Avertir le modérateur

samedi, 09 février 2008

Vin d'Anjou : tu m'enjoues!

5d7a8f76b9727188ce312d506199783b.jpg

L'invitation au Salon des Vins de Loire à Angers (dimanche 3 février) aura été l'occasion de poursuivre la découverte de cette vaste région. Nulle autre, en effet, n'offre une palette de vins aussi riche : depuis l'Océan Atlantique et le muscadet, après un crochet par les fiefs vendéens, en passant par  l'Anjou, la Touraine, le Centre et jusque l'Auvergne, Roanne et le Forez, a-t-on assez d'une vie pour en faire le tour? Alors, si n'avoir qu'à traverser une simple allée pour passer de Quincy à Saumur manque de poésie, cela s'avère bien pratique. Et oui, je dois bien me rendre à l'évidence : on peut faire de très nobles découvertes, même dans les foires et les salons. Petit bilan des errances de VINSURVIN à Moquette sur Loire.

J.Y.-A. Lebreton, Domaine Des Rochelles. Anjou Villages Brissac, Les Millerits (rouge) : c'est d'abord la robe grenat sombre de ce 100% cabernet franc qui interpelle l'amateur. Puis le nez : puissant, complexe et typé. Un passage en carafe le sublimera encore plus. Un méli-mélo de fruits rouges et noirs très murs. Des notes assez viriles de réglisse et de tabac sont manifestes. De la richesse, du gras, mêlés à beaucoup de finesse. Je suis vraiment séduit par ce vin. Une fois de plus, le Vin m'a offert une expérience extraordinaire. Il me faut ce vin dans ma cave! Et aux Tupperwine, ça va de soi! Car vin que j'aime, vin tu goûteras!

J.Y.-A. Lebreton, Domaine des Rochelles. Anjou Villages Brissac, La Croix de Mission (rouge) : Parler autour de soi d'un vin qui nous a plu, émerveillé ou fait chavirer : telle devrait être la mission de tout bon français qui se respecte! Hors de question de faire une croix sur celui-ci. Voilà un nez bienfaisant : dans la veine des Millerits, il associe fruits noirs et rouges (mûre, sureau, fraise, cassis). Des notes de sous-bois subtilement réglissées. La bouche est suave, ample et grasse. Et quelle matière! De façon assez étonnante, ces deux vins me font un peu penser, par leur structure, par la richesse de leur chair et par l'association fruit/tabac, aux vins espagnols comme on les trouve en Castilla y Leon (comme Val de los Frailes).

**********************************************************************************

Marc Houtin- Julien Bresteau, La Grande Aux Belles, Anjou :

ec97b7ff24a31c3ca2a8f630edcc5c26.gif39b7866164e9b851a4006ca6dc82012c.gif20aabb74fe506b8319ff12482c27e537.gif

Pink Fluid, Le Vin de jardin, 53, La Chaussée Rouge, Merci, Fragile... Mais de quoi s'agit-il? De vin gay? De vin de jardinier? De déménageur? "On n'a pas les terroirs, ni les structures pour faire des grands crus, alors on fait des vins qui nous ressemblent" me dit Marc, barbe de trois jours, cheveux longs et lunettes trendy. Sorte de Vincente Lizarazu sorti de son champs, Marc fait partie de ces jeunes artisans-vignerons très enthousiastes qui voient le vin comme un art. Pour preuve ces étiquettes faites maison et compètement décalées. Et croyez-moi, si le contenant a de la gueule, le contenu aussi. Des vins jeunes, fruités, d'entre potes, de soif, de fête, agréables, faciles à boire. Et fun! A part La Belle Adorée, un chenin blanc liquoreux qui vous coûtera 10€, vous ne trouverez rien au-dessus de 6,50€.

*********************************************************************************

Domaine Richou. Le chenin est un cépage incroyable. Un vrai caméléon. Sec, fruité et minéral? C'est un Savennières. Ou un Jasnières. Effervescent? C'est un Crémant de Loire. Liquoreux? C'est un Coteaux de l'Aubance (blanc)! C'est ce dernier que j'avais à coeur de goûter. Vous connaissez certainement les Monbazillac, les Sauternes, les Coteaux du Layon. Un bon Coteaux de l'Aubance est liquoreux mais pas écoeurant. Sucré mais pas mielleux. Est-ce dû à la spécificité du cépage, les blancs d'Anjou du Domaine Richou sont des vins intellectuels, comme le sont certainement grand nombre de blancs similaires de la région. La litanie des arômes est mécanique, précise et stimulante en bouche. S'expriment d'abord des notes de fruits. De fruits rouges. Et de fleurs blanche. Et de paille séchée. Vient ensuite l'acidité. Elle crée une sorte de transition, de pont, entre le fruit et le sucre avant que ce dernier ne vienne englober le tout, de façon discrète et progressive. L'acidité demeure ensuite, créant un subtil équilibre entre une sensation d'agrumes et de fruits exotiques. On marie ces vins avec des poissons grillés, des viandes blanches, des fromages. Mais, une douceur un dimanche après-midi ou en fin de soirée... (Vins dégustés : Les 3 Demoiselles, les Rogeries, La Sélection.)

**********************************************************************************

Domaine Jean-Pierre Bailly, Pouilly Fumé : les Coteaux du Giennois (vin rouge à base de pinot), les Pouilly sur Loire, les Pouilly Fumé (cépage sauvignon, blanc) de Monsieur Bailly et de son fils (et sa Cuvée Spéciale) offrent toujours autant de fraîcheur, de vivacité et d'équilibre. Faites l'expérience à l'apéritif ou sur des fruits de mer.

Pascal Janvier, Jasnières (blanc). Pascal Janvier, c'est du vintage 70's revisité. La première fois que je l'ai vu, j'ai cru qu'il était sorti du poster de l'AS Saint-Etienne qui prônait au-dessus de mon lit quand j'étais enfant. Pascal Janvier, c'est un mélange de Christian Lopez et de Patrick Révelli, avec du Audiard entre les dents. "Ah, mais, ché pas c'que j'fais là : j'ai rien à vendre! J'leur dis aux gars, moi, oh, oh, faut freiner là!" Un gars extra! Comme son vin. Son Jasnières est à tomber raide. La robe s'admire comme la pelouse de Jauffroy-Guichard. Le nez offre une symphonie de supporters en délire, la bouche est franche comme une frappe de Jean-Michel Larqué des 25 mètres. Et ça fait mouche! Jaaaanvier!

Domaine du Gué d'Orger, Savennières (blanc). Une rencontre impromptue. Un premier contact très favorable. Une dégustation que le manque de temps à écourter mais qui permit de se rendre compte que les premières impressions étaient très favorables. A regoûter dans de meilleures conditions.

***********************************************************************************

Pas de bourgeuil, pas de chinon : pas mes priorités. Pas de muscadet : j'ai bien essayé... Pas de gamay de Touraine : hors de question de faire des infidélités à Madame Percereau, de Limeray! Pas de Saumur-Champigny : j'ai rendu visite à Thierry Dézé, du Domaine de la Bessière, en chemin. Je vous en reparlerai quand j'aurai redégusté son vin... chez moi! Pas de Coteaux du Layon : j'ai plus un faible pour ceux de l'Aubance. Pas de fiefs vendéens : pas le temps, mais je vous recommande l'excellentissime Domaine Saint-Nicolas. Pas de Menetou-Salon, de Quincy, de Reuilly : je me réserve un petit périple sur place très prochainement... Pas tout ça, donc, mais beaucoup de plaisir à me retrouver avec des professionnels, disponibles, et manifestement intéressés à l'idée de participer aux Tupperwine. Affaire à suivre! En direct de Moquette sur Loire, c'était VINSURVIN

Commentaires

Domaine du Gué d'Orger : pas facile de comprendre ses vins en une courte dégustation... Cet ami de mes copains des Loges de la Folie doit effectivement faire l'objet d'une attention particulière, d'accord avec toi, c'est à suivre.

Écrit par : Baraou | mardi, 12 février 2008

salut mr le glatin

petit bonsoir de la grange aux belles . A propos du tupperwine du 8 avril quelques petit conseil de dégustation . Il est important d'ouvrir le vin de jardin et pink fluid une petite demi heure avant .

Et oui il y a beaucoup de gaz carbonique et un peu de réduction sur le vin de jardin ( ce n'est pas filtré , pas levurer , pas chaptaliser , pas coller , il y a simplement des beaux raisins un poil de souffre et beaucoup de plaisir )

a bientôt ça y est la taille est fini et le printemps arrive les 2007 se goute bien

salutations vigneronnes

julien bresteau et marc houtin vigneron passionnés pour la grange aux belles

Écrit par : julien bresteau | jeudi, 03 avril 2008

bah moi je veux bien le goûter le pink fluid.....

salutations

Écrit par : marie | vendredi, 04 avril 2008

J'ai dégusté "La Grange aux Belles - Fragile 2007 dans un restaurant à Anvers.
Fabuleux !!!!
Ou pourrais-je trouver ce vin en Belgique ?

Écrit par : Leo Pepermans | jeudi, 06 mai 2010

Bonjour Léo,

Content que cela vous ait plu !
Voici le mail de Marc HOUTIN : lagrangeauxbelles@gmail.com, vous pouvez le contacter de ma part (Fabrice Le Glatin, VinSurVin, Paris).

A bientôt sur VinSurVin 2.0 : http://vinsurvin-blog.com

Écrit par : VinSurVin (la rédaction) | vendredi, 07 mai 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu