Avertir le modérateur

jeudi, 07 février 2008

Tupperwine 3.0 : première partie.

f4e3fda1211ace2736af1d9fb91a669d.jpg
 

Les heureux élus qui avaient décroché leur ticket pour le Super Tuesday de mardi dernier ont dégusté deux grands ambassadeurs, si l'en est, des vins de Loire. Au nord de la Loire : Saint-Nicolas de Bourgeuil. Au nord de la Vienne : Chinon. Des amateurs, souvent fort jeunes, participaient à leur première dégustation de vin, l'oeil gourmant, le nez souvent précis et la bouche en coeur! Récit d'une soirée dégustation dans une atmosphère détendue entre novices.

La Loire, c'est ce fleuve imposant qui vous fait osciller entre émerveillement, crainte et respect. La Loire, c'est une force tranquille qui, même les jours de pluie, lorsque le ciel bas et le fleuve épais ne font presque plus qu'un, dégage une lumière incomparable. Et puis, il y a la Vienne. Qui se jette dans la Loire, vers Montsureau. Mais pas à corps perdu. Au confluent des deux rivières, postez-vous sur les hauteurs du somptueux village de Candes-Saint-Martin et observez le phénomène. Les deux rivières multiplient les palettes de couleurs et il faut du temps avant qu'elles ne se fondent, densité des alluvions oblige. Là-haut, dans un champ parsemé de mille fleurs qui nous rappelle le bocage normand, c'est un paysage impressionniste qui s'offre à nos yeux. Bientôt, nourris des émotions ressenties face à eux, ces paysages referont surface dans notre esprit : lorsque nous examinerons des robes, humerons des bouquets et sirotterons moults nectars. 

Nous débutons la dégustations par les vins de David et Nathalie Drussé, deux jeunes et charmants vignerons de Saint-Nicolas de Bourgeuil. Leur caveau est facile à trouver, juste après Ingrandes-de-Touraine. Si vous avez de la chance (le vigneron est un homme très occupé), l'un des deux vous conduira dans leur cave troglodyte, en voiture. Un gruyère de tuffeau ou reposent des hectolitres de vin! A la pipette, vous goûterez le vin, directement issu du fût en bois... Leurs vins n'excèdent pas les 5,50€ et offrent un excellent rapport qualité/prix.

SAINT-NICOLAS DE BOURGEUIL, Les Graviers, rosé, 2006.

Un nez réservé qui révèle des notes de fraises des bois. De la fraîcheur. Une bouche ronde, grasse et dominée par des notes de sous-bois. Entre 8 et 10°, ce rosé accompagnera des grillades et des charcuteries. 

SAINT-NICOLAS DE BOURGEUIL, Les Graviers, rouge, 2006.

Une robe rubis soutenue. Un nez puissant et complexe de fruits rouges, frais et gourmands. Une bouche ample et grasse, sur des petits fruits rouges enrobés de tanins présents mais pas outranciers, qui se fondent délicatement. La bouche est d'une jolie longueur et la finale est poivrée. Un vin qui accompagnera à merveille une viande blanche. Premier rouge dégusté et l'impression est très favorable.  

SAINT-NICOLAS DE BOURGEUIL, Les Graviers, rouge, 2004 (épuisé, comme le 2005).

C'est le moment de le boire! Robe grenat foncé aux reflets violacés. Un nez de fruits rouges mûrs. Un excellent millésime qui réprésente bien le travail des Drussé. Une bouche encore d'une belle attaque, grasse et riche. Du fruit, de la fraîcheur et des tanins bien fondus. Une jolie longueur, puissante et épicée. Il s'accorde avec la cuisine de tous les jours.

SAINT-NICOLAS DE BOURGEUIL, Vieilles Vignes, rouge, 2005.

Le Vieilles Vignes séduit l'assemblée de dégustateurs en herbes par sa puissance et son nez de cerises, de cassis noirs. L'attaque est vive et nous conduit vers des notes de sous-bois et tabac. Boisé et minérale, elle est opulente et gracieuse. Beaucoup d'élagance habille ce vin. La finale est longue, sur la griotte. Accompagné d'une viande rouge grillée, l'accord sera délicieux. Un rapport prix/plaisir imbattable!

SAINT-NICOLAS DE BOURGEUIL, Les Graviers, rouge, 2007 (en bouteille en mars 2008). 

Mis en bouteille par votre hôte dimanche dernier (désolé pour le bouchon un peu plié à l'intérieur!), ce 2007 est déroutant par la maturité qu'il présente. Sa robe est brillante et pourpre. Son nez regorge de petits fruits rouges acidulés. D'une jolie finesse, la bouche n'en est pas moins généreuse et bien structurée. Gouleyant, marqué par des arômes fruités, on boira rapidement ce vin entre amis cet été, un peu frais, à l'apéro, sur des charcuteries ou des salades. Comparé par la suite avec le 2006, je le trouve plus féminin et plus léger. Un vin  assurément prometteur.

Compte-rendu de la suite de la dégustation, les superbes Chinon de Bernard Baudry, dans la semaine! En attendant, on se délectera des impressions des Tupperwiners présents mardi dernier chez Julien et Damien, par commentaires sur VINSURVIN. Encore merci et David et Nathalie, pour leur envoi de (nombreux) échantillons. 

DRUSSE David et Nathalie. Vignerons indépendants. 1, impasse de la Villatte, 37140 ST NICOLAS DE BOURGUEIL. Tél. : 02 47 97 98 24 - Email : drusse@wanadoo.fr

7f9942762e2afb7908af5e674a6cdb3e.jpg
Un acceuil très chaleureux chez Julien et Damien, bien aidés par Julie!
b6049cb6ac5f193f342d5a3c73a655c2.jpg
St-Nicolas de Bourgeuil 2006, à gauche, 2007, à droite.
ee13366b3d89b54d6461a44b6c54223f.jpg
Chinon, Les Grézeaux, 2005
0e5a619997e65f85275b0e5717e5ae60.jpg
Déguster, ce n'est pas que "boire". C'est faire appel à tous ses sens,
notamment l'olfactif.
Regardez comme ces amateurs réfléchissent aux arômes que dégagent le vin!
De vrais professionnels!
62d0f1af43bbca06780ca2b0cf8e14e4.jpg
VINSURVIN présentait fièrement le WINE BLOG TROPHY,
soigneusement ramené du Salon des Vin de Loire d'Angers!

Commentaires

Enccore merci pour ce beau Tupperwine, une ode au cabernet franc !!!
Donc cette fois ci ce n'etait pas chez un caviste que nous avions RDV mais chez un particulier, nous avons ainsi echapper à la degustation lavomatic, quoique en regardant bien les photos une machine à laver a reussi à s'incruster à la degust. ;-)
En ce qui concerne la degustation des vins de David et Nathalie DRUSSE j'ai trouvé beaucoup de note animales et champêtres au nez et en bouche sur les millésimes les plus anciens; plus de fruit sur les millésimes récents.
Mon palmares:
1er
Les Graviers 2004 : plein de matiere, trouble comme je les aime, a manger et a boire dans ce flacons, du cuir et du fruit

2eme
le Vieilles Vignes 2005: tres bel equilibre, millésime quasiment parfait au nv de la meteo, boisée tres leger, moins de fruit que le 2004 mais plus de rondeur.

3eme
Les Graviers, 2007: en primeur ! je ne m'y attendais pas a ce dernier. Il faudra le regouter apres la mise en bouteille pour comparer. Annee 2007 pourtant moins bonne que 2006 en general, mais là on a beaucoup plus de fruits rouge et moins d'acidité que le 2006. Un tres bon primeur !

4eme
Les Graviers, 2006: sur le fruit, mais un peu trop d'acidité pour l'instant; à attendre une paire d'année supplémentaire.

Écrit par : Cedric | vendredi, 08 février 2008

Merci Seveg!

Merci Cédric pour tes impressions, très intéressantes. Je n'ai plus de 2004... J'te mets 2 cartons de VV 2005, alors?!
A très vite,
Fabrice.

Écrit par : VINSURVIN (la rédaction) | vendredi, 08 février 2008

On ne le dira jamais assez, c'est Julie qui fait tout !

Écrit par : Baraou | mardi, 12 février 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu