Avertir le modérateur

samedi, 06 octobre 2007

Vinsurvin&Vinsurvin French Corporation Limited.

 

medium_100010_paris_lingerie_fine_rue_ste_marthe.jpg

Suite à Chânes Etonnera Personne, notez au passage les trois majuscules suggérant que l'auteur inscrit son travail au rang des oeuvres littéraires majeures alors qu'il s'agit de simples et pauvres notes relatant des discussions de comptoir pour un public à l'oisivité chronique. La motivation n'est pourtant qu'esthétique. Mais puisque lire les fantasmes oenophiles d'un parisien en manque de vignoble semble permettre à certains de s'évader quelque peu de la routine que peut parfois offrir (que dis-je "imposer") ce lieu carcéral qu'est  le bureau, alors, accordons-leur une légère fantaisie. Point de vers l'ami, de verres oui, mais une prose qui cahin-caha continue de mettre en lumière la richesse du patrimoine viticole français.

Aujourd'hui, VINSURVIN se trouve confronté à un petit problème. Petit qui devient grand. Pas qu'il m'encombre. Mais il m'interroge sur l'idée qu'il va me falloir ouvrir une cave, un magasin, une succursale! Ou devenir agent. C'est Arnaud qui, à la suite de cette note sur le Pouilly-Vinzelles du domaine Mathias et sur le Mâcon-Chânes de Dominque Cornin, m'a mis la puce à l'oreille,  dans un commentaire, comme chuchotté au creux de mon haut-parleur, soulèvant au demeurant un point essentiel de l'identité de VINSURVIN.

Bonjour. Peut-on trouver ces bouteilles chez un caviste parisien ? Cordialement.

Avant de vous conter ma nouvelle vie d'agent comme je la conçois, petite réponse à Arnaud. 

Mon cher Arnaud, 

C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai acceuilli votre question sur VINSURVIN au sujet de ces magnifiques vins du Mâconnais. J'ai pris contact auprès de ces deux viticulteurs (Mathias et Cornin). Revenez sur VINSURVIN, dès que j'ai des éléments, je vous tiens au courant.

Bien à vous, VINSURVIN.

Ah! Agent! Ou directeur de consulting en management international pour la filière viticole vinsurvin&vinsurvin French corporation limited (pour faire plus humble). Adieu bavardages incessants ("T'as vu, Kevin il chatouillé Jennifer, trop fun heu!!!"), copies affligeantes (the perçonage want will for in the jardin of the mozer) et clichés sur les profs ("Non, mais attends, faut arrêter, un prof, contrairement à ce qu'on croit, ça bosse comme un malade! Surtout en juillet et août"). A moi les déplacements en voiture à travers la France, en TGV à travers l'Europe, en Avion à travers le monde ("Monsieur VINSURVIN, nous n'avions plus de place en premium, nous vous avons intallé en éco + ", "Pardon? Ah, mais il en est hors de question! Les soutes à la limite. Mais en éco, jamais, je ne supporte pas votre Château Virgin Light ; il me donne des gazs." A moi les dégustations prestigieuses ("Non, ce VDP est franchement imbuvable. Mais qui sont les ploucs qui font des choses n'ayant pas le goût de bois et le goût de vanille? Ca va pas la tête? Par contre ce Château Vanilla Wood, ça c'est du vin. Aucun nez, aucun fruit, d'une courtesse en bouche. Superbe."). A moi les colloques, les conférences, les sommets aux niveaux intellectuels plus élevés les uns que les autres ("La parole est à Monsieur VINSURVIN, de VINSURVIN French Corporation Limited", "Oui, merci Jack. (Ca va ta femme? I mean, how's your wife Jack, ok? Give her kiss for me, will ya?). Donc, heu, oui... Monsieur Parker, vous avez votre idée du vin. J'ai la mienne. Chacun sa philosophie et les vaches seront bien gardées." "Bravo!!! Bravo!!!" (Standing ovation) "Quelle profondeur, c'est du Vosnes Romanée.", "Quelle subtilité, c'est notre maître incontesté à tous." "Cette justesse. Ce verbe. Du grand VINSURVIN.").

En attendant que rêve devienne réalité, j'ai un tas de 35 magnifiques copies qui m'attendent. Si elles pouvaient faire dans la "courtesse" aussi, ça m'arrangerait. Parce qu'on n'est pas en juillet ou en août, là.

PS : Merci à Gérard Laurent de PARISCOOL.COM pour la photo et désolé de l'avoir passablement modifiée! 

Commentaires

Cette idée de me transformer en caviste me trotte aussi dans la tete depuis quelques temps.
Mais pas sur Paris car il y a trop de concurrence dans ce domaine.

Écrit par : Cedric | lundi, 08 octobre 2007

Moi j'ai du boulot pour vous tous, mais faut du pognon pour acheter les bouteilles avant de les proposer aux clients, et faut aussi beaucoup d'argent pour des locaux "conformes"...

Écrit par : Baraou | mardi, 23 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu