Avertir le modérateur

samedi, 02 septembre 2006

Vin corse: de la bombe!

medium_Domaine_Leccia.jpgOui, je sais, elle est facile. Mais c'est véritablement ce que nous avons ressenti hier soir Chez Ramulaud lorsque, enfin, nous avons pu porter ce beau verre de Patrimonio à nos lèvres.

Tout avait commencé par le choix du restaurant dans lequel nous allions pouvoir nous délecter d'une cuisine soignée et généreuse. La rentrée, ça donne faim! Trouver un établissement proposant une assiette à la hauteur de ce que nous espérons n'est pas difficile. Trouver un restaurant offrant une carte des vins digne du nom l'est plus. Comme c'est le cas dans de (trop) nombreux établissements français. Alors, pour ne pas se tromper, direction le Faubourg Saint-Antoine. Mon opinion ne cesse d'évoluer au fur et à mesure de mes passages dans ce restaurant du 11ème arrondissement. Hier soir, l'affluence et la lenteur typique de Dorothée pour faire son choix m'ont permis de consacrer un plus de temps à l'étude de la carte des vins et d'y constater un certains nombres de points tout à l'honneur de Gilles Bénart, patron de la maison.

La carte en elle-même est vaste et variée. Les régions de France les plus significatives y sont représentées mais on sent un net penchant pour la Bourgogne, le Rhône et le Languedoc Roussillon. La représentation de ces régions ne se limitent pas à un seul flacon et cela est remarquable. Avoir un Faugères, un Saint-Chinian ou un Pic Saint-Loup sur sa carte est déjà une chose formidable. Mais en avoir trois, quatre (voire plus) à suggérer... c'est du luxe! Et si je venais à dire à Monsieur Bénart que le Beaujolais souffre d'une réprésentation un peu légère (trois bouteilles dont un Fleurie et un Morgon, pas de Moulin à Vent ou de Juliénas), il trouverait bien un argument pour me justifier ce choix du type: "Attends bonhomme, un Morgon comme celui-ci, t'en reboiras pas de si tôt!".

Deuxième chose: le restaurant offre une large gamme de superbes vins entre 22 et 26€. On ne peut pas dire que l'on massacre sur les vins, contrairement à d'autres restaurants qui vous servent des piquettes à 35€.

A noter également le nombre de VDT et de VDP présents sur la carte. En clair, on vous sert du vin de table et du vin de pays! Certes, mais lorsque l'on connaît ses vignerons et ce qu'ils produisent, comme c'est le cas Chez Ramulaud, on a vite fait de piocher dans leur VDT tant certains sont somptueux. J'ai ouvert le VDT de Guilhem Coste (Monade 2001, Saint-Félix de Lodève, Hérault) cette semaine sur un cake aux tomates séchées. Après une aération d'une bonne demie-heure, ce vin de table fut sensationnel. Il faut savoir que la lourdeur et la stupidité administrative font que certains vins ne passent jamais en AOC, dixit Guilhem Coste.

Enfin, notre choix se porta sur un un vin corse, celui de Yves Leccia, qui se situe dans la région de Patrimonio (tout en haut de la Corse!). J'ai d'abord l'impression de boire un vin oscillant entre Languedoc et Italie, notamment pour son corps, voire son opulence, et sa concentration. Nous ne sommes pas sur de la syrah, du grenache et du carignan, cher oenologue... mais sur du 100% Nielluccio. D'une robe rubis profond au reflet grenat, il ne révèle pas en premier lieu les notes de fruits (mûre et cassis) que l'on s'attendrait à rencontrer. Non, dans les premiers instants qui suivent le carrafage, la bouche est marquée par des tanins relativement puissants mais qui se fondent délicatement pour laisser place à une certaine fraicheur. C'est dans la demie-heure qui suit que le vin se révèle pleinement: l'attaque est devenue extrêmement délicate, veloutée, presque sensuelle et les tanins sont soyeux. Les arômes m'emmènent-ils vers des notes de cacao, de tabac ou de cuir? Ce n'est pas le parfum surdosé de cette demoiselle qui passe à mes côtés qui va m'aider. D'autant plus qu'il sent mauvais. Le vin est complexe, assez déroutant, et demande du temps pour en subir toutes les subtilités. Un soir ne suffira pas. C'est tant mieux. Des fruits très mûrs comme la prune ou la quetche font leur apparition pour s'effacer au détriment des saveurs du maquis, du thym et de l'épice. Dorothée me dit: "C'est exactement ce que j'avais envie de boire ce soir." Tout est dit.

 

Commentaires

Faut dire que tu n'es pas tombé sur le mauvais producteur de Corse, mais sur l'un des meilleurs (pour ne pas dire LE meilleur). Mais bon, d'une façon générale, c'est une région intéressante avec une bonne qualité générale...

Écrit par : Eric | lundi, 04 septembre 2006

Cerise, Eric, toujours dans le quartier: cela fait plaisir. Toutes mes amitiés à vous deux. Et encore félicitations pour vos blogs!

Écrit par : Fabrice | lundi, 04 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu