Avertir le modérateur

dimanche, 29 avril 2007

L'objet kitch de la semaine.

medium_cork-candles.jpg

 

Salut les ringards! A qui offrir ces superbes bougie-bouchons?

- A votre pire ennemi.

- Un collègue qui part en retraite.

- Votre belle-soeur.

- Une association caritative.

- La kermesse de l'école du p'tit.

- Le loto du papi.

- Un passionné de bordeaux.

- Un électeur de Gérard Schivardi.

VOUS AVEZ D'AUTRES IDEES? N'HESITEZ PAS A NOUS EN FAIRE PART. NOUS TRASMETTRONS.

vendredi, 27 avril 2007

Touchez pas au Sacré!

medium_touche_pas....jpgIl est des trucs comme ça dans notre culture franco-franchouillarde qui nous laisseraient fort tristes si l'on devait tirer un trait dessus. Souvent le résultat de directives européennes mises en place par des gens qui n'ont que ça à faire, certaines décisions modifient considérablement notre quotidien, nous signifiant au passage que le temps suit son cours (ce qui ne veut absolument rien dire, je vous l'accorde) et que, effectivement, l'expression "c'était le bon temps" est loin d'être usurpée.

Ces petits trucs qui font notre identité, qui se transmettent de générations en générations, qui nourrissent les conversations et finissent par nous rendre nostalgiques ne cessent de disparaître à la faveur de la modernité et du changement, comme si certains dans les hautes sphères étaient fatigués de voir et revoir certains objets leur rappelant, non pas leur tendre enfance, mais au contraire, les pires instants de leur vie. Ces objets, pourtant si discrets et si désuets, leur projettent au visage un temps où ces pseudo-décideurs étaient les rejetons des écoles, les parias des lycées, les fléaux des universités. Alors, comme par vengeance, lorsqu'ils se voient accorder certaines prérogatives ou accèdent au pouvoir, le plus infime soit-il, ils se vengent. Pour ce faire, ils nous retirent, pire, ils tuent des symboles comme pour effacer de leur quotidien les séquelles de leur enfance malheureuse.

La disparition progressive du bouchon de liège est un exemple probant. Si la séparation des nouveaux bouchons (en plastique siliconé) du culot de la bouteille produit encore ce bruit inimitable (quoique une octave en-dessous et sonnant comme plus sourd), son esthétique est elle d'une laideur inégalable. Par ailleurs, il nous prive d'un moment de plaisir absolument incomparable: apporter à son nez le cul de ce bouchon de liège et en sentir les arômes.

A cause de ces nouveaux boucheurs (car je n'appelle pas ça un bouchon), nous voilà handicapés, que dis-je, orphelins d'une étape prépondérante dans la dégustation de notre vin. Des générations de tireurs de bouchons élaborés à partir de nos plus beaux chênes-liège doivent se retourner dans leurs caveaux à l'idée de voir le sort réservé à l'oenophile du vingt et unième siècle. Si ce nouveau bouchon, conçu à partir d'une matière que pas un d'entre nous n'est capable de nommer à première vue, permet de garantir une meilleure capacité d'exportation à nos vins, alors, cela ne nous regarde pas, nous habitants de ce pays. A moins que l'on importe notre propre vin?! S'il permet de limiter le goût de bouchon, alors je crie à l'hérésie et aux économies de bouts de chandelles. Car, rassurons nos vignerons: leur vin n'a que extrêmement rarement le goût de bouchon. Et quand bien même, est-ce un drame? Certes (mais simplement pour la digression), lorsque vous êtes invité chez des gens qui ne se rendent pas compte que leur vin est bouchonné, comment suggérer le léger désagrément? A ce sujet, je me souviens de notre concierge à notre annuel "immeuble en fête" de l'année dernière! Ravie de nous faire goûter un vin portugais absolument imbuvable et s'étonnant de ne pas voir le niveau de mon verre baisser, je dûs improviser: "juste un peu barbouillé aujourd'hui madame Da Costa...". Difficile de lui avouer devant un parterre de voisins l'impression que son vin avait macéré quinze jours dans un fût en liège. A moins que les portugais ne confondent "copeaux de bois" et "copeaux de liège"! (Pauleta si tu me lis, je t'adore.)

Pour revenir à ce fonctionnaire zêlé, je crois que ces jours derniers nous sommes tombés sur un cas sérieux de vengeance personnel. Après avoir essayé de faire disparaître les bouchons de liège de la circulation, voilà que l'on s'attaque aux bouchons-tout-court, pour les remplacer par des bouchons à vis! Là, on touche le fond. Vicieux le boutonneux à lunette à qui je piquais les billes en CM1 (c'est vrai que je l'ai particulièrement martyrisé Yvon Kervelen). Le bouchon à vis! Ce bruit pourtant relativement supportable à l'ouverture d'une bouteille de whisky apparaît comme un véritable tue-l'amour sur une bouteille de vin. Pire qu'un vent d'épouse au lit, ce dernier me donne des sueurs froides, me couvre de honte et m'a même procuré des vertiges lorsqu'il a fallu que j'ouvre un Côtes de Duras la semaine dernière devant un puriste qui voyait en moi une sorte de frère viticole. Nous ne nous fréquentons plus depuis. Alors, telle une Brigitte Bardot des bouchons de liège en voie d'extinction, je pousse un cri et demande solennellement aux influenceurs qui liront cette note d'arrêter le massacre. Naîtra d'ailleurs dans quelques jours, après parution au Journal Officiel, l'Association des Nostalgiques du Bouchon de Liège.

La prochaine étape regardera la défense des plaques d'immatriculation à la française que l'Europe envisage de nous sucrer. Pour des questions d'harmonie européenne, croyez-vous! Mais non, encore un fils à papa en culotte courte brimé en primaire et qui sait que là aussi, s'il parvient à éliminer le numéro de département des plaques (quitte à laisser les quatres premiers chiffres et les deux lettres du milieu, genre 2047 ZT, vous imaginez?), il prendra une revanche assez phénoménale. Mais que celui-là soit prévenu: si je n'entends pas un jour mon fils me demander "Papa, c'est quoi 34?", ou "Papa, c'est quoi 37?", je monte à Bruxelles, muni de quelques bouchons de liège, et ça chauffera pour leur matricule.

Note publiée le 10.09.2006

mercredi, 25 avril 2007

Un candidat, un vin: Sarko.

medium_sarko-clown.2.jpg
"Sans alcool, la fête est plus folle. Si je gagne: Champomy."

V/V - Monsieur Sarkozy, bonjour. Bienvenue au vinsurvin.  

NS - Bonjour. Merci. (J'ai changé M. Vinsurvin, j'ai changé...)

V/V - Pardon?

NS - Heu, bon, alors, ça marrrche les safféres?

V/V - On ne se plaint pas, on ne se plaint pas... Et vous les affaires, ça a l'air de marcher! Enfin, les "affaires", j'parle pas de Chirac, de Tibéri ou de Pasqua! Vous voyez de quoi je parle... m'enfin, c'est pas gagné.

NS - Vous l'avez compris, ce premier tour n'est qu'un tour de chauffe.*

V/V - Bon, qu'est-ce que je vous sers? J'ai un très joli Marsannay du Domaine René Bouvier: le Clos-Monopole. Un chardonnay vif, gourmand avec une bouche sur l'amande, le pain grillé: le petit Jésus en culotte de cheval!

NS - Je vais vous dire un truc qui va vous décevoir, je ne bois pas de vin. 

V/V - Arggghh...&?!§%%#*¤.../... Même après vos sorties à Sancerres et Châteauneuf du Pape?

NS - On ne sort pas indemne d'une telle campagne.

V/V - C'est-à-dire?

NS - Une campagne est une affaire de sentiments, de sensibilité, d'amour.

V/V - Arrêtez vous allez me faire pleurer. Bon, un p'tit verre?

NS - Je n'aime pas le vin. Incompatible avec ma fonction.

V/V - Chirac buvait de la bière! Bush du Coca. Regardez Eltsine, à Moscou, il a quand même pas mal assuré, surtout à l'eau de vidange non distillée. Vous prenez le vin pour une drogue ou quoi?

NS - Le vin n'est pas une drogue. Assimiler le vin au tabac ou à la drogue, c'est une erreur.

V/V - Ecoutez, moi je pardonne tout à un homme, mais son aversion pour le vin: jamais! Haïr le vin, c'est haïr les siens.

NS - Haïr son pays c'est se haïr soi-même.

V/V - Voyez, vous le dites vous même.

NS - Je préfère risquer en osant, que regretter de ne pas avoir su saisir l'occasion qui se présentait.

V/V - Je n'ai rien compris. Style lourd et ampoulé. Vous avez l'art de nous embrouiller, vous. Manipulateur en plus?

NS - J'ai changé, M. Vinsurvin, j'ai changé. Je souhaite qu'on puisse discuter tranquillement de cette question. Il m'apparaît facile de trouver une solution.

V/V - Ah, bon? D'accord, alors, une question. Comment entretient-on les barriques dans lesquelles le vin repose, ou les cuves dans lesquelles il fermente?

NS - Il faut nettoyer. Au karcher. Et quand je dis qu'il faut les nettoyer au karcher, cela veut dire qu'il faut les nettoyer en profondeur.

V/V - ...

NS - ...

V/V - Bon, heu, un point de vue sur la viticulture française, des propositions?

NS - La viticulture n'est pas simplement une activité économique, c'est une tradition française, c'est une identité française, c'est un savoir-faire français...

V/V - Et bien voilà! Voyez que vous ne racontez pas que des conneries! ...

NS - D'où...

V/V - Enfin, en même temps, pour ratisser des voix...

NS - D'OÙ...

V/V - Laisser moi terminer. Vous n'avez pas le monopole du clavier. En criant sur tous les toits que vous n'aimez pas le vin, ne trouvez-vous pas que vous n'êtes pas crédible et faites surtout de la très mauvaise publicité au vin français?  

NS - ...d'où ma proposition d'ouvrir la publicité s'agissant de la consommation de vin lorsque c'est raisonnable. On ne peut pas vous demander de faire la compétition alors que les autres ont le droit de faire de la publicité et que vous, vous n'avez pas le droit.

V/V - Nous inciter à consommer pour que les gendarmes nous attendent derrière les buissons? C'est tout vous ça!

NS - Pour retrouver le chemin du succès, il nous faudra essayer de sortir des sentiers battus.

V/V - Bon, on ferme! Je vous souhaite quand même bon courage pour le O2. Allez, bonne nuit.

NS - N'ayez pas peur de faire de grands rêves.

V/V - A défaut, ce sera un véritable cauchemard. Au revoir.

NS - Si je n'existais pas, sans doute faudrait-il m'inventer.

V/V - Royal. Vous êtes royal.

NS - Ah, non, tout sauf ça. Et ne réduisez pas Ségolène Royal à son statut de femme, elle mérite mieux que ça.

V/V - Divin, alors.

NS - Va pour divin, alors. Mais sans alcool!

medium_sarkozy-sancerre.jpg 
Hey, Nico, non seulement tu n'aimes pas le vin, mais en plus tu ne sais pas le boire. On tient son verre par le pied. C'est pas une matraque, c'est un verre. Avec tes mains, tu le chauffes. Et puis, ce n'est pas très classe.   
********************
UMP: Uluberlu Méprisant notre bon Pinard.

* En dehors de l'introduction et de la conclusion, toutes les répliques sans exception sont des citations de Nicolas Sarkozy.

 

lundi, 23 avril 2007

RESTOS PARIS: banque de données

Petit rappel pratique...

  • La myriade de restaurants et de bars à vin sympas, pas chers, avec des cartes des vins soignées, situés dans les quartiers les plus cools de Paris, c'est ICI!
  • BONS PLANS avec des sites internets très bien faits et vous permettant de trouver votre bonheur en terme de sorties sur PARIS.
  • Des chroniques / critiques sur de (très nombreux) resto testés à Paris
  • Découvrir ou redécouvrir les vins de France et de Navarre
  • Les Vins du Nouveau Monde

                                                                                                                                                                            

medium_medium_DSCF0025.2.JPG
  • Les actus sur le vignoble français
  • les accords mets et vins
  • les vins pour l'apéro
  • les régions viticoles françaises
  • De nombreux articles sur le monde du vin et de la gastronomie...
  • Et des nouvelles littéraires maison!

Tout ça, c'est sur VINSURVIN...

VINSURVIN: C'EST PEUT-ÊTRE PAS LE PARISCOPE. MAIS C'EST BIEN PRATIQUE!

 

samedi, 21 avril 2007

SUR LE VIN, ILS ONT DIT.

 medium_sarko_O_verre.jpg
"J'ai dit: vin, tolérance ZERO, c'est bien compris?"
medium_2villiers.jpg
Même après une cuite au Médoc, je sais encore où j'habite: "Heu beu, c'eeu tu droit."
medium_c_est_à_boire_à_boire_à_boire_heuuuuu.jpg
"Ah......................................................(le petit vin blanc...)"
medium_buffet3.jpg
"Allez, tous ensemble camarades! 3,4, Chevaliers de la Table Rondeeeeeeee..."
medium_schivardi1.jpg
"Moi, le ving, je l'aimeHeu, eum peu rong, commheu ça là, tu vois?"
medium_ségo3.jpg
"Puis il prit le vin et dit..."
medium_1327408486.jpg
"Ho, les gars, on'r'met ça?" 
medium_Nihou2.jpg
"Bon, Jean-Claude, tu paies un coup ou quoi?"
medium_ségo_1_coup_de_trop.jpg
"Âh, non, j'vous zÂssuuuure, j'n'ai pris qu'un verre de Chinon. (Et un dijo)"
Toutes ces photos ont été glanées sur Yahoo.fr et sont Copyright © AP

TROUVEZ L'INTRUS!

medium_affiches_présidentielles.2.jpg

Parmi tous ces candidats, un seul n'aime pas le vin. Qui est donc cet énergumène?

Petit coup de pouce: il est petit, nerveux et a parfois des discours qui me font voir rouge.

Pas trouvé? Le con, il s'est déplacé à Sancerres et à Chateauneuf du Pape pour boire de l'eau! (Il a dû confondre avec Vittel).

Allez, un dernier indice, mais dernier alors! Il se trouve en haut à gauche de l'affiche... toujours pas trouvé?!

vendredi, 20 avril 2007

Le vin est l'égal de l'homme. Traitons-le comme tel.

medium_charles_beaudelaire.gif
Charles Beaudelaire (1821-1866)

Le vin n'est pas toujours ce terrible lutteur sûr de sa victoire, ayant juré de n'avoir ni pitié ni merci. Le vin est semblable à l'homme: on ne saura jamais jusqu'à quel point on peut l'estimer et le mépriser, l'aimer et le haïr, ni de combien d'actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable. Ne soyons donc pas plus cruels envers lui qu'envers nous-mêmes, et traitons-le comme notre égal.
../..
Profondes joies du vin, qui ne vous a connues? Quiconque a eu un remords à apaiser, un souvenir à évoquer, une douleur à noyer, un château en Espagne à bâtir, tous enfin vous ont invoqué, dieu mystérieux caché dans les fibres de la vigne. Qu'ils sont grands les spectacles du vin, illuminés par le soleil intérieur! Qu'elle est vraie et brûlante cette seconde jeunesse que l'homme puise en lui!

Charles Baudelaire, extrait de Du vin et du haschich.

jeudi, 19 avril 2007

16 THOLOZE: Fallait oser!

medium_DSCF0005.JPG

Un  nouveau bar à vin vient d'ouvrir rue Tholozé, cette petite rue perpendiculaire à la rue des Abbesses. "Vient d'ouvrir"?Enfin, pas exactement. Ca fait déjà quelques mois! D'ailleurs vinsurvin, producteur de chroniques oenophiles, en avait parlé . M'enfin, on ne parle jamais assez de ces lieux, par nature, acceuillants et conviviaux. Ce petit bistrot tout rouge avait attiré mon attention un dimanche, en ballade dans le coin. J'avais d'ailleurs été ravi de voir que le Pouilly Fumé venait de chez Jean-Pierre Bailly, un producteur dont j'apprécie particulièrement le travail.

Allez, c'est vendredi soir, j'ai un merlu de breton avec moi: "Viens, je sais où on va aller...". Depuis la rue Marcadet, où nous avons tenté un (autre) nouveau bar à vin que nous fuyons en courant, nous allons rejoindre la rue Caulaincourt par les marches de la Butte, puis traverser la rue Lepic et arriver dans la rue... Tholozé! Cela nous prend à peine 15 minutes et quelle agréable ballade dans un Paris désert et aux températures printannières. On passe même devant ce petit caviste rue Caulaincourt: le patron est à la porte, un petit "bonjour". Très bonne adresse.

La rue Tholozé, parallèle à la fameuse rue Burq, plonge vers les Abbesses. Nous arrivons au 16 Tholozé. L'intérieur est tout rouge. Quoi de plus normal? Nous traversons une première salle étroite, petite et chaleureuse, et accédons au "bar". Nous échangeons quelques mots avec ce couple de patrons, qui possèdent une affaire Square Carpeaux: l'acceuil est sans artifice et simplement... sympathique! Six, sept mois que ce petit bistrot à cochonailles convivial et intimiste a ouvert. Va pour un verre de Côteau du Languedoc, s'il en reste! Puis, va pour un de Marcillac: excellent d'ailleurs. Avec une planche de coppa: somptueux. Nous engageons la conversation avec le patron, la jeune quarantaine, mais il est "dans le jus". Une heure a dû passer et nous demandons l'addition. Les planches qui défilent sous nos yeux font très envie: pavé/frites/salade, entrecôte/gratin/salade... Des plats simples, copieux avec un verre de vin: cela semble tout bête mais il fallait oser. A une période où l'on ne parle plus que de fooding et autres tendances qui ressemblent à tout sauf à de la gastronomie, proposer une simple planche avec des produits frais et maisons accompagnés de vins de producteurs nous ramène aux vraies choses de la vie.

 

16 THOLOZE, 16, rue de Tholozé, 75018 PARIS. 01.42.64.17.86

********************

Retrouvez les chroniques de VINSURVIN, producteur de chroniques oenophiles, sur 2Ominutes.fr (rubrique: blogs)

http://vinsurvin.20minutes-blogs.fr

LE SAVIEZ-VOUS?

medium_taste1.jpg
 
Saison 1, épisode 15: Qu'est-ce qu'un tastevin?

Taste-vin ou tâte-vin ou tastevin (nom masculin)
Petit récipient qui sert aux dégustateurs de vins.

Le taste-vin est un petit récipient en forme de tasse basse (10 à 12 centimètres de diamètre) servant à examiner un vin, à le goûter et à en "mirer" la robe.
Au XVIII siècle en France, toutes les provinces produisaient son modèle de tasse qui permettait au négociant de bien choisir son vin.
Cet objet était, et est encore aujourd'hui, de préférence en métal (argent, métal argenté ou étain) pour mieux refléter la robe. Le taste-vin se portait autrefois attaché à la ceinture, plus tard, retenu par une chaînette, au cou.

Le Tastevinage est un examen rigoureux, et l'estampille de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin (1) n'est accordée qu'aux vins de Bourgogne répondant parfaitement aux caractéristiques de leur appellation et de leur millésime. On signale ainsi aux amateurs les bouteilles qui, par leur honnéteté, leur caractère et leur indiscutable qualité, méritent cette distinction.
Le double but du Tastevinage est atteint : récompenser le producteur pour la qualité du vin qu'il a élaboré par un long travail et donner une garantie supplémentaire au consommateur. Créer un lien entre producteur et consommateur pour la plus grande satisfaction de chacun.

(1) Malgré de grands millésimes (1929, 1933, 1934) la Bourgogne traverse au début des années trente une grave crise économique. Le vin ne sort pas des caves et l'argent n'y rentre pas. La Confrérie des Chevaliers du Tastevin apparaît alors comme "un rayon de soleil dans la nuit des caves"; son acte de naissance est signé le 16 novembre 1934 dans le "Caveau Nuiton" de Nuits-Saint-Georges.

medium_arobase_2.jpg 
Saison 1, épisode 14: l'@robase fut jadis une unité de mesure du vin!

Le nom du symbole @, appelé arrobe (ou arobase, arobas, arrobas, arrobase) provient de l'arroba, unité de mesure de poids et de capacité autrefois en usage en Espagne et au Portugal (entre 11,5 et 15 kg selon les régions) et qui était désignée par le même symbole @.

Ce terme vient de l'arabe الربع (ar-rub, « le quart », un quart de quintal, soit 25 livres, poids équivalent à 11,502 kg – 12,5 kg en Aragon). Il servait aussi comme unité de volume pour les liquides (et notamment le vin), mais la quantité qu'il représentait variait selon les provinces.

medium_ingrandimento.jpg
Lettre de marchand vénitien.


 

mercredi, 18 avril 2007

Accord mets et vin? Non, accord saisons et vin!

medium_gaypride.jpg 
TELS QUE METS ET VINS, SAISONS ET VINS DOIVENT AUSSI S'ACCORDER.

"Voilà, c'est fini" comme le chante Jean-Louis Aubert, d'ailleurs croisé samedi soir Salle Pleyel au concert du grand Alain Bashung. Finies les températures froides et hostiles invitant l'oenophile à toutes les attentions dans ses choix vinicoles. Ces deux dernières semaines, l'on déboucha certainement le dernier Cahors avant longtemps, l'on révéra sans doute le dernier Vacqueyras à Radis Rose et carafa le dernier Faugères rouge de chez Louison. Couchés sur leur lit de métal, sept étages plus bas, dans leur chambre-forte de pierre, leurs homologues mûrissent sereinement. Dans un an ou plus, ils s'offriront à nous, riches de cette année passée à méditer sur les contrées qui les virent naître. Gorgés de rêves et de contes, la litanie de leurs arômes nous comblera comme nous comblent les paysages qui les nourissent. 

L'excellence viticole française. Sud-Ouest, Côtes du Rhône et puissants Languedociens ont déjà  laissé place à de nouveaux acolytes. Moins corpulents, moins corsés, plus légers, plus aériens. Monade 2001 de chez Guilhem Coste  a tenu toutes ses promesses le week-end dernier en pleines températures estivales. Cinq ans d'attente récompensée par cet assemblage de syrah, grenache, carignan! Attention, perle rare! Guilhem Coste, indépendant et libre comme l'air ne prendra plus la peine de faire les démarches pour obtenir l'appellation d'origine contrôlée. Trop bureaucratique, trop sclérosée et obtuse, l'institution viticole française devra se passer de ce créateur, que dis-je, de cet artiste, comme il existe encore en France. Et Dyo merci. Les Monades resteront donc un Vin de Table, certes, mais elles demeurent à mon humble avis la fidèle expression du terroir des Terrasses du Larzac : puissance, concentration, tannins, fruits, arômes, complexité, longueur. On touche à l'excellence de la viticulture française.

Les jardins languedociens. Comme si cela ne suffisait pas, le premier pique-nique de l'année au Parc Monceau (1) s'est vu gratifié d'un Mas des Brousses de Nathalie Combes, à qui une année en cave fit le plus grand bien. Plus dans l'élégance et dans la finesse que le Monade, le vin s'est ouvert progressivement pour offrir une farandole d'arômes et de fragrances de jardin languedocien qui donna envie de s'envoler pour Puéchabon, terre du péché en question.

Ainsi, si l'accord met et vin est primordial lors d'un déjeuner ou d'un repas, on peut également considérer qu'il serait indélicat de boire certains vins à certaines époques de l'année. L'accord saison / région n'est donc pas à négliger. Cependant, rien n'est interdit! Les vins cités ci-dessus trouveraient certainement leur place sur une table aux mois de novembre ou février! Mais, pour schématiser, la température extérieure invite à la dégustation de flacons issus de régions précises. Douceur printannière et chaleur estivale conduisent vers des vins légers et frais quand la fraîcheur de l'automne et la froideur de l'hiver s'accordent plus naturellement avec des vins plus concentrés, plus corpulents, et chambrés.

Quels vins rouges lorsque le mercure passe les 26°C? (19° pour les Côtes d'Armor)

  • Le Beaujolais. Le cépage gamay offre l'expression du vin léger par excellence.

- Brouilly ; Chiroubles ; Juliénas...

  • Le Mâconnais. Quand le pinot noir offre des rouges légers et fruités.

- Maranges ; Marsannay ; Mercurey.

  • La Loire. Entre gamay et cabernet, cette région offre un joli pannel de vins légers. Tentez les rosés que certains vignerons s'aventurent à faire entre Tours et Saumur.

- Gamay de Touraine ; Saumur-Champigny ; Bourgueil...

  • Le Languedoc-Roussillon. La région peut se targuer de produire d'excellents rosés.

- Faugères, Montpeyroux, Saint-Chinian sont autant d'appellations à explorer dans les rosés ; certains Fitou (rouges)méritent l'ouverture, le soir, dehors, au son des cigales. Ou des moissonneuses-batteuses!

  • Sud-Ouest. En dehors des sud-ouest charpentés et puissants, la gastronome au sud de Bordeaux sait se faire légère.

- Buzet, Cahors "modernes" ; Côtes du Marmandais ; Pécharmant.

Evidemment, cette sélection ne se veut pas ostraciste. Des vins puissants tels que ceux de Châteauneuf du Pape, de Saint-Joseph ou du Minervois, un soir d'août, sur une côte de boeuf grillée, en enverront plus d'un au paradis!

(1) Premier pique-nique mais peut-être dernier pique-nique hélas puisque nous apprenions le jour même dans la presse, non sans une certaine affliction, que le maire du 8ème arrondissement (dans lequel est situé le Parc Monceau, lui même en bordure de "notre" 17ème) envisage de fermer l'accès aux pelouses (pour quelles raisons?) et de réserver la fréquentation du Parc aux seuls habitants de son arrondissement, à cause des "jeunes qui dérangent tout le monde". Pour ce faire, il envisagerait d'autoriser l'accès au parc uniquement sur présentation d'une pièce d'identité! Des méthodes absolument scandaleuses, qui ne sont pas sans nous rappeler, une fois de plus, et celles du candidat de l'UMP et celles d'une sombre période.

16:25 Publié dans VIN & METS | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 17 avril 2007

New Kids on the Blog

 

medium_metro_pe.gif

PANAME-ENSEMBLE

medium_ban_120_13.2.gif

Paname-Ensemble... Il fallait y penser! Un blog répertoriant les blogs parisiens par stations de métro! Sortir sur Paname nous intéresse particulièrement, ça coule de source!

  • Les hotspots et les points d'accès wifi gratuits à Paris. Découvrez la carte des hotspots et des points d'accès gratuits à Paris et en Ile de France.
  • Sortir sur Paname.  L'agenda des sorties et des événements à Paris et en Ile de France
  • La Carte des Blogs. Il s'agit de cartographier les blogs et les bloggers sur les cartes de métro et de RER.
  • Le Blog Magazine. C'est un blog collaboratif (auquel vous pouvez participer) où les auteurs partagent leurs découvertes, leurs sorties, leurs rencontres, leurs lectures, leurs balades dans Paris et en Ile de France.
     

Un candidat, un vin. Episode 4.

medium_de_villiers.jpg
De Villiers, ça va (pas) ; plein de Villiers, bonjour les dégâts.

2V - Bonjour tavernier! Abreuve mon cheval je te prie! Et désèche-moi le gosier!

V/V - Plaît-il, sir? Voilà une façon bien cavalière de vous adresser à moi. Sur un autre ton, manant, je vous en convie!

2V - Je suis envoyé par le roi, palefrenier.

V/V - Balladur?

2V - Quel arrogance! En garde! (Le vicomte sort son épée tant bien que mal).

V/V - En garde! (Je déploie mon sabre avec style et vigueur).

A ce moment là, de Villiers écarte une table d'un geste brusque et pointe son épée vers mon torse. Ni une ni deux, d'un revers tel le docteur Philippe Boisse en 84 à Los Angeles, je balaie la lame de son sabre d'un revers précis et rageur.

2V - Mais sais-tu qui je suis au moins, espèce de bouseux francilien? Arghhh!!!

V/V - Comte Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon, plus connu sous le nom de Phillippe de Villiers, supposé-vicomte vendéen... tiens prends ça!

2V - Vous êtes vraiment la Fronde incarnée! Aïe....

V/V - Vous buvez quelquechose? (Chting!) Touché.

2V - Certes, mais guère coulé! A boire? Et bien pourquoi pas? Cessons ces simagrées!

V/V - Cessons! N'empêche, vous êtes mort.

2V - Mais non, regardez-moi, je suis toujours debout, prêt à relever tous les défis! Prêt à sortir la France de cette Europe technocatique et la mener vers des sommets inconquis!

V/V - Enfin, je voulais dire "politiquement"...

2V - Oh, par Jean Chouan! Reprends ton sabre que je te coupe la langue, vile prétentieux...

V/V - Gaborit, il est tricard!

2V - Gaborit? Le "Duran" vendéen? Félon! Prends ça!

V/V - Raté! Allez, suffit, ne soyez point perfide! Buvez en donc!

2V - Qu'est-ce? 

V/V - Sidi Brahim, 4,55€ chez mon épicier arabe du coin...

2V - Vu savez, m'sieur veusurveu...  je ne suis pas très vin du sud, moi. Coincé entre la Loire et la Gironde: ça me va très bien. Du vin français en somme, et pas autre chose, au risque de voir notre identité s'évaporer. Et qui'm'dit que votre sidi machin il est pas empoisonné ou qu'il va pas nous péter à la gueule? Vu savez, m'sieur veusurveu, ces gen-là sont capables de tout. Non, je vais m'abstenir. Vu devriez en faire eutant. Vu savez m'sieur veusurveu, la viticulture n'est plus entre les mains des vignes de souches. C'est bien plus compliqué que ça. Et puis, il faut qu'j'y aille! Lad! Mon ch'val!

V/V - Fuyez, fuyez mon pauvre vicomte! Tant qu'il est encore temps! 

M.P.F. : Un Mauvais Pinard Français.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu