Avertir le modérateur

mardi, 04 avril 2006

Du picrate à boire dans trop d'établissements français.

Combien sont-ils ces restaurateurs, ces bistrotiers, ces français à tenir le discours selon lequel « en France, on a du bon vin » ? Et combien sont-ils à servir et/ou à boire de la vinasse? Car, avez-vous remarqué combien les cartes des vins dans la plupart des cafés et restaurants français font pitié par leur médiocrité ? Récemment encore, alors que les premiers rayons de soleil perçaient le ciel de Paris, je me rendais rue des Abbesses (dans un bar portant le nom d’un grand vin du Val de Loire), dans l’idée de boire un petit vin des bords de Loire, accompagné d’un ami. Il faut bien le dire, le premier apéro en terrasse de l’année à quelque chose d’assez jouissif et devrait se dérouler dans les meilleures conditions. Malheureusement, au premier coup d’œil de la bien maigre carte des vins, grosse déception. Effectivement le café proposait bien un « Sancerre » mais dont l’origine n’était nullement précisée. En déduire que c’est un vin générique, extrêmement moyen. En dehors de ce vin, qui d’ailleurs, lorsque excellent peut en dérouter plus d’un de par sa minéralité, on proposait un « Chardonnay », (cépage que l’on cultive… dans le monde entier) et dont la provenance n’était ici guère précisée. Il y avait donc fort à croire de par ces manques de renseignements que ce vin serait très moyen. Egalement sur la carte, un Bourgogne aligoté (censé être meilleur – et donc un peu plus cher – car portant l’appellation « Bourgogne »). Ces aligotés sont en règle général entre convenables et passables. Rien d’extraordinaire donc. J’ai oublié le nom du quatrième et dernier vin proposé, fort probablement car banal. Nous optâmes pour le Chardonnay. Fade, sans arôme ni relief à l’acidité prononcée. Un picrate de comptoir quoi. On aurait attendu d’un bar se trouvant dans une des rues les plus charmantes de Paris de se targuer d’une carte des vins bien plus élaborée. En outre, avec un nom évoquant l’un des plus grand vins de la Loire, on était également en droit de s’attendre à la présence de flacons tels que Pouilly Fumé, Ménetou Salon, Reuilly, Quincy ou même un simple Sauvignon de Touraine. Mais non, rien. En France. A Paris. D’où vient cette négligence? Il est possible qu’elle vienne du manque d’intérêt pour le vin des patrons de ces établissements. Car certains petits bars nettement moins rutilants offrent parfois des choses magnifiques, tout simplement parce qu’ils s’intéressent à la chose. Ce manque d’intérêt traduit également l’aveu que le but n’est pas de satisfaire les clients mais de faire de l’argent, notamment dans ce quartier avec des étrangers qui n’y connaissent rien. Ce qui est un cliché, et fort regrettable.

Notons également la domination des vins de Bordeaux dans grand nombre de restaurants. Comme si la Loire, Le Rhône, le Languedoc, le Roussillon, la Corse, le Sud-Ouest, l’Alsace n’existaient pas, le Bordeaux restant dans la tête du consommateur lambda la référence suprême. Il faut savoir que tous les plus grands vins français quittent illico presto le territoire pour les Etats-Unis ou le Japon. En outre, s’il est d’excellents vins en Gironde, vous avez dû remarquer qu’on en trouve de plus en plus à des prix défiant toute concurrence (genre 1€), et de qualité extrêmement douteuse, la faute à la surproduction. Et je ne parle pas de ces vins boisés dans lesquels on fait macérer des copeaux de bois… (ndlr, à ce sujet lire et écouter http://vinsurvin.20minutes-blogs.fr/archive/2006/04/11/co... )

Alors que faut-il boire mon bon Monsieur ? Continuer à boire du vin mais en essayant préalablement de se renseigner sur ce que propose l’établissement, lorsqu’on le peut. Et effectivement ne pas être trop regardant dans certains cas. Profiter du soleil et de la présence des amis. Car normalement, eux sont de très bonne facture !

 

Commentaires

Décidemment, c'est une maladie: j'ai également eu droit à un "Sancerre" sans étiquette dans un bar non loin d'Hausmann... Par contre, visiblement, il s'agissait de la rolls de leurs vins blancs: servi dans une flûte à champagne (symbole du luxe, alors que les autres vins ont droit à un simple verre INAO), avec quelques chips (grasses et salées à souhait) maisons...A suivre.
Quand je pense aux "bacchantes" qui se cassent la tête pour nous sortir un petit saumur-champigny "domaine de la perruche 2004" de derrière les fagots...(simplement superbe).
Mais que fais la police? (qui a répondu:"elle boit du ricard!"?)

Écrit par : Christophe | mardi, 18 avril 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu