Avertir le modérateur

mercredi, 10 janvier 2007

And the winner is...

medium_confluence_Loire_vienne.4.jpg
Confluence Vienne-Loire

VINSURVIN a déjà parlé d'eux. Comme dans ce post du 03 mai 2006. Eux ne font pas parler d'eux. Mais leur vin à eux a l'art et la manière (e) de le faire pour eux. Je veux parler des Drussé à Saint-Nicolas de Bourgeuil. (Rien que Saint-Nicolas de Bourgeuil, c'est tout un programme...)

L'autre soir (ça c'est pour ne pas dire "Hier soir"), pour des raisons d'ordre oenologique, je dois descendre à la cave et en ramener un flacon. C'est la mission qui m'a été attribuée. Oui, enfin, je me la suis attribué tout seul. J'ai bien une petite idée sur quoi remonter (une bouteille déjà, ça c'est sûr) mais je ne verrai aucun inconvénient à ce qu'elle évolue en cours de parcours (c'est mon côté mec super ouvert, pas borné, breton quoi.) La descente en ascenceur n'est pas très rapide (je reste bloqué dedans où j'enchaîne? Pour la narration ça peut être drôle... je vois déjà le tableau dans le Parisien ou 20minutes... En remontant de  sa cave,  cet homme est resté bloqué 24heures - chrono - dans l'ascenceur de son immeuble, avec deux bouteilles de vin comme seules vivres. Il a survécu mais a été retrouvé complètement bourré. "Monsieur, vos sentiments sur cette terrible aventure?" "Il est des nô-ôtre EU, nanana!!!"). J'ai (quand même) le temps d'examiner ma mine dans le miroir et de me trouver toujours aussi beau, ça va sans dire et de me réjouir de ce petit périple au "moins un". Une fois la grosse porte du cellier ouverte (une tonne), une odeur très agréable de pierre, de bois mais aussi de fraîcheur me saisit les narines. D'un coup d'allumette, j'allume la lampe à gaz. Une lumière faible mais diffuse vient alors se poser sur le culot des bouteilles de la rangée de gauche (12OOO bouteilles, ça s'organnise... 120? Ah, bon, alors, 120. Heu, 1200? Non 120? Alors 120). C'est celle des vins à ne pas toucher (tu touches, t'es mort, c'est bien simple. Je suis ouvert mais faut pas'm'chercher non plus). Ils vieillissent tranquillement. D'ailleurs, Hippolyte, 2 ans 1/4 dit qu'elles "font dodo". Je me tourne ensuite vers quelques flacons espagnols. Comme ce Bodegas Arrocal, de la Ribeira del Duero, mais: millésime 2005, et 14°. Un Bodegas Valdelosfrailes 2001 aussi. Pas pour ce soir. Mes yeux se tournent vers un joli Corbières, mais il ne fera pas l'affaire non plus. Finalement (and the winner is...), ce sera un Saint-Nicolas de Bourgueil 2004 de chez David et Nicolas Drussé, donc.

Je me souviens de notre dernière visite dans les caves troglodytes de David et Nathalie. Pendant la dégustation à la pipette, j'avais été frappé par la variété de parfums et d'arômes et de goûts d'une barrique à l'autre. Par les nuances de structure, de corps et d'équilibre. Le pire, c'est que cette incroyable richesse se retrouve également chaque fois que je débouche une nouvelle bouteille. Il ne s'agit donc pas d'un vin figé, au goût standard et uniforme. Il ne s'agit pas d'un ersatz, d'un clone, d'un plagiat. Il s'agit de cette liqueur issue des profondeurs de la terre que ces vignerons ont su conquérir, concevoir et ciseler pour en faire un bonheur simple et ô combien onirique. Sa couleur est cerise foncée. Vraiment très sombre. Son nez est frais et fruité, sa bouche souple mais pas ronde non plus de par les tannins discrets. Le nez évolue vers des notes plus épicées qu'à l'acoûtumée. En bouche... Le vin développe des notes de cerise comme celles qu'on aime croquer à pleines dents l'été et dont du jus nous nous délectons. Le vin est gourmand, riche, juvénile par sa générosité fleurie et fruitée, mais pas vert. C'est un vin de fête, à partager entre amis, à boire autour d'un simple plat de pâtes par exemple. J'ai été comblé par cette bouteille. C'est ça aussi la force des grands viticulteurs: faire des vins fidèles à leur esprit, jamais figés et ayant le dont de réserver de sacrés surprises. David et Nathalie reçoivent le public avec beaucoup de gentillesse. Un petit coup de fil pour s'annoncer n'est jamais de trop!

"Y'a quelqu'un? Hé, ho! Je suis coincé dans l'ascenceur! Il y a quelqu'un?"

Nathalie et David Drussé, 1 Impasse de la Villatte, 37140 Saint Nicolas de Bourgueil. 02.47.97.98.24 / 06.88.88.77.75 - drusse@wanadoo.fr / http://www.drusse-vindeloire.com/page.php?lang=fr&pag... 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu