Avertir le modérateur

samedi, 15 septembre 2007

"C'est la Lutt'... viticole."

medium_lutte_viticole.2.JPG

S'il semble que ce blog soit parfois visité par quelques spécialistes en la matière, ce qui m'honore, il n'en demeure pas moins conçu par un amateur et pour les amateurs. Sa vocation est de faire découvrir les vins de France, de Navarre, mais aussi de l'étranger, à quiconque éprouverait un intérêt, fut-il minime, pour ces joyaux que sont les vins français. Par ailleurs, sans inimitié ni antipathie aucune pour les vins du bordelais, mais sans complaisance non plus, son ambition serait que sorte de la tête des gens l'idée selon laquelle le bordeaux est ce qui se fait de mieux en France. Car c'est un leurre. Si le bordeaux jouit d'une notoriété incontestable, elle n'est pas inébranlable. Si le bordelais produit des vins d'une qualité exceptionnelle, elle n'est pas inégalable. Encore moins inégalée! Si le roi des vins de France et consorts nous gratifient de nectars sensationnels, réservés bien souvent à l'export et à une poignée d'happy few, le bordeaux de base (appelé "supérieur" ou "Cru Bourgeois") n'est qu'une bien pâle copie de ses maîtres, sorte de valet ou de bouffon de la Cour médocienne. Avatars et ersatz nourissent donc les caddies de ceux pour qui l'achat d'un Bourgeuil, d'un Rasteau ou d'un Pécharmant s'apparente à une aventure, un risque, une erreur. L'hégémonie bordelaise est imprégnée à ce point dans l'esprit des français, chose préjudiciable pour le vignoble français.

Le vin : un simple produit de consommation. Pour un rééquilibre de la réalité, il faut que, chez le consommateur lambda, cesse l'achat compulsif et aveugle de bordeaux (souvent peu cher et médiocre, lire ici par ailleurs) à la faveur de vins issus de nos régions, du même prix, et meilleurs. Les foires aux vins qui s'abattent dans nos grandes surfaces sont de véritables foires du trône bordelais. La dictature du bordeaux a encore de beaux jours. Pas que les responsables achats n'y connaissent rien en vin ; à la recherche de l'enrichisement maximal, ils savent pertinemment que ce dernier sera atteint par la vente de bordeaux. Pas de Ladoix. Ces marchés aux bestiaux ne sont pas là pour célébrer le vignoble français mais pour honorer ceux pour qui le vin n'est plus, depuis longtemps, un élément phare de la culture française, mais un simple produit de consommation, tel que la lessive ou la paté pour chien. Ils n'ont cure de la déliquescence du beaujolais et du languedoc. Au contraire, il s'en nourrissent. Prenez la Revue des Vins de France de ce mois-ci, section foires aux vins Ile-de-France : il n'y en a que pour Bordeaux! On lit même page 75 : des verticales de bordeaux jusqu'en 2005! Quelle horreur! L'horizon est bien terne.

Goûter et jouir du trésor. Bien que le thème soit largement abordé sur ce blog, à quand une étude sur le rapport qualité/prix entre un vin de bordeaux et celui d'une autre région? Je mets ma main à couper que, pour 5€, personne ne me fera boire un bordeaux aussi bon, voire meilleur, que les chinons dont je vante la qualité sur ce blog. Combien de bordeaux tiendraient la route en face de certains vin de pays (Languedoc, Ardèche notamment) qui parsèment ce blog? Par le biais d'une éducation et d'une communication intelligentes (émissions de radio, articles de presse, écoles, blogs, salons des vins...), il faut que l'éclectisme devienne la règle, et non plus l'exception. Il faut que l'expression franchouillarde la plus vraie mais la plus banale qui soit  "ah, on a du bon vin en France" soit ponctuée de citations et d'expériences concrètes par son énonciateur. Il est temps que les amateurs français prennent conscience du trésor qui est le leur, qu'ils y goûtent et qu'ils en jouissent. 

 

11:15 Publié dans VIN & ACTU | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Salut,
En bon breton, il faut que tu te préoccupes de l'information suivante :

"Le Journal Officiel" publiait le 12 mai 2007, un décret fixant les conditions de production des vins de pays du Val de Loire. Après la fusion du CIVN (Conseil Interprofessionnel des Vins de Nantes) avec Interloire (Interprofession Tourain, Anjou, Saumurois) qui voit le Muscadet devenir une AOC Val de Loire, c'est au tour des vins du Pays Nantais et du Pays de Retz de perdre leur identité. Le syndicat des vins de pays du Val de Loire dont le siège est à Angers, confirme l'obligation de mentionner "Vin de Pays du Val de Loire" et l'interdiction de mentionner en sous titre, la zone de production "Marches de Bretagne". Avant 1999, la mention "Vin de Pays des Marches de Bretagne" suffisait sur l'étiquette principale (dénomination créée en 1981). La suppression arrive sournoisement en deux étapes. Or le Val de Loire tel que labellisé par l'UNESCO s'étand inclusivement de Sully sur Loire à Chalonne sur Loire...cette appelation ne concerne en rien la Loire Atlantique...prétendre autre chose relève de la tromperie.
Source : Bretagne Réunie - Le Courrier de l'Unité.

Écrit par : Philippe | dimanche, 16 septembre 2007

Les vignes dans le bordelais coûtent chers, plus cher qu'en Roussillon ou dans la Vallée de la Loire, il est donc logique qu'un artisan vigneron, indépendant du circuit négoce, vende un peu plus cher, comme il est logique que le rendement très faible (naturellement) des vignes du Roussilllon entraîne un prix plus élevé qu'en Loire. Ce qui "déconne" c'est le négoce bordelais qui commercialise en indexant les prix sur les cotations des critiques lors de la campagne de présentation des échantillons en primeur (essentiellement bordelais ce jeu là). Quand les quantités sont minimes, tout va bien. Mais les "stars bordelaises de 1855" sont produites en grandes quantités et vendues dans le monde entier à "n'importe qui" (malgré la volonté "non GMS" de certaines marques)... Ainsi on les retrouve comme produit d'appel dans les FAV puis sur des marchés paralèlle. Un business "de luxe" bien mal géré, ça va pas durer. Mais le pouvoir du consommateur reste entier, il peut dire non au "bordeaux-con" (plutôt qu'au bio-con de monsieur Bettane). Seul défaut, qui in,forme le consommateur français ? La Presse spécialisée et les hors-série de la presse généraliste ? Non ! Alors merci pour ton blog de la part de tous les consommateurs qui le lisent (pas assez nombreux).

Écrit par : Baraou | mercredi, 19 septembre 2007

Salut à toi "Bordeauphobe" !
Je dois dire que j'adhère à ton analyse sur l'écrasante place que représente le vignoble bordelais. Il occulte les autres richesses des terres françaises : dommage!

Cependant je dois dire que je suis bien plus dubitatif/critique quand tu dis trouver une différence de rapport qualité-prix avec les vins des autres région de France...
La quantité de production du bordelais entraîne, il est vrai, une difficulté de sélection pour trouver un bon rapport qualité-prix; cependant il existe des "ovnis" (à mon goût en tout cas, j'ai en tête un côte de bourg à 4,95 euros).
D'autre part je n'ai pas trouvé de vins d'autre région de France (pas d'ovnis bourgogne) qui me soient plaisant et non parce que je suis un maniaque du "Bordeaux" mais surtout parce que je n'ai pas forcement l'occasion de faire les caves. Par contre je suis convaincu qu'ils existent.
Et c'est cela que je voudrais te faire remarquer : ce n'est pas parce que tu ne les connais pas (les vins girondins pas chère) qu'il n'existent pas.
Je pense donc qu'il ne faut pas mettre tout le Bordelais dans la même bouteille!

Un autre question/remarque : tu prônes le plaisir du vin pas trop chère et critique donc les Bordeaux sur ce thème. J'ai regardé le prix de certaines bouteilles que tu conseilles : autour des 10 euros. Il est vrai que je n'ai pas réussi à avoir le prix de toutes (c'est d'ailleurs un info que tu devrais donner).
Hum comment dire, oui pas de souci mais alors tes remarques sur le prix des Bordeaux?

Bon je suis critique mais c'est un peu comme toi avec certain Bordeaux : j'aime quand même !

Bravo pour ce blog!

Écrit par : David | mercredi, 14 novembre 2007

Bonjour David,

Je ne connais pas tous les vins du bordelais et encore moins tous les vins français, cela va de soi! D'ailleurs, cette horrible prétention apparaît-elle une seule fois sur ce blog?
Mon but n'est pas non plus de stigmatiser le bordelais, tu l'auras remarqué. En te promenant sur VINSURVIN, tu verras que je mets en avant TOUS les vins qui m'ont plus. Et, parfois, il y a des bordeaux. Le dernier en date très apprécié et acheté est un Grave : Château Toumillon. Le dernier dégusté : un Côte de Blaye, d'une tristesse...
Il s'avère juste que les bordeaux ne correspondent pas à mes goûts, que je trouve qu'ils se ressemblent très souvent et que je m'élève contre ces vins à 10, 12€ (voire plus), appelés "grands vins" ou "crus bourgeois" et qui ne (me) procurent aucune sensation si ce n'est celle d'être enragé de payer si cher pour des choses aussi fades et indigestes.
Je m'inscris en faux contre tous ceux qui vénèrent le bordeaux quand, aujourd'hui, des saumur-champigny, saint-nicolas de bourgeuil, chinon, cahors, coteaux (et même VDP) du languedoc, j'en passe et des meilleurs, sont infiniment mieux faits. Et il ne faut pas être expert pour s'en rendre compte, loin de là.
J'invite les vignerons bordelais à participer aux Tupperwine. Dès que je bois un vin (fut-il un bordeaux comme je viens de l'écrire plus haut) qui mérite qu'on en parle, je me précipite devant mon ordinateur et je le dis!
Je n'ai peut-être pas bu tous les bordeaux, mais chaque fois que j'en bois un, on ne peut pas dire que ce soit l'extase. Je précise que j'en goûte à l'aveugle...
Quant aux vins à moins de 5€, merci pour la réflexion! Je viens de créer une rubrique, LA rubrique (dont je m'étonne qu'elle ne figurait pas encore sur VINSURVIN) sur le vin à moins de 5€ (et excellent!).
A bientôt sur VINSURVIN,
Fabrice.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | jeudi, 15 novembre 2007

Bonjour,
Je relève le défi de participation aux tupperwine, quand vous voulez!
Effectivement bordeaux souffre de 2 maux:
-L'impression de vins chers liée aux excès "boursicoteurs" des grands crus classés.
-La "Rollando-parkeryte aigue" qui aboutie à une standardisation des vins (au niveau mondiale).
Oui la France possède d'autres vins que le bordeaux et si je ne bois pas mes vins pour pouvoir les critiquer, je me fais effectivement plaisir avec des crus du Languedoc, par forcément moins chers!
-Mais stop à la « bordeaux phobie attitude »! Il existe encore des bordeaux vivant et à des prix abordables!
Amitiés.
Danielle et Richard

Écrit par : DUBOIS Danielle et Richard | mercredi, 19 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu