Avertir le modérateur

dimanche, 17 septembre 2006

Mort aux gobelets en plastique!

medium_epinettes_2.jpgComme chaque année dans le XVIIème à cette époque, c'était pique-nique ce midi dans le Square des Epinettes (nom d'un cépage pinot de l'auxerrois!) à l'occasion de la fête de quartier. Couvertures sur l'herbe grasse, assis en tailleur, on est venu en famille, entre voisins ou potes. Chacun se fend de sa petite spécialité, de sa petite salade perso, de son bon plan "fromager du quartier". Un groupe de mélomanes et de danseurs/chanteurs animent la fête sous le kiosque à musique. On nous distribue les textes des chansons que l'on va entonner. L'atmosphère est bon enfant, champêtre et ponctuée de bruits de bouchons arrachés à leurs culots d'origine.

Le plastique (pour le pique-nique) c'est fantastique!

Comme tout bon amateur de pique-nique qui se respecte, personne n'avait omis d'apporter sa bouteille de vin. Ici, un Côte de Provence à l'étiquette surchargée. Là, une bouteille de Côte du Rhône ou de Beaujolais dont le dos offre à la vue une grande étiquette blanche sur laquelle apparaissent quelques données commerciales. A ma droite, un "Grand Vin" de Bordeaux 2005... Cependant, ce n'est pas tant le vision de ces quelconques flacons qui choquent mais la présence pléthorique de gobelets en plastique. Peu importe le flacon du moment qu'on ait l'ivresse? Pas d'accord. D'aspects pratique et écologique (quoi que, cela reste vérifiable pour certains), le gobelet en plastique est l'ennemi numéro un du vin. En effet, s'il suffit amplement pour boire de la piquette, on ne me fera pas croire qu'il ne donne pas un goût (de plastique) au vin! Je vous assure que s'il m'avait fallu boire mon Chiroubles dans ce vulgaire objet ce midi, non seulement cela aurait passablement gâché mon pique-nique mais je me serais trouvé fort dépourvu d'un certains nombres de plaisirs que les amateurs de vin voient déjà pointer à l'horizon. La simple esthétique rédibitoire du gobelet n'offre-t-elle pas à elle seule un spectacle pathéthique?

medium_gobelet.jpgDes couleurs, des arômes et de diverses notes  en bouche tu seras privé. 

Blanc ou même transparent, un gobelet ne nous eût pas permis d'apprécier la robe grenat clair aux reflets violacés de ce charmant Chiroubles de Claudie Gobet. Sa forme évasée nous aurait privé de ce nez discret (c'est un fait) dominé par des arômes de fleurs (violette, lilas) et réhaussé par des notes de sous-bois. Qu'en eut-il été de cette bouche souple et gouleillante aux tanins rustiques mais fondus? Et cette finale agréable, aromatique et fraîche? Privés de couleur, privé d'odeur, privé de saveur: le gobelet est un véritable tue-l'amour. Même modeste, le vin apprécie un verre en verre. A proscrire, le verre à moutarde ou à whisky. Un verre à ballon est déjà un bon début! De même qu'on ne fait pas sa valise dans un sac Leclerc, qu'on ne prend pas son bain dans son évier, qu'on ne se brosse pas les dents avec la brosse des toilettes, on ne saurait boire son vin dans un verre en plastique. Le vin: fierté nationale pourtant si méconnue! Quoi boire? Avec quoi? Avec qui? Et dans quel type de verre? La question ne se pose-t-elle peut-être plus.

Le vin n'est pas un accessoire de pique-nique comme le serait la couverture et le pâté, un vulgaire cliché franchouillard que l'on ne saurait oublier par peur de passer pour un ringard ("Oh l'autre, y boit du coca! La honte!"). Pas plus que de boire du "Bordeaux" dans un gobelet en plastique! Symbole de partage et de convivialité par excellence, comment peut-on le négliger de la sorte en le sirottant dans un trivial récipient industriel? Et quid du bruit lorsque l'on trinque?!

Au secours! Dans quel verre bois-je mon vin, alors? 

medium_verre_inao_b_petit.jpgSur votre gauche, le verre INAO (Institut National des Appellations d'Origines). La forme du verre INAO avait été spécialement étudiée dans le but de concentrer les arômes du vin et  répondait parfaitement (croyait-on) à tous les critères pour décrire la robe du vin et surtout l'apprécier à sa juste valeur. Jusqu'à ce que le magazine LE POINT nous en parle sur son site. « Trop petit », « pas bon sur les vins jeunes... » Le verre Inao est aujourd'hui critiqué de toutes parts, et les bons restaurants ne le proposent plus sur leur table. Pourtant, ce verre norme NF V 09-110 a été une révolution à sa naissance, en 1970. A l'époque, chaque région défendait son verre à dégustation : le verre ballon (type porto) chez les Bourguignons, le petit ballon ouvert pour les Beaujolais... Le seul outil standard était le taste-vin en argent, que tous les professionnels portaient sur eux. Avec ses cupules et ses stries, il était parfait pour mettre en valeur la robe d'un vin (et son éventuel manque de limpidité, critère clé pour un courtier en vins). Mais le taste-vin diffusait les arômes au grand vent au lieu de les concentrer. Georges Vedel, à l'époque responsable de l'Institut national des appellations d'origine pour la région Bourgogne, voulut le remplacer par un verre solide et commun à toutes les régions. Il demanda alors en 1968 à une équipe de chercheurs (dont Jules Chauvet) de lui fournir un verre universel, dont le dessin fut déposé en 1970. Mais il fallut une dizaine d'années pour qu'il soit adopté partout. Les partisans de la tasse lui reprochèrent au début de casser et d'être moins pratique. Aujourd'hui devenu standard, le verre Inao est désormais concurrencé par des verres plus grands, qui révèlent mieux les arômes. Les verres sur les tables des restaurants sont en effet un critère dans le choix d'un établissement. Dire que les INAO disparaissent des bons restaurants est une conclusion un peu hâtive dans le sens où ils ne sont pas si fréquents et où, malheureusement, cet aspect est trop souvent négligé par les restaurateurs. Une grande majorité propose le sordide verre tulipe. Quoiqu'il en soit, un pique-nique n'est pas non plus une dégustation de vins pour professionnels. Ce n'est pas mon propos. De fait, ce verre INAO s'avèrera parfait pour vos piques-niques et autres "bouffes" ou même dîners entre amis ou en famille! Son prix quant à lui varie du tout au tout. Vous trouverez facilement un coffret de 6 verres à 35€! Mais, heureusement, les magasins type "Vaissellerie" vous feront les six pour 10€. Par ailleurs, on trouvera - pour les puristes- des verres réservés au type de vin (couleur, région, âge...) qui mettront en valeur les différentes caractéristiques de votre vin et, accessoirement, agrémenteront votre table. Mais, à la faveur des casseurs de vaisselle, restent encore et toujours... les gobelets en plastique!

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu