Avertir le modérateur

jeudi, 22 février 2007

L'âme du vin, par Charles Beaudelaire.

medium_707px-Courbet_-_Bildnis_Baudelaires.jpg

Charles Baudelaire, par Gustave Courbet (1848)

Plus connu pour ses consommations d'absinthe que pour celles de vin, Baudelaire réserve néanmoins une place non négligeable au thème du vin dans son oeuvre. LE VIN est un titre d'une section des Fleurs du Mal, composée de cinq textes: "L'Ame du Vin", "Le Vin des Chiffonniers", "Le Vin de l'Assassin", "Le Vin du Solitaire", "Le Vin des Amants". 

Baudelaire, qui a longuement parlé du haschich, en a en fait peu consommé, au cours d'expériences très prudentes et surveillées. Il ne fut pas alcoolique, et sans doute même très rarement ivre. Son ami Le Vavasseur écrit : « Il était naturellement sobre. Nous avons souvent bu ensemble. Je ne l'ai jamais vu gris, ni lui moi. » Et le photographe Nadar, qui fut son intime de 1843 jusqu'à sa mort : « Jamais, de tout le temps que je l'ai connu, je ne l'ai vu vider une demi-bouteille de vin pur. » Le vin est pour Baudelaire un thème littéraire, et non un élément de sa vie.

L'âme du Vin, que je vous invite à lire à la fin des ces quelques paragraphes, est d'ailleurs une véritable hymne au talent des vignerons, à la force que le vin donne à ceux qui en consomment et aux joies qu'il procure. Pis, il est ici question de la symbiose qui unit l'homme et le vin. Lumière, chaleur et vie sont autant de thèmes optimistes qui se dégagent de ce poème.  

En effet, l'âme du vin, bien qu'emprisonnée sous sa "prison de verre (...) chantait dans les bouteilles (...) un chant plein de lumière!"

Dans la deuxième strophe, elle glorifie et magnifie le travail du vigneron, mettant en lumière le courage de ce dernier qui "peine" et y laisse de la "sueur". Elle sait aussi la difficulté de concevoir un vin, et lui est reconnaissante de lui donner la vie.

L'âme du vin ne craint pas la mort. Bien au contraire, ce moment où elle "tombe" la comble d'une "joie immense" puisqu'elle revigore l'"homme usé par ses travaux" et lui redonne vie. L'âme du vin embellit sa propre mort (symbolisée par les "froids caveaux") par des termes qui lui sont généralement antagonistes: "joie", "chaude", "douce". L'âme du vin ne fait-elle pas preuve également d'un délicieux mélange de libertinage et d'insolence?

Le vin est en outre synonyme de fête ("les refrains des dimanches") et de satisfaction personnelle lorsque bien fait ou bien choisi ("les coudes sur la table (...) tu seras content").

Redonner espoir, confiance et vie sont autant de vertues que le vin revêt et de missions qu'il s'octroie. "A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs".

L'"amour", puisqu'il ne s'agit pas d'autre chose, entre l'âme du vin et l'homme atteint son apogée dans la dernière strophe. L'acte sexuel est patent ("en toi je tomberai", "la poésie qui jaillira vers Dieu"), la fusion entre l'homme le vin (sous la protection divine) est inéluctable: en découle les plaisirs que chacun y trouve.

L'âme du vin

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles :
« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

« Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l'âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

« Car j'éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

« Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l'espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

« J'allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L'huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

« En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l'éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! »

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal.

Commentaires

C'est marrant j'ai acheté ce livre la semaine derniere sur Amazon:
http://www.amazon.fr/Du-vin-haschish-Charles-Baudelaire/dp/2842055837/ref=sr_1_1/403-2299546-9751630?ie=UTF8&s=books

Écrit par : Cedric | mercredi, 28 février 2007

Très bon site, je vous remercie de partager vos conseils, et je partage entièrement ce point de vue... Permettez-moi d'insister, oui votre travail est bon, j'ai adoré vous lire... PS : J'attends avec impatience la suite !

Écrit par : Vincave | mardi, 20 avril 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu