Avertir le modérateur

mardi, 26 septembre 2006

FAUGERES: VRAI GENRE.

medium_Faugeres.2.jpg
Photo Bertrand Celce.

Chers amateurs de bon vin! Chacun mettra ce qu'il veut derrière l'adjectif "bon", le but étant de distinguer les bons des mauvais. Et oui, ici, nous faisons dans l'ostracisme! A mort les vulgaires chardonnays servis dans les café parisiens! Pendez les faiseurs de Sauvignon de comptoir! Au pilori les négociants de fonds de barriques! Place à la nouvelle vague, à la subtilité et la complexité. Dieu me garde d'un quelconque ellitisme satisfait! Un vulgaire exemple de prix pour justifier l'humilité dont je me prévaux me semblerait déplacé. Mais j'insiste, il n'est point nécessaire de grimper dans les hautes sphères pécuniaires pour trouver son plaisir. Réservons cela aux incultes manants des salons de moleskine. Je ne me fatiguerai donc  jamais de  signifier à ces établissements français et parisiens qui croient hisser haut les couleurs des terroirs français qu'ils nous servent trop de vins éreintés, misérables et insipides. Je les ai (suffisamment? je ne crois pas!) montré du doigt pour ne pas omettre de distinguer, ne serait-que que lexicalement, les vins mauvais des vins très bons. A y regarder de près, il y a du travail dans la distribution du vin français.  

Aujourd'hui, je vous redirige vers le blog de Bertrand Celce, photographe et grand amateur de vin, blog classé dans le Top 7 de Food and Wine, s'il vous plaît! Bertrand et sa femme aiment à flâner chez les vignerons français. Il en ressort des posts très riches en explications, informations et anecdotes ainsi que de superbes photos. Attention, blog réservé aux anglophiles!  

En browsant un peu les posts, je suis tombé sur un dédié à Faugères, d'où la photo ci-dessus. Je cherchais des photos sur le Domaine des Estanilles, à Lenthéric (34), que j'ai visité cet été et qui a accompagné le repas d'anniversaire d'Hippolyte dimanche dernier. Sans Michel Louison, propriétaire de ce domaine et natif de Tours, l'appellation Faugères n'aurait jamais connu une telle notoriété. Sur une tajine d'agneaux aux abricots et aux épices absolument exquise (et maison, cela va sans dire, n'est-ce pas Dorothée?!), nous nous sommes littéralement délectés du Rosé Prestige de Michel Louison. Une jolie robe brique foncée. Un nez très expressif d'orange sanguine mais aussi de garrigue, de thym et d'épices. Une attaque sur des notes d'agrumes se prolongant vers les impressions aromatiques du maquis. Une bouche gourmande, généreuse et fraîche, sur des arômes de sous-bois, de cigare et d'épice douce. Un vin... bon, pour reprendre les termes de l'introduction, mais en réalité, il faut le dire, assez extraordinaire. Voire sublime. L'accord parfait en outre avec la tajine. Une classe à lui. Un genre à part.

medium_estanilles.gif

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu