Avertir le modérateur

vendredi, 04 mai 2007

Crus Bourgeois: pas la joie.

 

medium_x_French_Gentleman_in_Winter_Fashion_1692.jpg
French Bourgeois Gentilhomme in Winter Fashion, 1692.

Quand on n'est pas un Cru Classé, (fusse 5ème du Médoc), quand on n'est pas un 1er Grand Cru Classé "A" de Saint-Emilion, quand on n'est pas un Pomerol, on est un Cru Bourgeois! Pas mal déjà! Pas mal? Pas sûr. Car à y regarder de près, ces flacons offrent très souvent à boire et à manger. Quand ils n'étaient que 94 en 1962, ces crus bourgeois furent plus de 6OO labellisés en 2OO2! Bonjour la crédibilté.

Question: comment a-t-on pu atteindre en 2OO2 un nombre aussi record de crus bourgeois? Cela résulta-t-il d'une augmentation de la qualité des vins du Médoc, d'une baisse des critères de sélection, d'une standardisation du goût, de petits arrangements entre amis? Il fallut attendre l'orée des années 2OOO pour que le syndicat des crus bourgeois se remette en question. Dans son éditorial de mai 2OO6 Denis Saverot (rédacteur en chef de la Revue des Vins de France), nous explique que sous la présidence de Dominique Hessel (ingénieur agronome, oenologue et administrateur de Château Moulin à Vent, NDLR), un groupe de propriétaires éclairés imagine alors de réviser le vieux classement de 1932, en écartant les imposteurs. Ils convainquent alors, en assemblée générale, les propriétaires médocains de se lancer dans l'aventure (...) et obtiennent le feu vert du Ministère de l'Agriculture, qui valide dans le Journal Officiel du 31 janvier 2OO1, la composition du jury. Dix-sept grands professionnels se mettent au travail (...) et écartent la moitié de leurs pairs, au nom de la qualité des vins. 243 des 490 postulants au titre de cru bourgeois sont exclus. (...) Un nouveau palmarès est proclamé. Plus affiné. Fin du premier acte. Seulement, (...) les relégués du Médoc ont vite estimé qu'il y avait préjudice économique et porté plainte arguant que certains membres du jury, des propriétaires, étaient à la fois juges et parties.

Que penser d'une telle réaction? Il va de soi que ce classement ne peut être effectué que par des gens du métier, comme c'est le cas lors de la remise des Oscars ou des Molières. Dans ce cas, comme s'interroge Denis Saverot, doit-on alors laisser le soin aux fleuristes breton ou aux veuves de Carpentras de juger la qualité des vins de Bordeaux? D'un autre côté, on voit mal un propriétaire dire de son vin qu'il ne mérite pas la mention cru bourgeois! Cependant, le poids somme toute réduit de rares propriétaires était-il de nature à défavoriser tel ou tel autre concurrent? Quoiqu'il en soit, n'est-il pas facile de venir se plaindre après les résultats lorsque l'on connait les règles à l'avance? Le retour à un nombre pléthorique de crus bourgeois n'est-il pas davantage défavorisant pour ces producteurs-grogneurs que s'il avait fallu se retrousser les manches et se battre pour entrer dans le cercle? 237 lauréats est déjà un nombre très élevé qui ne ravira pas forcément le consommateur lambda que je suis. Il faut également noté que ces happy few ont trouvé la combine pour détourner la décision de la cour d'appel: ils mentionnent sur leurs bouteilles "classement 2OO3"!

Hypocrisie bordelaise supplémentaire, précisons également que les crus bourgeois sont découpés en trois catégories: exceptionnel, supérieur et "rien". Quelle imagination et quelle disparité entre les adjectifs "exceptionnel" et "supérieur". Quelle est la logique dans le choix de ces termes surtout lorsque l'on sait que quasiment toutes les bouteilles de bordeaux portent la mention "vin de bordeaux supérieur", laissant présager alors d'une médiocrité sans pareil. Le consommateur averti s'empressera donc de faire sa propre sélection (son deuxième coup de tami) en tournant le dos aux Crus Bourgeois "rien", éliminant de surcroît 151 bouteilles pour ne s'intéresser qu'aux 96 crus restant, soit l'équivalent du classement de 1932!

En substance qu'apprend-on à travers cette guère fratricide? Et bien qu'il est difficile de s'entendre dire que son vin n'a pas le niveau. Ce qui est bien naturel. Mais qu'on est aussi capable, à l'américaine, de remettre les institutions en cause afin de rester dans la course. Manque de fair-play? Pression économique? Pertes colossales inhérentes à la sortie du top 490? Indéniable aussi la difficulté à réformer ce classement crus bourgeois qui s'est certainement fait plus de mal que de publicité à l'issu de cette bataille. Mais que les vignerons sortant se rassurent, quitte à me répéter, la simple mention "Cru Bourgeois" ne suffit plus à attirer le chaland. Consommateurs un tantinet connaisseurs que nous sommes, nous trouvons volontiers du plaisir dans des vins de pays ou de table, comme savent très bien les faire, par exemple, les vignerons du Languedoc Roussillon.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu