Avertir le modérateur

dimanche, 09 mars 2008

Brasseries Art Nouveau: pour le décor!

medium_artnouveau.jpg
 
medium_005.jpg

La Fermette Marbeuf, Paris 8.  

Note publiée le 1er juillet 2006. 

Je suis le premier surpris! Habitué des lieus intimistes perdus au milieu de nulle part, des restaurants petit-formats à cuisine inventive, des bouis-bouis chiliens ou marrocains planqués entre le 10ème et le 20ème, les grands établissements parisiens également appelés brasseries me semblaient peu attirants.  Les immenses salles touristico-populaires brassant des tables d'américains extravagants et bruyants, s'exclaffant bouches pleines, et postillant moult terrines ne pouvaient en aucun cas attirer ma sympathie. C'est par un concours de circonstances que je me suis retrouvé attablé mercredi soir dernier à la Fermette Marbeuf. En compagnie de Dorothée.

Ce qui séduit de facto est naturellement le lieu en tant que tel et sa décoration Art Nouveau. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ces grandes brasseries parisiennes sont si convoitées: ces salles immenses aux sublimes et riches décors nous plongent dans le Paris des années 1890-1914. Ah, la Belle Epoque! Des lieus fréquentés par les âmes de Gustave Klimt, de Gaudi et peut-être même de Gatsby le Magnifique.

En 1898, la Fermette Marbeuf est une simple salle à manger d’hôtel ; Mr Hurté, jeune architecte de talent et le peintre Wielhorski réalisent un authentique décor de l’Art Nouveau. Tombé dans l’oubli, il sera redécouvert, par hasard, lors de travaux en 1978. La Fermette Marbeuf 1900 est, à deux pas des Champs-Elysées, un lieu unique à admirer, classé monuments historiques.

L'autre grande surprise réside dans le respect du classicisme gastronomique français. Un tantinet ringard mais professionnel, le service ne souffre d'aucun défaut particulier. Les serveurs ont même un certain sens de l'anticipation. Le service est fait promptement. Les deux plats arrivent en même temps. Le magret est rosé et non à point comme c'est trop souvent le cas. Le vin (un honnête 1ère Côte de Blaye 2003) arrive chambré et non chaud. Dans l'assiette, rien de Nouveau ni d'artistique mais on y déguste des grands classiques tels que le feuilleté aux escargots-beurre d'ail soufflé, rognon de veau "grand mère", brioche façon pain perdu caramel au beurre salé... La crême brulé arrive froide malheureusement. Ceci dit, elle est à la vanille et non à tout et n'importe quoi comme certains établissements les proposent, se croyant originaux.

En substance, on passe un très bon moment parce qu'on y mange bien, parce qu'on y est bien traité et parce que l'endroit est vraiment très joli.

Accessoirement, l'Art Nouveau s'exprime dans une myriade d'endroits à Paris. De nombreuses entrées de stations de métro sont en fer forgées (comme celles des Abbesses par exemple). L'escalier en fer forgé, le dôme, la balustrade des Galeries Lafayette furent construits en 1913 par Louis Majorelle. On trouve au 29, avenue Rapp une façade d'immeuble construit en 1901. L'intérieur du restaurant Maxim's fut construit en 1899. L'intérieur du restaurant le Train Bleu, Gare de Lyon, est Art Nouveau. Sans oublier les mythiques Chez Chartier et Montparnasse 1900.

medium_004.jpg
La Fermette Marbeuf, 5 rue Marbeuf 75008 Paris - Tel: 01-53-23-08-00 - 12h à 15h - de 19h à 23h30
medium_chez_Chartier.jpg
Chez Chartier. 7, Rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris - Tel : 08 26 10 07 93
medium_montparnasse_1900.jpg
Montparnasse 1900, 59 bd du Montparnasse, Paris 6.

Rediffusion. Note parue le 24.01.2007.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu