Avertir le modérateur

mercredi, 28 février 2007

Femme ou Vin: choisis ton destin.

medium_cone1-5-07-13.2.jpg

Before, William Hogarth, 1730.  

Le vin du solitaire

Le regard singulier d'une femme galante
Qui se glisse vers nous comme le rayon blanc
Que la lune onduleuse envoie au lac tremblant,
Quand elle y veut baigner sa beauté nonchalante ;

Le dernier sac d'écus dans les doigts d'un joueur ;
Un baiser libertin de la maigre Adeline ;
Les sons d'une musique énervante et câline,
Semblable au cri lointain de l'humaine douleur,

Tout cela ne vaut pas, ô bouteille profonde,
Les baumes pénétrants que ta panse féconde
Garde au coeur altéré du poète pieux ;

Tu lui verses l'espoir, la jeunesse et la vie,
- Et l'orgueil, ce trésor de toute gueuserie,
Qui nous rend triomphants et semblables aux Dieux !

Charles Baudelaire.

VINSURVIN: LE BEST OF.

medium_guide_3.jpg

LA COMPILATION DES MEILLEURS POSTS SIGNES VINSURVIN.

1. ERRARE HUMANUM EST. CLIC ICI. Quand un viticulteur prend sa revanche sur un critique de vin trop zélé.

2. DEMAIN SOIR, EVITEZ LE RIDICULE. CLIC ICI. Conseils pour boire en société.

3. CE SOIR, SOIREE BABà. CLIC ICI. Conseils pour parisiens automobilo-dépendants.

4. LA DECISION QUE JE N'AI PU PRENDRE. CLIC ICIOu l'art de respecter ses engagements.

5. QUEL VIN A L'APERO? CLIC ICIQuels blancs? Quels rouges? Quelles régions? Quels pays?

6. ACCORDS METS ET VINS POUR LES NULS. CLIC ICI. Je vous recommande "Petits Meurtres Entre Amis".

7. LA RHONES VALLEY. CLIC ICI. Ces vins fantastiques au sud de Vienne.

8. VIVA ESPANA! CLIC ICI. Un joli dossier sur l'élégance viticole espagnole.

9. L'ADRESSE DE LA SEMAINE. CLIC ICI. Un bon bar à vin parisien. Parmi tant d'autres.

10. BON PLAN RESTO. CLIC ICI. Un resto, parmi les nombreux sélectionnés, testés et critiqués sur vinsurvin.

samedi, 24 février 2007

Mise au verre.

medium_Loire.jpg
Le "Y" formé par la rencontre de La Loire (au nord) et de la Vienne (au sud-est)

 

Lui: "Qu'est-ce qu'on fait ce week-end?"

Elle: "On est pris. On va chez ma soeur."

L: "Génial. Et le week-end prochain?"

E: "Heu, rien de spécial... je pensais inviter ma mère..."

L: "Encore? Allons plutôt acheter du vin chez des vignerons!"

E: "Oh, oui, très bonne idée mon amour!"

L: "Embrassons-nous alors!"

E: "On a pas un peu l'air con, là?"

L: "Si, mais c'est voulu, c'est le rédacteur de vinsurvin qui part un peu en vrille, ça va lui passer, ne t'inquiète (...)" 

VINSURVIN avait déjà abordé les plaisirs que procurent les visites chez nos vignerons dans cette note du O4 mai 2006. On remet le couvert. Peut-être parce que votre humble serviteur passera une partie de son week-end sur les bords de la Loire, le long de cette petite route sinueuse de Luynes à Langeais (entre le fleuve et les maisons troglodytes), vers le joli village d'Ingrandes de Touraine, avant de traverser la Loire vers Candes-Saint-Martin et Chinon. Loin d'être blasé par ces escapades, excité à l'idée de partir vadrouiller sur les routes de France entre Paris et l'Anjou, l'amateur de vin est en effet, d'abord et avant tout, un amoureux de la France, un curieux de nature et un éternel assoiffé. De découvertes et de rencontres. Qui a dit "et un alcoolique!"?

Choisir sa région. Question: comment organiser sa sortie cave, son pélerinage bacchusien, sa tournée des grands ducs? Facile. La première visite peut se faire dans la région viticole la plus proche de chez soi. Les parisiens auront le choix entre la Loire (Touraine ou Centre-Loire, rien à voir), la Champagne (un peu cher pour une première tournée), la Bourgogne (Chablis, notamment, est ce qu'il y a de plus proche de Paris) et la Corse (pour ceux qui ont un hélicoptère). Cependant, la route des vacances offre un choix de régions pléthorique.

Cibler le type de vin désiré. La région choisie peut aussi correspondre à des vins dont on a envie ou que l'on ne connaît pas forcément et que l'on aimerait découvrir plus en détail. La Touraine apparaît donc comme la région idéale avec ses vins non dénués de caractère, mais légers et facilement abordables par tout le monde. Gamay et sauvignon de Touraine, Chinon et Saint-Nicolas de Bourgeuil sont des exemples types. Sans compter l'Anjou (Saumur, Champigny). Par ailleurs, cette escapade permettra de faire plus ample connaissance avec les cépages d'une région, les conditions et les méthodes de travail des vignerons.

medium_Chinon.jpgChoisir ses domaines. La chose peut-être la plus difficile. Car la subjectivité y joue un rôle prépondérant. Alors, de deux choses l'une. Où l'on se munit de son guide (Hachette. Ou Fleurus, pour moi) que l'on aura préalablement potassé, où l'on y va au petit bonheur la chance. Mélanger les deux fait également très bien l'affaire. L'avantage du guide est qu'il nous renseigne sur des éléments non négligeables (adresses précises, critiques des vins, ordre de prix...) et qu'il permet de passer un petit coup de fil pour s'annoncer, mais il enlève aussi une certaine part de magie: difficile de résister à cette vieille ferme dont le vieux porche et le donjon en pierre invitent au voyage. Intéressant aussi d'aller à la rencontre de jeunes vignerons avec qui, selon votre âge, le contact sera peut-être (mais pas forcément) plus facile, et aujourd'hui empreints d'une vraie vision et d'une vraie philosophie autour de leur vin. Comment les repérer? A votre avis, des deux couples, qui sont les plus jeunes: "Nathalie et David" ou "Hubert et Gisèle"? Enfin, ne pas manquer de rendre visite à une vigneronne.  

Limiter les dégustations. Une visite chez les vignerons n'a pas pour but de passer sa journée ou son week-end à s'en mettre plein le nez. D'abord parce que vous serez régulièrement au volant -à moins de nommer un(e) conducteur(trice) sobre, ensuite parce que les vignerons ne sont pas des barmen et puis parce qu'il s'agit de "goûter" du vin, pas d'en boire. Peut-être apprendrez vous à cracher ce que vous absorberez. De fait, j'estime que deux domaines le matin à partir de 11hOO (trois grand maximum) et deux en fin d'après-midi sont largement suffisants. Si l'on reste deux jours, deux à trois visites par jour sont amplement suffisantes pour bien apprécier ce que l'on goûte et être à même de faire des différences. Sachez qu'un vigneron peut vous faire trois, quatre cuvées différentes.

Quel budget? Le budget à lui seul peut déterminer vos visites. Difficile de se rendre chez un vigneron qui vous accorde du temps et de ne pas sortir sans acheter deux, trois bouteilles, qui s'avéreront ne serait-ce que des souvenirs! Il faut avant tout évaluer la somme que l'on est prêt à dépenser par bouteille. Prenez Saint-Nicolas de Bourgeuil ou Chinon. Vous trouverez de très belles choses autour de 4,50€ / 5€. Un carton de six vous reviendra donc à 27 / 30€. Ensuite, vous trouverez évidemment des choses à 7, 10, 15, 25€ sans problème. A vous de juger. Mais sachez qu'en Loire, pour 5€, vous reviendrez avec des vins excellents. J'en ai pour preuve ce Chinon 2004 du domaine du Moulin à Tan (Jean Sourdais) à Cravant-les Coteaux. Acheté 4,30€, ce dernier s'est montré étonnant à l'ouverture cette semaine. Il y a un an, il était encore fermé, austère. Un an plus tard, c'est un vin extrêmement fruité (petits fruits rouges tels que la fraise des bois), généreux et surtout très élégant. Un vrai bonheur qui me va me rediriger tout droit vers ce domaine dès ce week-end.

Je ne saurais conclure cette chronique par l'autre touche culturelle de ce petit périple en Loire. Car celui-ci sera évidemment ponctuer de pauses dans les bonnes tables de la région et de visites dans les châteaux.

medium_Langeais.jpg
Langeais.

 

 

jeudi, 22 février 2007

L'âme du vin, par Charles Beaudelaire.

medium_707px-Courbet_-_Bildnis_Baudelaires.jpg

Charles Baudelaire, par Gustave Courbet (1848)

Plus connu pour ses consommations d'absinthe que pour celles de vin, Baudelaire réserve néanmoins une place non négligeable au thème du vin dans son oeuvre. LE VIN est un titre d'une section des Fleurs du Mal, composée de cinq textes: "L'Ame du Vin", "Le Vin des Chiffonniers", "Le Vin de l'Assassin", "Le Vin du Solitaire", "Le Vin des Amants". 

Baudelaire, qui a longuement parlé du haschich, en a en fait peu consommé, au cours d'expériences très prudentes et surveillées. Il ne fut pas alcoolique, et sans doute même très rarement ivre. Son ami Le Vavasseur écrit : « Il était naturellement sobre. Nous avons souvent bu ensemble. Je ne l'ai jamais vu gris, ni lui moi. » Et le photographe Nadar, qui fut son intime de 1843 jusqu'à sa mort : « Jamais, de tout le temps que je l'ai connu, je ne l'ai vu vider une demi-bouteille de vin pur. » Le vin est pour Baudelaire un thème littéraire, et non un élément de sa vie.

L'âme du Vin, que je vous invite à lire à la fin des ces quelques paragraphes, est d'ailleurs une véritable hymne au talent des vignerons, à la force que le vin donne à ceux qui en consomment et aux joies qu'il procure. Pis, il est ici question de la symbiose qui unit l'homme et le vin. Lumière, chaleur et vie sont autant de thèmes optimistes qui se dégagent de ce poème.  

En effet, l'âme du vin, bien qu'emprisonnée sous sa "prison de verre (...) chantait dans les bouteilles (...) un chant plein de lumière!"

Dans la deuxième strophe, elle glorifie et magnifie le travail du vigneron, mettant en lumière le courage de ce dernier qui "peine" et y laisse de la "sueur". Elle sait aussi la difficulté de concevoir un vin, et lui est reconnaissante de lui donner la vie.

L'âme du vin ne craint pas la mort. Bien au contraire, ce moment où elle "tombe" la comble d'une "joie immense" puisqu'elle revigore l'"homme usé par ses travaux" et lui redonne vie. L'âme du vin embellit sa propre mort (symbolisée par les "froids caveaux") par des termes qui lui sont généralement antagonistes: "joie", "chaude", "douce". L'âme du vin ne fait-elle pas preuve également d'un délicieux mélange de libertinage et d'insolence?

Le vin est en outre synonyme de fête ("les refrains des dimanches") et de satisfaction personnelle lorsque bien fait ou bien choisi ("les coudes sur la table (...) tu seras content").

Redonner espoir, confiance et vie sont autant de vertues que le vin revêt et de missions qu'il s'octroie. "A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs".

L'"amour", puisqu'il ne s'agit pas d'autre chose, entre l'âme du vin et l'homme atteint son apogée dans la dernière strophe. L'acte sexuel est patent ("en toi je tomberai", "la poésie qui jaillira vers Dieu"), la fusion entre l'homme le vin (sous la protection divine) est inéluctable: en découle les plaisirs que chacun y trouve.

L'âme du vin

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles :
« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

« Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l'âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

« Car j'éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

« Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l'espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

« J'allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L'huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

« En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l'éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! »

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal.

mercredi, 21 février 2007

De l'art de carafer.

medium_vin-briques.jpg
Vin resté en carafe.

Carafage et décantage ont été maintes fois abordés sur vinsurvin. Difficile d'établir une règle surtout lorsqu'au fil des ouvertures de bouteilles, l'on se rend compte qu'effectivement, on a bien fait de, ou on aurait dû carafer tel ou tel vin.

Cet hiver, par exemple, je me rends compte que je carafe systématiquement les vins de Côtes du Rhône, jeunes et moins jeunes. Ainsi que les Sud-Ouest. Idem avec le Languedoc (Faugères, Saint-Chinian, Minervois, Terrasse du Larzac...). En même temps, pour être franc avec vous, 90% des vins de ma cave sont millésimés entre 2000 et 2005, mes plus vieux millésimes en caves n'allant pas sous 1989/1990, années de l'achat de mes premières bouteilles à moi. L'ensemble se déclinant ensuite sur des millésimes de 1996, puis 1999 pour les premiers "grands" Bourgogne. 

Le but de cette chronique n'étant pas d'aborder le carafage en tant que tel mais de vous proposer un certains nombres de photos de carafes, pour le plaisir des yeux, je vous laisse néanmoins aller faire un tour sur le site de l'excellent Emmanuel Delmas, sommelier à Paris, qui, à travers ce podcast, nous délivre une jolie scéance de carafage.

Contrairement aux idées reçues, ce sont les vins jeunes qui ont le plus besoin d'être mis en carafe avant d'être servis! En dehors des caractéristiques propres au carafage, avouons que l'objet en lui-même apporte une touche visuelle et raffinée non négligeable à la présentation générale de la table, à condition bien sûr de ne pas servir le vin dans des verres à moutarde ou tulipes! Voilà donc une belle habitude à prendre, et de beaux objets qui jouent avec les sens: la vue, le toucher, le goût. Où trouver ces carafes? Me contacter!

medium_open_up.jpg
OPEN UP
Une carafe à vins jeunes dont l'ergonomie garantit un service de précision.
medium_EXPLORE.jpg
EXPLORE
Les vins jeunes, blancs ou rouges, sont parfaitement adaptés à cette carafe toute en rupture. Le vin s’aère en tournoyant dans le col, puis en étant soumis à une large surface d’oxygénation. Le service se fait naturellement en glissant le pouce dans la cavité prévue à cet effet.
medium_OPENING.jpg
OPENING
Cette carafe permet, grâce à une grande surface d’oxygénation, de décanter les vins jeunes, blancs ou rouges. L’idéal est de laisser reposer le vin une ou deux heures avant le service qui est facilité par l’extrémité biseautée du col de la carafe.
 
medium_caraffe_vin_vieux.jpg
TECHNICA, vins vieux.
Vin blanc ou vin rouge, faites votre choix! Deux bouchons de couleur différente permettent de souligner l’éclat de chaque vin. Pour décanter un vin jeune, il est conseillé de verser la bouteille en maintenant la carafe à la verticale. Pour un vin plus mature, il est préférable de transvaser délicatement le vin en la penchant légèrement.
medium_caraffe_vin_vieuxgrand_final_280€.jpg
GRAND FINAL, vins vieux.
Cette carafe unique est destinée à la décantation des grands vins rouges. Elle est issue d'une série limitée qui est l'oeuvre d'un maître verrier. Soufflé à la bouche selon un savoir-faire ancestral, elle est en pur cristal et offre un écrin d'exception aux vins les plus fins qui atteindront ainsi leur apogée.

Du Vin et Des Femmes. De Jadis à Nos Jours.

 

medium_L_alliance_de_l_amour_et_du_vin_Jean-Marc_Nattier_1744.jpg
L'Alliance de l'Amour et du vin, Jean-Marc Nattier (1744)

Au cours des temps la condition de la femme a évolué en France par paliers. Le regard des hommes et que la société leur portent lorsqu'elles ont un verre à la main est lui aussi passé par de nombreuses phases. Selon les civilisations que notre temps a traversé, le vin n'avait ni les mêmes vertues, ni la même représentation. Surtout auprès des dames.

Madame Necker, l’austère épouse protestante du Ministre de Louis XVI disait à propos de sa fille, Madame de Staël qui a marqué son siècle: “Il y avait les femmes d’autrefois et il y aura les femmes d’aujourd’hui” S’il est un domaine qui était inaccessible aux femmes, c’était bien celui du vin. Les femmes appréciant le vin s'apparente aujourd'hui à une nouveauté, un phénomène sociétal dans le sens où il y a encore très peu de temps alcool et cigarette entre les mains d'une femme pouvaient être considérés comme des marques de vulgarité. Cependant, les femmes qui portent un intérêt grand et modéré pour le vin font aussi (et surtout) preuve de raffinement. Comme à l'époque des gaulois, en somme.

L'AOC inventé par les égyptiens! Les médecins égyptiens bien avant Hippocrate préconisaient le vin pour calmer la colère des hommes et apaiser les chagrins des femmes. À la cour des pharaons les vins étaient présents dans des amphores. Le millésime, la provenance et le nom du producteur étaient consignés. Une traçabilité s'apparentant une véritable appellation d'origine contrôlée! 
Cléopâtre utilisait ses charmes et ses vins pour séduire ses amants. À Rome ses adversaires l’ont accusé d’avoir perdu Antoine par le vin et l’amour.

Pas de vin pour les athéniennes. Chez les Grecs, il était d’usage d’organiser de grands et longs banquets divisés en deux temps, on mangeait puis on continuait par le symposium qui consistait à boire beaucoup en bonne compagnie de danseuses, de chanteuses, d’hétaïres et de jeunes garçons. Les femmes légitimes et les concubines ne sont pas invitées à ces agapes, puisqu’elles ne peuvent boire du vin!


Un French kiss pour alcootest chez les Romains! Chez les Romains, c’est beaucoup plus sévère, le vin est interdit aux femmes. Elles risquent la peine de mort si elles transgressent cette loi. Le maître de maison, le pater familias vérifie en embrassant la bouche des femmes qu’aucune odeur de vin n’apparaît. C’est l’ancêtre de l’alcootest actuel. Imaginez la scène aujourd'hui mesdames! "Gendarmerie nationale, contrôle d'alcoolémie, veuillez me rouler une pelle s'il vous plaît." "Mais bien sûr. Monsieur l'agent veut que je vérifie s'il est bourré?" 

Au cours des orgies, l’ivresse était un élément indispensable, mais les femmes des foyers romains n’y participaient pas. Comme en Grèce ce sont des prostituées qui sont de la fête.
Plus tard cette interdiction semble levée puisque sur des peintures retrouvées sur le site de Pompéi, il apparaît que des femmes et des hommes mangent et boivent ensemble à demi couchés dans le triclinium (salle à manger).
Le vin coule d’une amphore et une femme porte une coupe à sa bouche dans la scène de la “Maison des amants chastes”.
Chez les Gaulois la consommation du vin est plus répandue qu’à Rome, mais là encore il existe un clivage social; seules les femmes de la haute société participent aux banquets ou le vin est bu avec les mets les plus raffinés qui sont à base de paon ou de cygne. Ces volatiles seront remplacés plus tard par l’oie et la dinde. Ce dernier n'ayant rien à voir avec les femmes, évidemment.

Remède contre le chagrin de ces dames, outil de charme et de pouvoir, objet de toutes les dérives, fruit défendu, marque de raffinement, le vin demeure un élément à part dans nos sociétés et poursuit son bonhomme de chemin auprès des femmes. Mais comme le dit le proverbe bourguignon: le vin de Bourgogne fait beaucoup de bien aux femmes, surtout quand ce sont des hommes qui le boivent.

La semaine prochaine, quel vin pour séduire un homme? me séduire?

mardi, 20 février 2007

AU PERE POUCHET - Paris 17.

medium_auperepouchet01.jpgIl faudra être dans le coin, rue Navier, pour franchir le palier de ce bistro-resto bien de Paris! Car la rue Navier, perpendiculaire à l'avenue de Saint-Ouen, n'est pas ce qu'il y a de plus fréquentée! A deux pas de la Porte de Saint-Ouen, il y a plus glamour également pour aller déjeuner. Quand bien même. Je vous mets au défi de me trouver trois restaurants potables rue des Abbesses ou des Batignolles. Loin de l'ambiance branchée des derniers sités, ce quartier du 17ème (N.E.) flirte avec le périphérique et il fait bon entendre des accents de citoyens venus de Saint-Ouen au bar. Ambiance "A la Petite Semaine" avec Gérard Lanvin, Jacques Gambin et Clovis Cornillac. Mythique tranche de vie.

On est une bande de potes... Au Père Pouchet, on passe un moment comme cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Difficile alors,  malgré la situation géographique du lieu, de ne pas coucher quelques lignes ce matin sur vinsurvin. Peut-être faudrait-il publier le Guide des Restos Paumés dans Paris? Un acceuil amical, fraternel, rock'n'roll. On ne s'embarasse pas des "vous" chez le Père. "Qu'est-ce que tu bois avec ça mon grand?" "Je m'occupe de toi!" "Tout va bien, tu passes un bon moment?" Ils me prennent pour un grand critique gastronomique ou quoi? Ont-ils été prévenus que j'allais écrire quelques lignes sur vinsurvin et que la note risquait d'être salée? Croient-ils que je sors de dépression?  L'impression qu'on se connait depuis la 6ème domine. Sans tomber dans la familiarité, sans en rajouter, sans être lourdingue.

Vignerons locaux. Côté assiette, quelques spécialités du chef: cuisses de grenouilles, camembert rôti aux amandes, cassolette de petits gris, pièce du boucher, bar grillé, macarons maison. Mon bourguignon maison accompagné d'un verre de Rully 2002 firent de moi un homme heureux. Viande de très belle qualité. Fort convenable également ce bourgogne malgré le contenant, sur pied certes, mais rédibitoire quand de jolis verres à bourgogne prônent sur l'étagère en face... On la joue moins raffiné le midi je présume. Quoiqu'il en soit, difficile de faire la fine bouche dans un restaurant qui offre une carte de vins sélectionnés auprès de producteurs locaux, brassant un très grand nombre de vignobles français, et d’un très bon rapport qualité / prix.

Par ailleurs, Au Père Pouchet sera idéal pour aller boire l'apéro entre potes. Et je ne dis pas ça pour l'Happy Hour de 19h00 à 20h00... Le père Pouchet (comme le Père Fouettard Porte Lescot, fut un temps) aura sans aucun doute eu un effet boeuf sur moi et ceux qui m'accompagnaient.

Le Père Pouchet. 55, rue Navier 75017 - Tel: 01-42-63-16-73, M ligne 13, Guy Môquet ou Porte de Saint-Ouen. Bus 81.

lundi, 19 février 2007

Du rififi chez les (crus) bourgeois.

medium_pub_bordeaux.2.jpg

Article paru dans le Journal Sud-Ouest du 9 février 2007. 

C'est un coup de tonnerre qui a retenti hier dans le ciel de la viticulture médocaine. Jean-Pierre Valeins, le commissaire du gouvernement de la cour administrative d'appel de Bordeaux, a demandé l'annulation intégrale du nouveau classement des crus bourgeois des sept appellations du Médoc, ainsi que celle de l'arrêté ministériel l'ayant homologué en 2003. Selon le magistrat, le jury de professionnels chargé d'effectuer la sélection des châteaux n'offrait pas les garanties d'impartialité que les candidats étaient en droit d'attendre. Devant les juridictions administratives, les avis des commissaires du gouvernement à l'inverse de ce que laisse entendre leur titre, ils ne représentent pas le gouvernement mais disent le droit sont en règle générale suivis par les juges (1).
Si tel devait être le cas, ce serait donc un retour au classement de 1932. Il y aurait à nouveau près de 420 crus bourgeois, alors que leur nombre avait été limité à 247. Le classement 2003 avait non seulement réduit de 40 % le nombre des crus bourgeois mais il avait instauré trois grandes catégories : les crus bourgeois exceptionnels, les crus bourgeois supérieurs et les crus bourgeois. La sélection s'était effectuée sous l'autorité de la Chambre de commerce de Bordeaux, avec le concours de la Chambre d'agriculture et de la Fédération des grands vins de Bordeaux. Ce n'est pas la lisibilité de ce classement ni la volonté de distinguer les meilleurs qu'a remis en cause hier le commissaire du gouvernement mais la façon dont avait été constitué le jury.


Illégalité. Ce dernier était composé de 18 membres, dont 4 personnalités directement intéressées en qualité de propriétaire, de fermier ou de fils de propriétaire. Au total, neuf châteaux étaient concernés, dont la plupart avaient été promus cru bourgeois exceptionnel pour l'un, cru bourgeois supérieur pour plusieurs autres. « C'est presque le quart des membres du jury qui était juge et partie », a relevé le commissaire du gouvernement. Le magistrat a rappelé que la jurisprudence considérait qu'un tel type de classement était entaché d'illégalité à partir du moment où le choix de certains membres du jury était de nature à mettre sérieusement en doute son impartialité.
En novembre 2004, le tribunal administratif de Bordeaux avait déjà retenu cet argument pour annuler le déclassement de 75 crus initialement recalés pour qualité insuffisante, tout en demandant qu'une session de rattrapage soit organisée dans des conditions ne prêtant pas flanc à la critique. Mais il n'avait pourtant pas invalidé le classement des 247 autres crus bourgeois. Hier, le commissaire du gouvernement a sévèrement critiqué ce premier jugement en affirmant que le classement 2003 des crus bourgeois constituait une décision indivisible. Elle ne pouvait être acceptée ou rejetée qu'en bloc.


Inextricable. Le contentieux soumis à la cour administrative d'appel a été initié par plusieurs sociétés viticoles mécontentes du premier jugement du tribunal administratif. Par avocats interposés, toutes réclament que soit rayé d'un trait de plume le classement 2003. « S'il n'y a pas d'annulation totale, il y a rupture de l'égalité de traitement, insiste Me Eric Agostini, le conseil de la société Porcheron. A partir du moment où la décision du jury est viciée, le vice est le même pour ceux qui ont été classés que pour ceux qui ne l'ont pas été. » D'autant que la session de rattrapage pour les retoqués, dont l'organisation touche à sa fin, pourrait déboucher sur des situations inextricales. « Comment voulez-vous qu'on puisse comparer un cru qui demandait à être classé exceptionnel avec les autres crus exceptionnels à partir du moment où ces derniers ne seront pas là ! », s'exclame Me Magrez.
(1) La cour a mis son arrêt en délibéré

dimanche, 18 février 2007

LE SAVIEZ-VOUS?

medium_roche-solutre-saone_Daniel_Justin_.jpg
La Roche de Solutré.

Saison 1, épisode 9. Quelle différence entre Pouilly-Fuissé et Pouilly-Fumé

1. LE POUILLY-FUISSE. 

Située au sud de la Bourgogne, à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Mâcon, l'aire géographique de l'appellation s'étend sur 4 communes : Chaintré, Fuissé, Solutré-Pouilly et Vergisson.

Issu d'un seul cépage, le Chardonnay (comme le Chablis), le dit Pouilly-Fuissé, parfois surnommé "le roi du Mâconnais" et dont la qualité va de l'ordinaire au sublime, se caractérise par une robe dorée, jaune-or. Produit sur des sols variés, le, ou plutôt les vins du vignoble de Pouilly-Fuissé AOC offrent un éventail d'arômes et de saveurs délicates et subtiles. On note la présence de fruits secs, d'amandes grillées de noisettes ou de miel. Ce vin parfois plus minéral fait corps avec la gastronomie du terroir de production, des grenouilles des Dombes aux volailles de la Bresse voisine, en passant par les poissons de Saône et les fromages de chèvre du mâconnais. Excellent également à l'apéritif, frais, sans cacahuètes et autres produits salés ennemis du vin. 

Mon adresse: Domaine Gérard Valette, 71570 Chaintré.

medium_pouilly.3.JPG 

2. LE POUILLY FUME.

 

Située dans le Centre-Loire (Nièvre), un peu au nord de Nevers sur la N7,  surplombant la Loire, au coeur de la Réserve Naturelle du Val de Loire, Pouilly-sur-Loire est riche du vignoble Pouilly fumé. Le Pouilly Fumé est issu du Sauvignon blanc. A maturité, ses grains sont recouverts d'une pruine grise, couleur de fumée, ce qui explique pourquoi les vignerons de Pouilly parlent entre eux de "Blanc Fumé" pour désigner le cépage sauvignon ou les vins issus de ce cépage.

Le qualificatif "fumé" se rapporte également aux arômes et au bouquet (ou au "fumet") inégalables et reconnaissables entre tous. Un fameux goût de "pierre-à-fusil" se dégage invariablement, fidèle traducteur des qualités inhérentes aux terres calcaires (silex). Mais résumer le Pouilly Fumé à ces caractérisques serait bien réducteur. Car ce vin offre une palette de notes fruitées incomparable. Les agrumes tels que citron et pamplemousse sont particulièrement remarquables, permettant des accords parfaits avec des mets à base de ces fruits, ainsi qu'avec les poissons et crustacés. Pomme verte, anis, fleurs blanches font également partie de la palette d'arôme qu'offrent ces vins splendides. Vin gras, bouche ample, finale longue, beaucoup de millésimes offrent des vins ronds, excellents mais ne réflétant pas exactement ceux que je préfère, la rondeur enlevant un peu de fraîcheur et de fruité.

Mon adresse: Domaine Jean-Pierre Bailly, Les Girarmes, Tracy/Loire.

La semaine prochaine: Les accords mets et vin à proscrire / Qu'est-ce que le vin de glace?

jeudi, 15 février 2007

Les candidats à la présidentielle aiment-ils le vin ?

medium_070215114530_37xobn8d0_dominique-voynet-et-jose-bove--le-6-fevrier-2000--b.jpg
"Ha, Ha, 0,2% des voix au premiers tours, mais on s'en fout, tant qu'on peut boire un coup! "

PARIS (AFP) - La Revue du Vin de France (RVF) publie dans son édition de mars une enquête sur les rapports des candidats à la présidentielle avec le vin montrant que certains, comme Dominique Voynet (Verts), "sont de véritables connaisseurs", tandis que d'autres, "Nicolas Sarkozy en tête, s'y intéressent par obligation".

"Dans tous les cas, le vin ne laisse pas indifférents nos hommes politiques" même s'"ils boivent beaucoup moins qu'avant", constate la revue.

Jeune, la future candidate socialiste Ségolène Royal "ne s'était pas intéressée à un produit souvent réservé aux hommes. Mais l'animal politique Royal, au contact de François Mitterrand dont elle fut la conseillère dans les années 80, a appris que la table et le flacon étaient les deux piliers de l'art de vivre à la française", écrit le magazine.

Désormais, elle "aime" le vin et "évoque volontiers mets et vins, consciente qu'ils font partie d'une identité française qu'elle cherche à incarner". La présidente du Poitou-Charentes, région célèbre pour son cognac, est "une militante du cognac-soda", selon RVF.

Son adversaire UMP Nicolas Sarkozy est "le seul des candidats à la magistrature suprême à fuir l'onction bachique", "il n'en a jamais eu le goût" et "juge l'alcool inconciliable avec un rythme effréné d'activité", selon la Revue. "En fait, il ne boit pas une goutte d'alcool", déclare un proche cité par la revue.

Dominique Voynet est "la plus +calée+ de tous les prétendants", affirme la RVF, "elle peut citer des dizaines de bons vignerons du Jura, et pas seulement des +bio+". Elle est "apparue comme une authentique initiée", souligne la revue.

Selon la RVF, "son cousin altermondialiste José Bové est à peine moins calé".

François Bayrou (UDF) "a mis très longtemps avant de goûter aux vins. Mais sa première expérience a un tour tout personnel", relève le magazine. Il doit au vin "d'avoir vaincu son bégaiement", affirme la RVF en citant des propos du président de l'UDF rapportés par des proches.

(La Revue du Vin de France - mars 2007 - 5,80 euros - à paraître le 23 février)

lundi, 12 février 2007

Chardonnay de la Central Valley: déroutant!

medium_Napa_Valley.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note publiée le 30.09.2006 

LA CALIFORNIE: savoir-faire, ouverture sur le monde et art de vivre.

De même que les clichés amènent les ignorants à voir les Etas-Unis comme un pays de gros abrutis incultes et armés, ou de les considérer à travers le prisme de l'administration Bush, les stéréotypes et les raccourcis ont vite fait de réduire la Californie à son Gouverneur body-buildé, à ses stars de Beverly Hills et aux gangs black armés de Los Angeles. La Californie est à l'origine d'un style très particulier et n'a rien perdu de sa force d'attraction. Comme en témoigne son actualité récente (la Californie est passée à l'offensive contre des groupes automobiles, leur demandant, pour la première fois aux Etats-Unis, de rendre des comptes sur leur contribution au réchauffement climatique), cet état précurseur de l'Ouest américain où vit près d'un Américain sur huit est un véritable laboratoire  de l'Amérique entière. Et il en va de même pour le vin.

Vin blanc californien: tout un art de vivre. 

Le vin appartient à ce style de vie désinvolte, communicatif et créatif. De même que le Californian lifestyle a commencé en 1970 à s'exprimer d'une nouvelle manière, le vignoble local a pris une toute autre dimension. Il est tout d'un coup devenu lui-même une expression de cet art de vivre. Dans toute l'Amérique, seuls les New Yorkais ont également intégré le vin dans leur art de vivre. Les nouveaux passionnés dont l'inventivité n'était freinée par aucune idéologie viticole traditionnelle n'ont pas hésité à se rendre aux sources de l'oenologie: l'Europe. Ils ont travaillé dans les vignes et les caves et ont amassé toute l'expérience et tous les renseignements qu'ils ont pu y trouver. Ils ont été les pionniers de cet ouverture viticole que l'on retrouve depuis dans le monde entier et qui a donné à une toute nouvelle génération de vignerons cosmopolites. (LE VIN, André Dominé).

medium_DSCF0023.2.JPG

Régions et cépages. 

Quatre régions se partagent le plus gros de la production californienne: la Sonoma Valley (De Loach, Santa Rosa), la Napa Valley (Corison Vineyards, St Helena), la Côte Centrale (Eberle, Paso Robles) et la Central Valley (E. & J. Gallo). Dire que l'image de la qualité repose sur une poignée de vins exceptionnels seraient un peu exagéré tant la Californie offre un merveilleux panel de flacons assez bleuffants, et ce, notamment, grâce à une variété de cépages pour une même région sans pareil. Si chardonnay, cabernet et pinot noir apparaissent comme les cépages majeurs, merlot, gamay, gewurztraminer, syrah et surtout zinfandel ont également leur droit de citer.

Quel vin californien acheter?

Il y a encore cinq ans, les blancs californiens autour de cinq, six Euros était plutôt du style butterscotch (caramel rond). En outre, leurs arômes vanillés et boisés étaient souvent trop outranciers pour pouvoir prétendre apprécier le cépage à sa juste valeur. Aujourd'hui, à l'image des vins du monde, les vins américains sont mieux représentés en France. En quantité et en qualité. Le temple du vin à Paris, Lavinia pour ne pas le nommer, en propose une gamme assez large. Il faudra compter 10€ pour se faire plaisir et être sûr de ne pas être déçu. Quoi que. Le palet des amateurs de blancs français s'étant façonné à un goût à la française, les vins étrangers en déroutent plus d'un. Il doit en être de même avec la nourriture sortant des sentiers battus. Il ne faut pas s'attendre à boire un Chablis lorsqu'on ouvre une bouteille de chardonnay californien. Il faut se mettre dans la peau d'un aventurier, voire même d'un pionnier, et se laisser transporter par des arômes et des saveurs auxquels on n'est forcément pas habitués. Se laisser conquérir par l'étranger en quelque sorte. Un vin blanc de la Napa Valley, c'est quand même un peu de Californie dans son verre!  

 medium_sierra_val_2004_chard.jpg

Un vin. 

Le Sierra Valley Chardonnay 2004 est un excellent exemple de chardonnay californien classique avec, en plus, l’avantage d’une bouche marquée par le fruit. Frais, éclatant et moyennement corsé, il offre une vivacité plaisante qui équilibre avec élégance les notes d'agrume et de pomme verte acidulée, accompagnées d’une impression de melon miel et de vanille. Ce vin s’avère le complément parfait des pâtes en sauce à la crème, des fromages doux ou du poulet grillé. Personnellement, j'ai été très agréablement surpris par ce vin et ai apprécié qu'il ne soit pas marqué par de la rondeur. Il en restait un fond le lendemain: doté d'un bouquet extrêmement généreux sur des notes de pommes et de fruits mûrs (pêche, prune), ce vin m'a définitivement conquis!

VIGNOBLES
Les vinificateurs de chez E. & J. Gallo ont sélectionné les raisins dans une vallée située au pied des montagnes de la Sierra Nevada. Située à environ 100 km au nord de San Francisco, Central Valley est une région fertile qui s’étend sur 500 km vers le sud. Les vignobles de chardonnay qui s’y trouvent bénéficient de conditions climatiques idéales. Des journées chaudes et des nuits fraîches donnent une moyenne qui équivaut à un climat modéré. Ainsi, les raisins mûrissent graduellement et développent un caractère plus concentré et de riches arômes de fruits avant les vendanges.

Sonoma Valley: De Loach, Santa Rosa.

Napa Valley: Corison Vineyards, St Helena.

Côte Centrale: Eberle, Paso Robles.

Central Valley: E. & J. Gallo.

medium_piggy_ron.jpgJ'oubliais! Peut-être le plus important. Pour accompagner ce verre de Chardonnay produit non loin de Sacramento, je vous conseille un album du groupe issu de la même ville: CAKE. Et là... si vous n'êtes pas en Californie, vous n'en êtes pas très loin!

 

vendredi, 09 février 2007

Mystic Resto

medium_les_p_tits_joueurs.jpg
Aux Petits Joueurs, Passage de la Main d'or, Paris XI. (Photo Gérard Lavalette

Ce soir, je vous emmène dans le 12ème, enfin, dans le 11ème, du côté du Faubourg Saint-Antoine. On pourrait appeler ça Bastille, pour simplifier. Mais Bastille, c'est vaste et à double tranchant. Vous ne m'en voudrez pas si je ne perds pas mon temps avec les brasseries superficielles qui bordent la place en face de la fnac, puis celle à droite au début de la rue de la Roquette. En revanche, plus loin dans cette même rue, avec un peu de curiosité, passé la rue des Taillandiers, on peut trouvé un café et y manger bien, copieusesement et pour pas cher. Carte des vins très réussie. Bémol: vivement le désenfummage. Cependant, ce soir, on ne va pas par là. Sur la gauche de la rue de Charenton, se trouve cette rue très commerciale, bordée de magasins de meubles. On pourrait s'y enfoncer pour se rendre sur Faidherbe-Chaligny (petite larme nostalgique pour mon ancien quartier...) mais impossible, on a dit F.S.A!

Tradi et copieux. Passer sur le trottoir de gauche et guetter ce tout petit passage tranquille et intimiste appelé Passage de la Main d'Or. Il y a un drôle d'humoriste qui a un théâtre dans le coin. Ce n'est pas lui qu'on est venu voir. Non, nous on va boire un p'tit coup Aux Petits Joueurs. Ne vous fiez pas au nom: Aux Petits Joueurs est un bar-restau qui manie l'ironie aussi bien que Rabelais. Des repas traditionnels, copieux et délicieux. Un choix de vin sobre mais de qualité ainsi qu'une ambiance "parigo" font de cet endroit un lieu convivial où les fourchettes se délient entre deux ballons de rouge.

Aux Petits Joueurs. 8, rue de la Main d'Or, 75011 Paris - Tel: 06 62 32 50 66.

Voyage en Amérique du Sud. Pas décidés à rester manger dans le coin? Il y a pourtant un (vrai) grec à l'angle, ou serait-ce un turc, pas mal du tout, et dont le nom m'échappe. Alors, revenez sur vos pas (vers Bastille) et prenez à droite dans la rue de Charonne. Un des premiers bar-restau est le Bar Zinc. Malheureusement, j'apprends à l'instant qu'il est fermé depuis un an et remplacé par un... sushi. Si ça vous tente. Bon, demi tour. Mince, on va où? J'ai l'air bête moi maintenant. Heu... ah, si, trouvé! Merci mon Dieu! Direction l'Ave Maria. Dans ce restaurant insolite ou mille influences du monde se côtoient, on dîne sous des guirlandes en papier entortillées dans la véritable savane qui a colonisée les murs. Entre vieux disques et meubles chinés, des autels dédiés à Shiva, Bouddha ou la vierge Marie ont été installés. Des bougies squattent les tables contribuant à l'atmosphère... étrange. Mais il ne faut pas s'y fier, la responsable, ancienne brocanteuse peut décider dès demain de tout changer! Le voyage se poursuit dans l'assiette: au menu cocktails et plats de tous pays entre tourte brésilienne, cabillaud sauce au lait de coco, colombo antillais de porc mariné au citron vert ou brochettes de poulet à l'afghane. Carte des vins sud-américaine très satisfaisante. Un accueil digne de ces pays.

L'AVE MARIA, 1, Rue Jacquard, 75011 Paris (métro Parmentier). PLAN.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu