Avertir le modérateur

mardi, 20 mars 2007

Dans l'Isol-Loire.

medium_DSCF0030.3.JPG
Chinon, en bord de Vienne, lundi 26 février.

Déjà presque un mois de passé depuis cette virée en Loire... Après la visite chez David Drussé à Saint-Nicolas de Bourgueil, je continuai mon bonhomme de chemin en direction de Cravant les Coteaux, cette bourgade à l'est de Chinon et au sud, sud-Ouest d'Azay-le-Rideau. Le vin de Chinon, communément appelé "Breton" n'est pas originaire de la Touraine, ni de la Bretagne. Son ancêtre le Vitis Biturica, à sans doute été apporté par les légionnaires Romains aux premiers siècles  de notre histoire. Situé près de Tour, berceau de Rabelais, l'aire d’appellation Chinon  s’étend sur  près de 2 000 hectares. Ce vin est produit par plus de 200 vignerons. Les vignes sont exposées sur différents terroirs: terrasses graveleuses (vin pouvant être bu dès sa jeunesse à Pâques) et coteaux argilo-siliceux ou argilo-calcaires (vin de garde, voire de très grande garde). C'est d'ailleurs sur ces derniers que je vous guide aujourd'hui. Le Chinon est produit principalement avec un seul cépage: le cabernet-franc, dit "Breton" (le cabernet-sauvignon est autorisé dans une proportion de 10% d’encépagement). Grossièrement, il exprime notamment des arômes de fruits rouges et de violette.

Faire perdurer la tradition. Rapide passage chez Christelle Pérais-Sourdais et chez Laurent Gilloire. L'assurance que j'y trouverai du très bon Chinon à peu cher me fait entrer les yeux fermés. Je viens acheter les millésimes de la fameuse année 2003 qui aujourd'hui expriment toutes les caractéristiques des Chinon élevés sur des sols argilo-calcaires: puissance, "gouleyance", souplesse, arômes denses. Le fait qu'ils demandent à viellir n'est pas négligeable non plus. Avec le temps, les vins de ces deux jeunes viticulteurs se sont un peu concentrés et ont gagné en arômes pour devenir aujourd'hui faciles à apprécier. En effet, dans son jeune âge le cabernet s'avère un peu austère et fermé. Une garde de trois ans (au bas mot) l'assouplit et le rend bien plus abordable. C'est le cas en tous cas des vins de Christelle et Laurent. Deux viticulteurs sans prétention, si ce n'est de faire perdurer la tradition et d'offrir des vins agréables à boire, de fête et d'un excellent rapport qualité/prix. Ils sont également les parfaits partenaires de l'apéritif servi avec des petits légumes frais et croquants. Ils accompagnent en outre très bien des omelettes aux champignons (lire par ailleurs ce post) et des grillades.

Arôme de bouquet fleuri. Afin d'étendre un peu mes horizons chinonesques, j'avais envie cette année de découvrir les vins de Bernard Baudry dont  j'avais entendu et lu çà et là la qualité du travail. Passer dans une autre "catégorie" de Chinon était également un souhait.

Les Granges 2004. Issu d'une parcelle située sur les terrasses graveleuses de Cravant, ce jeune cabernet présenta un vin léger,  fruité et gourmand. L'impression fût immédiatement positive. Cependant, j'attendais plus.

Le Clos Guillot 2004. Une vigne plantée sur un coteau calcaire (tuffeau jaune). Une parcelle très bien exposée sur la commune. Un élevage en barriques pendant 12 mois qui ne compromet absolument pas la qualité aromatique du vin ni sa structure. Le Clos Guillot est une nouvelle cuvée (premier millésime en 2000). Le vin offre une bouche ample, concentrée et généreuse, présente des notes de fruits noirs réhaussées par une belle présence tannique. Définitivement un joli vin, racé mais soyeux. Je n'en avais pas encore bu de tels sur Chinon.

Les Grézeaux 2004. La parcelle est située sur des graves caillouteuses. Les vignes ont de quarante à soixante ans. Ce vin apparaît comme le clou de la dégustation. Une robe grenat aux reflets violets. Le nez est complexe. Je lui trouve des notes d'eucalyptus, voire mentolées. Je m'interroge sur ces arômes mais ils sont manifestes, presque outranciers. Et surtout extrêmement agréables. Une odeur de fleurs fraîches planent littéralement au-dessus du disque. C'est déconcertant! La bouche est franche, riche et concentrée. Le plaisir est intense! Les Grézeaux ont un beau potentiel de garde. Cette cuvée est celle qui me "parle" le plus. C'est ce que j'étais venu chercher: de la richesse, de la complexité et surtout, beaucoup d'émotion. C'est chose faite. 

Mon petit périple touchait à sa fin mais ne serait pas complet sans passer faire une bise à Madame Percereau (dont le respect me fera taire l'âge), cette adorable vigneronne dans le charmant petit village de Limeray. Son fils Dominique s'empressa, comme d'habitude, de m'emmener  goûter le vin encore dans les cuves, en l'occurence, un Sauvignon blanc 2006 qui offre de très jolies notes de fruits exotiques, tels que la mangue. Par ailleurs, le Crémant de Loire des Percereau étant une valeur sûre... Alors, à un mois des élections présidentielles, et après dégustation de ce Sauvignon, point besoin pour moi de me cracher dans l'isol-Loire pour y voir clair: c'est bonnet-blanc et blanc-bonnet! 

Toutes les coordonnées des vignerons cités se trouvent dans la rubrique "vignerons référencés".

medium_Francois_Rabelais.jpg
François Rabelais, né en 1494 à la métairie de la Devinière, près de Chinon.

Commentaires

que pensez vous du clos de l'echo de chez couly, puis du chateau de la grille ?

Écrit par : ROJAS | mercredi, 21 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu