Avertir le modérateur

vendredi, 09 février 2007

Une candidate, un vin.

medium_MG_Buffet.jpg

C'est étrange comme, à première vue, comme ça, à la louche, grosso-modo, je serais tenté d'attribuer certains vins à certaines candidates. Pire, de comparer certaines candidates à certaines bouteilles: question d'image, puisqu'on a pas de menu politique. Facile en effet de faire dans le délit de faciès ou d'associer tendance politique et  style de vin. Mais ce serait faire injure à ces dames. Après tout, qu'en sait-on? Arlette Laguiller a peut-être un beau palais, Marie George Buffet une belle robe et Ségolène Royal de la cuisse? En attendant que Marine Le Pen prête sarment de ne plus la ramener.   Mais, quand même, c'est vrai quoi, comment se fait-il que l'électeur lambda, l'anonyme, l'homme passe-partout que je suis veuille à tout prix associer la candidate du PS avec un champagne ou un grand cru de Bourgogne à la robe chatoyante? C'est dingue ça. Je n'arrive pas à l'imaginer avec un ballon de bordeaux entre les mains et encore moins un muscadet. C'est vrai, je la vois comme ces vins avec beaucoup de bouquet(s), très parfumés et des notes un peu épicées en finale. En bouche, ça se gâte un peu: c'est élégant mais un peu court. Les tanins sont soyeux mais ne promettent pas une garde supérieure à cinq ans. En substance, prometteuse et séductrice à première vue, cette vigne s'avère relativement fade et sans réel intérêt. On craindrait presque avoir à faire à ces vins à la mode: formatés, aux arômes de vanille et boisés à souhait afin de plaire au plus grand nombre. Je serais donc tenté de voter "blanc", normal pour un amateur de vin me direz-vous, mais je m'abstiendrai.

Pourquoi m'obstine-je à l'idée de servir un vin un peu vert, bio et non filtré à Dominique Voyney et un gros rouge à Arlette Laguiller? Serais-je empreint de préjugés? Loin de moi pourtant l'idée de dénigrer ces femmes et de les classer dans des casiers. Devrais-je alors attribuer un beaujolais à la candidate PC, excellent avec un buffet froid? Corrine Le Page, dont la récolte de voix ne s'annonce des meilleures cette année, devrait se corser un peu, gagner en maturité et épicer ses discours.

Reste Marine Le Pen. De la puissance, du corps, genre Côtes du Rhone pour déménageur, mais pas de bouquet, pas de complexité et encore moins de générosité. Et une astringence outrageuse. Un tonneau qui à force de défendre des (espèces de) valeurs franco-françaises s'en trouve classique, stéréotypé, vineux et mondialiste. Sulfaté à l'excès, aigreur et maux de tête assuré le lendemain.

M. G. Buffet: Un Languedoc Terrasse du Larzac. Arrière goût de sinistrose viticole mais beaucoup de conviction.

A. Laguiller: Un Cabernet-Franc, type Cuvée François 1er, du côté de Limeray (37). Prévoir sieste après consommation.

C. Le Page: Un petit rosé de Provence tiré à quelques hectolitres, difficile à trouver, à acheter sur place.

M. Le Pen: Un Passetoutgrain de fond de cuve à 14°, consommé par les autochtones. A éviter dans le Bourguignon.

Ségolène Royal: Baron de Lestac, Bordeaux. Vanillé et boisé à souhait. Coca Cola bordelais.

D. Voyney: Un Chasselas de Suisse Normande (vin bio non filtré de chez un producteur de Neuchâtel).

 

Commentaires

A la moindre baisse de Ségolène Royal dans les sondages, les média nationaux se demandent insidieusement si elle va tenir. Car ce qu’à fait la presse people, l’autre presse est prête à le défaire. Ca va être dur pour Ségolène. Evidemment un désintérêt de l’opinion envers Ségolène rendrait plus facile la victoire annoncée de Nicolas Sarkozy. Dès lors plus besoin de voter nécessairement Sarkozy pour faire barrage à la gauche. Dès lors on peut sans risque voter pour Philippe De Villiers. Comprenant à leur tour tout le parti, sans jeu de mot, à tirer de cette situation nouvelle, Taubira, Chevènement, et même Jospin, annoncent leur candidature, et obtiennent en quelques jours les parrainages nécessaires. Le premier tour voit Philippe De Villiers arriver en tête.
Bien sur il s’agit d’une pure fiction. Toute ressemblance avec une situation ayant déjà existée est fortuite bien que nous ayons conservé les noms de certains protagonistes.

La réalité dépasse la fiction, dit le dicton. Un humoriste imitateur téléphone à la candidate officielle du parti socialiste en se faisant passer pour un important homme politique étranger. Aussitôt la candidate officielle du parti socialiste se laisse aller à des confidences sans prendre la précaution élémentaire de faire vérifier l’identité de son interlocuteur. Il ne fait pas bon confier un secret à cette candidate officielle du parti socialiste là !

Écrit par : soutien | vendredi, 09 février 2007

Pauvre Arlette qui ne sait plus que faire pour financer sa campagne (ou serait-ce son ego qui enfle ?)...
La voilà qui veut vendre des vêtements à son effigie !
C'est en photos sur le blog www.thedino.org et l'article s'intitule "L'ego d'Arlette"

Écrit par : edouard | samedi, 10 février 2007

Merci du tuyau, Edouard: J'achète!!!
PS: Edouard? Heu, Edouard Balladur?

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | samedi, 10 février 2007

Là, ça marche !?! Et le Vicomte ? quel sera sont vin (ne me répond pas les fiefs vendéens !!)

Écrit par : Tiuscha | samedi, 24 février 2007

Les vins français malades de leur œnologie


François TATARD (1932) a participé, dans les années 1960, dans une grande maison de Champagne à l'expérience suivante:
Des bouteilles, prêtes à être munies de leur bouchon de commercialisation habituel ont été goûtées, puis capsulées en deux lots.
Le premier avec des capsules en inox et joint de liège, le second avec ces même capsules mais joints en polyéthylène à garantie alimentaire.
Après dégustations comparées, il apparut nettement, avant une semaine, que les vins à joint polyéthylène de bouchage, avaient rajeuni et perdu toutes leurs qualités mûries par vieillissement.
On constate que les vins, actuellement bouchés par des polyéthylènes expansés serrés, deviennent acides, aigres et sans saveur en assez peu de temps. Les vins chiliens en font la triste expérience imitée, comme d'habitude, par les vins français.
Les chimistes de RHONE POULENC autant que les responsables des grands laboratoires œnologiques n’étaient pas surpris de ces résultats qu’ils expliquaient par la migration bien connue des éthers aromatiques au sein de la matière de synthèse. Ces éthers, en traces non mesurables, ont un pouvoir dissolvant au contact des macromolécules artificielles.

1960 – achat d’une bouteille de vin chez l’épicier de quartier

La recette était simple quand on connaissait les habitudes du commerçant. Lorsque le casier à bouteille était en voie d’épuisement, le livreur venait recharger en empilant sa livraison sur ce qu’il restait au fond du casier. Il fallait, discrètement, fouiller vers le fond et mirer le flacon poussiéreux à l’étiquette défraîchie. Si l’on constatait la présence d’une « queue de renard », bien collée sur le verre, on pouvait être certain du bon choix. Ce dépôt adhésif était le résultat d’une fermentation de vieillissement favorisée par un bon taux d’alcool. Le vin blanc y prenait un goût de Xeres et le vin rouge atteignait des performances de qualité exceptionnelles. Bien sûr, les vins au litre ne permettaient pas cela, mais des bouteilles de vins d’Algérie, très bon marché, étaient capables de ces prouesses. Les professionnels, œnologues avertis, expliquaient que le bas prix de ces vins ne justifiait pas les tripotages des vins « chics ». C’est, peut-être, parce qu’on avait laissé faire la nature qu’on arrivait à cet idéal.

Nos vins sont malades de notre oenologie et de nos vinifications "scientifiques". On citera comme causes de la dégradation de leurs qualités ancestrales :
Les mélanges abusifs de raisins noirs et blancs, les filtrages excessifs, les ajouts d'acides tartriques, les excès des bisulfites, les fermentations malo-lactiques artificielles prématurées.
Ainsi, les vins de Bourgogne ne sont plus tout à fait des vins rouges. Les Beaujolais semblent oublier que le Gamay ne donne pas un très bon vin sans l'alcool nécessaire.
J'ai acheté un excellent VIONNIER du pays d'Oc, le producteur justifiait sa qualité par l'intervention d'un "wine maker" australien.
Alors, soyons modestes et reconnaissons que les anglo saxons sont les meilleurs oenologues du monde.

Écrit par : TATARD | vendredi, 21 septembre 2007

Je serai curieux de savoir qui vous êtes! Etes-vous du métier? Etes-vous un scientifique? Un simple amateur?
Je ne suis pas manichéen. Je ne consière pas les vins que je bois comme des "vins malades". Et je ne suis pourtant pas accro au bio. Beaucoup de ces vins ne sont pas filtrés et les dosages de sulfites sont modérés dans beaucoup de cas. C'est d'ailleurs ue question que je pose systématiquement aux vignerons que je rencontre. A ce sujet, la mention "contient des sulfites" est encore une hérésie de plus de l'AOC, puisqu'elle n'indique nullement les niveaux de dosages, qui varient de 1 à 20!
Je trouve que vous généralisez trop : dire que les vins de Bourgogne ne sont plus tout à fait des vins rouges relève de l'alarmisme et un peu de l'exagération. Les Laroche et Reine Pédauque standardisent peut-être un peu, mais il reste du monde derrière. Je suis le premier à me battre contre les bordeaux standardisés au goût de vanille, mais vous ne lirez jamais sur ce blog que le bordeaux dans son ensemble est imbuvable.
Par ailleurs, ce n'est pas parce qu'un vigneron français n'est pas fichu de trouver un bon oenologue en France que les australiens sont les meilleurs! Et puis, entre nous, les australiens, bonjour la référence! Les connaissances des anglo-saxons sont avant tout théoriques. On ne fait pas du vin avec des formules mathématiques.
Et puis, les anglo-saxons peuvent être les meilleurs "wine makers" du monde, il peuvent aussi avoir un superbe ensoleillement, ils n'auront jamais ni notre terroir, ni le savoir que les vignerons français se passent de père en fils. Quand à leur vin, pardonnnez-moi, mais, j'en reviens.
Je comprends que l'on veuille comparer les vins français à ceux du Nouveau Monde, mais de là les rejeter en bloc...
Cordialement,

Écrit par : vinsurvin (la rédaction) | vendredi, 21 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu