Avertir le modérateur

vendredi, 22 septembre 2006

Enfin vendredi!

medium_hippolyte.jpgBon alors ce week-end... j'me lâche. D'abord parce que  c'est l'anniversaire de mon fils adoré Hippolyte (2 ans) et puis parce que je vais aussi fêter ma troisième année sans tabac! Trois longues années. Et pourtant ma Marlbo light, Dieu sait que j'en étais acro. A l'apéro, au café, à la pause, à n'importe quelle heure, au moindre stress, à la moindre émotion, au moindre coup de klaxon... Depuis un moment déjà, la dépendance à la cigarette me gênait. J'en avais un peu marre d'être le fumeur de service, d'avoir à sortir pour la fumer, d'entendre les amis me dire que je pouvais fumer chez eux, les non fumeurs. J'en avais marre de sentir la clope. Marre d'avoir une gorge effroyablement congestionnée les lendemains de soirées, marre d'avoir peur de ne pas avoir assez de cigarettes pour la journée, la soirée, le voyage... Marre aussi de voir les prix s'envoller et ce budget clope ne cesser d'augmenter. Une petite boîte à l'intérieur de mon cerveau ne cessait de collecter des informations allant à l'encontre du tabac et elle allait bientôt ne plus pouvoir les emmagaziner. A ce moment là, je dirais stop. Et puis est venue l'envie d'avoir un enfant avec Dorothée et de faire de notre nouvel appartement un lieu non fumeur. Les amis fumeraient à la fenêtre, ce n'était pas un problème. D'ailleurs, ils insistent pour descendre carrément dans la rue, 6 étages plus bas! Y a t-il un lien direct, je ne puis l'affirmer, mais j'ai pu remarquer autour de moi que les enfants de fumeurs avaient de nombreux problèmes de santé. L'impression qu'ils sont toujours malades. Les premiers jours sans tabac furent très difficiles et la négociation pour le meilleur taux auprès de la banque ne fut pas sans quelques sueurs! Mais au fil du temps, je me félicitais ni plus ni moins d'avoir tenu une journée de plus, d'avoir eu le cran et la force de ne pas avoir cédé. Et chaque jour, chaque semaine qui passaient me renforçaient dans l'idée que je pouvais faire sans tabac et surtout que la vie était la même sans la cigarette. Elle était même mieux puisque je ne toussai plus, retrouvai le goût, l'odorat et l'appétit! C'est suite à l'arrêt du tabac que j'ai redoublé de passion pour le vin. Pas que je me sois mis à picoller comme un trou! Non, j'ai pu mieux appréhender ses différents arômes au nez et en bouche, ses milles et une subtilités du vin, ses complexités. Cependant, je me suis aussi heurté à la frustration des fumeurs qui n'ont cesse de dire qu'ils veulent arrêter et qui n'y arrivent pas parce qu'effectivement c'est extrêmement difficile. Mais qu'on ne dise pas à un ancien fumeur qui vantent les mérites de la vie sans tabac des choses du style "c'est facile pour toi, t'as arrêté" car je leur réponds que c'est plus facile de ne pas arrêter, d'acheter des cigarettes et de se les allumer que de souffrir chaque jour comme un drogué en manque. Au final, je n'avais pas prévu de faire dans les confessions d'un ancien fumeur mais cigarette et alcool étant tellement intimement liés... J'essaie de ne pas jeter la pierre aux fumeurs. Mais on ne peut s'empêcher de penser en effet qu'elle importune lorsqu'elle est consommée sans considération pour les gens que cela gêne. J'ai toujours veillé à respecter cela même si sans m'en rendre compte j'en ai importuné plus d'un. Je crois qu'il est des lieux où les fumeurs doivent savoir ne pas allumer leur cigarette. Je pense aux restaurants, surtout comme à Paris où les tables sont parfois quasimment collées les unes aux autres et où la fumée de vos voisins vous prive de tous les arômes de votre plat ou de votre vin. Sans compter que cela pollue votre atmosphère et lui confère une odeur particulièrement désagréable. Fumer est une liberté et elle doit le rester mais elle ne fait pas partie intrasèque de la nature humaine. Eternuer, tousser ou bailler, oui. C'est pourquoi, elle ne peut régner en maître(sse) dans les lieux publics. En substance, arrêter de fumer n'aura eu que des effets bénéfiques sur ma vie et certainement celle de mon entourage. Et puis, regarder ce petit garçon: ne respire-t-il pas la santé?!

La semaine prochaine: comment j'ai arrêté de conduire dans Paris. ;-)

PLAN NON FUMEUR DU WEEK-END: RADIS ROSE (dans LES DERNIERS COUPS DE COEUR)

Commentaires

joyeux anniversaire et bravo pour la clope... enfin pour avoir arrêté !
moi j'essaye d'arrêter les consoles de jeu mais c trop dur, j'y arrive paaaaas !!!

felicitations pour ton blog !

Écrit par : hadoken | vendredi, 22 septembre 2006

Note vraiment très sympa. J'essaye également d'arrêter après avoir arrêté pendant deux ans ;-)

Écrit par : christophe | vendredi, 22 septembre 2006

Deiz ha bloaz Hippolyte ! Mont a ra mat an traou ganit ? Mad tre ? Tristan zo braz breman ivez ! Merci pour vos clichés de l'Equateur, riches en couleurs. Alors, pas trop dur le retour ? La "grisaille" parisienne, les élèves dissipés, les nouveaux-nés braillards... ? Je vois que tout va bien pour vous, ganeoc'h ivez !! Ar bro Bask zo brav ! On ne ferme jamais la porte... Alors on vous attend ! Adio (ça c'est du basque!) Kenavo !! See you later, tchuss.

Loig, Oanez, Lenaig, Elwenn hag Tristan

Écrit par : Lolet | samedi, 23 septembre 2006

Je pense que je vais suivre le même chemin :)

Écrit par : burger | mardi, 26 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu