oublier le caviste du coin bien sur)

Écrit par : C-Drick | mardi, 26 février 2008

Moi c'est j'ai tj eu un bon accueil chez Lavinia.
Dire qu'ils me connaissent comme le loup blanc est exagéré mais ... pas loin.
Pourtant je n'y ai pas depensé des sommes folles.

Bon c'est vrai je suis allé a presque toutes leurs dégustations gratuites :-)

Et je vous conseille de demander des conseils à Pierre en sous sol le speciliste des vins insolites !!

Mon conseil vin: "Laurent Combier, Cuvée L, 2006"
http://www.lavinia.fr/LaviniaFR/ficha.aspx?Id=10635

Écrit par : C-Drick | mercredi, 27 février 2008

Oups désolé j'ai posté deux fois la meme chose.

Écrit par : C-Drick | mercredi, 27 février 2008

Il est vrai que les grands magasins comme Lavinia ou le lafayette gourmet peuvent être déroutants pour les consommateurs français, nous avons l'habitude du commerce de proximité et du bon accueil. Le problème dans ces grosses boites est que les salariés sont beaucoup trop stressés et méprisés par leurs direction privilégiant le profit à l'amour du vin.
Croyez-moi c'est du vécu.....!

Écrit par : ladysdef | dimanche, 22 juin 2008

@ ladysdef : de quel consommateur français parles-tu ? N'oublies pas que l'écrasante majorité du vin est acheté en grande distribution en France.

Écrit par : armel | dimanche, 22 juin 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu