Avertir le modérateur

dimanche, 11 janvier 2009

Des vins français buvables à moins de 4€?!

medium_CB066191.jpg

En se balladant dans les travées des supermarchés, l'on trouve pléthore de flacons dont les prix fluctent entre 3 et 4€. Mais que valent ces vins? A qui s'adressent-ils? Présentent-ils un quelconque intérêt pour l'oenophile doté d'un sens du goût élémentaire?

Fronton 2002 à 3,95€. Côtes de Saint-Mont 2004 à 3,75€. Minervois 2004 à 3,49€! Pas cher le vin dans nos supermarchés! Et tous dénommés vins de récoltants! A quoi bon regarder la gamme au-dessus si, pour des sommes très raisonnables, l'on peut acheter du vin autour des anciens 24, 25 Francs (qui, accessoirement, coûtaient moins de 2O Francs avant le passage à l'Euro)? D'autant plus que les vins affichant des prix entre 6 et 9€ n'existent pour ainsi dire pas en supermarchés. L'on passe de suite à la valeur décimale. Alors, peut-on encore boire des bons vins français à moins de 4€?

Pour répondre à cette question, j'ai (une fois de plus) payé de ma personne. Afin de "travailler" dans des conditions les plus proches de la réalité, c'est à dire les conditions se rapprochant le plus fidèlement de celles dans lesquelles mes confrères dégustent et notent leurs flacons (Concours des Grands vins de Mâcon, Wine Spectator, Robert Parker... ), j'ai débouché 10 bouteilles de vin rouge dont les prix étaient inférieurs à 4,00€, et je les ai toutes goûtées, les unes après les autres, à l'aveugle (dans le noir), sur une période de cinq heures. Le résultat est édifiant! J'ai tâché le magnifique canapé en velour blanc, je suis sulfaté à l'excès  et suis au bord de la cirrhose. Conclusion sans appel: les vins à moins de 4€ ne valent pas un cachou. La semaine prochaine, les vins à 100€.

Critères de sélection. Trêve de plaisanterie, contrairement à celle de VINSURVIN, ma cave personnelle se voyant fort dépourvue de petits vins de pays sympathiques (pas que je n'aie que des Romanée Conti), et les invitations chez les vignerons de France et de Navarre se faisant rares ces derniers temps (ils préfèrent monter à Paris !), il ne me restait plus qu'une chose à faire: prendre mon caddie et me rendre dans mon supermarché Champion de l'avenue de Saint-Ouen. Promenade bucolique si l'en est. Tous ces bordeaux à moins 2€ en têtes de gondoles. Que du bonheur.

Critères de sélection (bis). Les critères, donc.

1. Le prix. Objectif, moins de 4€. Et pourquoi pas 3, et pourquoi pas 5? J'essaie de croire encore qu'entre un vin à 3€ et un à 5€, une différence de qualité nette doit se faire. Cependant, sachant que les supermarchés ont leur marge à dégager et qu'à l'achat ils tirent sur les prix, je vous laisse imaginer à quels prix les viticulteurs vendent leurs productions. 

2. Vins de récoltants: l'information apparaît en vert sur le goulot de la bouteille.

3. La sobriété de l'étiquette. Moins on en dit, mieux sait. 

4. "Elevé en fûts de chêne" n'est pas un critère, bien au contraire. D'autant plus que cela ne veut rien dire, à par faire plaisir aux amateurs de vin sans relief. Durée du passage en fût inconnue: 6 ou12 mois, cela n'a pas le même impact sur le vin. Type de chêne inconnu également: neuf, vieux, un an, dix ans? Au final, cette mention peut nous indiquer que nous aurons à faire à un vin sans réels arômes (absences de fruits dûes au bois), sans personnalité et se réduisant à un pur produit stéréotypé. Mais je ne généralise pas.

5. Médaillé à un concours: aucun intérêt quand on voit la tristesse de certains vins ayant obtenu l'or.

Les vins retenus.

1. Fronton, Relais du Comte de Négret, Sud-Ouest, 2002, 12%, récoltant. Elevé en fûts de chène. Jolie bouteille, étiquette orange, habillage sobre.

Robe intense, violette. Nez concentré de fruits rouges évoluant vers des notes de fruits mûrs, et plus complexes, de cuir. Bouche très aromatique, fraîche, presque gouleyante, très bien équilibrée. Un vin bien fait, agréable, tout simplement bon. Un rapports qualité/prix très intéressant.

2. Côtes de Saint-Mont, Duc de Termes, Sud-Ouest, 2004, 13%, vendange à la main, VDQS.

Une jolie robe sombre, cerise. A l'ouverture, nez réservé, presque fermé. Quelques notes de fruits noirs, de pruneaux, peut-être. Je le caraffe une bonne heure. Bouche relativement généreuse, grasse. Notes de bois humide, de sous-bois, de tabac. Sensation d'austérité. Vin fermé. Tannins discrets qui éclosent en finale: assez rustiques. Vin somme toute complexe, puissant, charpenté. Dans le verre (VINAO), des notes de fruits macérés dans l'alcool font nettement leur apparition. Le lendemain, toujours en caraffe, le vin s'est arrondi. Il reste relativement fermé mais s'équilibre convenablement entre fruits mûrs et boisé naturel. Il est encore jeune et méritera deux ou trois ans de garde. Ses rares tannins nous indiquent qu'on ne pourra le garder beaucoup plus longtemps. Offrira-t-il alors plus de bouquet? Evoluera-t-il sur le fruit ou sur des notes plus rustiques? S'ouvrirat-il? En substance, un vin de terroir très intéressant de par sa modestie, sa réserve et le temps qu'il semble demander à l'amateur de vin pour l'apprécier. Du beau travail pour un prix si raisonnable.

3. Château Millegrand, Minervois, Languedoc Roussillon, 2004, 13%, Elevé en futs de chène, médaillé d'or au coucours des G.V du Languedoc Roussillon en 2005.

Un nez  rond de fruits noirs et mûrs, assez agrable, enveloppé dans un cocon de bois assez exéburant, finissant par dominer, voire étouffer le fruit. En bouche, première impression favorable de vin bien fait, soyeux, velouté sur un volume oncteux. Trop même. Le bois prend outrageusement le dessus et les premiers arômes de fruits se font littéralement absents en bouche. Peu de corps, pas de tannins, pas de réelle complexité: un vin un peu stéréotypé. En substance, un vin qui donne l'impression d'être bon. Donc parfait pour des gens peu exigeants.

Conclusion. Sur trois vins à moins de 4€, achetés en supermarché, deux s'en sortent plus que convenablement, le dernier se montrant stéréotypé mais pas "mauvais". De fait, le dégustateur lambda y trouvera largement son compte. Doit-on conclure que les petites appellations, les vignobles les plus modestes conservent leur authenticité et ne répondent pas encore aux sirènes parkeriennes? Cela semble être le cas pour les 2/3.

medium_cartesudouest.2.jpg 
(1) Le Sud-Ouest en deux mots.

Sud-ouest ne constitue pas une seule et même région viticole. En réalité, il rassemble une quinzaine de petits vignobles, bien distincts. Ceux-ci s'étendent de la limite de la Gironde à la frontière espagnole. Ils suivent le cours des rivières, la Dordogne, le Lot, le Tarn et la Garonne.

Certains vignobles sont assez vastes et comptent entre 1 600 et 2 500 hectares. C'est le cas de Gaillac, Fronton et Vic-Bilh (1 600 dont 1 400 consacrés au Madiran). D'autres n'excèdent pas les 1 000 hectares, comme les Côtes-de-Saint-Mont et le Jurançon. Enfin, la plupart ont une superficie très modeste, comprise entre 150 hectares (Lavilledieu et Irouléguy) et 460 (Tursan).

On produit donc ici tous les styles de vins, des rouges charpentés et puissants aux rosés fruités et délicats en passant par les blancs secs et vifs ou encore les doux et liquoreux.
 

 

medium_paysPic01.jpg 
(2) Le Minervois en deux mots.  

Le vignoble du Minervois est l’un des plus vaste du Languedoc Roussillon. Sur près de 15 000 ha de vignes, dont 5000 ha destinés à la production de vins d’AOC, la palette très large de vins de table, de pays et de cépages se complète de trois AOC distinctes : l’AOC Minervois, l’AOC Minervois – La Livinière et le Muscat de Saint Jean de Minervois. 

A côté d’une production assez confidentielle mais de grande qualité en vins blancs et rosés, vous trouverez en Minervois une large palette gustative de vins rouges qui se traduit également sur les tarifs de vente au consommateur. Vous apprécierez tout d’abord dans les premières cuvées (entre 3 et 5 € la bouteille) des caves et domaines du Minervois des vins friands, fruités, gouleyants, des vins de plaisir simple à consommer dans l’année ou sous deux ans. Légèrement rafraîchis (entre 14 et 16°C) ces vins rouges exalteront tous leurs arômes. En montant en gamme (entre 8 et 15 € environ la bouteille), on atteint les vins de terroirs, de vignerons, les cuvées exceptionnelles qui demanderont deux à trois ans pour vous être proposés dans leur plénitude.

VINSURVIN. 17.02.2007 

Commentaires

J'suis a cote du Champion, Av. St-ouen et comme vous avez mentionne le Frontnac a un prix abordable mais que vous n'avez pas indique les prix, je m'demandais si j'avais assez avec 5 euro en poche pour me garer et acheter la bouteille...?? Merci de m'avertir rapidement, je vais faire le tour du quartier en attendant votre reponse. Mais si vous pouviez faire vite, je ne crois pas que j'aurais assez d'essence pour rentrer.

PS: Des fois que j'tombe en panne, ca vous derange pas que je passe gouter un p'tit vin chez vous...?

Écrit par : Sandra | dimanche, 18 février 2007

Hey p'tite soeur, relis le post: il s'agit d'un Fronton, pas d'un Frontnac! (Tu es ivre ou quoi?!). Frontnac, c'est le château à Québec! Le (Canon) Fronsac existe également (tout près de Saint-Emilion) mais le Frontnac, non! Et puis tu n'avais qu'à venir en transport au lieu de nous polluer avec ta caisse qui pue, hey banane!!! Allez grosse bise à toi et à Toronto. A ce sujet, tu peux peut-être trouver un vin du Niagara dans ton LCBO local de Yonge Street (notamment de glace, magnifiques...). Biz et à très vite à Paris! (Ca vient!!!)

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | dimanche, 18 février 2007

Je réitère mon invitation. Venez donc le samedi 19 mai aux Vignobles Mayard à Châteauneuf du Pape : nous inaugurons notre caveau « Art & Vin » en faisant une dégustation verticale de 1995 à 2005. On vous attend !!!

Écrit par : Beatrice Mayard | vendredi, 04 mai 2007

Bonne idée d'avoir fait ce poste. En general on lit les commentaires sur les vins plus élitistes, difficiles à trouver en grande distribution. Cela peut susciter quelques lecteurs à s'interesser d'avantage au contenu du leur verre.

Écrit par : wasabi | lundi, 12 janvier 2009

Voilà un vrai travail d'envoyé spécial !
Merci Fab pour ce travail de défricheur indépendant.
++

Écrit par : Laflute | lundi, 12 janvier 2009

j'ai dégusté, je dis bien dégusté, un minervois 2007 vieilli en fut de chene, acheté a six fours les plages et rennes, le meme, absolument divin .... 3 euros et des broutilles, que je ne regrette pas ... dommage, stock limité

Écrit par : nath | samedi, 08 mai 2010

J'invite tous les amateurs de vin qui n'ont pas le loisir de fréquenter un caviste à visiter mon blog. Je teste les vins de supermarchés. Quelques bonnes surprises!!

Quel vin choisir dans nos supermarchés?

aurelchab.blog.lemonde.fr

Écrit par : CHABERT | mercredi, 29 septembre 2010

votre jugement est tres dur pour le millegrand que pour ma part je trouve exelent

Écrit par : auriol | mardi, 20 décembre 2011

Bien que néophyte, je pense que tous les vins sont buvable et cela dépend des moyens de gout de chacun et surtout les moyens .la qualité se découvre au fil du temps encore il faut avoir les moyens se l'offrir
Merci de me recevoir

Écrit par : nguema nze pierre-claver | samedi, 14 septembre 2013

Bien que néophyte, je pense que tous les vins sont buvable et cela dépend des moyens de gout de chacun et surtout les moyens .la qualité se découvre au fil du temps encore il faut avoir les moyens se l'offrir
Merci de me recevoir

Écrit par : nguema nze pierre-claver | samedi, 14 septembre 2013

Bien que néophyte, je pense que tous les vins sont buvable et cela dépend des moyens de gout de chacun et surtout les moyens .la qualité se découvre au fil du temps encore il faut avoir les moyens se l'offrir
Merci de me recevoir

Écrit par : nguema nze pierre-claver | samedi, 14 septembre 2013

Voilà une expérience amusante, que chacun devrait faire ! Merci pour ce retour

Écrit par : Hélène | vendredi, 20 février 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu