Avertir le modérateur

jeudi, 06 décembre 2007

Tupperwine : la première !

 

f6b2bc7df63274048dffd82c6da869be.jpg

Du virtuel au réel : la première dégustation de vin de vigneron entre internautes plus amateurs de vin les uns que les autres chez un caviste parisien a battu son plein : qualifier cette première édition des Tupperwine de grande réussite n’est pas usurpée!

Paris. Lundi 3 décembre 2007. 19h30. Accompagné de Christophe (alias Sancho Pansa), je sors de la station Abbesses pour me retrouver sous un ciel noir et pluvieux. " Tupperwine pluvieux, Tupperwine heureux ? " je m’interroge alors, y voyant une sorte de bon présage pour cette première édition, qui, il faut bien le dire, me noue un peu le ventre. Mon sac réfrigérant (contenant pas moins de sept bouteilles) à la main, j’ai plus des airs de commercial sur le déclin que de simple amateur se rendant à une dégustation.

Tout le monde arrive à l’heure et c’est le moment de découvrir les visages de ceux qui, depuis, plusieurs mois déjà, y vont de leurs commentaires sur le blog : Cédric, Fabrice, Floriane, Raphaël, alias Laflute. Qui a dit que l’Internet cloisonnait les gens chez eux et nourrissait leur vie de rencontres artificielles ? Ces internautes là sont tous passés de l’autre côté de leur écran d’ordinateur pour pénétrer le monde réel de la dégustation, personnifié ici par la chaleureuse échoppe de Fabrice, rue d’Orsel. Eric, du domaine Bérénas (Languedoc), nous a également rejoint.

Nous démarrons avec les vins blancs (100% chardonnay) du Domaine Mathias, situé à Chaintré en Bourgogne Mâconnaise. Le Mâcon-Chaintré 2006 est un vin léger, de soif, à boire entre copains. On ne lui en demande pas plus et il remplit très bien son rôle. On note dans l’assemblée qu’il présente un léger déséquilibre entre le nez et la bouche mais qu’il conviendra très bien à des femmes et à des jeunes qui s’initient au vin. A 6,40€, il offre un rapport qualité-prix raisonnable.

Vient ensuite le Pouilly-Vinzelles 2006. Une robe plus foncée, une bouche riche. Un nez aérien de fleurs blanches, de noisettes et de notes mentholées comme l’eucalyptus. Des arômes de fruits blancs en bouche mais. Un finale plus longue. On est manifestement passé à un vin plus complexe. Les 8€ départ cave sont justifiés.

Enfin, le Pouilly-Fuissé 2006. Sa couleur est plus ambrée dû au passage en fût de chêne pendant six mois. Son nez n’est pas marqué par le bois, il est d’ailleurs assez complexe, herbacé, de noisettes rehaussé de notes de miel et de fumé. La bouche est ample et dense au saveur de beurre. Un vin riche et déjà assez mûr rappelant davantage les vins de Bourgogne. 10,70€ : excellent rapport qualité prix. Je repasse le lendemain soir Cave Lya et Fabrice me rappelle que nos avions carafé ce vin. Une rasade ? Bon alors, rapide… Le nez a peut-être un peu perdu en intensité (logique après une journée en carafe) mais il a gardé beaucoup de vivacité, d’ampleur et d’arôme. Confirmation que c’est assurément un très bon vin, et qu’il ne faut pas hésiter à carafer les vins blancs.

Eric, du Domaine Bérénas, nous suggère deux de ses blancs (Colline d’Oc et Impatiens ; il en fera de même en rouge). Je vous invite à lire CETTE NOTE pour mes impressions.

Les tupper-dégustateurs sont manifestement ravis par cette première salve. Et ils en redemandent !

Nous quittons le Mâconnais (sans même un détour par la Roche de Solutré) pour traverser la France et nous retrouver dans le Sud-Ouest, à Cahors. Le Tradition 2004, Lacapelle-Cabanac de Thierry Simon et Philippe Vérax (80% malbec, 20% merlot) que nous débouchons sera sans doute mon préféré. Plein de fruit (notamment la cerise), il est jeune, instinctif et relativement ample. Une bonne viande rouge lui siéra à merveille. 6,19€ : difficile de se priver.

Le Prestige 2004 (85 malbec, 15% merlot) offre un nez flatteur pour certains, stéréotypés de bordeaux pour d’autres. Mêmes impressions en bouche. Elégance, rondeur, fruit confit à droite. Boisé, caramélisé et d’une sucrosité outrecuidante, à gauche. L’archétype du vin que je redoute. Il plaira aux novices.

Le (100%) Malbec XL 2004 nous ramène à des choses plus authentiques. Difficile de ne pas s’extasier sur sa couleur d’un noir profond et intense. Est-ce sa complexité ou les deux expériences précédentes qui nous rendent un peu sceptiques ? Christophe me regarde et lui trouve un beau potentiel. J’acquiesce.

Nous finissons par le (100%) Malbec Original. Assez déroutant de part sa nature biologique probablement, tout le monde est d’accord pour dire que ce vin est puissant et concentré, et qu’un passage en carafe nous dévoilerait sa vraie nature. Sur le fruit mais aussi le sous-bois, le tabac (!), chacun y va de son commentaire et de son appréciation. Les avis sont partagés. Fabrice, le caviste, est réservé. Le bio nécessite beaucoup de maîtrise nous prévient-il. En outre, Cahors est une terre particulière, qui requiert une grosse expérience. Il faudra en goûter d’autres pour "comparer". Château Quattre?

L’impression qui domine suite à cette première édition des TUPPERWINE est l’enthousiasme des invités. L’objectif était de faire découvrir des vins bien faits du terroir français et, accessoirement, d’étonner et donner du plaisir. Il semble en toute objectivité que cet objectif ait été atteint. Rendez-vous le 1er lundi de janvier pour une prochaine dégustation. Et… vin pour tous. Tupperwine !

Commentaires

Chers Tupper-dégustateurs!

Merci infiniment pour ces bons mots! C'est vrai que ce fut un moment délicieux et que pour une première, je ne pouvais rêver mieux. Mais tout le mérite vous revient à vous qui avez rendu cet "événement" chaleureux et décontracté, et à Fabrice, le caviste, qui s'est lancé instinctivement dans l'aventure, et dont le saucisson était très bon!
N'oubliez pas que vous avez été déisgnés "tupper-dégustateurs" honorifiques et que, d'office, vous êtes conviés aux prochaines éditions!

Prochain Tupperwine 1er lundi de janvier, lecteurs, lectrices, lieu et heure affichés très prochainement. Les 8 premiers inscrits (par commentaire sur VINSURVIN) à partir d'une date qui paraîtra dans quelques jours seront invités.

Encore merci à Cédric, Christophe, Eric, Fabrice, Floriane, Raphaël, Fabrice et les vignerons Mr et Mme Mathias, Thierry Simon et Philippe Vérax.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | jeudi, 06 décembre 2007

Comme j'aurais aimé pouvoir venir... une autre fois peut etre. Encore que , si la lecture de ce billet m'a donné des envies de descente chez un bon caviste je me suis sentie toute petite en connaissances :/

Écrit par : Cécile | jeudi, 06 décembre 2007

Alors que je m'engouffrai dans mon taxi vers 1H00 du matin, après un resto où nous nous sommes retrouvés avec quelques Tupper-dégustateurs après la première Tuperwine, je ne pensai qu'à une chose: la prochaine...

Une chose (parmi d'autres) que notre G.O. (pour Gentil Oenophile) a oublié - et peut être était-ce par modestie - c'est que flottait ce soir là un esprit de convivialité... Tous anonymes au départ, mais tous réunis autour d'une passion commune, sans a priori, avec des connaissances, des goûts, un bagage sensoriel, différents.

Et les flacons dans tout cela? (Presqu'un détail car le plus important était ailleurs...) A l'honneur évidemment... Pour ma part, Fabuleux Pouilly Fuissé et Vinzelles...

Merci à Fabrice - le caviste cette fois-ci - de nous avoir accueilli dans sa très belle boutique, petit commerce de proximité comme il dit...

Une remarque: oui c'est bien gentil tout cela, mais on ne sait toujours pas où acheter ces délicieux flacons?

Écrit par : Sancho PanZa | jeudi, 06 décembre 2007

Que dire de cette soiree ?
Qu'elle était placée sous la bienveillance de Bacchus (ou Lya).
Qu'il y avait de bien beaux flacons, comme ce Pouilly-Vinzelles ou des notes herbacées venaient se fotter aux notes toastées du chardonnay, tout comme le Pouilly-Fuissé qui rajoutait au précédent une touche de beurré assez agréable.
Ou comme la cuvée Iris du domane Bérénas, qui alliait le viognier, au chardonnay, et au sauvignon, une complexité surprenante sur des notes herbacées et de fruits blancs.
En rouge, les cahors du domaine Lacapelle Cabanac étaient dignes des tres bons cahors ou le malbec exprime son fort potenntiel épicé.
Mais la cuvée Iris du domaine Bérénas, ou l'assemblage de la syrah et du petit verdot donnait en bouche une compléité étonnante, entre les notes de cuir, de kirsh et de fruitts noir.

Donc encore merci Fabrice pour l'invit honorifique.

cedric

Écrit par : Cedric | vendredi, 07 décembre 2007

Salut, suite à l'invitation que tu m'as lancée sur mon blog pour un Tupperwine, je suis effectivement intéressé, mais n'étant pas parisien, il est vrai que c'est un peu plus compliqué (mais bon, le TGV, tout ça, on peut trouver des solutions). En fait, tout dépendra de la date, mais je suis preneur pour ton invit', et je t'en remercie.

Écrit par : armel | lundi, 17 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu