Avertir le modérateur

vendredi, 28 décembre 2007

Réveillons accords perdus.

a56039a232bad0c87620bf208f4223f2.jpg

 

Je ne voudrais pas remuer le coûteau dans la plaie. Le réveillon a cela de particulier qu'il invite le gastronome à se préparer psychologiquement avant le marathon dînatoire, pour ne pas dire l'orgie, comme la dépeignit William Hogarth dans ce  The Rake At The Rose Tavern, en 1735. En effet, parfois, la simple évocation du pantagruélique menu du 24 décembre ne met pas l'eau  la bouche, mais crée inexorablement l'effet inverse. A table, la litanie des mets engage le convive dans un combat perpétuel, celui de garder de la place pour la suite. Ces réunions traditionnelles de fin d'année ne doivent donc pas rappeler que des bons souvenirs à tout le monde. Comme si cela ne suffisait pas, on ne saurait mécaniquement se satisfaire des mets rois se présentant à nos papilles (et nos mamilles). Du foie gras? Certes. Mais de quelle qualité? Et avec quel vin? Ah, ce monbazillac (ou était-ce un sauterne?)! Liquoreux, visqueux et écoeurant à souhait... Il suffisait de le remplacer par un pacherenc du vic-bilh élaboré à partir de cépages aux noms de mousquetaires ou de célérats moyen-âgeux : Gros Manseng, Petit Courbu et Aruffiac. Même un vin rouge de Loire, tel qu'un chinon, aurait été nettement plus agréable. Et ce muscadet sec et âpre avec les huîtres (laiteuses), quand son acolyte du domaine Landron balaie d'un revers de la main les stéréotypes sur cette appellation. Autrement, un chablis, un saint-véran, un savennière ou un pouilly fumé frais et fruités font merveille avec ces fruits de mer. Notons par ailleurs qu'il y a mieux qu'un vin liquoreux pour commencer un dîner... Vient ensuite le bordeaux avec la dinde aux marrons. Débarassez-moi la table de cet ignoble produit et remplacez-le moi par un mercurey, un savigny-lès-beaune ou un châteauneuf du pape! Pour couronner le tout, le retour du champagne sur la table pour accompagner la bûche est incongru. C'est le moment idéal pour sortir le blanc doux! Sur la bûche aux griottes : rivesaltes. Sur la bûche au chocolat : banyuls, maury. Il est aussi des accords orginaux comme, sur une bûche classique, un côtes de duras doux. Un rasteau sur la bûche aux griottes, un rosé d'Anjou sur la bûche au chocolat. M'enfin, si les mets et les vins ne sont pas la hauteur de vos espérances, il vous reste toujours la famille pour vous remonter le moral : la belle-mère (à votre droite) ; le beau-frère, (à votre gauche). Et dire qu'on remet ça le 31...

 

Commentaires

TRès bonne année 2008 !!!!

Écrit par : Chroniques Acidulées | mercredi, 02 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu