Avertir le modérateur

dimanche, 07 octobre 2007

Quel vin avec un France-Angleterre ? (What wine with a France-England ?)

 

medium_galerie-membre_grenouille_grenouille-098.jpg
CATCH ME IF YOU CAN!

Vous imaginez bien que l’auteur de ce blog, professeur d’anglais dans le civil, éprouve une certaine joie à l’idée de "rencontrer" le XV de la rose en demie-finale de la coupe du Monde, même si les affronter en finale eût été, tel un crumble, particulièrement croustillant. Après les Kiwis qui doivent broyer du (pinot) noir, à quel vin allons-nous bien pouvoir manger ces anglais, buveurs de bière devant l’éternel mais de plus en plus connaisseurs en vin? Et ces (petites) anglaises ?

Pinot noir, le nouvel emblème des All Blacks. Dans Le Vin (éditions Place des Victoires), André Dominé nous explique que la Nouvelle-Zélande est le pays le plus méridional de l’hémisphère Sud. Les sols siliceux (le grès et la meulière contiennent beaucoup de silice par exemple, le quartz en étant une variété naturelle, ndlr) et le climat froid et maritime crée des conditions idéales pour les cépages de Bourgogne, chardonnay et pinot noir, ainsi que pour le sauvignon blanc du Val de Loire. On trouve du merlot, voire du cabernet-sauvignon dans les régions les plus chaudes.(…) Au cours des dix dernières années, la région fraîche et relativement sèche de l’ouest de Wellington s’est affirmée comme l’une des régions les plus fascinantes de la Nouvelle-Zélande. En effet, un tout petit groupe de vignerons très motivés est parvenu à se faire un nom : Dry River, Martinborough Vineyard, Ata Rangi, Palliser Estate apparaissent aujourd’hui comme des valeurs sûres au pays des All Blacks. Promises à un grand avenir ? Ceci est moins sûre… Surtout depuis la cinglante défaite de samedi soir qui nous ferait presque dire que les Blacks devraient, jusqu’à la prochaine coupe du monde, remplacer leur palme blanche par une grappe de pinot noir français, noir comme le deuil que les français leur infligent de porter depuis cette défaite. En espérant que les petits, eux, la décrochent, la palme.  

Vive le global warming. Si l’Angleterre n’est réputée que pour sa lager (bière plate sans bulles – qui a dit “chaude” ?!) et son pudding, certains vignerons (farfelus, ça va de soi), ont planté quelques rangées de vignes qui leur offrent quelques bouteilles l’an. Il se peut, de toute façon, que ceux-là n’aient pas si tort que cela si les températures continuent d’augmenter comme c’est le cas. Le mâle anglophone lambda n’est pas un féru de vin. Il m’apparaît, d’après mon expérience, que la consommation de vin est encore très marquée socialement en Angleterre. Le vin blanc est essentiellement consommé par les femmes, peu importe les classes sociales. Le chardonnay, bu en grande quantité, est légion Outre-Manche, chez la common British woman comme chez la lady. Le vin rouge, lui, n’est pas très apprécié du lad anglais qui reste très attaché à sa bière (et non à sa “beer”, qui elle contient des bulles et n’est appréciée, selon lui, que des continentaux). La lager, véritable emblème culturel au Royaume Uni, confère aux yeux du British bloke une image virile et patriotique. Elle y est aussi ancrée que le vin dans l’esprit français.

Ouvrir du vin : un acte de partage et de découverte. Au royaume de Queen Elisabeth, le vin est encore très connoté « France », nation qui, for some reason, n’obtient pas la sympathie de tous aux pays de Charles et Camilla – chose qui ne devrait pas s’arranger dans une semaine… Cependant, notamment de la middle à la upper-class, le vin revêt une connotation culturelle et sociale forte. La représentation que l’on s’en fait dépasse les frontières de l’île. Hommes et femmes prennent donc beaucoup de plaisir à partager une bonne bouteille de vin français autour de la table, sans qu’un patriotisme ou un quelconque chauvinisme, forcément un peu étriqués comme le sont toutes les formes de protectionnismes nationales, ne viennent interférer les plaisirs le plus simples. Dieu sait donc (God pour le coup) qu’ouvrir une bouteille de vin français à Londres, Newcastle ou Liverpool, représente bien plus que boire un simple verre de vin. Je dis « français » car la France est quand même le pays étranger le plus proche de l’Angleterre, géographiquement mais aussi historiquement et culturellement ; il est donc plus naturel de boire du vin français qu’italien ou espagnol, réservé aux grands connaisseurs. Ouvrir du vin, comme en France ou ailleurs sur la planète, est un acte de partage et de découverte. C’est aussi l’occasion d’évoquer, le lieu, la région, le viticulteur à qui on l’a acheté. Ouvrir une bouteille permet donc de se remémorer les vacances et d’aborder le thème du voyage. Chose que l’on fera pas, ou beaucoup moins en tous les cas, avec la bière.

La bière possède les même valeurs sociales que le vin en France. En Angleterre, en Irlande, au Canada, en Australie, on se réunit au pub le dimanche, entre amis mais aussi et surtout en famille, autour d’une bonne pinte. Conversations acharnées, éclats de rires, larmes parfois même, ponctuent ces réunions de famille dont les membres n’échangeraient leur Guinness, leur XXX ou même leur Forster australienne contre le meilleur des vins français ! 

Les étrangler dans leurs 22. Alors, quel vin pour ce France-Angleterre ? Quel vin pour nous ouvrir les portes de la finale ? Pas question de botter en touche ! Ce match est une si belle affiche. Les joueurs de Bernard Laporte et ceux de Brian Ashton joueront dans les règles de l’art mais ne se feront pas de cadeaux. Tout le monde sait que le rugby est un jeu de brutes joué par des gentlemen. Je servirai donc un vin doté d’une belle structure, voire charpenté, avec des tanins affirmés mais fondus également. Un vin puissant mais élégant. Le but sera tout de même de prendre son temps (pas comme Jason Robinson filant droit vers la ligne d’embut – puis déstabilisé par Ellisalde, il ne faudrait pas que les rosbeefs s’y voient déjà) pour construire la victoire, de prendre son pied (pas celui de Wilkinson) et de faire preuve de maturité (comme le vin, comme Dalaglio). On pourrait faire des essais, mais on les réservera pour la France. Face aux ‘‘frogs’’, les anglais choisiraient certainement un vin léger, comme avec des cuisses de grenouilles, mais il s’agira de leur faire bouffer du cassoulet et de les étrangler dans leurs 22 mètres. En effet, les anglais étant de fervents amateurs du sud-ouest de la France , j’opterais bien pour un bergerac ou un cahors pour ces messieurs.  Mais comme je suis un gentleman, j’ouvrirai un chardonnay. Un Chablis même, qui, que l’on le veuille ou pas demeure le roi de ce cépage bourguignon. En tous cas, pour les étrangers. Pas un ‘‘petit’’, pas un ‘‘premier’’, un simple ‘‘Chablis’’. En espérant que ces dames auront un bon ‘‘French Flair’’ pour apprécier les arômes de fleurs blanches. Et pourquoi pas de roses ? Oui, mais fanées.

 

Commentaires

Sans être professeur d'anglais, j'aurais dit "which wine" plutôt que "what wine" et surtout, "lager" à la place de "lagger"... :-)

Écrit par : xtooph | lundi, 08 octobre 2007

Y'en a au moins un qui suit! Ca tombe bien, la relecture est ce qui prend le plus de temps sur ce fichu blog. Je vous embauche! Alors, pour le "which", réflexion très intéressante, mais il ne conviendrait pas dans le sens où on l'emploie pour un choix limité ("Which wine will you have? The chardonnay, or the pinot noir?"). Sachant que la France propose une quantité énorme de types de vin, de régions, etc... le "what" s'impose. Quant à "lager", vous avez tout à fait raison, il n'y a qu'un seul "g". Il n'y a pas plus mauvais relecteur que soi-même. Je corrige de suite. Merci! Et sur le fond, rien à redire? ;-)

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | lundi, 08 octobre 2007

Un bons cahors, ou un madiran (la Tyre du domaine Bouscassé par exemple http://brumont.granitbleu.com/madiran/madiran-tyre-2001-p-21.html).

Bon a la rigueur un Irouleguy.

Écrit par : Cedric | lundi, 08 octobre 2007

Très bonne réponse ! :-D
Sur le fond, absolument rien à redire, œnologue néophyte que je suis... Je ne faisais que passer ! Bon vent (et bon vin, pour en faire un facile) en tout cas ! ;-)

Écrit par : xtooph | lundi, 08 octobre 2007

@xtooph -> en tous cas tu es le bienvenu sur vinsurvin! Et pas que pour les corrections! ;-)

@Cédric -> Mon cher Cédric, toujours fidèle au poste. Merci pour les bons plans. Et l'Irouleguy s'impose, c'est clair! Une adresse mail à me communiquer?
A très vite!

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | mardi, 09 octobre 2007

Bravo pour cet excellent article !!!
Quelle finale royale et de bon goût avec le Chablis !!!
Vous avez mille fois raisons, c'est le vin chéri des anglais et encore plus des anglaises si raffinées !
Les anglais à eux seuls achètent le tiers de la production de Chablis, c'est dire qu'en buvant du Chablis pour cette finale, nous serons tous fair-play !
En revanche, je ne vous conseille pas un simple chablis mais pour encore plus satisfaire the British’ego, je recommanderai plutôt un Chablis grand cru « Grenouilles » ! Of course !
Comme vous aviez si bien commencé avec votre image d'introduction !

Vigneronement vôtre
Daniel-Etienne DEFAIX
www.chablisdefaix;com

Écrit par : Defaix Daniel-Etienne | mardi, 09 octobre 2007

Le pire, c'est qu'il existe ce Chablis "Grenouille"! C'est le vôtre, alors? Trop fort. En espérant avoir l'occasion de le goûter un jour... (si c'est pas un appel du pied, ça!!!).
Merci pour ce sympathique commentaire. Et revenez vite Daniel-Etienne!
Oenophilement vôtre,
La rédaction.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | mercredi, 10 octobre 2007

Vous êtes Bienvenu pour découvrir l'Oenotourisme à Chablis
Je vous attends verre de l'amitié en main, Chablis au frais !
Et si vous venez en petit groupe !!! onfera une jolie verticale
vigneronnement vôtre

Daniel-Etienne Defaix
www.chablisdefaix.com
www.lacuisineauvin.fr

avez vous un adresse email que je vous expédie une super photo pour le match !
la mienne : chateau@chablisdefaix.com

Écrit par : Defaix Daniel-Etienne | mercredi, 10 octobre 2007

Il me semble qu'il y a quelques lacunes dans l'éducation de ce prof. Il pourrait bien se referrer au site de la Campagne for Real Ale à www.camra.org.uk/ afin de comprendre ses erreurs et en même temps déguster une vraie bière Anglaise de qualité. D'ailleurs la lager n'est pas une invention Anglaise pas plus que le pinard soit une Française!

Écrit par : rustle | vendredi, 12 octobre 2007

De même que "ce" rustle devra combler ses "lacunes" orthographiques : il pourra effectivement se "référer" (et non "se refferer") au site www.laconjugaison.fr. Il veillera à éclaircir le sens du mot "education", qui signifie "instruction" en français. Même si "culture" eut été plus adéquate ici. Have you understood your (numerous) mistakes?
Et puis, je n'ai jamais dit que la lager était une "invention" anglaise! Je parle de caractéristiques culturelles, de représentation sociale. Don't you speak French, rustle? Il s'agit d'une interprétation de votre part, voire d'une mauvaise lecture de l'article mon cher "rustle". Décidément, pour quelqu'un qui vient donner des leçons...
En espérant ne pas avoir fait trop "frétiller", my dear "rustle"! Welcome back anyway.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | vendredi, 12 octobre 2007

@ Daniel Etienne : ok pour la verticale et merci pour l'invitation!

PS : Mail en haut à gauche de laz page d'acceuil.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | vendredi, 12 octobre 2007

Bonjour
Voici les news :
http://www.chablisdefaix.com/indexf.htm
Cordialement Daniel Etienne Defaix
www.chablisdefaix.com

Écrit par : defaix | samedi, 01 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu