Avertir le modérateur

mardi, 29 mai 2007

L'habit ne fait pas le moine.

medium_terrasses_du_larzac.jpg

Les Artic Monkeys peuvent chanter Au Clair de la Lune en duo avec Céline Dion, j'achèterai quand même le CD. Il n'en est malheureusement pas de même avec les vins français étiquetés AOC, Cru Bourgeois ou tout-attrappe-couillons du genre. Une fois de plus, la motivation sied dans le refus du mauvais-goût (se prétendant tout à fait satisfaisant) et la mise en valeur de vins exceptionnels élaborés par de "petits" vignerons.  

Vins de qualité inférieure. A mon avis, certains vignerons ne doivent pas être bien vus par la profession! Pourquoi? Parce que leurs vins de table ou de pays sont dix fois meilleurs que certains AOC et parfois même que certains flacons censés être d'une "qualité supérieure", car chers ou classés comme tel par les instances viticoles. Et c'est là que le bas blesse. Car, objectivement, les jus de copeaux boisés et vanillés élaborés en laboratoire, les "vins" épais et sucrés, les liquides tristes et insipides, atteignant parfois les 1O€, n'ont aucun intérêt gustatif "supérieur" à ces modestes assemblages syrah, grenache, carignan comme on les fait sur les Terrasses du Larzac, par exemple. Pire, ils s'apparentent à une forme de vol auprès des consommateurs non avertis. La mention AOC sur une bouteille de vin n'est donc absolument pas un gage de qualité aujourd'hui en France. C'est presque devenu le contraire. La réflexion me vient, une fois de plus, après ouverture d'un vin de pays ramené tout droit de chez un producteur de Montpeyroux (34).   

Pour asseoir mon argumentation, permettez-moi une introduction typique de journaliste sans inspiration. Prétextant rendre hommage à l'intéressé (ou visant à lui cirer les pompes), ces phrases ont le don de sonner creux et, accessoirement, de vous faire passer pour un inculte, puisque vous ne voyez jamais de qui il s'agit. Vengeance.   

On ne présente plus Marc Cros sur vinsurvin! L'Horgrand est incontestablement la réussite de ce bonhomme de vigneron de Montpeyroux. Mais on ne saurait ignorer son VDP du Mont Baudile, notamment le 2004, que les officionados s'arrachent et qui offre en bouche des plaisirs incomparables.

Un VDP? Quelle chance! Ce vin de pays (VDP) est de suite très convaincant par le nez qu'il dégage : fruité, élégant et réhaussé par des notes de cacao, voilà un vin qui n'offre rien de stétéréotypé. Marqué en effet par une personnalité propre au terroir et au travail du vigneron, le Mont Baudile est une invitation aux ballades dans la garrigue héraultaise. Il est, en outre, ample, friand et remarquablement équilibré. La réflexion qui s'en suit est "quelle chance que de pouvoir boire de telle chose"! Puis l'on vient à se demander comment il se fait qu'il puisse y avoir un tel déséquilibre dans la classification des vins français, comment il se fait que certains vins pouvant coûter jusqu'à 1O€ dans ce pays peuvent être aussi fades quand des vins de table (Guilhem Coste, Saint-Félix de Lodez - 34 ; Géraldine Combes, Puéchabon - 34) ou de pays (Marc Cros, donc) élaborent des vins absolument incomparables? Comment certains vins peuvent-ils arriver au prix de 1€ dans les supermarchés? 

AOC: sytème poussiéreux. Du bas de ma modeste connaissance et de mes bien maîgres références, je ne puis que m'interroger sur les jurys des AOC qui décernent des palmes et déroulent le tapis rouge à des produits qui me feraient honte si je devais les faire boire à mes convives, et qui ignorent (ou méprisent, permettez-moi de me poser des questions) des trésors inestimables, parfois voués à disparaître du fait de l'obscurentisme dont ils sont victimes. Guilhem Coste, vigneron dans l'Hérault, me disait encore il y a quelques temps qu'il avait abandonné l'idée de se "AOCier" tant l'absurdité administrative laissait à penser que certains viticulteurs n'ont pas le droit de cité dans ce système poussiéreux et d'un autre temps.

Hédonisme. Réformer cet AOC, envoyer des dégustateurs amoureux sur les routes de France et de Navarre dénicher les meilleurs élixirs à la place des blasés (car pour AOCier ces nombreuses piquettes, il faut être dénué de papilles gustatives), ignorer les tendances visant à "répondre" à des soit-disant besoins de consommateurs qui n'y connaissent rien, remettre l'hédonisme rabelaisien au coeur de notre culture, vanter les bienfaits que procure le vin sur la santé et trouver d'autres moyens de distribution que celui de la grande, sont autant de mesures que m'inspirent le vin de Marc Cros.

Du vin par le câble. Au final, quand je repense aux Artic Monkeys, imaginez l'avenir proche où l'on pourra télécharger du vin! Il suffira de se connecter sur e-wine ou KaZier.com! Piquette ou pas, on s'en moquera, le vin sera gratuit! Personnellement, vous vous en doutez, bien que passionné de nouvelles technologies, je continue à acheter mes cd's chez mon disquaire. Alors, vous pensez bien que le vin coulant dans mon verre directement via les câbles et mon ordinateur n'aura, lui non plus, pas le droit de cité sur vinsurvin.

Commentaires

moi je suis tout a fait d'accord avec ces commentaires
je trouve que certain vin sont largement trop cher par rapport a leur qualité
de toute facon je n'achete plus de vin dans les grande surface
que chez le producteur c'est plus sur

Écrit par : bartonny | mercredi, 30 mai 2007

Moi je suis d'accord avec les gens qui sont d'accord avec moi. Intéressant votre "je n'achète que chez le producteur c'est plus sûr". Vous avez bien raison. Les gens commencent en effet à se rendre compte de l'arnaque organisée par les grandes surfaces. Et pas que dans le domaine du vin...

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | mercredi, 30 mai 2007

Quelques semaines que je lis votre blog avec délectation mais quelle déception de voir tous ces vins accessibles à des bourses modestes cités et de ne savoir où on peut se les procurer (s'en suis inexorablement une enquête minutieuse sur le web qui n'aboutit pas toujours). Alors pourquoi pas ne pas rajouter un petit lien lorsque vous citez un vin vers un site permettant de le commander et lorsque ce n'est pas possible vers un caviste connu de vous le vendant.

Cela amoindrirait assurément la frustration bien naturelle que j'ai à vous lire.

ps : ai fait un tour Au Père Pouchet dans le 17eme après lecture de votre billet, j'y retournerai assurément et y amènerai des gens pour leur montrer qu'on peut boire des vins au verre, à un prix raisonnable et véritablement se faire plaisir !

Écrit par : Guilhem Fouetillou | mercredi, 30 mai 2007

Bonjour Guilhem,
Merci pour les compliments! A moi de vous en faire! Suis-je allé sur votre site et ai écouté "Sauvage": c'est gé-nial! Je ne me lancerai dans aucune comparaison mais j'y trouvé une ambiance un peu à la Bénabar et les trompettes me rapellent un peu Cake. "Saoul" pourrait être un hymne à vinsurvin! Je garde un oeil sur vos dates de concerts... Encore bravo.
Quant aux petits vins excellents à pas chers, 99% viennent de chez le producteur. Aucune idée où les acheter en ville. Vinsurvin conseille quelques cavistes sur Paris par contre. Par ailleurs, je vous invite à cliquer sur "vignerons référencés". Qui sait, en tournée, un crochet par chez un vigneron?!
Bonne continuation, bonne lecture, et au plaisir!
Fabrice, vinsurvin.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | mercredi, 30 mai 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu