Avertir le modérateur

lundi, 26 juin 2006

Pouilly Fumé: du bonheur assuré!

medium_DSCF0003.JPG 
Entre Cosnes-Cours-sur-Loire et La Charité-sur-Loire, sur la N7, Sancerre à l'ouest, Pouilly-sur-Loire à l'est.

Chardonnay ou Sauvignon? 

Après avoir vanté les bonheurs épicuriens qu'offraient les vins de Chablis, je me voyais dans l'obligation d'aborder celui que l'on pourrait (en tant qu'amateur) considérér un peu comme son cousin, même si on lit parfois "concurrent". Ne nous méprenons pas! Si parfois les arômes et la minéralité de l'un ou de l'autre peuvent nous faire hésiter sur leur identité, difficile de les confondre une fois en bouche. En fait, le lien de parenté est purement hédoniste! Leur point commun réside effectivement dans le plaisir que ces deux Maîtres que sont les cépages Chardonnay et Sauvignon peuvent offrir lorsqu'issus des meilleures maisons.

Sauvignon: complexité et finesse. 

Le cépage sauvignon possède des arômes extrêmement intenses. Dans sa jeunesse et lorsqu'il est vendangé prématurément, il exprime des notes végétales et herbacées caractéristiques. Sur les rives gauches et droites de la loire, entre Sancerre et Pouilly-sur-Loire, de même qu'autour de Reuilly, Quincy et Menetou-Salon (bien à l'ouest de Sancerre), le sauvignon peut déployer une intensité complexe et une finesse que l'on retrouve rarement ailleurs, ou alors, à Chablis!

Pouilly Fumé: un bouquet et une bouche exceptionnels. 

Le sauvignon occupe trois terroirs distincts du Sancerrois, mais les vins sont souvent issus d'assemblages de plusieurs sites. A l'ouest dominent les sols argileux et de marnes calcaires d'où proviennent les vins les plus rigoureux. Autour de la ville elle-même (perchée sur une colline), on trouve le silex qui transmet au vin la fameuse odeur d'éclat de silex aussi appelée pierre à fusil qui rappelle l'odeur d'une allumette que l'on gratte.  Entre les deux zones, la présence de cailloux et de calcaire permet d'éléborer les vins les plus délicats de l'appellation. Difficile parfois de faire la différence entre certains Pouilly Fumé et Sancerre tant les premiers peuvent également développer cet odeur de pierre à fusil. Cependant, le vin fait autour de Tracy-sur-Loire (comme au Domaine Jean-Pierre Bailly) développe sa propre typicité autour notamment de notes d'agrumes et de douces épices. Comme c'est le cas en 2004 et 2005, ces notes de citron vert, de pamplemousse offrent un bouquet et une bouche exceptionnels. Autre magie de ces superbes vins blancs, les couleurs éclatantes qu'ils offrent! Les yeux, le nez, la bouche sont autant d'étapes à respecter pour apprécier ces vins à leur  juste valeur. Personnellement, je regrette les années où la rondeur s'exprime de façon un peu outrancière (comme 2003, où 2004 en Sauvignon de Touraine.) Attention à ne pas confondre le Pouilly Fumé avec le Pouilly-sur-Loire comme on en sert dans certains restaurants parisiens, essayant au passage de vous faire croire que vous buvez du sauvignon! Ce vin, certes très noble, est conçu à partir d'un cépage en voix de disparition: le chasselas, produit sur 41 ha contre 1094 pour le Sauvignon. Ce dernier n'est qu'un petit vin de pays que l'on servait d'antan dans les café de Paris lorsque vous commandiez "un petit vin blanc", et qui atteint d'ailleurs à peine les 12%! Oui Madame! De même que Pouilly Fumé et Pouilly Fuissé n'ont rien à voir. En effet, la seconde est une commune du Mâconnais bourguignon, où le cépage dominant est le chardonnay.

Guide Fleurus: florilège de commentaires sur certains Pouilly Fumé du Domaine A. Cailbourdin.

1999. Robe or pâle aux reflets intenses et brillants. Nez de fruits blancs, de fleurs et d'agrumes, réhaussé d'une légère note boisée. Bouche minérale, complexe, équilibrée et d'une grande pureté. Fianle longue et fraîche.

2000. Robe jaune pâle aux reflets verts. Nez expressif de fruits frais, d'ananas et de fleurs blanches. Bouche grasse, ample et dotée d'une matière riche, dominée par des arômes exotiques.

Tel que je définirais le Domaine Jean-Pierre Bailly, 2004. Robe dorée, brillante et profonde. Nez expressif d'agrumes, de citron vert. Attaque franche et généreuse soutenue par une acidité friande. Finale longue évoluant vers des notes végétales (verveine) et d'épice douce. (Voir lien vers son site dans "mes 20 sites préférés".

Proposition d'accords mets et Pouilly Fumé sur http://www.vignobletiquette.com/autvin/listplats.php?app=... et sur http://www.winedecider.com/fr/accord-mets-vins/index.htm?...

Proposition d'accords mets et Sancerre sur http://www.winedecider.com/fr/accord-mets-vins/?appSessio...

medium_pouilly.JPG

dimanche, 25 juin 2006

CHABLIS: FRAICHEUR ET AUTHENTICITE.

medium_vaucoupin500.jpg
 

Lorsque j'évoque les vins de Chablis, me vient de suite à l'esprit la cave voûtée des Laroche à Fleys (89). Passée l'épaisse porte en bois, on est immédiatement saisi par la fraîcheur du lieu et par le charme qui s'en dégage. "C'est donc ici que l'on déguste?" "Oui, monsieur!". Issu du cépage Chardonnay (que l'on fait pousser aux quatres coins du monde mais dont les vins diffèrent grandement selon les pays, les régions et les viticulteurs), la géologie de Chablis et des communes avoisinantes est d'une importance primordiale pour la typologie des vins et leur classification (André Dominé, LE VIN, Ed. Place des Victoires). Toujours d'après ce sublime ouvrage un bon chablis est un vrai plaisir, sa robe jaune-vert, son parfum de silex, l'interaction de son acidé, de son corps et de sa nervosité expriment la typicité du terroir. Vin minéral donc (à l'image des vins de Centre-Loire comme les Sancerre et les Pouilly-Fumé) mais n'ayant pour ainsi dire aucun point commun avec eux, les vins de Chablis expriment également de belles notes florales (aubépines, fleurs blanches) et fruitées (poire, coing, annanas). Par leur élégance, leur minéralité, leur richesse aromatique et leur générosité en bouche ainsi qu'une certaine nervosité (ou plutôt vivacité), les 1er Crus peuvent être les vins les plus typiques de Chablis. Si certains millésimes peuvent apparaître plus complexes que d'autres, les (très) bons vins de Chablis offrent du plaisir immédiatement. A l'apéritif, bien frais, accompagnés de mets qui ne jureront pas avec ce nectar (les cacahuètes et autres gâteaux apéritifs sont les ennemis numéro 1 des bons vins) telles que tomates cerises, carottes, etc... les meilleurs Chardonnays garantissent d'excellents moments. Des notes minérales (iode, coquille d'huitre) se dégageant des meilleurs vins de Chablis, qui s'imposent donc naturellement avec un plateau de fruit de mer ou des poissons.

Petit conseil pratique, privilégiez les vins de récoltants, comme en témoigne la capsule qui recouvre le bouchon de votre bouteille. N'en déplaise aux grincheuses qui tireront encore des conclusions hâtives. Faute de ne pas lire ce blog convenablement.

medium_voute_fleys.2.jpg
La cave voutée du Domaine de la Meulière à Fleys. (1er viticulteur en entrant dans Fleys, à droite.)
medium_vignoble_Chablis.3.jpg

Le vignoble chablisien, principalement à l'est de l'A6 en venant de Paris.

vendredi, 23 juin 2006

Quel vin avec un France-Togo?

Voilà un exercice difficile: allier football et oenologie. Si bière et ballon rond sont facilement associables, il n'empêche que comme pour faire un bon vin, il faut un beau terrain pour un bon match, un bon arrosage, et une bonne température. Mais il va falloir beaucoup d'imagination pour trouver la bouteille du match France-Togo. Notons que certaines anciennes  gloires des surfaces de réparation ne crachent pas sur un p'tit canon (Fronsac). Guy Roux évidemment et Chablis nous content là une belle histoire d'amour. Jean Tigana (ancien grand joueur de l'Equipe de France) s'est séparé de son château Bibian-Tigana dans le Médoc et a créé le domaine de la Dona Tigana à Cassis.  Bixente Lizarazu possède Château Plaisance, Grand cru de Saint-Emilion à Capian, et même Beckham fait les vendanges au Domaine Saint-Vincent à Bargemon dans le Var. Bon. Réfléchissons. Jusqu'ici la France n'a fait que des matchs nuls. En témoigne d'ailleurs l'interview de Domenech  podcast      glané sur  blog de l'excellent Birenbaum. Un match nul évoquerait-il la complexité de la situation? Pourtant on entend dire çà et là que le ballon est rond, que la défense est charnue, que son duo central est puissant, leurs tâcles épicés et leurs regards plein de soleil. La charnière centrale a du corps, et du caractère. Les attaquants sont vifs, nerveux voire agressifs. Le gardien s'avère parfois sulfureux, animal mais complet. Les remplaçants sont charpentés, corpulents et très concentrés. L'entraîneur, lui, est parfois fermé, austère mais franc. Comparé à Santini qui était mou, court en bouche et décharné... Petite parenthèse fraîche et élégante chez les stars où Carole Bouquet et pourriture noble font bon ménage. Mais cela ne nous dirige pas davantage sur le flacon de ce soir. D'autant plus que ce soir, c'est week-end! Après avoir (quasiment) que de l'eau toute la semaine (du lait aussi), il est possible que l'on fasse une descente dans les profondeurs de l'immeuble. (Traduction: la cave). De toute façon l'heure est grave, il n'y a pas à tergiverser: il faut gagner! J'imagine un bouquet complexe mais chaleureux et délicat, une attaque en bouche franche, du caractère, du corps mais une légère rondeur qui permet d'assouplir un peu les tanins et l'acidé, et du soleil. Je vous propose d'aller en Languedoc. Rouge? Il faudra trouver quelquechose de pas trop puissant car avec la chaleur, il faut bien les aborder! Pourquoi pas un blanc? Allez chez votre caviste et laissez vous tenter par un Coteau du Languedoc après lui avoir demandé de vous en parler un peu. Actuellement Cave Pouchet (rue Pouchet, Paris 17) on trouve "Le Chant du Coq": parfait! Personnellement, je vais prendre le Chemin des Fées. Qui sait? Elles feront peut-être des miracles ce soir? Dieu sait que le vin de Guilhem Coste à Saint-Félix de Lodève dans l'Hérault est une merveille d'originalité, de subtilité et de caractère. N'est-ce pas Christophe?! Je crois me souvenir que ce vin est elaboré à partir d'un assemblage de grenache, de carignan et de marsanne. Mr Coste fait également de magnifiques vins rouges. Je ne puis que vous laisser son téléphone. L'homme est discret et d'une gentillesse rare. Pour en revenir à nos moutons, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un très bon week-end. En espérant que la question du vin ne se pose pas pour les joueurs à l'issue du match...

Chemin des Fées, Guilhem Coste, Saint-Félix de Lodève (34). Tél: 04.67.96.66.99

jeudi, 22 juin 2006

Apéritif dînatoAAre? bonne idée!

APERITIF DINATOAARE: Simple, sympa, efficace!

Un anniversaire à souhaiter, une occasion à célébrer, une petite fête entre amis sont souvent l'occasion de longues et tumultueuses questions existencielles du style "Mais qu'est-ce que je vais bien leur faire à manger?" "Et qu'est-ce qu'on va boire avec ça?" Avant que cette note ne prenne des allures de publicités ringardes des années 80 où cette femme hystérique qui vient de faire une grosse tâche sur son tapis d'Orient regarde la caméra en se tenant la tête et s'écrie affollée "Mais comment j'vais faire pour nettoyer cette tâche immonde sur mon tapis d'Orient (qui ne l'est pas moins)?", changeons de ton. Je vous propose donc un petit menu intitulé "end-of-school-year-party-at-8". Mais ça, c'est pas obligé.

 

medium_DSCF0024.2.JPG

Verrines de concombres (pour 6 personnes)

(dépépiner 2 concombres - les couper en dés - les passer au hachoir / robot électrique - ajouter le citron pressé, de la menthe fraîche finement coupée - de la crême fraîche épaisse ou du yaourt - ajouter une feuille de menthe fraîche pour la décoration - laisser au frais)

Cette mise en bouche apportera beaucoup de fraîcheur pour démarrer. Sa présentation et les sensations qu'elle offre en bouche fera des heureux autour de vous.

VIN: Champagne, Crémant de Bourgogne ou Pouilly Fumé 2OO4-2OO5.

 

medium_DSCF0001.2.JPGBrochettes colorées

La brochette est constituée d'un beau dé de melon, deux tranches de mozarella (séparées par les autres éléments), deux tomates-cerise (également déparées) , une tranche de jambon italien chiffonée, et une fraise. Agrémenter selon votre bon-vouloir.

Idée sympa: sur un petit pique, tomate, jambon, melon!

VIN: nous restons sur le flacon choisi préalablement.

 

Tapenade d'olives noires sur tartines de pain grillé,

accompagnée des différents fruits et jambon qu'il vous restera des brochettes.

VIN: Champagne / Crémant ou un Blanc du Languedoc (autour de Lodève, ou Picpoul de Pinet).

Ces tartines apporteront un peu de consistance à votre apéro et créera une ambiance provençale.  

Pizza maison

Afin de rester dans l'esprit méridional, cette pizza est garnie de jambon italien, de mozarella et d'olives noires au sortir du four. Conseil: précuire la pâte et sa sauce tomate 5 minutes, laisser un peu refroidir,  puis mettre la garniture après cette opération pour obtenir une pâte croustillante. La sauce tomate: chair de tomate, concentré de tomate, petite touche d'huile d'olive, basilic, herbes de provence.

VIN: pour donner un peu de corps à votre apéro, un petit vin rouge du Languedoc ou du Rousillon fera très bien l'affaire (Montpeyroux, Fitou...)

Claffouti aux cerises

Les cerises sont de saison (les Napoléons sont superbes en ce moment). Le claffouti est loins d'être lourd à la fin de cet apéro tant vous avez mangé des choses légères auparavant. Il tombe même à point nommé.

VIN: Pacherenc du Vic Bihl.

Café - macarons?!

Et voilà, vous m'en direz des nouvelles! Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une agréable soirée. Ce qui sonne très Valérie Lemercier, certes, mais qui vient du fond du coeur!

 

L'alcool est dangeureux pour la santé. Consommez avec modération.

lundi, 19 juin 2006

Le vin chez les anglo-saxons

Les anglais et les américains ne sont pas aussi incultes que l'on croit lorsqu'il s'agit de boire une bonne bouteille de vin. Les bonnes manières, le savoir-vivre et la joie de vivre ne sont plus des notions réservées à la France. Au regard des résultats économiques affichés par ces deux grandes nations,  on attribuerait bien volontier ces expressions à nos cousins Outres-Manche et Atlantique. De fait, des expressions telles que morosité ambiante, sinistrose et autre moral-des-français-pas-au-beau-fixe conviendraient mieux à l'état d'esprit actuel de notre pays. A ce sujet, ce n'est pas la bande à Zizou qui risque d'arranger les choses. Ceci dit, autour d'une bonne bouteille, les choses finissent toujours par s'arranger! Modération oblige.

En dehors du Sparkling Wine, sorte de blanc pétillant dont les anglais raffolent, boire un verre de blanc ou de rouge avant de passer à table est chose courante dans la (Upper) Middle-Class en Angleterre, mais aussi aux Etats-Unis et au Canada. Ces Anglo-Saxons qui aiment voyager (et notamment en France) éprouvent beaucoup de plaisir à parler des régions viticoles françaises qu'ils ont visitées. 

Lors de notre dernier voyage au Canada, nous avons eu l'occasion de goûter un superbe Shiraz d'Afrique du Sud: bleuffant! Issus d'un mono-cépage (Syrah), on aurait pu dire de ce vin qu'il avait une robe profonde de couleur rouge rubis. Au nez se dégageaient des saveurs d’épice et de fruit à baies rouges. Quelques notes boisées. Le fruit mûr (vu l'ensoleillement!) se retrouvait au palais avec un bon équilibre. Une bouche pleine, ronde et charnue. Une finale longue et épicée. En substance, un vin certes peu complexe mais offrant toutes les garanties menant au plaisir.

Les merlots et cabernets-sauvignons trouvent également preneurs. Mais le cépage n'est pas avant tout ce qui semble attirer les consommateurs. Le fruit, la fraîcheur, le plaisir, et l'esthétique de la bouteille sont ce qui les guident avant tout. Ce qui constitue déjà une belle palette d'arguments.

Les blancs ont également la cote, notamment auprès des femmes. Certains Chardonnay de la Napa Valley californienne n'ont (presque) rien à envier à ceux que l'on trouve sur la route de Tonnerre dans l'Yonne. Ceci dit, le Chablis reste un incontournable.

La littérature américaine raffole de références au vin. Le dernier opus de Douglas Kennedy State of the Union, qui nous fait voyager entre le Massachussets, le Maine, le New Hampshire et le Vermont, nous gratifie de clins d'oeil savoureux sur le vin:

'Wasn't in the mood for a drink with Alice this evening,' I said, walking over to to the little bar in the corner of the room. I reached for a wine glass and the open bottle of Washington State Pinot Noir. (...) 'It's a new winery on the British Colombia border. Raban Estates. Absolutely first-class stuff, and a rave review for this 2002 Pinot in Wine Gourmet this month.' 'With a price to match?' 'Thirty-five a bottle'.

Dans Match Point, le dernier film de Woody Allen, JONATHAN RHYS MEYERS (Chris Wilton), SCARLETT JOHANSSON (Nola Rice), EMILY MORTIMER (Chloe Wilton), MATTHEW GOODE (Tom Hewett) n'ouvrent rien d'autre qu'une bouteille de Chassagnes-Montrachet (sans même prononcer le 't'!).

Difficile de ne pas faire référence à Mondovino: "Ce devait être un petit film sur la passion du vin. Mais Jonathan Nossiter, cinéaste et sommelier, s’est laissé griser par son sujet. Après trois ans d’enquête sur trois continents, Mondovino se retrouve en compétition au Festival de Cannes. Enthousiasme immédiat. Car la vigne et le vin sont des symboles de la civilisation occidentale, dans sa diversité et sa complexité. Et ils sont menacés, comme tant d’autres biens culturels, par l’uniformisation du goût. Sous la forme d’une saga jubilatoire et poétique, c’est la mécanique implacable de la mondialisation que démonte Jonathan Nossiter." Télérama.

Que les anglais débarquent à Calais pour vider nos stocks de piquette est une chose mais ne nous méprenons pas, ils pillent également nos plus belles bouteilles!

dimanche, 18 juin 2006

Le bistrot de Théo. Théoriquement bon. Pratiquement moyen.

Je ne peux pas avoir que des "bon plans" à vous proposer! C'est le cas aujourd'hui! Mais bon, rien ne vous empêchera d'aller juger par vous-même! Le bon plan serait plutôt d'aller traîner rue des Dames dans le 17ème et de vous rendre dans les valeurs sûres: Le Bistro des Dames, Aubergine, Aux Couleurs du Monde, Un Air de Famille.

La carte du Bistro de Théo nous avait tapé dans l'oeil, la déco avait l'air plutôt sympathique et l'idée de flaner dans cette rue en direction de la rue Lévy est toujours excitante: assez d'arguments pour pousser la porte de cet établissement vendredi soir dernier.

Pas de "bonsoir" chaleureux, de sourire, de pas en direction du client: l'acceuil très moyen d'emblée n'est pas fait pour rassurer, mais le jeune âge des deux garçons et de la fille nous font croire que c'est plutôt de la maladresse ou qu'ils veulent se la jouer cool. Soit. Un "Oui, ben, installez-vous sur la banquette" a des allures de "Bon, ben, démerdez-vous, y'a plein de tables de libres." OK...

Vue la chaleur, nous demandons à (celui qui doit être) Théo de bien vouloir nous apporter le vin dans un sceau à glace. Nous commandons un vin du pays de l'Hérault, perdu au milieu de la longue liste de Bordeaux, bien qu'un Croze-Hermitage est tentant. Parce qu'il est fait à Aniane, excellente région viticole du Languedoc (autour de Lodève, Montpeyroux, Clermont l'Hérault...), et que nos plats seront épicés, nous pensons que cela fera l'affaire. Théo, Dorothée et moi engageons d'ailleurs un début de conversation très intéressante sur les vins du Languedoc.  Ces assemblages de Syrah, Carignan et Grenache font souvent un malheur. Mais quelle surpise lorsque Théo me fait goûter le flacon commandé! Le vin n'est pas "chambré" mais chaud!!! Quelle énorme erreur.  Je n'en reviens pas: nous avons vraiment eu le nez creux avec notre sceau à glace. Où est-ce notre expérience de cette majorité de restaurateurs français qui n'y connaissent rien en vin? Maladroitement encore, Théo essaie de se rattrapper en nous disant qu'il aime le vin bien chambré... Je crois même qu'il emploi l'adjectif "chaud". Il doit confondre avec le vin servi l'hiver au Bochor à Pralognan la Vanoise. D'autant plus qu'il s'avère un fin connaisseur.

Dans l'assiette, le wok d'émincé de boeuf est trop cuit à mon goût. Mais cela ne dérange pas Dorothée outre mesure.  Théo nous confirme lui même qu'il lui trouve parfois des allures de caoutchouc. Merci pour la franchise, nous voilà rassurés! Mon navarin d'agneau servi avec des dés d'ananas est très bon, surtout avec le blé bien, bien cuit, croustillant même. Nous sommes étonnés par contre que la jeune fille et l'autre jeune homme (souriant) se succèdent pour nous apporter les plats sans jamais présenter de quoi il s'agit, sans même dire un mot. Mais bon, le vin s'est rafraîchi et nous passons une agréable soirée. La minestrone de fruits de saison en dessert est excellente, surtout avec un Tariquet qui me rappelle immédiatement un Pacherenc. Dorothée se régale également.

Au moment de l'addition, Théo et moi faisons un peu le tour des vignobles de France: je regrette que sa carte fasse trop la part belle  aux Bordeaux et l'absence de vin de Loire; il aimerait quelques Bourgogne; je lui conseille quelques cavistes; il me recommande les vins de Maranges... C'est forcément très plaisant mais nous ne saurons oublier que l'ensemble (acceuil, assiette, vin) n'est pas encore au point.

Le Bistrot de Théo - 90, rue des Dames 75017 Paris (M° Villiers / Rome - 01.43.87.08.08)

medium_bochor03.jpg

 

 

 

 

 

Le Mont Bochor, dans le Parc de la Vanoise (73).

mercredi, 14 juin 2006

Reconnaître un bon vin (sans même le goûter!)

medium_logo.gif

On pourrait classer cette note dans les astuces les plus élémentaires à connaître lors de l'achat d'une bouteille de vin. Cela vaudra  d'ailleurs un article sur ce blog prochainement, même si au cours de vos lectures de VINSURVIN, vous avez certainement glané un certain nombre d'infos à ce sujet. Rappelez-vous en effet ces bouteilles de vin de Bordeaux sur lesquelles on trouve des annotations telles que "Grand Vin de Bordeaux", "Vieilli en fûts de Chêne", "Médaille d'Or à Mâcon"... Repérer quelques éléments sur une bouteille avant de l'acheter peut éviter bien des surprises à l'arrivée.  

Conseil numéro un: faire confiance aux Vignerons Indépendants.

Authenticité, tradition, passion

Les 10 000 vignerons indépendants regroupés au sein des Vignerons Indépendants de France sont des entrepreneurs individuels élaborant et mettant en marché un produit personnalisé.
• Créateurs de leur vin, ils en assurent l’authenticité.
• Avec leur savoir-faire, ils perpétuent la tradition dans une viticulture moderne. Depuis des siècles, ces femmes et ces hommes sont des passionnés de leur métier.

Les Vignerons Indépendants mènent leur combat d’abord pour le consommateur. Créateurs authentiques et passionnés, responsables de bout en bout de la production de leurs vins et eaux de vie, ils signent leur travail et revendiquent les plaisirs qu’ils procurent.

Le logo “vigneron indépendant” qui les distingue en fait foi. Il est leur force et une référence pour le consommateur.

Créé en 1981, le logo des vignerons indépendants reste aujourd’hui le signe, pour le consommateur, d’un vin authentique, produit dans le respect du terroir et des traditions.

Cette image intemporelle du vigneron qui porte sur son dos le fruit de son travail, symbolise toute la dimension humaine, individuelle et conviviale d’un produit fait par des Hommes attachés à leur terre et aux traditions de leur métier.

C’est une image forte qui reflète la réalité du métier de Vigneron : UNE VIGNE, UN VIGNERON, UN VIN.

Le Vigneron Indépendant représente à lui seul toute le filière viticole. Du travail de la vigne à la commercialisation, en passant par l’élevage et la vinification, le Vigneron marque chaque étape de sa signature.

Il engage sa responsabilité à chaque niveau d’élaboration et son étiquette lui ressemble.
A l’heure où l’étiquetage n’est plus un gage de traçabilité du produit, ce logo reste le seul à définir un métier qui répond à la charte des VIGNERONS INDEPENDANTS.

La charte du vigneron indépendant : l’engagement des vignerons

A lui tout seul, le vigneron indépendant représente l’ensemble de la filière viticole. Cet homme que l’on retrouve à tous les stades de la vigne et du vin, a un métier très complet et applique en tout point la charte du vigneron indépendant:
Ce vigneron :
respecte son terroir,
• travaille sa vigne,
• récolte son raisin,
• vinifie et élève son vin,
• élabore son eau de vie,
• met en bouteille sa production dans sa cave,
• commercialise ses produits,
• se perfectionne dans le respect de la tradition,
• accueille, conseille la dégustation et prend plaisir à présenter le fruit de son travail et de sa culture

Cette charte respectée par les vignerons adhérents aux "Vignerons Indépendants de France" vous garantit l’authenticité et la qualité du travail accompli.

http://www.vigneron-independant.com/

 

Promenade gourmande en Val-de-Loire

medium_5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si ce n'est Limeray, cela y ressemble beaucoup!

Afin de découvrir les vins de Loire (Sauvignon de Touraine, Gamay de Touraine, Méthode Champenoise, Crément de Loire, Cuvée François 1er...) mais aussi cette splendide région et ce petit village de 945 âmes absolument délicieux  de Limeray, rendez-vous à la: 

Troisième édition de la "promenade gourmande

Limeray Amboise Val de Loire”

Le dimanche 16 juillet 2006

Pour la troisième année consécutive, 6 vignerons et la cave coopérative de Limeray, dans l'appellation , se mobiliseront le dimanche 16 juillet pour animer la “troisième promenade gourmande Limeray Amboise Val de Loire”. Ce sentier gourmand est adhérent à la Confrérie européenne des parcours gourmand qui réunit 7 manifestations du même type organisée en Italie, en Bourgogne, en Suisse et en Alsace.


Plus de 1000 promeneurs participaient l'an dernier à cette manifestation et 2 000 sont attendus cette année pour effectuer
un parcours de 5 km dans le vignoble de Limeray, au cours duquel 6 haltes permettront de découvrir les vins et les spécialités gastronomiques de la région. Et le parcours sera animé par un groupe folklorique et 4 confréries en tenue, représentant les rillons et rillettes, les vins d’Amboise, les fromages de Sainte-Maure et le nougat de Tours.


* Renseignements et inscriptions (32 €/ adulte, 15 €/ enfant de moins de 14 ans) auprès du Lions Club "Amboise les deux Vallées", Jacques Dutertre, Secrétariat de la Promenade gourmande, 23 route de la Noiraie, 37 530 Limeray.
Les coordonnées de Jacques Dutertre se trouvent ici: (http://www.vigneronindependant.com/annuaire/desc_adherent...
Limeray: Un petit village au calme à deux pas d'Amboise, idéal pour se ressourcer.

mardi, 06 juin 2006

Je déclare la guerre aux vins de Bordeaux! (Avec des tires-bouchons).

Les Bordeaux n'ont pas la cote sur ce blog! Pourquoi? Très simple: je leur fais la guerre! Pas qu'ils ne méritent pas une attention particulière ou que je ne les trouve pas suffisamment bons pour me pencher sur leur sort (il faudrait franchement avoir un cancer des papilles gustatives), loin s'en faut, le problème est que cette région étouffe tout bonnement le paysage viticole français. En effet, ces vins jouissent à mes yeux d'une notoriété fort exagérée, notamment en terme de qualité, d'une réputation (ou sur-représentation) qui fait du tord aux autres régions viticoles françaises ainsi qu'à la culture viticole des français (au sens intellectuel et non agricole du terme).

Nous n'aborderons pas la question de ces nombreuses bouteilles de Bordeaux de 1 à 3€ que l'on trouve de plus en plus, abandonnées aux détours des têtes gondoles des grandes surfaces. A cause de la surproduction (subie en Languedoc et en Beaujolais également), le Bordeaux est associable à un picrate de base, ce qui nuit à l'image de la région toute entière. Nous ne mentionnerons pas ces annotations sur les étiquettes types "Grand Vin de Bordeaux", "Vieilli en fûts de Chêne","Récolte manuelle", "Médaille d'or à Trifouilli-les-Oies" ayant pour buts d'abuser le chaland mais n'ayant absolument aucune valeur légale. Pourtant, de Lesparre-Médoc à Margaux, via Pauillac, en passant par Sauternes puis l'Entre-deux-mers, sans oublier le sacro-saint Saint-Emilion (vin numéro un des français-qui-ne-boivent-que-du-Bordeaux-parce-que-bon-c'est-quand-même-le-meilleur) on trouve évidemment des choses extraordinaires. Soit. Mais permettez-moi de me concentrer sur des vins plus modestes. Tout le monde ne peut pas boire des crus classés! Et, comparativement, les autres régions de France offrent parfois des choses magnifiques entre 5 et 10€. 

Quel reproche peut-on faire aux vins de Bordeaux jeunes et à prix abordables? Sans remettre en question l'amour des viticulteurs pour leur travail, ni leurs compétences, on peut regretter que les arômes soient souvent bien trop communs d'un vin à l'autre, contrairement à bon nombre de vins issus des autres régions de France. A moins que la force des Bordeaux ne se situent pas là. Quoi qu'il en soit, Merlot et Cabernet associés en bordelais offent souvent une impression d'austérité au vin. Un vin dur, distant, peu affriolant. Serait-ce dû à une complexité qui effectivement ne permettrait pas d'apprécier ces vins à leurs justes valeurs? Le cas échéant, cela ferait d'eux des vins ellitistes. Cette complexité me semble-t-il réside davantage dans l'imbroglio d'appellations qui constituent le bordelais. Cette austérité est-elle dûe à leur jeunesse? Attendre vingt ans pour déboucher une vraie bonne bouteille de Bordeaux demande une patience examplaire. Le résultat en vaut la chandelle, mais, ici, on se fait des bouffes entre amis et on n'attendra pas la retraite pour se faire plaisir. On  peut également leur reprocher un bouquet  qui n'évolue pas franchement d'un vin à l'autre, des notes souvent similaires, voire identiques. Et ce goût de vanille de plus en plus récurrent. Le sentiment qu'un clonage du goût aurait opéré domine souvent l'impression. Un goût type  émergerait-il donc des vins de Bordeaux? Cela indiquerait-il un retrait sur soi-même, une résistance face aux vins du nouveau monde, une démarche purement commerciale? Sacrifier l'authentique pour le mercatique? Ce ne sont que des hypothèses. En somme, c'est sur ce manque de générosité sensorielle que j'axerais ma critique des vins de Bordeaux lambdas.

Néanmoins, je me souviens que certains "Bordeaux" m'ont procuré beaucoup de plaisir tels qu'un Pomerol (Château Taillefer), un Canon-Fronsac rouge, et un Entre-deux-mers blanc. Je reste également ouvert au vin que l'on fait en Castillon, Duras et Marmandais sans compter que certains côtes de Blaye, Graves et Bourg peuvent réserver de bonnes surprises.

En dehors de ce problème de goût, le Bordeaux souffre à mes yeux de sa notoriété. Le français lambda ne jure que par le Bordeaux, ne boit que du Bordeaux et n'offre que du Bordeaux. Et cela me fatigue! Combien de fois ai-je entendu des marchands de vin (je ne puis de fait les nommer "cavistes") recommender des Bordeaux à des clients voulant faire un cadeau ou étant invités à diner? Leur premier réflexe est toujours "Bordeaux", et le client n'y connaissant souvent rien n'a plus qu'à approuver. Comme s'il n'existait pas d'autres régions! Comme si l'on ne pouvait pas faire plaisir en faisant découvrir plus qu'un vin, une région de France. De toute façon, les règles du savoir-vivre exigent que l'on n'offre pas un vin lorqu'on est invité!  La dernière bouteille que l'on m'ait offert? Un Médoc (La Demoiselle de By, Millésime 2003)! Un vin sans intérêt. Aucun nez, aucun relief, aucune note de fruit: de l'austérité liquide.  Ce week-end encore, un proche s'est vu offert une caisse de six bouteilles de vin par des amis qui avaient certainement les meilleures intentions, mais que croyez-vous que l'on y trouva? Quatre juvéniles bordeaux et deux pauvres Côtes du Rhône VILLAGE qui se battaient en duel, histoire de varier un peu.

A la lumière de ma note  du mardi 4 avril 2006 (rubrique SAVOIR-VIVRE) intitulée "Du picrate à boire dans trop d'établissements français", on est en droit de regretter que dans un pays où l'on vante à tue-tête son vin et son fromage, la très grande majorité de ses habitants ne jurent que par un seul d'entre eux et ignorent royalement ce qui se fait dans les autres régions de France.  En outre, n'avez-vous pas remarqué le nombre de gens qui, tout simplement, n'aiment pas le fromage? Ou alors, si, le seul, l'unique et préféré des français: le Camembert!!!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu