Avertir le modérateur

jeudi, 24 janvier 2008

Duras : du simple.

 

71910b198a05c6c1831e0472106519fc.gif

Il faut parfois savoir ne pas trop en demander au vin. La prose, que dis-je, la gouaille, avec laquelle certains souvent s'enflamment pour parler d'un malheureux chinon à 1O€ a de quoi inquiéter. J'ai récemment lu sur un blog un gars qui prenait une bouteille de vin italien pour une femme. Il y en a vraiment qui auraient besoin de consulter. Non, moi, personnellement, je vous parle de ces petits vins de France et de Navarre (et pas d'ailleurs, ils savent pas faire du vin - qu'on vienne pas me dire que les toreadors savent faire du bon cabernet, que les allemands savent manier le riesling et que les yankees savent simplement faire la différence entre un blanc et un rouge!). Je vous parle de ces gens de la terre, de Bourgueil à Aniane, de Gaillac à Rasteau, en passant par Chablis, Fixin et l'Alsace.

Il faut parfois savoir ne pas trop en demander au vin. Moi, la semaine, je tourne au 12,5°, 13°. Pas plus. Autrement, là haut, ça chauffe dur. Le week-end, dès le mercredi soir quoi, je pousse un peu les chevaux : 13,5°, 14°. Et puis, les jours de messe, c'est 14,5°, 15,°. Tout le monde le sait : quand on lit 14° sur une étiquette, il faut lui rajouter un bon demi degré. Parfois un, même! J'ai vu des Côtes du Rhône, type Vacqueyras pour pas les nommer : on me fera pas croire qui titraient à 14!!! Vu ce qu'on s'est mis le jour là! Enfin, le vin, c'est ça aussi, quoi, j'veux dire. La fête, quoi. Les copains, l'amitié. 

Il faut parfois savoir ne pas trop en demander au vin. D'accord, un vin au bouquet généreux, plein d'arômes, complexe, ça en jette. Un vin ample, puissant, élégant, long en bouche, aux subtils équilibres sucre/acidité, qui vous emmène sur du fruit, puis du thym, de la garrigue, du chocolat, du tabac, j'en passe et des meilleurs, évidemment que cela procure des sensations incomparables. Mais, les rolls du vin, peut-être qu'il faut pas en boire tous les jours pour savoir les apprécier. Et c'est peut-être parce que certains flacons ne correspondent pas au "must", comme ils disent, qu'ils nous font tout autant plaisir. Car du plaisir, dans un "petit" vin, comme mon Côte de Duras de ce soir, et bien, on peut en trouver. Il suffit de le chercher. Et de le trouver. Il s'agit de se contenter de ce que le vin a à nous offrir.

Mon vin du Sud-Ouest de ce soir, un Côte de Duras du Domaine Amblard (dont le blanc me laissa un jour fort sceptique), titrait à 12,5°, et l'on sent tout de suite la différence avec un 13,5. Légèreté, fruit, finesse l'emportent sur la matière et  la puissance. Issu du merlot et du cabernet, le vin est gouleyant, frais et "de soif". Sur une salade, une viande blanche ou des pâtes, il fait merveille. Ou simplement avant le repas : un verre, comme je l'aime. On n'est pas dans la complexité, dans l'assortiment indomptable de références plus prosaïques et plus incompréhensibles - voire élitistes - les une que les autres. Non, on est dans la simplicité, celle qui offre des bonheurs immédiats, épicuriens et efficaces. Effectivement, il faut parfois savoir ne pas trop en demander à un vin. Et à son sens critique.

Commentaires

Ah! le côte de Duras! Un vin de plaisir à petit prix à découvrir: la cuvée Pie Colette, entrée de gamme du domaine Mouthes Le Bihan. Un 100% merlot sur le fruit, sans aucun tanin, un équilibre parfait entre le nez et la bouche. Pour les parisiens, on le trouve 6,50 euros à emporter au J'Go, rue Drouot, mais aussi à la cave des Martyrs dans le 9e, ou chez Crus et découvertes, rue Paul Bert dans le 11e, et surement ailleurs aussi.

Écrit par : arnaud | jeudi, 24 janvier 2008

Voilà un commentaire qu'il fait plaisir à lire! Ce bonheur pris à retranscrire les plaisirs éprouvés devant un vin! Et merci pour vos conseils Arnaud, j'irai à la Cave des martyrs (où un Tupperwine est susceptible d'avoir lieu) et me fendrai d'une Pie Colette!
Oenophilement vôtre,

Écrit par : VINSURVIN (la rédaction) | jeudi, 24 janvier 2008

C'était il y a quelque temps, au bal de la Nuits Saint Georges que j'ai rencontré la petite Juliénas, une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois.
On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et plus tard lorsque je lui ai proposé de l'emmener dans mon Châteauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Croze-Hermitage !!!

Le temps d'aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est monté dans ma Banyuls et on a roulé jusqu'au matin.

Ah quelle belle journée ! On s'est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l'eau Clairette, on s'est Pouilly-Fuissé dans les dunes et puis comme le Mercurey montait sérieusement et qu'on commençait à avoir les Côtes-Rôties on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvés coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi ! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Julienas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon .

D'un seul coup elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie ! Je me suis retrouvé comme Macon. Quoi, me suis-je dit, elle s'est déjà Sauvignon avant même que j'ai le temps de la Sauternes ! Mais je vous Jurançon, je l'avais dans la Pouillac, en effet, j'étais tellement Tokay que j'ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper.

Quand on s'est retrouvé, et que je l'ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit -" Ne fais pas ta Pomerol, et ne t'en va plus Gamay ! " En pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran .

- « Ne m'en veux pas, je voulais juste être sur que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre ».

Depuis on ne s'est plus cuité.

Écrit par : sandra | vendredi, 25 janvier 2008

Excellent ce blog que je visite de temps en temps... Et oui je débute dans le vin :-)

Sandra c'est très jolie, dans la lignée du poeme de la bouteille italienne!

Super continuez bien et merci pour tous les conseils ;-)

Écrit par : fanfan | vendredi, 25 janvier 2008

@ Sandra. Très joli texte petite soeur (tu aurais pu citer tes sources!!). C'est drôle car Fabrice Bonardi (un fidèle et ô combien sympathique Tupperwiner) a posté ce texte en commentaire il n'y a très longtemps!). En tous cas merci, et grosse bise ma petite soeur adorée.

@ Fanfan. Merci pour vos encouragements! Je ferai de mon mieux pour continuer à vous divertir. Et vous "conseiller". Revenez vite! Cdlmt.

@ Rebel-TB. Merci, content que cela vous ai plu. Revenez vite sur VINSURVIN! Cdlmt.

@ Cédric. Merci pour les vidéos (excellentes!) et les marques d'amitié. A bientôt King Comment!

@ jp. Tu nous diras si elle était bonne!!! Cdlmt.

@ Laflute. Vivement le prochain Tupperwine. Rien que pour te revoir! Et merci pour l'info RVF, c'est toi qui me l'a appris! A très vite ma Sténo! Biz.

Écrit par : VINSURVIN (la rédaction) | vendredi, 25 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu