Avertir le modérateur

lundi, 07 avril 2008

Vin de messe.

medium_souper.jpg
Souper à Emmaüs, Caravage. 1601. National Gallery, Londres.

- Ca ne vas pas du tout Le Dantec,  hurlait le curé de l'église de Limeray au téléphone. Pas du tout! Vous me prenez pour un ivrogne? Ou seriez-vous entrain de me confondre avec un hérétique? L'anathème sur vous risque de frapper Le Dantec si vous continuez ainsi!

- Mais c'est votre préféré, mon père! 

- Mon préféré? Ignare! C'est pas une raison! Les beaux jours arrivent et vous me remettez dix cartons de Vacqueyras! C'est bien trop puissant! C'est plus l'époque! Surtout pendant les enterrements! Le quatorze degrés me fait dormir entre les chants. Du coup, j'm'y perds complètement dans mes psaumes. Ca ne va pas, faites quelquechose!

Nicéphore Le Cep était un client de longue date. Il avait assuré le service de ma grande communion en 1982. La fête avait failli tourné au vinaigre quand le curé nous avait surpris, mon cousin Félix et moi, en train d'uriner généreusement dans son calice. Quelques années plus tard, il m'en tenait encore rigueur, mais s'approvisionnait quand même en vin dans la petite boutique de vin que j'avais ouverte à Amboise, Citizen Kave.

M. Le Cep, ancien sommelier reconverti dans le catholicisme "laïque", comme il aimait à me le répéter, était un quidam de soixante quinze ans. Petit, rond et trapu, comme une bouteille de Montpeyroux, il avait toujours refusé de boire du vin de messe médiocre avant l'extrême-onction, cette piquette cible de ces aigreurs ecclésiastiques. Il avait même recraché un Pommard de 1976 un jour en pleine messe, sous prétexte qu'il était trop frais. Nom de Dieu! Le Dantec, c'est pas une armoire à vin que vous m'avez vendu, c'est un freezer, m'avait-il beuglé à dix centimètres du visage, quelques temps après l'incident. V's avez qu'à me vendre du coca tant que vous y êtes, m'avait-il ensuite vociféré. Rouge écarlate, perdant presque son latin, il avait failli avoir une attaque. Non de Dieu de bordel de merde Le Dantec, débouchez-moi une prune, j'sens qu'j'vais y passer.

- Je rentre un Gevrey-Chambertain de chez Dupont-Tisserandot la semaine prochaine, vous l'aimez bien, je vous en mets un carton? Lui demandai-je alors, gêné et essayant de rattrapper le coup.

- Du bourgogne, en avril? Mais vous ne vous êtes pas trompé de métier Le Dantec? Vous voulez transformer mes messes en karaoké? En surprise-partys? Trouvez-moi autre chose. TROUVEZ-MOI AUTRE CHOSE!!!

- Je cherche, je vous rappelle. Au rev...

- Biiip, biiip, biiip...

Je m'affairai donc à lui trouver la perle rare. Le curé aimait des vins en accord avec le service. Les funérailles étaient ponctuées par un calice de Veuve Cliquot ou de Corbières. Les enfants étaient baptisés à l'eau de vie, les unions scellées au Limoux. Par ailleurs, hors de question de boire deux fois la même bouteille la même année. Et comme si cela ne suffisait pas, prière de servir un vin de l'année de naissance du défunt les jours d'enterrement, tâche qui s'avérait de plus en plus difficile tant l'espérance de vie s'allongeait, ou, plutôt, tant les dates de naissances s'éloignaient dans le temps. Trouver un vin pour ce poilu né en 1896, cette ancienne secrétaire de mairie morte à l'âge de 102 ans, ces palanquées de villageois nés dans les années folles était souvent missions impossibles! "Le vieux ici c'est le vin ; le jeûne (J.E.U. --accent circonflexe-- N.E.), c'est seulement pendant le carême", répétait-il à qui voulait l'entendre.

Les messes du saint père macéraient dans des vins venus des quatre coins du monde. Les italiens étaient appréciés lorsque le curé rentrait de la Place Saint-Paul, les allemands après un discours bien appuyé de Benoît XVI, et les portugais doux et cuits pour attendrir une soeur qui ne jurait que par le Porto. En outre, le vin devait être carafé au cierge. Mon Père était donc très exigeant et je ne pouvais le décevoir tant sa consommation de vin mettait du beurre dans mes épinards. Cependant, il me convia un jour dans le confessionnal et me fit une bien étrange révélation.

- Je vais vous dire quelquechose, Le Dantec. Le vin, pour moi c'est sacré. In vino veritas. Vous le savez bien. C'est bien là un des rares "plaisirs" que je m'octroie. Toutefois, vous ne pourrez vous tromper qu'une seule fois. Le jour où je serai mort. A mon enterrement. Ce jour là, je ne serai pas là pour le goûter!!! Ha!!!

Je n'ai pas encore réfléchi au flacon que je verserai dans le calice le jour où monsieur le curé rejoindra le Christ et ses fidèles. Le Cep mériterait un vin aux arômes de sous-bois, de champignon. Mais le caractère bien trempé de l'homme me conduisait à penser qu'un vin charpenté et corpulent ferait l'affaire, tel qu'un Chateauneuf du Pape. De toute façon, malgré ma plus grande vigilence et mes plus grands soins apportés au choix du dernier vin de messe, j'étais certain de finir par entendre mon bon vieux Nicéphore m'invectiver d'un outre-tombe "Nom de Dieu, Le Dantec, mais qu'est-ce que c'est cette piquette divinement immonde? Pour mon enterrement?! Vous auriez pu faire un effort!!!" 

Auteur : Fabrice Le Glatin. Le 15.04.2007.

 

Commentaires

Tu veux des réactions, tu vas en avoir!
En fait ce post "Vin de Messe", je ne sais pas ce qu'en pense les autres lecteurs, mais je n'ai pas accroché du tout; j'ai peut-être pas compris, ou pas pris le temps de comprendre.
Par contre le tableau de Caravage est magnifique!

Écrit par : Anne | mardi, 15 avril 2008

Mais c'est un régal de truculence délicieusement irrespectueuse cette petite nouvelle, personnellement j'adhère totalement, je viens de m'amuser à la lire, après mon petit café matinal.
Du coup, je prendrai le temps de lire tranquillement les autres...

Écrit par : Marie-France | jeudi, 05 juin 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu