Avertir le modérateur

mercredi, 10 janvier 2007

La Justicière.

medium_zorro_poster.jpg

 

     "Ecoutez, Monsieur, nous n'allons pas nous fâcher pour si peu!", essaya de tempérer l'homme qui faisait 1 bon mètre 90, portait une barbe en collier, un imperméable beige clair et des lunettes de la sécurité sociale. Il avait un côté Inspecteur Gadget. Surtout avec ses cheveux un peu longs et gras.

     "Pour si peu? Non mais écoutez-moi ça!" répondit l'autre client, petit, râblé, ventre protubérant, cheveux rasés, jean's pantashop, tennis Nike, bomber noir (intérieur orange).

     "J'avais la main sur cette caisse bien avant vous, il est donc normal que je j'aie la priorité sur vous, que je m'en saisisse et que j'aille la payer", argumenta, posément, l'homme qui faisait 1 bon mètre 90. "Vous comprenez?"

     Le petit homme râblé cherchait ses mots. Il fit deux pas en arrière, à la manière d'un rugbyman s'apprêtant à transformer un essai, simplement pour diminuer l'angle d'inclinaison de sa tête qu'il lui fallait sacrément hôcher pour regarder le grand homme dans les yeux.

     "D'accord, mais je l'ai vue avant vous," bégaya-t-il.

A ces mots, le grand homme éclata de rire. Son rire semblait saccadé mais l'intervale entre chaque "ah" était extrêmement régulier, comme calculé, maîtrisé.

     "Voyons, mon vieux," dit-il, "ceci n'est pas un argument! Ce qui compte, de facto, c'est qu'on ait le produit dans les mains. Et vous, tout ce que vous avez dans les mains, c'est un..." Il s'interrompit et chercha le terme adéquate. "Une besace? Une musette..."

     "Une sacoche," coupa le petit homme. "Bon sang, mais, j'ai toute ma belle-famille qu'arrive de Calais dimanche. J'fais un bourguignon, et du bourgogne à 1,35€, j'en trouverai pas ailleurs. Du bon en plus! Alors, bon, faites un effort quoi!"

     "Je suis navré mon bon monsieur."

     "Mais vous là, avec votre imper, vous avez pas besoin des soldes pour acheter du vin."

     "Préjugé. Argument irrecevable. Veuillez circuler, manant."

     "Ni maint'nant, ni jamais! Allez, on coupe la poire en deux, soyez pas vache quoi..."

     "Epargnez-moi ces familiarités, mon vieux. Hors de mon chemin, scélérat!"

Une femme, également de petite taille et à la surcharge pondérale plus que doûteuse, avait suivi la conversation. Elle s'approcha du petit homme et s'adressa au grand en vociférant:

     "Mais laissez ce vieux croûton. Cherchez pas, il en a méme pas besoin de'c'te vin. Il â jus' vu qu'vous été en train de tourner autour et il l'ô pris rien que pour vous emmerder, çô c'est sûr."

     "Vous êtes du nord, vous?" lui demanda le petit homme, pendant que le grand homme se défilait.

     "Ouè. Eperlecques. Connaissez?"

     "Vous parlez! Ma belle femme est du Portel! Bon, c'est pas'l'tout, mais j'ai encore des courses à faire, et j'ai toujours pas le vin," dit-il en s'éloignant.

     "Le Portel! J'connais! J'été en formôtion lô-bô!" s'extasia la petite dame.

     "Ok, super, faut qu'j'y aille là! Merci, au revoir!" Puis il saisit son sac et longea l'allée, passant sous l'inscription "Vin de Pays de l'Aude à 0,99€ le Litre!!! Difficile de battre un... Champion!"

     "Môsieur'm'demande de'l'laisser ôlors que j'vieeens pour l'éder?" beugla l'Eperlecquoise. "Et si j'lui dis que je sais ou qu'y'en a d'aut' moi du bourgonne à 1,35 dans Champion, i'm'dit encore de m'bôrrer?"

     "C'est pas ce que je voulais dire. Mais je suis vraiment pressé," s'excusa le petit homme. "Alors comme ça, la 'tite dôme d'Eperlecques va'm'trouver du bon bourgonne ô pô cher?"

     "Direc'! Sus moi!" dit la dame tout en faisant un signe de la tête indiquant la direction. "Au fait, moi, c'est Zoé."

     "Jean-Claude."

Clopin-clopante, elle se dirigea d'abord vers une caissière à qui elle chuchotta brièvement quelques mots à l'oreille. La caissière acquiesça. La petite dame regagna le petit homme et lui fit signe de la suivre d'un coup de sifflet peu discret. Elle sillonna les allées, manifestement à la recherche de quelquechose de très précis. Tout à coup, elle se figea.

     "Chuuuut!" fit-elle. "Res'lô. "Pas bouger." 

Caché dans le rayon produits ménagers et autres, derrière les rouleaux de papier hygiénique d'où se dégageaient ces odeurs d'amidon, de camphre et de menthol qui vous saisissent l'appareil nasal et vous asphixie en une fraction de seconde, le petit homme observa la scène. Il vit le grand homme du début stationner son caddie devant les surgelés, faire quelques pas de côté et pencher tout son long dans le bac "produits préparés". A ce moment là, la petite dame s'approcha à tatons vers le caddie du grand homme, y plongea ses mains et se saisit du carton de bourgogne tant convoité. Puis, elle courut retrouver son acolyte.

     "Maintenant, tu vô à la caisse 1, toute à gôche, pace que i't'verra pas é que c'é Monique, une copine, elle est dans le coup."

Ebêté mais ravi, le petit homme remercia la dame et se dirigea vers la caisse sans demander son reste. La petite dame, elle, retourna dans le magasin et s'arrêta auprès de deux femmes qui se disputaient un lot de dix boites de cassoulet à - 80%.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu