Avertir le modérateur

mercredi, 30 mai 2007

Ce vin est chaud!

 

medium_ciciolina2.2.JPG

"Excusez-moi mademoiselle, mais le vin est chaud..." 

Nous avions pourtant déjà dîné dans cet excellent italien de la rue des Dames et il n'y avait eu rien à redire sur le vin. Peut-être fut-ce parce que nous n'avions bu que du blanc et que les restaurateurs n'étant pas si incultes que certains veulent bien le dire, ils savent que le vin blanc, ça se sert frais. Pas de chance cette fois-ci, le Montepulciano d'Abruzzo (rouge) avoisinait les vingt degrés, et sans exagérer. L'on m'avait dit que les italiens buvaient le vin chaud, voire tiède, mais à ce point là.

"Oui, cé norRRRmal é, il fait chaud Ann ce moment. C'est oRRRageux," me rétorqua la serveuse en roulant les "r" tel un berger corse. 

Je parvenai à garder mon sang froid et à prendre une distance raisonnable entre l'absurdité de son argument et la gravité de l'événement grâce à cette maîtrise de mon corps et de mes nerfs que l'on ne me discute plus depuis longtemps. Garder la situation under control et keep cool: tel était mon leitmotiv. Maintes fois ai-je vécu dans ma vie des situations de crise dites désespérées. Et maintes fois ai-je tempéré grâce à l'équilibre ying/yang que m'a enseigné un maître en la matière dont je dois taire l'identité aujourd'hui pour des raisons politiques.

"Ecouter mademoiselle, entamai-je en arborant mon plus sourire, qu'un vin se serve chambré, c'est une chose, mais qu'il donne l'impression qu'on se trouve en bas des pistes de Couchevel en est une autre."

"PeRRRsonnellement, je préfèRRRe Val GaRRRdena...," me rétorqua l'employée au cheveux longs et blonds, et aux allures d'actrice italienne sur le déclin. C'est vrai qu'elle me faisait à penser à une actrice. Mais la quelle?

"Non, mais, oui, d'accord, heu, enfin, on s'éloigne du sujet," m'embrouillai-je fasse à la pause photogénique de mon interlocutrice.

"Ma, mais quand le vin est trop fRRRais, ce n'est pas bon non plus," me dit-elle dans son assurance la plus inébranlable.

Ca y était. On sombrait le pathétique. L'arrogance ingénue du sosie de cette ancienne actrice de films X ou Y (ma pensée se faisait de plus en plus précise) commençait singulièrement à m'exaspérer pendant que mon vin, sous la chaleur de la salle, semblait faire des bulles. Les lapalissades fusaient et les inexactitudes allaient accourir.

"Mais ce n'est pas le problème mademoiselle, essayai-je vainement de rectifier, ce vin est chaud!" L'impression de me retrouver dans une série de la Quatrième Dimension des frères Bogdanov me gagna soudainement. Comment pouvait-on à ce point s'enferrer dans un argumentaire aussi éloigné de la réalité et aussi invariablement défectible?

"Vous avez vu les stations de métro feRmées à cause des pluies toRRRRRRRRRRentielles qui sont tombées sur PaRRRis aujourd'hui? Vous avez vu?" me demanda la serveuse, mains posées sur le bassin, regard fougueux et ton incisif. 

"Oui , mais..."

"Et la foudRRRRRRRRRe? Ces tRRRRRRRains BLOqués. Ces gens ap...euRRRRés. Cette chaleuuuuRRRR dans les tRRRRRansports en commun. Cette chaleur! Cette moiteur! Moi j'ai mis 2h15 pour veniR au boulot! Deux heures et quart. Et vous, tout ce qui vous omnibulle c'est un verre de vin à la tempéRRature légèrement supéRRieure à la noRmale? Mais il a un teRRRRmomètre ou quoi Albert Simon pour me diRRRRe que mon vin fait vingt degrés?"

"Non, mais, ce n'est pas gr..."

"Non mais vous entendez ça?" s'adressa la serveuse aux clients qui s'intéressaient à la scène depuis un moment déjà. "Monsieur tRRRouve le vin tRRRRRRRRRRRRRRRRRop chaud!!!"

Les gens attablés commençèrent à échanger des paroles, certains à s'offusquer, et un brouhaha de plus en plus infernal envahit la salle. La Miss Azura 1983 allait la boucler après que les gens se soient plaints eux aussi du mauvais service. "Trop chaud, trop chaud... mais ce vin est à parfaite température," entendis-je surgir du fond de la salle. J'écarquillai les yeux. "Ce rosé est très frais, comme il faut," dit une petite voix non loin de moi. Je tournai la tête à droite, à gauche, pour suivre les déclamations de ceux que la serveuse avait dû payer. "Je suis sommelier, mon Côte Rotie fut servi à température idéale," renchérit une voix rauque. J'hallucinai. "Je suis magasinier en électroménager. Je viens de vérifier la cave Euro, R.A.S," confirma un jeune homme. "Je suis oenologue, enchérit un grand sec à moustache, la cave est à 12 degrés avec un taux d'hygrométrie à 70%, c'est parfait." Seul un homme muni d'un sonotone ne prit absolument pas part aux échanges. Il ne leva même pas la tête une seule fois, concentré sur son tiramisu qu'il était.

Il ne pouvait s'agir que d'une mise en scène, pire, d'une conspiration, me dis-je. Où est la caméra m'entendis-je dire à un moment? Qui me joue un tour? Suis-je éveillé ou s'agit-il d'un cauchemard? Peut-être étais-je entrain de me faire des idées tout simplement. En face de cette sulfureuse serveuse, je ne savais plus à quel saint me vouer.

Puis, à l'image d'un Pipo Inzaghi, la serveuse leva les bras au ciel et fit "Basta!" Le bruit assourdissant des clients révoltés céda soudain la place à un silence d'été calabrais. Une quinzaine de paires d'yeux se braquèrent vers moi de concert et la serveuse qui s'était éloignée pour débarasser une table s'approcha vers moi. Ses talons claquaient sur le carrelage. Je sentis une goûte de sueur glisser le long de ma tampe. Mon coeur se mit à battre la chamade. Un air d'harmonica à la Ennio Morricone résonna dans ma tête. J'avalai le peu de salive qu'il me restait, tendai le bras pour boire une rasade de vin avant de me raviser pour ne pas faire preuve d'incohérence devant le parterre de figurants acquis à la cause de l'ancienne égérie des étalons italiens nés dans les années 60. Son rouge à lèvres. On ne voyait que ça.

"Alors, monsieur MercuRRRRRe? Il y a un pRRRoblème avec le vin ou tout va bien?"

"Ecoutez, je crois que c'est parfait, répondis-je fébrilement. Je pense même que je vais en reprendre un verre!"

"Et bien voilà, me fit la serveuse, satisfaite, pendant que la salle poussait un ouf de soulagement. Giuseppe, amène-moi des glaçons per il regazzo, qué jé lui mette dans son vin, il ne l'aime pas à l'italienne."

La salle reprit ses activités culinaires, les employés se mirent à vaquer à leurs occupations quand l'homme au sonotone héla la serveuse dont le prénom par "CI" devait commencer mais cela restait vague dans mon esprit, secoué que j'étais encore suite à ce qui eut bien failli tourner en tragédie romaine.

"Excusez-moi, mademoiselle, mais mon capuccino est froid..."

 

Commentaires

Bonjour,

Alors, on y va ou pas dans ce resto ? Si c'est pour prendre la foudre de la Ciccolina ....

D'autre part, je cherche un bistrot bien franchouillard pas trop cher avec une carte des vins sympa dans le 17e à Paris. Je sais que tu as plusieurs adresses mais s'il devait en rester qu'un ?

Merci pour ton aide et merci pour ton blog

Écrit par : Laflute | mercredi, 30 mai 2007

Le Bistrot des Dames, (Français)
18, rue des dames / 75017 Paris
M° Place de Clichy
Tél. 01 45 22 13 42
S'il fait beau, demande la terrasse. Sinon, la véranda (également en bas). Excellent rapport qualité-prix. Cadre super sympa. Ambiance décontracte. Bonne petite carte des vins. Tout ce qu'il te faut.
Et merci pour les compliments.
Cordialement.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | mercredi, 30 mai 2007

Dolly Golden, je cherchais, j'ai trouvé; elle est si torride qu'elle réchauferait une vodka frappée.

Écrit par : Yoko | jeudi, 31 mai 2007

Bonjour,

merci pour le Bistrot des Dames, je vais essayer à la prochaine occasion.

j'en profite pour te donner une adresse que j'ai découcerte hier soir entre amis : "La Tête de goinfre" - 16 rue Jacquemont - 17e - Metro La Fourche. Très Franchouillard, pas cher et assez bon, avec une carte des vins pléthorique et très accesible.

Si tu connais ou si tu as l'occasion de découvrir, merci de donner ton avis sur cette adresse.

Longue vie à ton blog

Écrit par : laflute | jeudi, 31 mai 2007

Laflute... je sens qu'on va bien s'entendre! Merci pour ce bon plan. Et bon appétit. Cordialement.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | jeudi, 31 mai 2007

Quelques bonnes adresses de bistrots bien sous tous rapports dans le 17e :

Hier et Aujourd'hui - 145 Rue de Saussure.
L'Accolade - 23 Rue Guillaume Tell
Le Bistral - 80 Rue Lemercier
L'Entredgeu - 83 Rue Laugier
Ripaille - 69 Rue des Dames

Écrit par : Philippe | lundi, 04 juin 2007

J'ai repéré le Bistral (Kline en parlait d'ailleurs) mais la carte ne m'attirait pas. Dommage au vu du cadre (genre petit bistro parisien bien sympa) et de la carte des vins, apparemment intéressante. Idem pour le Ripaille (genre bien trop classique).
Je note les 3 autres. Merci.

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | lundi, 04 juin 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu