Avertir le modérateur

vendredi, 27 avril 2007

Touchez pas au Sacré!

medium_touche_pas....jpgIl est des trucs comme ça dans notre culture franco-franchouillarde qui nous laisseraient fort tristes si l'on devait tirer un trait dessus. Souvent le résultat de directives européennes mises en place par des gens qui n'ont que ça à faire, certaines décisions modifient considérablement notre quotidien, nous signifiant au passage que le temps suit son cours (ce qui ne veut absolument rien dire, je vous l'accorde) et que, effectivement, l'expression "c'était le bon temps" est loin d'être usurpée.

Ces petits trucs qui font notre identité, qui se transmettent de générations en générations, qui nourrissent les conversations et finissent par nous rendre nostalgiques ne cessent de disparaître à la faveur de la modernité et du changement, comme si certains dans les hautes sphères étaient fatigués de voir et revoir certains objets leur rappelant, non pas leur tendre enfance, mais au contraire, les pires instants de leur vie. Ces objets, pourtant si discrets et si désuets, leur projettent au visage un temps où ces pseudo-décideurs étaient les rejetons des écoles, les parias des lycées, les fléaux des universités. Alors, comme par vengeance, lorsqu'ils se voient accorder certaines prérogatives ou accèdent au pouvoir, le plus infime soit-il, ils se vengent. Pour ce faire, ils nous retirent, pire, ils tuent des symboles comme pour effacer de leur quotidien les séquelles de leur enfance malheureuse.

La disparition progressive du bouchon de liège est un exemple probant. Si la séparation des nouveaux bouchons (en plastique siliconé) du culot de la bouteille produit encore ce bruit inimitable (quoique une octave en-dessous et sonnant comme plus sourd), son esthétique est elle d'une laideur inégalable. Par ailleurs, il nous prive d'un moment de plaisir absolument incomparable: apporter à son nez le cul de ce bouchon de liège et en sentir les arômes.

A cause de ces nouveaux boucheurs (car je n'appelle pas ça un bouchon), nous voilà handicapés, que dis-je, orphelins d'une étape prépondérante dans la dégustation de notre vin. Des générations de tireurs de bouchons élaborés à partir de nos plus beaux chênes-liège doivent se retourner dans leurs caveaux à l'idée de voir le sort réservé à l'oenophile du vingt et unième siècle. Si ce nouveau bouchon, conçu à partir d'une matière que pas un d'entre nous n'est capable de nommer à première vue, permet de garantir une meilleure capacité d'exportation à nos vins, alors, cela ne nous regarde pas, nous habitants de ce pays. A moins que l'on importe notre propre vin?! S'il permet de limiter le goût de bouchon, alors je crie à l'hérésie et aux économies de bouts de chandelles. Car, rassurons nos vignerons: leur vin n'a que extrêmement rarement le goût de bouchon. Et quand bien même, est-ce un drame? Certes (mais simplement pour la digression), lorsque vous êtes invité chez des gens qui ne se rendent pas compte que leur vin est bouchonné, comment suggérer le léger désagrément? A ce sujet, je me souviens de notre concierge à notre annuel "immeuble en fête" de l'année dernière! Ravie de nous faire goûter un vin portugais absolument imbuvable et s'étonnant de ne pas voir le niveau de mon verre baisser, je dûs improviser: "juste un peu barbouillé aujourd'hui madame Da Costa...". Difficile de lui avouer devant un parterre de voisins l'impression que son vin avait macéré quinze jours dans un fût en liège. A moins que les portugais ne confondent "copeaux de bois" et "copeaux de liège"! (Pauleta si tu me lis, je t'adore.)

Pour revenir à ce fonctionnaire zêlé, je crois que ces jours derniers nous sommes tombés sur un cas sérieux de vengeance personnel. Après avoir essayé de faire disparaître les bouchons de liège de la circulation, voilà que l'on s'attaque aux bouchons-tout-court, pour les remplacer par des bouchons à vis! Là, on touche le fond. Vicieux le boutonneux à lunette à qui je piquais les billes en CM1 (c'est vrai que je l'ai particulièrement martyrisé Yvon Kervelen). Le bouchon à vis! Ce bruit pourtant relativement supportable à l'ouverture d'une bouteille de whisky apparaît comme un véritable tue-l'amour sur une bouteille de vin. Pire qu'un vent d'épouse au lit, ce dernier me donne des sueurs froides, me couvre de honte et m'a même procuré des vertiges lorsqu'il a fallu que j'ouvre un Côtes de Duras la semaine dernière devant un puriste qui voyait en moi une sorte de frère viticole. Nous ne nous fréquentons plus depuis. Alors, telle une Brigitte Bardot des bouchons de liège en voie d'extinction, je pousse un cri et demande solennellement aux influenceurs qui liront cette note d'arrêter le massacre. Naîtra d'ailleurs dans quelques jours, après parution au Journal Officiel, l'Association des Nostalgiques du Bouchon de Liège.

La prochaine étape regardera la défense des plaques d'immatriculation à la française que l'Europe envisage de nous sucrer. Pour des questions d'harmonie européenne, croyez-vous! Mais non, encore un fils à papa en culotte courte brimé en primaire et qui sait que là aussi, s'il parvient à éliminer le numéro de département des plaques (quitte à laisser les quatres premiers chiffres et les deux lettres du milieu, genre 2047 ZT, vous imaginez?), il prendra une revanche assez phénoménale. Mais que celui-là soit prévenu: si je n'entends pas un jour mon fils me demander "Papa, c'est quoi 34?", ou "Papa, c'est quoi 37?", je monte à Bruxelles, muni de quelques bouchons de liège, et ça chauffera pour leur matricule.

Note publiée le 10.09.2006

Commentaires

Ne dit-on pas "mieux vaut tard que jamais" ? Je viens enfin de suivre vos pas en pays "Glatinos". Il était grand temps ! Et surprise, pas moyen d'y glisser un petit commentaire ! (Ah ! technique, quand tu nous lâches... il faudra en parler à l'hébergeur quand même)
C'est pourquoi vous me retrouvez ici (là au moins, ça marche...).

J'ai parcouru votre périple Equatorien, presque dans vos pas, et le regard que vous avez porté sur ce pays m'a anthousiasmé. A la vue des images que vous avez pu rapporter, je me suis senti un peu frustré de ne pas avoir pu rencontrer tous ces gens, ces enfants en particulier, en même temps que vous. Vous pouvez imaginer combien mon objectif aurait pu se "rassasier" de tous ces visages qui restent tellement naturels malgré l'intrusion. Un rêve pour l'amateur de clichés pris sur le vif que je suis.
J'imagine que cette expérience, hors de la norme touristique, a du vous laisser beaucoup de marques.
Merci de nous l'avoir fait partager de cette manière.

Pour revenir un peu dans le thème du présent blog, je dois vous dire que je penserai chaleureusement à vous quand je ferai sauter le bouchon (en vrai liège d'arbre celui-là, j'en suis sûr) du divin nectar que j'ai reçu (j'ai vu Patrice ce W.E.). Mes "oeuvres" photographiques du printemps n'en méritaient pas tant. Je suis très heureux qu'elles aient pu vous faire paisir et ne l'avais fait que dans ce seul but.
C'est donc quelque peu confus que je vous remercie et surtout, continuez à être ce que vous êtes (et à faire vivre ce blog sympathique).
Fabienne se joint à moi et vous embrasse.
Eric

Écrit par : Eric | mardi, 12 septembre 2006

Pour une question de demande trop forte, les pauvres chênes liège n'arrivent plus à fournir, et la qualité en pâtit. Hélas, ce n'est pas une blaque: il y a de plus en plus de vins bouchonnés, même dans la top-qualité :o( Sans parler que le goût de bouchon n'est que la partie émergée de l'iceberg. Le vin peut être juste légèrement altéré (légère oxydation par ex). On croit alors que le vin a été mal conservé, qu'il vieilit mal, etc. alors que c'est ce satané bouchon qui est en cause... D'où hélas le choix de certains viticulteurs fatigués de voir leur production massacrée par les bouchons en liège de passer à la capsule à vis. Celle-ci garantit une pureté aromatique et une fraîcheur que ne peut promettre le liège... Et tant pis pour le romantisme...

Écrit par : eric | mercredi, 13 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu